Ces poupées guatémaltèques mimi comme tout te veulent du bien

Par  |  | 10 Commentaires

Au Guatemala, on raconte que ces petites poupées de fil auraient le pouvoir d'éloigner toutes les peines. Mathilde te raconte cette légende mignonne comme tout.

Ces poupées guatémaltèques mimi comme tout te veulent du bien

C’est le mois de mai : il commence à faire beau, ce qui me donne des envies de vacances, de voyages, de plage… Mais parfois la grisaille me rattrape, même dans mon coin de sud ensoleillé, et ça me rend plutôt tristoune.

Avec ces envies de voyage et de réconfort en même temps m’est revenue à l’esprit une tradition guatémaltèque toute mimi dont j’ai eu envie de te parler : celle des muñecas quitapenas.

Muñeca quitapena signifie littéralement « poupée retire‑peine », c’est‑à‑dire qu’il s’agirait de poupées bienveillantes qui auraient le pouvoir d’éloigner nos chagrins.

Elles peuvent avoir plusieurs tailles, mais le plus souvent il s’agit de minuscules poupées de fil, dont la structure est parfois faite d’une simple allumette.

👧🏽🌺💛💗💜💚💙 #muñecasquitapenas #artemexicano #picoftheday #mexico #colorful

A post shared by Bárbara🌵. (@oh.mypony) on

Voilà une petite idée de ce à quoi elles ressemblent.

Ces poupées seraient selon la légende des guérisseuses. On dit que lorsque la tristesse nous emplit, ou que nous faisons face à des tracas, il serait possible de les raconter à l’une de ces poupées le soir venu, puis la déposer sous son oreiller.

La muñeca se chargerait, pendant notre sommeil, d’emporter les peines avec elles, le plus loin possible.

À peu près de la même manière que ce chien avec sa branche.

Bien entendu, toute « magie » a des conditions, et la croyance populaire indique parfois qu’il ne faut pas raconter ses problèmes à quelqu’un d’autre qu’à sa quitapena, sous peine qu’elle ne puisse pas faire son travail correctement.

On entend aussi qu’il faudrait veiller, si l’on possède plusieurs petites boîtes de poupées, à les conserver séparées, pour ne pas qu’elles se content les peines de chacun et chacune entre elles.

Ce folklore est typique d’Amérique Latine et principalement du Guatemala, même si au fil des années elle a conquis la plupart des pays de cette région du monde. On ne connait pas vraiment son origine, toujours est‑il qu’il s’agit d’une superstition à laquelle une bonne partie de la population guatémaltèque adhère.

Avec cette histoire, j’ai énormément envie de prendre un billet immédiatement pour découvrir des traditions de contrées lointaines, mais je n’ai pas vraiment le temps ni le budget. Si tu es comme moi, c’est l’occasion parfaite de te procurer la box madmoiZelle de mai, dont le thème est « Partir un jouuur » !

J’ai découvert cette histoire il y a plusieurs années, quand une personne très importante pour moi m’a offert une petite boîte contenant six de ces petites poupées colorées (une pour chaque jour de la semaine, sauf le dimanche où elles se reposent !)

Pour ce qui est de ce jour de repos insolite, rappelons que l’Amérique Latine est souvent très pieuse, le dimanche est certainement donc aussi jour du Seigneur pour ces poupées – voilà un bel exemple de syncrétisme, mais j’y reviendrai probablement dans un autre article.

Toujours est‑il que cette croyance me réchauffe le cœur, et que je la trouve mignonne à souhait. Les poupées ne me semblent pas du tout flippantes, leurs couleurs apportent déjà un peu de joie, même juste en déco. J’aime aussi beaucoup le fait qu’il s’agisse d’une légende uniquement bienveillante : pas d’années de malheur ou de malédiction promise si le « rituel » n’est pas respecté, seulement du positif lorsqu’on en a besoin.

On est plutôt sur quelque chose de cet ordre‑là, donc.

Selon un article de VeinteMundos (excellente revue pour apprendre l’espagnol, par ailleurs), les artisans qui fabriquent ces poupées s’accorderaient sur le fait qu’elles ne peuvent qu’améliorer la vie de celui ou celle qui les utilise.

Quelque part, je pense que c’est vrai. Je ne suis pas certaine que les muñecas sortent de sous mon oreiller la nuit pour aller jeter mes ennuis au loin, mais il me semble logique que formuler ses doutes, le soir, permet d’avoir l’esprit plus clair, de se décharger.

Cela ressemble à mon avis à un journal intime, mais à sa version orale et plus mystique. Ces poupées étant le plus souvent offertes à des enfants, c’est peut‑être aussi pour eux un moyen d’en tenir un même sans savoir écrire ?

En tous cas, je trouve cette histoire excessivement mignonne, et qu’il s’agit d’un très beau cadeau à offrir à une personne qu’on aime – même si ce n’est peut-être pas aussi efficace qu’une bonne thérapie, mais l’un n’empêche pas l’autre.

Pour s’en procurer, il faut en théorie se rendre au Guatemala, ou au moins dans un des pays d’Amérique Latine où la superstition se serait propagée. Il est évidemment dit que les véritables poupées, celles fabriquées par des artisans et aux pouvoirs bienveillants les plus puissants, ne se trouvent que dans des petits villages guatémaltèques.

Mais si tu veux simplement en faire cadeau (à quelqu’un que tu aimes ou à toi‑même), le billet aller/retour revient peut‑être un peu cher.

Peut-être que la version porte-monnaie permet par contre de remédier à ce problème, je ne sais pas ?

Dans ce cas, tu peux trouver tout un tas de tutos sur YouTube et Internet en général, qui expliquent comment en bricoler. Cela peut même te permettre de les personnaliser, et d’y insuffler ta propre bienveillance (qui est et restera quand même toujours la meilleure).

J’espère que cette histoire t’a plu et réchauffée autant que moi, l’écrire à nouveau m’a en tous cas fait beaucoup de bien. Je suis d’ailleurs curieuse : as‑tu toi‑même ce genre d’amulettes ? Crois‑tu qu’elles te portent bonheur ? Viens me raconter ça dans les commentaires !

À lire aussi : Partir un jouuur c’est possible avec la box madmoizelle de mai !

Valeur : + de 40€
18.90€ + 4€ de livraison

Mathilde Trg


Tous ses articles

Commentaires
  • SB88
    SB88, Le 27 mai 2018 à 4h51

    Un médecin m'en a offert une quand j'étais enfant, je l'ai encore. Ça permet de s'accrocher à qqch, ça rassure. Même s'il y a forcément une part en nous qui ne peut croire en tout cela.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?