Ces rencontres de soirée qui se sont transformées en belles amitiés

Par  |  | 1 Commentaire

Des amitiés peuvent naître dans les lieux surprenants parfois... Dans une boîte de nuit, à une soirée BD jusqu'aux toilettes dégoûtants d'un bar miteux !

Ces rencontres de soirée qui se sont transformées en belles amitiés

Des amitiés (parfois incongrues) naissent dans des bars, des boîtes et des soirées.

Mymy, Anouk et moi, ne serions jamais tombées sur des personnes qui nous sont si chères aujourd’hui si nous n’étions pas sorties ces soirs-là !

L’histoire de Mymy, la rencontre de soirée qui a fait naître une belle bande de potes

Il y a quelques années, madmoiZelle était partenaire du We Do BD (anciennement Festiblog), un festival autour de la BD sur Internet.

C’était chouette, mais ce n’est clairement pas ma passion (je pense avoir découvert Boulet 128 ans après tout le monde) donc j’ai poliment décliné la soirée d’ouverture : j’avais rendez-vous avec Marion Séclin pour teindre mes cheveux en rose.

Une fois la couleur posée, rincée et séchée, la pizza engloutie et de multiples épisodes des Simpson regardés d’un oeil en papotant, il était pas loin de minuit et je me suis dit, autant passer faire coucou à cette fameuse soirée We Do BD avant de me coucher.

Je papotais avec diverses personnes (dont la mirifique Mirion Malle) quand un espèce de labrador humain a déboulé, une pinte à la main, et nous a montré sa BD auto-éditée, 2×2. Je l’ai feuilletée sous son oeil inquiet. J’ai ri. Il était content.

C’était ma première rencontre avec Aurélien Fernandez, quelque part entre un chien fou et un auteur qui claque !

Depuis, on est très amis et on a même bâti ensemble une jolie bande de potes qui est très importante à mes yeux. Heureusement que j’ai bougé mon cul jusqu’à la soirée du coup !

L’histoire d’Anouk, la rencontre de boîte qui s’est transformée en histoire d’amour puis d’amitié

C’était quand j’avais 18 ans. Un soir, je suis sortie en boîte avec des potes. Au début, c’était un peu vide et mes amis étaient SI MOUS. Du coup, pour les réveiller, je leur ai proposé un action/vérité (on ne juge pas je sortais à peine de l’adolescence).

Nous voilà donc à se donner des défis plus gentils que bêtas, jusqu’au moment où un de mes copains m’a dit : t’as 5 minutes pour embrasser un inconnu. Et que je lui ai répondu : ok.

J’ai regardé autour de moi et j’ai vu ce grand barbu en chemise, un peu propret sur lui, le regard dans le vide. Ni d’une ni de deux, je suis allée lui parler, et après 5 minutes à papoter de tout et de rien, je lui ai lâché :

« Je suis désolée mais en fait j’ai fait un pari avec des potes, et il faut qu’un mec m’embrasse. Tu veux m’embrasser ? »

Alors il a mis ses mains autour de mes joues et m’a embrassé. Après ça, on a fini la soirée ensemble, et puis on s’est vu, revu, on est sorti ensemble 6 mois avant de se séparer.

Mais l’histoire est loin d’en finir là car 6 ans plus tard, je continue à le voir de temps à autres, en bon pote. On se connaît très bien, depuis le temps.

À lire aussi : Je n’aime pas les sites de rencontre… Je vais où pour pécho ?

L’histoire d’Alison, la rencontre dans les toilettes d’un bar miteux qui s’est transformée en amitié internationale

J’étais dans un programme d’échange universitaire, aux États-Unis, non pas à New York City of lights, mais à Morgantown, dans le West Virginia.

C’est comme New York, avec les gratte-ciels en moins ainsi que les musées, la mode, et les new-yorkais.

En réalité, t’avais plus de chance de croiser une vache qu’un métro là où je vivais.
Mais je ne me plains pas, Morgantown est une ville étudiante formidable avec une vie nocturne trépidante.

Juste à côté du campus, se trouvait High Street, « la rue de la soif » où se trouvait tous les bars et les boîtes.

Un jeudi soir des copines françaises voulaient sortir au bar Joe Mama’s, qui ressemblait beaucoup au bar du film Coyote Girls !

Sortir le jeudi au Joe Mama’s allait devenir une tradition, et je ne l’aurais pas parié ce soir. J’étais donc dans cet endroit merveilleux où les shots coulaient à flots autour de moi et je mourrais d’envie de faire pipi.

Comme j’étais un peu une zinzin de l’hygiène et que je détestais les toilettes dégoûtants, comme beaucoup, je voulais me retenir jusqu’à ce que je rentre mais je n’ai pas pu. Je me suis donc retrouvée dans des toilettes puants à attendre mon tour.

Dans la queue, trois brésiliennes sont venues me parler car elles avaient repérés mon accent français et elles trouvaient ça trop cool.

On a commencé à papoter, elles étaient très amusantes (et alcoolisées). De retour sur le dancefloor je ne retrouvais plus mes copines françaises.

À lire aussi : Comment bien faire la fête ? — Les Petitips de Charlie

J’ai donc passé ma soirée avec elles et plus particulièrement avec Gabriela, que je n’ai plus quitté de tout le reste de mon année universitaire aux États-Unis.

Ses copines me demandaient de leur présenter des français charmants quant à Gabriela, elle était plutôt intéressée par l’idée de rencontrer des françaises.

Rien ne nous destinait à nous rencontrer, nous avons des personnalités et des caractères tellement différents.

Gabriela est une grande brésilienne au caractère bien trempé, elle est grande, bronzée, elle de longs cheveux bruns lisses et brillants qui lui tombent sur les fesses et elle aime avoir recours à la chirurgie esthétique.

Je suis juste l’inverse.

Le fitness et l’entretien de son corps sont très importants pour elle, moi je suis plutôt épicurienne et je n’ai pas fait de sport depuis mes 12 ans.

Elle est aussi ingénieure, passionnée de politique et de sciences et je déteste ça, j’ai fait des études de lettres, j’adore lire et j’ai un gros blocage sur les maths et j’assume ne pas être 100% confiante sur mes tables de multiplications.

On n’était pas souvent d’accord mais on est pourtant devenues inséparables.

Elle est tombée amoureuse d’une barmaid de Joe Mama’s, bar qui est devenu notre QG pendant des mois.

Quand la fin de l’année universitaire est arrivée et qu’il était temps de retourner dans nos pays respectifs on a pleuré toutes les larmes de notre corps.

Heureusement que les réseaux sociaux existent, pas un jour se passe sans que j’ai un snap ou un message vocal WhatsApp de sa part !

Et tu sais quoi, elle arrive dans deux semaines à Paris pour passer les fêtes de Noël avec moi.

Je n’aurais jamais pensé rencontrer ma meilleure amie dans les toilettes d’un bar piteux au fin fond des États-Unis.

J’espère que tu as apprécié ces histoires et que même s’il fait froid en ce moment, tu n’hésiteras pas à sortir, une amitié t’attend peut-être quelque part !

Ce soir, on fait notre Grosse Teuf à la Bellevilloise, viens, ce serait bête de passer à côté de quelqu’un qui risque de marquer ta vie pendant longtemps !

À lire aussi : 21 pensées que t’as quand tu finis une soirée à 6h du matin

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (1) Facebook ()
  • Nymphetameen
    Nymphetameen, Le 2 décembre 2017 à 15h57

    Ohoh ce sujet me rappelle bien des souvenirs!

    J'ai rencontré mon mec, ma meilleure amie et toute ma bande d'ami-e-s actuelle à une soirée à laquelle je n'avais pas non plus prévu d'aller car je ne connaissais que deux personnes. J'étais un poil déprimée (je venais d'apprendre que j'étais refusée en M2 de psycho, bref) et je n'avais plus un rond. Mes deux connaissances m'ont proposé de les rejoindre à une après midi débat antispéciste, je me suis dit que ça allait me sortir. C'est là que j'ai rencontré celle qui allait devenir ma BFF et future coloc (mais j'pouvais pas le savoir) qui m'a demandé si j'allais bien à la soirée punk proposée par la suite. J'ai suivi le mouvement, et à minuit ont débarqué trois joyeux drilles qui passaient par là (non en fait ils venaient rejoindre ma pote), et dans le lot y'avait le futur père de mes enfants imaginaires.
    Je crois d'ailleurs que ce fut l'une des meilleures soirées de ma vie, alors que je ne connaissais aucune de ces personnes 12h plus tot. Et j'ai chopé mon mec le soir même, on ne s'est jamais quittés après ça XD

    C'était il y a 4 ans, quelle émotion :nod:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!