Pourquoi les pingouins sont des êtres fascinants

Les pingouins ont beau faire partie du clan des animaux rois de l’Internet (avec les loutres, les chats et les pandas), ils sont des êtres aussi méconnus qu’incompris. Vous pensiez tout savoir sur le papa pingouin ? Détrompez-vous...

Pourquoi les pingouins sont des êtres fascinants

Les pingouins sont des petites stars du Web depuis longtemps. Il faut dire qu’ils sont toujours bien mis, toujours élégants, leur démarche a inspiré des milliers de gens, et puis, bon, surtout… Eh ben, leur nom, c’est « pingouin ». PIN-GOUIN. Peut-être le mot le plus rock’n’roll de toute la langue française. Celui que tu ne sais jamais vraiment comment écrire, aussi. Non, ne mens pas, lectorat. Tout le monde le sait.

« Ben, euh, non, attends : pinguin… paingou, non, pengouin… penpeg, je… roh et puis merde. »

Tu vois. Enfin bon, ce n’est pas vraiment là que je voulais en venir. Je sais que tu es en train de te dire qu’il n’y a rien de particulièrement original chez le pingouin et que… « À part qu’il a un nom pourri », oui, d’accord — tu es de mauvaise foi, un peu, lectorat. Bref, le pingouin est un animal surprenant, courageux (oui madame), et il a ceci de plus que les lolcats et les loutres qu’on peut vraiment s’identifier à lui.

Sans compter que ceci a été le premier gif de toute ma vie lors de ma découverte du Web 2.0 :

10 ans plus tard, je peux encore le regarder tourner pendant vingt minutes en gloussant invariablement dès que survient le coup de teupu.

Je dois alors me rendre à l’évidence : j’aime les pingouins d’un amour vivant, et je me dois donc de pousser un peu le kakapo, les écureuils de Londres et les crevettes pour leur faire une petite place sur le piédestal des animaux qui ne sont pas ceux que vous croyez. (Même si, avec le recul, tout ça fait un curieux mélange.)

Allez, pour le plaisir :

Paf. Uhuhuhuhu… Je… Laisse-moi. Tu peux pas comprendre.

On confond les pingouins avec les manchots

Oui, on commence avec du lourd, paf, comme ça, les palmes dans le plat : la plupart des pingouins qui nous amusent sur le fol Internet que tu côtoies de façon journalière, ô internaute, sont en réalité et selon la Science elle-même… des manchots. Y compris mon gif préféré.

Tristesse et désillusion, voici des années que l’on nous ment ! Qu’on nous spolie ! Vite ! Un remaniement !

Non, en vérité, je te rassure, c’est surtout que 99% du Web s’en tape. D’ailleurs, passée la ressemblance physique, la confusion vient d’un simple imbroglio linguistique : nos amis anglophones ont ce qu’on appelle un poil dans la main qui leur sert de canne, et se contentent d’un même mot pour désigner pingouins et manchots, qui est « penguin ». Or, je ne sais pas si le français est la langue de l’avenir, mais en attendant, le Web est majoritairement anglais. Ben oui, on dit « lolcat », pas « chamusant ». M’enfin.

Tu me diras, c’est un peu dommage d’avoir fait la confusion dans ce sens, parce que « manchot », c’est tout de même moins casse-pépettes à écrire que pingouin. Et sans vouloir continuer dans la statistique à la mords-moi le noeud, les images, vidéos et gifs de pingouins qui nous fascinent sont dans au moins 80% des cas des manchots.

Né manchot, Alfred avait toujours voulu être une luge.

Et pourtant, non seulement la ressemblance est vague — aussi vague que la forme du pingouin une fois que le manchot se sera assis sur lui — mais les différences techniques entre les deux oiseaux sont réelles au point d’y voir un esprit de contradiction tenace.

Le pingouin vit dans l’hémisphère nord. Le manchot dans l’hémisphère sud. Le pingouin vole à peu près gracieusement. Le manchot a du mal à décoller et ses ailes lui permettent plutôt de nager.

Et puis le pingouin fait partie de la famille des alcidés et le manchot des sphéniscidés, mais je vous dis ça par acquis de conscience professionnelle, parce que c’est tout juste si j’ai réussi à recopier les noms.

Si devant cette révélation tu te sens soudain comme si ton monde s’effondrait autour de toi, ça tombe bien, parce que je continue dans la démythification radicale pour bien piétiner tes ruines. Figure-toi, et c’est Wikipédia qui le dit, que les pingouins dans Madagascar… sont des manchots ! Pingu… est un manchot ! M. Popper et ses pingouins… aurait en réalité des manchots ! Et attention, le pire est à venir, tenez-vous bien.

S’il ne peut pas voler, c’est parce que le Papa Pingouin serait un manchot.

Papa. Pingouin. Un manchot.

On vit vraiment dans un monde pourri.

Parce qu’ils sont un peu comme nous (en plus mignons)

« Ça t’apprendra à aller traîner sur Wikipédia pour tes articles, tiens. » : non mais dis donc, lectorat, ce n’est pas la peine de le prendre comme ça ! Ce n’est pas grave de pleurer sur ses illusions d’enfance piétinées par la froide et biologique réalité de ce bas monde. De toute façon, on va faire comme si la sous-partie précédente n’avait jamais existé : on va regarder une vidéo avec des manchots et faire comme si c’était des pingouins.

Si vous suivez un peu, vous allez reconnaître cette vidéo, puisqu’Amélie vous en parlait il y a peu lors de sa session vidéos d’animaux #82. Il s’agit d’une scène mémorable, et en même temps pleine d’enseignement, où des pingouins se retrouvent face à face avec une corde tendue à quelques centimètres au-dessus du sol.

Je sais bien que « non mais les pauvres pingouins, quel est l’être abominable qui a osé mettre là cette corde qui les plonge tant dans l’embarras, il ferait moins le malin si on lui demandait de monter des marches avec une chaîne trop courte attachée à ses chevilles » et tout ça. Mais je regrette, je fais partie de ces monstres sans coeur qui gloussent à n’en plus pouvoir devant le désarroi évident de ces braves bêtes.

Je ris, et en même temps, je suis fascinée. Bon, ce n’est pas tant qu’ils pourraient faire le tour, comme certains finissent d’ailleurs par le faire sur cette seconde vidéo probablement parce qu’ils en avaient ras les ailettes de se faire troller par les phoques (à moins que ce ne soit des otaries ?). C’est surtout qu’ils sont merveilleusement expressifs.

Non mais regardez-les, et osez me dire que vous ne vous y reconnaissez pas un peu. Cette perplexité palpable mêlée d’indignation devant la corde tendue, c’est mon frère devant un paquet de Tampax (il sait pourtant que ce n’est pas sale).

Cette concertation de groupe aussi tendue que la corde, c’est un groupe de voyageurs qui attend le train et qui vient d’entendre une rumeur comme quoi il y avait eu une changement de voie (« hein ? » « quoi, où ? » « mais on fait quoi ? » « je sais pas vous faites quoi, vous ? » « mais je sais pas c’est pas certain » « il se passe quoi ? »).

Cette volonté presque insolente d’aller de l’avant sur une simple pulsion après un moment d’hésitation, c’est le distributeur de tracts qui se jette sur ma boîte aux lettres marquée « PAS DE PUB SVP » alors qu’il sait que je le regarde.

Et enfin, cette manière de se vautrer avec un subtil mélange de panache et de ridicule puis de se relever comme si rien ne s’était jamais passé en jetant des petits coups d’oeil inquiets autour, c’est moi qui me pète la gueule dans la rue sans raison.

Sans raison, on vous dit.

Parce que les pingouins sont des incompris

Ah, on rigole des pingouins… euh, des manchots… Enfin, on rigole des pingouins-manchots, parce qu’ils trottinent comme s’ils avaient déféqué dans leurs sarouels – ce qui les empêche, entre autres, de passer par-dessus une corde tendue ou de danser le french-cancan sans que la dure loi de la gravité ne se rappelle à eux.

Ahaha, les pingouins-manchots, sont-ils patauds, tout grassouillets et un peu concons sur leur banquise ! Sauf que non. Les pingouins ne sont pas manchots (pardon). Déjà, il y a des pingouins qui ne vivent pas sur la banquise, donc bon, ça, voilà. Ensuite, ils ne sont pas gros : c’est le duvet qui fait ça. Et la petite couche de graisse réglementaire.

Oui, d’accord, les pingouins comme les manchots sont un peu grassouillets. En même temps, je voudrais bien vous y voir, sur la banquise. Personnellement, j’ai froid devant un ventilateur, alors voyez…

C’est le duvet et la couche de graisse qui permettent à nos oiseaux préférés de résister au grand froid. Par exemple, les espèces de manchots vivant sur la banquise auront tendance à se montrer plus grassouillets, tout simplement parce que c’est la couche de graisse sous la peau qui améliore l’isolation thermique. Il faut bien ça pour plonger dans une eau à -2°C.

Ah ça vous en bouche un coin, hein. Et je vais même vous dire, ce ne sont pas les plus imposants, les plus courageux. J’en veux pour preuve ce petit pingouin qui ne s’arrête guère à des choses aussi triviales que sa taille versus la distance entre les deux rochers.

Je fais peut-être 1m60, mais moi, je passe par en bas.

Parce que les bébés pingouins

Et je pense que j’ai tout dit.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Sarah Bocelli
    Sarah Bocelli, Le 2 avril 2014 à 20h07

    sooperou;4677534
    Moi aussi jusqu'à récemment j'étaits persuadée que Pingu était un pingouin, tout comme ces ptites bêtes que j'ai croisées en Afrique du Sud à Noël dernier...alors qu'en fait, grosse claque, c'est tous des manchots !!!!

    D'ailleurs, j'voudrais pas pourrir ton article mais la dernière vidéo tu te plantes royal ....
    C'est un manchot du Cap, pas du tout un pingouin !
    Enfin moi j'dis ça...
    Un peu comme tous les oiseaux présents dans cet article, quoi :yawn:

    (la désillusioon)

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)