Les protections hygiéniques qui font du bien à l’environnement

Par  |  | 22 Commentaires

Si les règles en elles-mêmes n'ont pas d'impact sur l'environnement, on ne peut pas en dire autant des protections hygiéniques. Et si on passait à des solutions écolos ?

Les protections hygiéniques qui font du bien à l’environnement

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat commercial
avec Dans Ma Culotte.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

dans_ma_culotte_620_article
On n’en parle pas assez, mais les protections hygiéniques polluent. Parce que les produits vendus dans le commerce sont pour la plupart non recyclables.

Si on fait le point, plus de la moitié des femmes ont déjà eu leurs premières règles à 13 ans, et atteignent leur ménopause à 50 ans, soit 37 ans de règles.

Avec des règles durant environ 4 jours (correspondant à la phase de desquamation du cycle), et à raison de 5 protections par jour (il s’agit d’un minimum estimé au sein de la rédaction, faute d’avoir pu trouver des données scientifiques fiables sur le sujet), on obtient 8 880 protections hygiéniques pour une seule femme sur toute sa vie.

Dans sa vie, une seule femme utilisera au moins 8 880 protections hygiéniques, dont la majorité ne sera pas recyclée.

Et encore, c’est un minimum, comme tu pourras t’en rendre compte avec ce calcul en temps réel de déchets produits par les serviettes hygiéniques. Ce qui fait beaucoup, en particulier quand on sait que ces protections hygiéniques ne sont pour l’ensemble pas recyclées.

Or, les déchets ainsi produits mettent entre 400 et 450 ans à se dégrader complètement dans l’environnement. Bonjour l’angoisse, d’autant que ce n’est pas comme si on pouvait aisément se passer de protections hygiéniques…

S’il n’existe pas à l’heure actuelle de protection hygiénique véritablement « zéro déchet », certaines solutions permettent néanmoins de réduire leur nombre. Et fort heureusement, aucune ne nécessite de tenir des navets crus sous ses aisselles en sautant à cloche-pied.

Réduire ses déchets avec des tampons bio

Problème n°1, on ne sait pas vraiment ce que contiennent nos protections hygiéniques, comme les tampons. Et je ne sais pas toi, mais personnellement j’aime savoir ce que je mets dans ma shnek.

Certaines marques (bah oui, comme Dans Ma Culotte) ont donc penché pour la transparence, et proposent des tampons biodégradables en 4 mois car faits intégralement en coton biologique, en vrac (pas de boîte à jeter donc) et sans applicateur.

Ce qui a le double avantage d’être plus respectueux de l’environnement et de diminuer le nombre de déchets ainsi produits (RIP applicateurs), mais aussi d’être plus respectueux de ton corps.

D’ailleurs, j’ai été épatée de voir que le site faisait également un rappel pédagogique sur le Syndrome du Choc Toxique… quand je te parlais de transparence !

À lire aussi : Donnez vos tampons usagés pour… aider à comprendre le syndrome du choc toxique

Réduire ses déchets avec des serviettes hygiéniques lavables

J’avoue que je n’ai jamais trop aimé les serviettes hygiéniques que je trouve peu confortables.

Sans compter qu’entre l’emballage plastique pour le paquet, l’emballage plastique individuel et les petites languettes à détacher, ainsi que la serviette en elle-même, on atteint un nombre phénoménal de déchets pour un seul produit.

Les serviettes lavables peuvent être plus pratiques et confortables, notamment grâce aux boutons-pression.

Alors c’est avec un vrai plaisir que j’ai appris l’existence des serviettes lavables, que l’on peut réutiliser. En l’occurrence, la marque Dans Ma Culotte a poussé le concept jusqu’au bout, avec des serviettes en coton, qui limitent les allergies.

Et encore, tu n’as pas entendu le meilleur : ces serviettes sont fabriquées en France, en circuit court ! Oui, parfaitement.

À lire aussi : BiznessMad — Marie et Noëlle, créatrices de « Dans ma culotte »

Non seulement les boutons-pression de la serviette permettent de la replier minutieusement une fois utilisée (rapport que s’en foutre plein les doigts, merci mais non merci), mais en plus une pochette adaptée est aussi disponible pour la transporter sans risque.

serviette-dans-ma-culotte

Plus glamour que les serviettes jetables, quand même

Je précise aussi que celle-ci est décorée, lui donnant l’air d’une petite trousse de toilette. Ça n’a l’air de rien dit comme ça, mais ça te permettra d’éviter gêne et odeurs si jamais tu devais ouvrir ton sac devant quelqu’un…

big-guide-vagin-sophie-pierre-pernaut

L’idée est donc que tu n’as plus qu’à rincer celle-ci un premier coup, puis à la mettre à la machine à laver avec le reste de tes fringues et à t’en laver les mains (lol ce jeu de mot) (je me fatigue).

Réduire ses déchets avec la cup ?

Je te vois venir, tu vas me dire qu’ÉVIDEMMENT la cup est une solution écologique, et je ne t’apprends rien. Oui, mais toutes les cups ne se valent pas.

Par exemple, certaines coupes menstruelles sont faites de silicone, d’autres de TPE médical (un dérivé du plastique). Or, le silicone est un matériau plus difficile à recycler que le TPE, et ça peut aussi être intéressant de penser à la seconde vie de ta cup.

Les cups en TPE sont plus faciles à recycler que les cups en silicone.

L’avantage de la cup, c’est que niveau réduction des déchets, elle se pose là. Comme elle est réutilisable et valable plusieurs années, elle permet de faire de vraies économies et de penser à l’environnement dans la foulée.

Après, on parle aussi beaucoup de la cup comme de LA solution pour réduire drastiquement ses déchets d’hygiène féminine, à raison, mais si tu ne te sens pas prête ou que tu n’arrives pas à passer le cap, ne te mets pas la pression.

L’idée, c’est d’abord que tu sois à l’aise avec ton corps et avec ta protection hygiénique et comme toujours, il s’agit de ton corps, donc de ton choix.

cup-dans-ma-culotte

À lire aussi : Pourquoi passer à la coupe menstruelle ?

Dans tous les cas, je dois t’avouer que personnellement, j’ai pu tester plusieurs protections hygiéniques proposées par Dans Ma Culotte et j’ai complètement craqué mon slip (pas déso) sur leurs protège-slips, confortables et vraiment pratiques avec le système de bouton-pression.

Et dire qu’il a fallu attendre tout ce temps pour qu’enfin on puisse se préoccuper des questions écologiques de nos fonds de culottes !

À lire aussi : Pourquoi les règles foutent en l’air la digestion ?

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Chloé P.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (22) Facebook ()
  • PennSardin
    PennSardin, Le 24 mars 2017 à 21h42

    Je rejoints ce sujet, pour dire que j'ai testé les serviettes lavables de Dans ma culotte ce mois ci !!

    Alors je suis convaincue par l'aspect visuel, pratique, écolo, .... Au niveau lavage ça se fait sans soucis pour moi et moins d'odeurs aussi! La seule chose moins bien / qui me convaincs moins c'est la stabilité du dispositif ! C'est quand même moins stable que les jetables !

    Et je rejoint aussi le fait que si vs ne supportez pas les serviettes de base ça ne changera pas grd chose avec les serviettes lavables même si elles absorbent plutôt bien !

    Maintenant reste plus qu'a économisé pour en commander d'autres !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!