La composition des protections hygiéniques, sans risque pour la santé ?

Une nouvelle étude assure que la composition des protections hygiéniques, tels que les tampons et les serviettes, serait sans risque bien que constituée de substances chimiques.

La composition des protections hygiéniques, sans risque pour la santé ?

Alors comme ça, y a du nouveau au rayon tampons ?

J’ai toujours du mal à croire que nous soyons en 2018 et que nous, personnes qui avons des règles, ne sachions toujours pas (ou alors très mal) la composition exacte des protections hygiéniques de type tampons et serviettes jetables.

Depuis la médiatisation du syndrome du choc toxique, j’ai l’impression que des utilisatrices de protections hygiéniques tentent de faire pression sur les fabricants pour leur soutirer la liste complètes des composants des produits.

Il y a trois ans, la pétition «Rendre visible les compositions des tampons de la marque Tampax‪ lancée par Mélanie Doerflinger avait fait le tour du Web français.

Aujourd’hui, les signataires attendent toujours une action de la part de la marque. 

Des études scientifiques sur les protections hygiéniques

La bonne nouvelle, c’est que plusieurs laboratoires ont commencé des recherches autour du syndrome du choc toxique, par exemple le CHU de Lyon en 2016.

L’ANSES, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, s’est penchée, entre autres, sur la composition des tampons et des serviettes que l’on peut trouver au rayon protections intimes des supermarchés.

Les résultats ont été publiés jeudi 19 juillet 2018.

Le laboratoire a mené une étude et en tire les conclusions suivantes :

  • Les tampons et les serviettes seraient sans risque pour la santé
  • Ce n’est pas leur composition qui provoquerait le syndrome du choc toxique mais bien leur utilisation
  • Des substances chimiques sont bel et bien présentes dans les protections hygiéniques mais leur quantité respecte un seuil de tolérance respectable.

L’intégralité du rapport est à lire ici, et le communiqué de presse se trouve par là. 

À quand la transparence au sujet des protections hygiéniques ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir appris quelque chose personnellement.

J’ai toujours su que laisser un tampon dans son vagin pendant 48 heures était une mauvaise idée et favoriserait le déclenchement du syndrome du choc toxique — mais c’est important de le rappeler.

Ensuite, la présence de substances chimiques est désormais avérée et si elle ne présente pas de risque sur le long terme, je ne vois pas ça d’un très bon œil.

Je ne dis pas qu’il faut s’alarmer et jeter tous les tampons et les serviettes hygiéniques que tu as chez toi.

J’aimerais simplement que les fabricants affichent clairement la composition et le processus de fabrication de leurs produits.

Je suis pour une totale transparence qui permettra à toutes les consommatrices de faire un choix entièrement éclairé de leurs protections hygiéniques pendant leurs règles.

Mais il n’existe aucune réglementation qui encadre la composition de ces produits. Là encore, il serait temps que cela change (coucou la commission Européenne !).

Bien utiliser ta protections hygiéniques

Avoir une utilisation correcte des protections hygiéniques ne permet pas seulement de te prévenir du syndrome du choc toxique (qui est une pathologie très rare mais dangereuse).

Cela te permet surtout de maintenir le bon équilibre de ta flore vaginale et d’éviter au mieux les infections comme les mycoses ou les vaginoses.

Avant de manipuler ta protection, il faut te laver les mains, ça évite d’aller mettre tes bactéries et des microbes au niveau de ton vagin.

Un tampon ne se garde pas plus de six heures par jour, et la nuit, il vaut mieux favoriser les serviettes hygiéniques de nuit.

Une coupe menstruelle (ou cup) doit être vidée régulièrement dans la journée, et je te conseille d’éviter de la laisser plus de six heures, comme le tampon. Il est important de la stériliser avant emploi.

Enfin, favorise les serviettes hygiéniques sans parfum pour préserver ta flore vaginale et changes-en plusieurs fois par jour.

Et toi, quel est ton avis sur ces résultats ? Quelles protections hygiéniques utilises-tu ?

À lire aussi : « Tampon, notre ennemi intime » : une enquête choc sur la composition des tampons

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Adwi
    Adwi, Le 22 juillet 2018 à 10h22

    Pour mes serviettes lavables, je m'y suis mise il y a 3/4 mois et franchement, c'est pas si galère le lavage. Faut bien penser à rincer la serviette à l'eau tiède avant (parce que l'eau froide fige le tissus, donc retient le sang), tu évacue tout le sang et après, j'envoie avec une lessive normal, à 30°C. Les miennes sont noires à l'intérieur, donc le risque de tâches est limitée.
    En outre, ça absorbe vraiment plus qu'une serviette du commerce (2 fois plus, je dirais), ça n'assèche pas les muqueuse par trop plein d’absorption et je plussoie le fait que c'est super joli.
    Personnellement, j'ai prit les miennes sur Etsy, après avoir bien lu les commentaires, et la première boutique où je me suis approvisionnée, les serviettes sont toutes petites, bien qu'un peu épaisses, mais du coup, pas de traces sous les pantalons très serrés.
    Et pour le coût, j'avais testé sur mes deux premiers cycles avec seulement 3 serviettes "journée" et 2 "nuit" et ça peut fonctionner si on a pensé à garder des machines à faire tourner pendant nos règles, ou de les laver à la main (ou, comme moi, avoir un cycle 14 minutes et en profiter pour faire tourner deux trois trucs avec chaque soir)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!