Live now
Live now
Masquer
Une femme admire un tableau dans une galerie d'art contemporain // Source : guruXOOX de Getty Images
Arts & Expos

Si vous aimez l’art contemporain, les balades franciliennes de l’association TRAM pourraient vous plaire

Si vous êtes de passage dans la région Île-de-France ou y vivez, peut-être que les balades culturelles entre différents lieux d’art contemporain proposés par le réseau TRAM peuvent vous intéresser. Le collectif derrière les TaxiTram et les RandoTram nous expliquent comment il est né et ce qu’il permet, pour le plus grand plaisir des curieux·e·s !

Si l’art contemporain peut cliver, c’est peut-être un peu parce qu’une partie du grand public ne sait pas comment l’aborder. Heureusement, il existe une multitude d’initiatives pour s’y sensibiliser (car il n’y a pas toujours besoin de comprendre les choses pour les apprécier), sans forcément avoir l’impression d’assister à un cours magistral. C’est le cas de TRAM (acronyme de Transmission Région Art Médiation, un nom qui rappelle aussi l’idée de trame, de mobilité, et de réseau).

Cette association fondée en 1981 rassemble des lieux engagés dans la production et la diffusion de l’art contemporain en Île-de-France. Que vous soyez de passage dans la région ou que vous y viviez, TRAM permet donc de savoir ce qui vaut le coup d’œil dans le coin, et surtout de s’y rendre à plusieurs, entre néophytes, et amateur·es, histoire de se rencontrer autour de passions et curiosités communes, en toute convivialité.

Et ce, en particulier grâce aux TaxiTram (des demi-journées ou journées pour visiter en autocar 2-3 lieux d’art) et RandoTram (des visites de 2-3 lieux d’art, à pied cette fois). Le samedi 9 septembre 2023, la RandoTram visitait LE BAL, le Centre d’art Ygrec – ENSAPC, puis Les Laboratoires d’Aubervilliers. Et si ces noms ne vous disent rien alors que vous vivez dans le coin, c’est clairement un signe que vous pourriez avoir intérêt à venir vous balader et vous émouvoir avec le réseau TRAM, comme nous l’explique le collectif.

Interview du réseau TRAM qui fait (re)découvrir les lieux d’art contemporain d’Île-de-France

Quand et comment est né le TRAM, avec quelle mission ?

Précurseur du réseau actuel, l’association Information arts plastiques en Île-de- France (IAPIF) est fondée en décembre 1981 par Thierry Sigg (Centre d’art d’Ivry- sur-Seine) et Jacques Guillot (Centre Culturel Jacques Prévert de Villeparisis) et les responsables arts plastiques de différents établissements de la périphérie parisienne afin de mener un travail d’information, de relations extérieures et de permettre à ses membres d’échanger sur leur pratique, de se rencontrer et d’envisager la production de manifestations artistiques communes.

Dès sa création, c’est un réseau de professionnels militants très actifs dans le domaine des arts plastiques en Île-de-France. Il a rapidement fédéré d’autres nombreux membres autour d’une mission principale : la diffusion de la création contemporaine auprès du public le plus large possible, promouvant ainsi le travail des artistes et des auteurs auprès du plus grand nombre.

À lire aussi : Pourquoi l’expo « Over the Rainbow » va vous mettre des arcs-en-ciel plein la vue et le cœur

Comment sont sélectionnés les lieux qui le composent aujourd’hui ?

À sa création en 1981, TRAM comptait 8 membres fondateurs, tous situés hors de Paris. L’association compte désormais 35 adhérents dont 11 lieux parisiens. Ces deux dernières années, le réseau a vu entrer en son sein 5 nouveaux lieux d’art : en 2021, le Centre Wallonie- Bruxelles│Paris, Le Houloc à Aubervilliers (93) et l’Institut des Cultures d’Islam à Paris et en 2022, La Crypte d ‘Orsay (91) et W à Pantin (93).

Les demandes d’adhésions à TRAM sont ouvertes aux lieux d’art (personnes morales) franciliennes qui sont en mesure de :

  • Démontrer l’existence d’un projet artistique et culturel soutenu et ambitieux dans le secteur de l’art contemporain francilien avec la gestion déléguée d’un projet et d’un budget, une autonomie sur la direction artistique de leur structure et la durée d’existence du projet (3 ans).
  • Affirmer une éthique de travail et faire montre d’exemplarité en termes de rémunération et d’accompagnement des artistes, auteurs et personnalités invitées, mais aussi en termes de méthode de travail et managériales (ou de gestion/accompagnement des équipes) au sein de la structure postulante.
  • Démontrer une activité de production d’œuvres ou de productions artistiques.
  • Proposer une politique de médiation et des actions d’éducation artistique et culturelle.
  • Que les programmateurs, programmatrices ou directrices et directeurs artistiques (personnes physiques) représentant les personnes morales adhérentes soient reconnues en tant qu’expert dans le champ de l’art contemporain.
  • Bénéficier d’un parrainage de trois membres adhérents du réseau TRAM.

À lire aussi : Comment le Prix Utopi·e décloisonne l’art contemporain pour les artistes queer

Dans quelle mesure le TRAM contribue aussi à faire connaître et reconnaître les banlieues comme des lieux de production, de diffusion, et d’enseignement de l’art contemporain ?

L’égalité de parole entre tous ses membres adhérent·es, la très forte volonté de ne pas faire de distinction sur les frontières entre les territoires représentés et ce qui en découle en matière de communication (traitement identique des informations sur les programmations des lieux et leur diffusion) : tout cela participe à une découverte et/ou une meilleure reconnaissance par le public de l’ensemble des lieux et au final, espérons-le, efface les frontières mentales entre Paris et les communes des 8 départements de la région francilienne. Les TaxiTram et RandoTram qui emmènent les publics à la découverte des expositions dans les lieux d’art du réseau aux quatre coins de l’Île-de-France y participent aussi grandement depuis plus de 20 ans.

C’est quoi les TaxiTram ?

Nés au début des années 2000, les TaxiTram (qui ont lieu en moyenne une fois par mois) invitent les publics à découvrir la création contemporaine à travers les expositions dans les lieux d’art du réseau TRAM. Le temps d’une demi-journée ou d’une journée entière, les participantes et participants voyagent en autocar en Île-de-France pour visiter deux à trois lieux membres et des structures « amies » du réseau. À l’occasion de cet évènement convivial, l’équipe de TRAM et les équipes des lieux se mobilisent pour garantir un accueil, une médiation et des moments privilégiés en compagnie des artistes, commissaires d’expositions, médiatrices, médiateurs et directrices et directeurs.

Et c’est quoi les RandoTram ?

Mises en place en 2014, les RandoTram sont des balades pédestres entre deux ou trois lieux membres du réseau. Conçus par l’équipe salariée de TRAM, les parcours s’intéressent aux territoires d’implantation des lieux visités et s’attachent à valoriser le patrimoine architectural et paysager de l’Île-de-France. Pour garantir la fluidité de la marche en zone urbaine, les groupes des RandoTram sont limités à une vingtaine de personnes afin de favoriser les rencontres et les discussions entre les participant·es, mais également avec les intervenants et les artistes-auteur·ices.

À lire aussi : La rando vous tente ? Voici des conseils pour débutante histoire de vous lancer bien équipée

À quels publics s’adressent ces initiatives TaxiTram et RandoTram qui permettent de découvrir l’art contemporain autrement, à plusieurs et en itinérance ?

Majoritairement féminin (73 % de femmes en 2022), le public des parcours TRAM n’est pas obligatoirement spécialiste de l’art contemporain mais plutôt un public curieux et avide de découvertes et qui a néanmoins l’habitude de fréquenter des lieux culturels en général (87 % a une forte activité culturelle).

Les participant·es vivant à Paris représentent 59 % des inscrit·es sur les TaxiTram en 2022, et 50 % sur les RandoTram, les points de rendez-vous des parcours étant volontairement placés sur de grandes places parisiennes et près de stations de métro et RER et permettant à toute personne francilienne de les rejoindre facilement. Certain·es habitant·es d’autres régions se déplaçant en Île-de-France le week-end rejoignent parfois le groupe des participant·es. Les médiations se faisant en français, le public venant de l’étranger est plus rare mais participe ponctuellement aux balades. Les parcours affichent le plus souvent complet !

Nous avons constaté lors de la création des RandoTram, une évolution sur les participant·e·s car les trajets se font à pied. Le public est constitué d’une proportion plus importante d’hommes et les participant·es sont un peu plus jeunes sans doute du fait de l’exercice physique à effectuer durant le parcours (même si la marche n’est pas très soutenue et représente en général une dizaine de kilomètres par sortie).

De même, les parcours Nuit Blanche qui ont lieu en soirée et la nuit sont fréquentés par un public plus jeune et ayant découvert parfois récemment le dispositif grâce à une communication spécifique et via des partenaires extérieurs.

TRAM organise également des parcours à destination des professionnels, des lycéens et des habitants du 19e arrondissement de Paris (il s’agit là d’actions en faveur des habitant·es du territoire où est situé le bureau de l’association et en lien avec les associations voisines).

Les prochaines balades d’art contemporain de TRAM :

  • samedi 21 octobre 2023, TaxiTram : École municipale des beaux-arts / galerie Édouard-Manet >> MABA >> Centre Wallonie-Bruxelles | Paris
  • samedi 4 novembre 2023, TaxiTram : MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne >> La Crypte d’Orsay
  • samedi 16 décembre 2023 : Abbaye de Maubuisson >> La Terrasse espace d’art de Nanterre

Pour plus d’infos : tram-idf.fr

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

Source : Jacqueline Poggi / Flickr
Arts & Expos

Top 3 des meilleures expos à voir aux Rencontres d’Arles

Culture

Irrésistible (série) : c’est la nouvelle comédie romantique à ne pas manquer à la rentrée

Humanoid Native
Jean-Baptiste Carhaix, Sister Sadie the Rabbi Lady. La première messe inter-églises « gay » en souvenir des malades du sida décédés depuis 1981, octobre 1983.
Arts & Expos

Pourquoi l’expo « Over the Rainbow » va vous mettre des arcs-en-ciel plein la vue et le cœur

Rébecca Chaillon dans sa pièce de théâtre Carte Noire nommée désir // Source : DR
Arts & Expos

Festival d’Avignon 2023 : des racistes s’attaquent à Rébecca Chaillon et son équipe pour la pièce afro-féministe Carte Noire nommée désir

Franck Sorbier. Robe Larantuka, collection haute couture « Rien que du bonheur » 2008. Raphia, chanvre, macramé. Mucem, Marseille, Inv. 2022.9.1. // Source : Mucem / Marianne Kuhn
Actualité mode

« Fashion folklore », l’expo mode à Marseille qui retisse le lien entre les costumes traditionnels et la haute couture

Chloé Lopes Gomes témoigne pour Madmoizelle // Source : Madmoizelle
Actualité mode

Chloé Lopes Gomes, danseuse classique en lutte contre le racisme dans l’univers des ballets

1
allaitement-louvre
Arts & Expos

Le musée du Louvre s’engage à mieux transmettre la « mémoire de l’esclavage colonial »

Source : MAD
Culture

5 bonnes raisons de découvrir l’exposition “Des cheveux et des poils”, au musée des Arts Décoratifs

3
Cette reproduction microscopique d'un sac à main Louis Vuitton par le collectif MSCHF sera bientôt vendu aux enchères // Source : Capture d'écran Instagram MSCHF
Actualité mode

Ce microscopique sac Louis Vuitton a tout d’une blague hors de prix

noces funèbres // Source : warner bros
Cinéma

« Tim Burton, Le Labyrinthe », l’expo de 1000 m2 qui vous plonge dans l’univers de Tim Burton

3
Utopi.e, le premier prix LGBTQIA dans l'art // Source : Prix Utopi·e
Arts & Expos

Comment le Prix Utopi·e décloisonne l’art contemporain pour les artistes queer

2

La pop culture s'écrit au féminin