Un « prix Charlie de la liberté d’expression » créé au festival d’Angoulême

Le festival de la bande dessinée, qui se déroule à Angoulême le dernier week end de janvier, devrait décerner dès cette année un « prix Charlie de la liberté d'expression ».

Angoulême reçoit chaque année le festival de la bande dessinée, dont la 42ème édition devrait accueillir plus de 200 000 visiteurs.

Les organisateurs ont d’ores et déjà lancé un appel aux contributions, et ce sont à ce jour 300 dessins de presse qui ont été envoyés, et qui figurent dans un album sur la page Facebook du Festival International de la Bande Dessinée (FIBD).

Selon Le Monde, qui publie l’information, un prix spécial honorant la liberté d’expression du dessin de presse sera remise chaque année à un•e dessinateur•rice entravé•e dans sa création :

« Les organisateurs de la manifestation ont lancé l’idée de cette distinction qui devrait ensuite être décernée, chaque année, à un dessinateur – de presse et/ou de bande dessinée – ne pouvant pas exercer son métier en toute liberté. « Ce prix cessera d’être remis le jour où tous les dessinateurs du monde pourront s’exprimer librement, c’est dire qu’il a de l’avenir », a confié au Monde le délégué général du FIBD. »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Pamplemousse-
    Pamplemousse-, Le 9 janvier 2015 à 23h42

    daffy duck
    A lire sur le site d'arrêts sur images
    après le massacre inqualifiable à Charlie en janvier 2015. Unanimisme: deuil national, "nous sommes tous Charlie", mobilisations massives pour la défense de la liberté d'expression dans tout le pays. Charlie ? Plus personne ne le lisait. Pour les gens de gauche qui réfléchissent un peu, la dérive islamophobe sous couvert de laïcité et de "droit de rire de tout" était trop évidente. Pour les gens de droite: on déteste cette culture post-68, mais c'est toujours sympa de se foutre de la gueule des moyen-âgeux du Levant. Pour l'extrême droite: pas lu, auteurs et dessinateurs détestés culturellement et politiquement, mais très utile, les dessins sont repris dans "Riposte laïque" [site islamophobe d'extrême droite]. Pour beaucoup de musulmans: un affront hebdomadaire, mais on ferme sa gueule, c'est la "culture française"


    Je sais que je vais me faire lyncher, mais on défend bien la liberté d'expression non. Je suis atterrée par ces 3 derniers jours, tout me tue, cette violence lâche des trois suspects, et les conséquences que cela aura pour notre société. Non on a pas atteint la liberté d'expression, la liberté d'expression elle est incarnée par chacun de nous, et ce n'est pas 3 mecs surarmés qui vont nous empêcher de nous exprimer. Ensuite, Charlie Hebdo pour moi ça restera un journal qui a surfé sur l'islamophobie pour faire le buzz.
    Ma solidarité va donc aux victimes mais je suis dans l'incapacité de dire "je suis Charlie", je me sens monstrueuse mais c'est comme ça.
    Je suis d'accord avec toi. Je suis pour la liberté d'expression, et pour celle de Charlie Hebdo, mais ils vont quand même très loin et je ne pense pas qu'ils soient le symbole le plus pertinent de la liberté d'expression... Ce qui s'est passé est horrible, et m'affecte beaucoup, mais je ne me reconnais pas dans "Je suis Charlie".

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)