Le patrimoine naturel créole — Carte postale de la Réunion

Romilly, la voyageuse, a commencé ses nombreuses escales dans le monde en s'envolant de la Réunion, DOM français de l'Océan Indien. Elle nous raconte ce qui peut bien attirer l'attention sur son île.

Le patrimoine naturel créole — Carte postale de la Réunion

La Réunion c’est là. Si si, on existe !

Dans un endroit fort fort lointain, dans l’Océan Indien, à l’est de Madagascar, on trouve une petite île qui porte le nom de La Réunion et s’avère être française. De France. Un vrai département. Certes, faisant 2500km² uniquement, mais bel et bien région française et européenne !

Là-bas vivent des Français-es dans des communautés créoles telles que la communauté malbar, chinois, cafre, zarabe, zoreille… et l’île accueille de nombreux touristes venant se dorer la pilule et profiter d’un patrimoine culturel et naturel extraordinaire. Cet article se concentre sur le patrimoine naturel de la Réunion !

Montagnes et cirques pour une nature luxuriante

Le cirque de Salazie

La Réunion est une île volcanique dont la population se masse principalement sur les côtes et les pentes douces des montagnes.

Composée de trois cirques naturels (des enceintes naturelles de forme circulaire ou semi-circulaire), Cilaos, Mafate et Salazie, qui sont à la base des caldeiras volcaniques venant du Piton des Neiges (le volcan créateur de la Réunion et de Maurice, aujourd’hui éteint), mais également d’un volcan en activité, le Piton de la Fournaise, l’île est extrêmement montagneuse. Or, en montagne, la végétation est souvent plutôt dense – et tropicale, car la Réunion se situe sous le Tropique du Capricorne.

On trouve donc d’immenses forêts tropicales qui couvrent les flancs des remparts et des cirques. 40% de l’île fait d’ailleurs partie du parc national, inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial, « piton, cirques, et remparts » faisant le charme et les spécificités du parc réunionnais.

Le touriste égaré dans l’océan Indien viendra se retrouver avec délices sur les chemins de randonnées qui font la réputation de la Réunion. Tout spécialiste de la randonnée en montagne sait que l’île est le lieu idéal pour les amateurs tout comme les professionnels ! Il y a très exactement 365 chemins de randonnées recensés et il est même possible de faire le tour de l’île à pieds, de point de vue en point de vue.

Les forêts regorgent de plantes endémiques rares, dont certaines sont de la flore primaire, c’est à dire existant depuis avant la colonisation de l’île ! Beaucoup d’entre elles ont des noms suprenenants, tels que « bois blanc », « bois de négresse », « fougère tam tam », « chasse vieillesse »… La plupart de ces espèces sont sauvegardées au Jardin d’Eden, le jardin botanique de l’Ouest de la Réunion.

Dans la nature même, si on a de la chance, on peut également croiser des animaux endémiques comme le papangue (sorte de faucon réunionnais), le tangue (sorte de hérisson qui ne pique pas), de multiples espèces de lézards et d’oiseaux dont notamment le paille-en-queue, emblème de l’île.

Un paille-en-queue

Très célèbre également dans le monde des sportifs, la Réunion héberge le Grand Raid, aussi appelé la Diagonale des Fous : c’est une course internationale de 170 km qui consiste à traverser l’île entière en diagonale du nord (St Denis) au Sud (St Philippe), en passant par les montagnes, les cols et les pitons, avec un dénivelé de plus de 10 800m, en un minimum d’heures. Le record est de 14h41 en 1995 !

Deux autres trails plus petits sont également proposés : le Trail de Bourbon (93km) et La Mascareignes (63km). De nombreux professionnels viennent s’entraîner à la Réunion.

Cependant, les randonnées sont surtout prévues pour les amateurs de belles vues et de nature à l’état sauvage. Il est normal pour une famille réunionnaise d’aller se promener en forêt le week-end ou d’aller pique-niquer sur les pentes des cirques ou du volcan ! La nature fait partie intégrante de la culture réunionnaise.

La violence de la nature dans l’île : volcan et légendes

Plus important encore que les plantes et la faune, le volcan a une place bien particulière dans le cœur des Réunionnais. Certes, c’est un endroit magnifique à visiter, et il fait partie du parc naturel comme de la liste des endroits les plus visités de la Réunion. C’est surtout une entité à part entière, qui participe étroitement à la construction de la culture réunionnaise.

À lire aussi : Grimper en haut du volcan Le Piton de la Fournaise

Les Réunionnais aiment leur volcan. C’est lui qui fait se déplacer la moitié de la population à chaque éruption. Des saints et autres spécificités religieuses (pas forcément chrétiennes) y sont liés, protégeant l’Homme des fureurs volcaniques et défiant la nature comme l’église de Piton Sainte Rose, Notre Dame des Laves, que les coulées de laves ont évitée.

Le volcan nourrit les fantasmes réunionnais et sert d’habitation à plusieurs personnages de légendes créoles. On y trouve Grand Mère Kal, qui est à la fois la sorcière du volcan, souvent l’épouse de Grand Diab’ (diable) qui vit au centre du volcan, et un fantôme hantant le sud de l’île. Ti-Jean, héros de beaucoup de contes locaux, vit la plupart de ses aventures sur les flancs du volcan.

Le volcan hante l’imaginaire collectif réunionnais et en fait également sa fierté à l’international. « Notre volcan » est parmi les plus beaux du monde, évidemment ! Autour d’une île, y a de l’eau. La lave, bien gentiment, va rajouter chaque année (ou presque) quelques centimètres à l’île en allant plonger dans l’eau bouillonnante de l’Océan Indien.

Pêche, requins, dauphins et autres joyeusetés

Bien que formée de montagnes extraordinaires, la Réunion n’en reste pas moins une île tropicale avec tous ses avantages – et quelques inconvénients. Pour citer ceux-ci en premier, nous n’avons guère de pêche locale : on trouve très rarement de l’espadon, des bichiques (des alevins de cabot*) ou ce genre de poissons exotiques, mais il n’y a pas de pêche à grand niveau.

*Attention : cabot, le poisson, et cabot, le chien, sont deux mots différents de cabo, nom vulgaire et insultant signifiant le pénis en créole. Donc dites bichiques, et pas alevins de cabot !

L’autre désavantage majeur de la Réunion, c’est … que oui, l’île est entourée d’eau et a bien un lagon. Mais (car il y a toujours un mais !) il y a très peu de plages dignes de ce noms. Elles se situent toutes dans l’Ouest et au Sud-Ouest, mais toutes ne sont pas à baignade autorisée et/ou surveillée.

La plupart d’entre elles donnent sur le lagon… qui ressemble depuis quelques années plus à un bain de pieds où il faut éviter de plonger au risque de s’assommer ! Cela est dû à la disparition progressive des coraux à cause de la houle, de l’océan et des activités humaines. Rassurez-vous cependant : le lagon est désormais un espace protégé et une réserve naturelle. On y trouve toujours de jolis poissons à observer et une flore marine admirable.

Pour en revenir aux avantages de l’île, nous avons… les requins. Ils n’attaquent que de temps en temps, histoire de goûter un bout de surfeur, et repartent aussitôt. Après une augmentation signifiante des attaques à cause de deux requins psychopathes que personne n’arrive à attraper, la baignade est interdite dans la plupart des endroits de l’île, sauf en zone protégée par les municipalités.

Heureusement, pour tenir compagnie aux requins délaissés, la Réunion accueille également de nombreux dauphins qui reviennent chaque année et qui se laissent approcher par les bateaux de touristes et les plongeurs.

Fait encore plus rare et marquant : l’île se trouve sur le chemin des baleines qui descendent en hiver vers le sud et mettent bas à proximité de la Réunion. Il n’est pas rare d’apercevoir des baleines en juillet, avec leurs baleineaux !

Nous avons également quelques tortues, qui sont préservées dans le centre Kélonia, l’observatoire des tortues marines. On ne les voit que par accident en liberté mais elles existent !

Bien qu’actuellement restreints pour causes de sécurité, le surf et les activités nautiques font le bonheur des touristes et des Zoreils (les métropolitains habitant à la Réunion). Plongée sous-marine, surf, voile, body-board : chacun peut trouver son bonheur dans la mer à condition de respecter les règles de sécurité. Quand un Réunionnais vous dit de ne pas vous baigner à tel endroit ou à l’aube et au crépuscule, écoutez-le : il sait de quoi il parle et vous sauve probablement la vie !

Le reste de la côte, bien que non praticable en lui-même, n’en offre pas moins des points de vue magnifiques. Certains endroits en deviennent même magiques : le Souffleur à Saint Leu par exemple, ou la coulée de lave dans la mer…

Le Souffleur

En plus, malgré le peu de plages, nous en avons tout de même de très belles, des très exotiques (comme la plage des Roches noires, qui porte bien son nom), et des très spécifiques… Où le but est de se promener, pique-niquer, se reposer, profiter de l’air marin avec un sandwich américain bouchons-sarcives* ketchup/mayo bien diététique en main !

*Sarcives : viande de porc marinée dans de la sauce soja et du miel — bouchons : sorte de bouchée vapeur chinoise

Bien que considérée comme une île touristique, c’est l’aspect naturel plutôt que son aspect purement « tropical » qui rend la Réunion intéressante comme destination de vacances – ou pour y habiter, soyons fou ! Du haut des pitons aux sables du lagon, la nature revêt milles couleurs qui cherchent à vous éblouir. Chère au cœur des Réunionnais, elle se décline sous tellement de formes que l’appareil photo ne peut se reposer… et qu’elle révèle des surprises même au créole le plus habitué à sillonner l’île.

Pour enchaîner, la prochaine carte postale portera sur les spécificités culturelles de la Réunion aux multiples couleurs, car l’Homme s’est inspiré des couleurs naturelles pour se créer sa coquille sociale !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 20 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Kyonaa
    Kyonaa, Le 25 octobre 2014 à 0h21

    Je suis contente qu'un article sur mon île soit sur Madmoizelle ! Elle me manque tellement...:puppyeyes:

    Ceci dit, je ne suis pas d'accord avec certains points : je trouve qu'on a suffisamment de (très jolies) plages (j'étais étonnée de lire "très peu de plages dignes de ce nom"), et je ne trouve pas que le lagon soit une sorte de bain de pieds..:erf: A l'Hermitage (ou Ermitage, mais ça a changé sans que je comprenne), près de Go, la plongée avec masque et tuba y est merveilleuse ! J'ai croisé de jolis poissons, des murènes et même un petit poisson lion cette année, quand j'y étais en vacances.. Tu le dis dans ton article "On y trouve toujours de jolis poissons à observer et une flore marine admirable", mais cette histoire de "bain de pieds" me chiffonne. :innocent:

    Justement, La Réunion a la chance d'avoir autres choses à offrir que des plages de sable blanc, et c'est super que tu aies cité pas mal de trucs dans ton article (surtout les superbes randonnées :loveeyes:) ; et je suis tout à fait d'accord avec cette phrase : "Bien que considérée comme une île touristique, c’est l’aspect naturel plutôt que son aspect purement « tropical » qui rend la Réunion intéressante comme destination..". Bref, MERCI pour cet article, ça fait du bien de lire des choses sur l'île...j'y suis tellement attachée !

Lire l'intégralité des 20 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)