Par  |  | Aucun Commentaire

Crazy Ex-Girlfriend débarque en France ! À l'occasion de sa sortie sur Téva, sa co-créatrice, co-scénariste et interprète principale Rachel Bloom passe derrière le micro de madmoiZelle.

Si vous ne le savez pas encore, je le redis et le crie sur tous les toits, j’adore Crazy Ex-Girlfriend ! C’est tout simplement l’un des meilleurs programmes (si ce n’est le meilleur) du paysage télévisuel actuel à mes yeux.

Les coups de cœur c’est subjectif, mais la grande qualité de cette série musicale ne fait aucun doute.

Vous ne saviez pas comment la visionner ? Téva résout vos problèmes car ça y est, pour la première fois, la saison 1 va être diffusée en France en ce 23 avril à 20h50 !

La composition de Crazy Ex-Girlfriend : des ingrédients pour une série parfaite

Tous les ingrédients qui composent Crazy Ex-Girlfriend sont parfaits. Le ton barré et les thématiques sensibles formaient un joli équilibre.

C’est une dramédie, oscillant entre comédie noire et absurde et drame de vie. Ça chante, et dans des registres qui m’intéressent plus que les chansons d’Empire par exemple.

Il s’agit d’une série créée et écrite par deux femmes. L’une des deux moitiés du duo campe d’ailleurs le personnage principal. Et ça passe le test de Bechdel tellement haut la main.

Les thèmes abordés vont de la sexualité à la dépression en passant par la religion et le féminisme. Et je le rappelle, tout ça en chanson. Si ça ne gagne pas des points d’originalité et d’audace, je ne sais pas quoi faire de plus !

À lire aussi : « Heavy Boobs », le cri du cœur musical des gros seins

La saison 2 de Crazy Ex-Girlfriend, encore meilleure que la première

À l’occasion de la sortie de la saison 2, j’avais concocté une petite chronique pour dire à quel point j’aimais Crazy Ex-Girlfriend et son actrice principale : Rachel Bloom.

Alors quand cette même Rachel Bloom est venue en France pour la tournée promotionnelle car sa série va être diffusée dès ce dimanche 23 avril sur Téva… j’ai littéralement sauté sur l’occasion.

Les nerfs n’ont pas joué en ma faveur, mais cet entretien est probablement l’un des plus grands moments de fangirlisme de ma vie ! Malgré sa fatigue visible, l’actrice répond aux questions sans tabou et avec franchise.

Elle rectifie notamment une fausse information donnée auparavant, si la série est bien prévue sur quatre saisons, les thématiques de femme et d’ex-femme folle (« crazy wife et crazy ex-wife ») , ne sont pas du tout exactes.

À lire aussi : Être une fangirl, c’est instructif : la preuve !

Je vous laisse découvrir la manière qu’elle a de percevoir le monde, et son génie incroyable. Non, je ne suis pas du tout de mauvaise foi, je reconnais juste son talent incommensurable.

Et l’Hexagone pourra le découvrir dans Crazy Ex-Girlfriend, dès le 23 avril à 20h50 sur Téva !

À lire aussi : Ces héroïnes de série télé féministes qui font plaisir à voir

Commentaires
Forum (2) Facebook ()
  • Zoegoeshigh
    Zoegoeshigh, Le 24 avril 2017 à 14h32

    J'adore la série et j'ai trouvé l'interview super intéressant ! :top:
    En revanche j'ai un énorme problème avec la traduction, quand Rachel explique que les personnes qui se sentent fondamentalement mauvaises sont "either truly mentally ill or..." qui a été traduit par "fous". Non seulement c'est un contre-sens, car ce que Rachel semble vouloir expliquer c'est que, comme son personnage Rebecca quand elle chante "I'm the villain in my own story", lorsqu'on est persuadé d'être vraiment profondément une mauvaise personne c'est qu'on est en souffrance, mais surtout c'est très dégradant et condescendant d'afficher que souffrir d'une maladie mentale = être fou... Ca relève d'un combat auquel vous prêtez souvent attention sur le site, la reconnaissance des maladies mentales et leur déstigmatisation, et là c'est un bon gros faux-pas. :erf: (d'autant plus quand on parle d'une série qui traite très ouvertement de ce sujet là)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!