Le guide ultime de la sodomie, du conseil pratique aux précautions indispensables

Par  |  | 12 Commentaires

Se prendre des trucs dans le cul, ça ne s'improvise pas et ça demande de la préparation : voici le guide pour débutant•es de la sodomie.

Le guide ultime de la sodomie, du conseil pratique aux précautions indispensables

Il y a plusieurs orifices que l’on peut pénétrer quand on veut faire du sexe, mais il faut avouer qu’il y en a des plus faciles d’accès que d’autres. Aujourd’hui je vais vous parler de sodomie, parce que ça reste une possibilité.

Le sexe anal, j’ai cette étrange impression qu’on en parle beaucoup mais qu’on ne donne que peu de conseils pratiques. Pourtant on n’entre pas dans un cul comme on entre dans une église.

Les portes ne sont pas ouvertes à tous, et d’ailleurs il n’y a pas de charité qui tienne : si on n’a pas envie, il ne faut pas forcer.

Alors si vous vous posez des questions, voici le guide pratique de la sodomie. Dans la vie, je n’ai qu’une devise : tant qu’à se prendre des trucs dans le cul, autant que ça se fasse dans les règles de l’art !

On va ici causer de cette pratique d’une manière générale, donc tout ce qui concerne l’insertion d’objet, de doigts ou de pénis dans votre popotin ou celui de votre partenaire.

Qui peut pratiquer la sodomie ?

Ce qui est fascinant c’est que, comme tout le monde a un anus (sauf maladie/malformation), tout le monde, quel que soit son genre, peut théoriquement être sodomisé•e ou sodomiser les autres.

Les schémas possibles sont nombreux : un garçon peut pénétrer un autre garçon, ou bien une fille, qui peut elle-même pénétrer un garçon, etc.

Alors le seul critère qui joue vraiment dans la pratique de la sodomie c’est comme d’habitude l’envie et le consentement ! Faites-le seulement si vous (et votre partenaire) le souhaitez.

Ne le faites pas par pression, qu’elle provienne de votre amant•e ou de la société. Ne le faites surtout pas si vous n’en avez pas envie. Et si vous n’êtes pas certain•e de vouloir tester, eh bien attendez de l’être. Votre anus n’ira nulle part pendant ce temps-là.

J’espère.

big-sexualite-positive-saine

Comment la sodomie peut-elle donner du plaisir ?

« Tu sais c’est quoi la sodomie inversée ? Le fait de faire caca ! LOL ! »

Cette blague, c’est un ami qui me l’a faite alors que j’étais ado et que je ne connaissais cette pratique que de nom. Autant dire que j’ai trouvé ça bien étrange et surtout dégueulasse de vouloir prendre du plaisir par là.

Sauf que rapprocher le fait de déféquer à la sodomie, c’est un peu comme comparer le fait de s’enfoncer un tampon à la pénétration vaginale : ce n’est pas parce que ça passe par le même trou que ça fait le même effet.

En vrai, la pénétration anale peut faire vraiment du bien, autant que n’importe quel autre plaisir sexuel.

Pour les personnes qui ont des organes génitaux masculins, le plaisir vient de la prostate, une glande sexuelle située sous la vessie et qui s’atteint via la sodomie.

En ce qui concerne les femmes qui ont un clitoris, eh bien sachez qu’il serait relié au sphincter par de petits nerfs et vaisseaux sanguins. Eh oui, contrairement aux idées reçues, le plaisir anal n’est pas (forcément) que psychologique.

Techniquement, comment pratiquer la sodomie ?

Rentrons dans le vif du sujet : comment sodomiser votre prochain•e en beauté ?

Avant de pratiquer la sodomie, prenez soin de votre partenaire

Dans tous les cas, n’oubliez pas que vous êtes là pour passer un bon moment, détendu•e, et que mal faite, la sodomie peut être TRÈS douloureuse.

Hors de question de planter votre doigt en angle droit dans le derrière de l’autre directement, histoire d’aller plus vite.  

NE FAITES PAS ÇA.

Commencez par faire en sorte de relaxer votre amant•e au maximum. Vous pouvez pour ce faire y aller crescendo, par exemple en massant le bas de son dos, ses fesses et le fameux sillon inter-fessier, ou SIF (c’est bien le seul moment où l’on touche cette partie pour autre chose que l’épiler).

Un article de Slate propose de se lancer dans le sexe anal après un premier orgasme. Ce dernier aura détendu le corps et l’esprit, ce qui est globalement l’état recherché.

Pour pratiquer la sodomie, sortez votre tube de lube

Le lubrifiant, ça peut servir à tout plein de trucs : aider à masturber, doigter un orifice ou même réparer une porte qui grince.

Dans le cas de la sodomie, si vous ne voulez pas d’un petit effet papier de verre pour pénétrant•e et penétré•e, c’est presque une obligation.

Pour toutes les étapes qui vont suivre, gardez en tête que tout doit être en permanence lubrifié. Il n’y en aura jamais trop.

Et si vous n’avez pas de ce coulis sexuel chez vous, la salive ou la cyprine peuvent être des alternatives. Oh et puis d’ailleurs, si ça vous plaît, c’est le moment d’y aller sur les anulingus.

Préparez l’anus avec vos doigts pour une sodomie réussie

Vous voilà maintenant à l’entrée de l’endroit où le soleil ne brille jamais. Mais ne vous pressez toujours pas.

Avec un doigt, frôlez, titillez la partie externe de l’anus. Une fois que vous sentez l’autre à l’aise, vous pouvez commencer à enfoncer votre doigt à l’intérieur.

ATTENTION AUX ONGLES.

Visualisez la paroi du cul comme celle d’un collant. Ça s’effile facilement, un collant. Et bien, c’est pareil, un cul, ça s’écorche vite. Et ça fait très mal quand ça arrive.

Il est probable que vous sentiez à ce moment précis comme un passage restreint, difficile. On va appeler ça une porte. Ne la forcez surtout pas. Vous fracturez la porte de vos potes, quand vous sonnez chez eux et qu’ils tardent à ouvrir ? NON.

Continuez de vous occuper de cette partie, faites de petits cercles, exercez de petites pressions…  Vous pouvez aussi stimuler d’autres parties du corps en simultané avec votre autre main.

Quand cette ouverture s’ouvre d’elle-même, allez-y et si la personne prend du plaisir, continuez à effectuer de petits va-et-vient et autres mouvements.

Si elle a mal, ressortez, ça sera pour une autre fois (ou jamais).

La sodomie, quand on est sur le point d’y arriver

Bon, là normalement, tout le monde est détendu•e et prêt•e. Le moment est venu de tenter d’y aller avec quelque chose de plus gros, au hasard un pénis ou un sextoy.

Allez-y doucement. Une technique consiste à enfoncer d’abord le bout du gland histoire d’habituer l’anus avant d’aller plus loin. 

Et puis c’est ti-par !

Bravo, vous avez réussi votre sodomie !

Selon les personnes et les habitudes, toutes ces étapes peuvent prendre entre une et plusieurs dizaines de minutes… Il n’y a pas de règle, sinon celle de se faire du bien !

Pratiquer la sodomie en toute sécurité

Bon maintenant que vous savez prendre votre pied (ou plutôt votre cul), voici quelques règles de base afin d’éviter que ce bon moment ne vous fasse finir à l’hosto.

La première est d’absolument se protéger avec un préservatif si vous n’avez jamais fait de dépistage avec votre partenaire. La zone anale est particulièrement dangereuse en ce qui concerne la transmission d’IST et de MST.

Si vous enchaînez une pénétration vaginale, puis une pénétration anale, il n’y a pas de problème. Dans le cas inverse : changez de préservatif, sinon le risque est d’engendrer des infections urinaires ou vaginales.

Même s’il est en apparence super propre, un cul reste un cul, pour parler clairement.

Et pour ne pas voir votre anus ASPIRER ce que vous y mettez, la règle est de ne pas y enfoncer d’élément dépourvu de base assez large (ou qui ne soit pas relié à un corps humain, ce qui fait plutôt une bonne grande base).

À lire aussi : Josée l’Obsédée et le plug anal (coincé)

Pratiquer la sodomie : le point caca

Ne faisons pas nos innocent•es : on fait tou•tes caca.


Même Beyoncé. Parfois elle a la diarrhée.

En principe, si vous avez une hygiène basique et que vous êtes allé•e aux toilettes avant, le rectum est censé être vidé et propre.

Mais bon, ça c’est la théorie qui se fait littéralement niquer par la pratique. Tant et si bien que de retrouver des traces marron sur le pénis ou le sextoy après une sodomie, ça arrive.

Ce n’est pas grave, il faut juste que les deux partenaires soient conscient•es que c’est un risque à prendre.

Inutile de culpabiliser ou de faire culpabiliser l’autre, le mieux reste d’en rire ! On fait pas un scandale quand l’autre pète dans son sommeil, parce qu’on sait que ce n’est pas de sa faute. Là c’est la même chose.

Et si vous avez vraiment peur, vous pouvez utiliser une poire de lavement afin d’être certain•e d’avoir le derrière 100% propre. Cependant attention, comme le dit Medisite, cela doit rester occasionnel au risque de perturber l’équilibre de votre flore rectale/intestinale.

Pratiquer la sodomie, c’est un peu comme manger des pâtes au citron…

L’autre jour, je parlais de cet article à une amie qui m’a dit :

« Pour moi, pratiquer la sodomie, c’est un peu comme manger des pâtes au citron. J’aime bien ça, mais alors VRAIMENT de temps en temps. »

J’ai trouvé cette phrase vraiment chouette car je connais plein de gens qui détestent les pâtes au citron… Et une seule personne qui ne jure que par ça.

Le sexe, c’est un peu comme les goûts en matière de nourriture. Il y a des choses que plus ou moins de gens aiment, mais finalement, le plus important, c’est juste de prendre du plaisir !

big-masturbation-feminine

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • Freehug
    Freehug, Le 5 août 2017 à 19h05

    @0h-dear : waaah merci pour ces éclaircissements ! En effet sous la douche ça doit être mieux X) pas de traces marron bizarres :o
    Et je suis pour la complicité en mode balek dans le couple c'est tellement mieux de :yawn:pas être gêné pour un caca

    @Tante Clara : Fuck me in the ass caus' I love Jesus :lalala: (si tu connais pas google it mais je doute que ça t'aide à retenir ton rire à l'instant T :yawn:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!