Planking – Mèmologie 2011

Pour cette sixième étape du tour du monde des mèmes de 2011, on revient sur cette merveilleuse période qu'a été celle du Planking.

Planking – Mèmologie 2011

Mais qu’est-ce donc que le Planking ? Oh c’est très simple. C’est une pratique fort intéressante qui consiste à s’allonger sur le ventre sur n’importe quel support (plus c’est dingo, mieux c’est) en restant le plus raide possible – de manière à ressembler à une planche. D’où le nom. Plank signifiant Planche en anglais, ça désigne donc l’action de faire la planche (mais pas comme dans l’eau, à moins que vous fassiez la planche sur le bide, auquel cas je salue performance).

La genèse

Le mouvement serait né aux alentours de 2008 au Royaume-Uni (mais certains s’accordent à dire que cette pratique existe depuis 1994), puis copié en Australie, où il a totalement éclaté en 2011, devenant un phénomène mondial. L’étincelle à l’origine de cette détonation fut cette photo du joueur de rugby australien David Williams :

Après ça, le phénomène s’est rapidement propagé à travers toute l’Australie (or, dois-je rappeler que s’allonger en Australie est probablement une très, très mauvaise idée ?) (non, j’ai dit que je ne lâcherai pas l’affaire) avant de s’étendre au reste du monde.

Il y a même une page Facebook officielle nous apprend qu’il existe un certains nombre de règles pour réussir un bon planking. Par exemple, lorsque vous vous adonnez au planking, sachez que votre visage doit être totalement dépourvu d’expression, que vos jambes doivent être droites, vos bras tendus le long du corps, vos orteils et doigts pointés vers le bas… Mais surtout, tout ceci doit être fait dans un environnement sécurisé, et personne ne devrait se mettre en danger pour ne histoire de planking. Bref, c’est une pratique bien réglementée.

Les dangers du planking

SAUF QUE.

Les accidents, ça arrive. Le 15 mai 2011, Acton Beale, un jeune australien de 20 ans, a voulu tenter l’expérience sur un balcon du 7ème étage, alors qu’il était alcoolisé. La chute a été fatale. Et d’un coup, cette histoire de planking est devenue vachement moins marrante.

C’est passé de « haha, qu’ils sont cons ces jeunes, ils savent plus quoi inventer » à « nom de dieu mais ils sont vraiment con et inconscients ces jeunes, JEAN-ROBERT VIENS DONC PAR ICI ! JE T’INTERDIS DE FAIRE CE GENRE DE CONNERIES AVEC TES AMIS, TU M’ENTENDS JEAN-ROBERT ? EST-CE QUE TU M’ENTENDS ? HÉHO ? » (et hop, ni vu ni connu, vous avez une super chanson dans la tête).

Julia Gillard, première ministre australienne, a décidé de prendre les choses en main en rappelant bien à la jeunesse de son pays qu’il fallait quand même qu’ils fassent gaffe à leur cul, que c’était dangereux cette histoire et qu’ils avaient plutôt intérêt à ne pas mettre leur vie en danger pour une histoire de planchage (ceci était une tentative de francisation du terme) (c’est raté, j’vous l’fais pas dire).

Mais le phénomène s’était déjà étendu jusqu’en Nouvelle-Zélande, prenant un malin plaisir à titiller la curiosité de la jeunesse Kiwi… qui est elle aussi tombée dans le panneau. Un jeune a été grillé en train de plancher (non ça marche pas tellement hein) sur le rebord du toit d’une école et un autre a été vu quelques jours plus tard faisant la même chose sur des rails de chemin de fer. Alors qu’un train se dirigeait vers lui. Oui oui.

BRAVO LA JEUNESSE HEIN.

Planking = Référence à l’esclavage ?

Et puis un jour, le rappeur Xzibit s’est penché sur la question et s’est rué sur Twitter pour y ajouter son grain de sel en tapant du poing très fort (mais pas sur le grain de sel parce que ça fait vachement mal). Son problème ? Selon lui, la position utilisée pour la pratique du planking était celle dans laquelle on demandait aux esclaves de se mettre pour les transporter plus facilement à bord des navires. Ouais, c’est encore plus vachement moins marrant là.

Mais le plus important dans cette histoire, c’était de savoir si Xzibit avait raison – si nous étions vraiment super mal informés, ou si c’était lui qui déconnait à plein gaz. Un tas de gens se sont donc penchés sur la question, dont les journalistes du Washington Post qui ont contacté un professeur d’histoire à l’université de Pittsburgh, Marcus Rediker, auteur du livre « The Slave Ship: A Human History ». Autant le terme planking n’était pas spécialement utilisé à l’époque, autant il est vrai que les esclaves étaient forcés de s’allonger sur les planches du pont inférieur du navire, dans des conditions absolument inhumaines.

Rediker admet qu’il existe un lien entre le planking et le mode de transport des esclaves, mais qu’il n’est en aucun cas volontaire.

La gloire et la chute

Mais bon, à ce moment là, le planking était déjà passé de l’autre côté du Mordor pour se rendre jusqu’à Hollywood. Katy Perry, Rosario Dawson, Justin Bieber et autres se sont également laissés tenter, offrant ainsi un second souffle au phénomène qui a à nouveau gagné en popularité. Tous les médias en parlaient, des gens appartenant à tous les degrés de célébrités s’y sont mis tour à tour, bref, c’était la folie furieuse, le truc à ne pas rater.

Et ça ne s’est pas arrêté au monde humain, puisque même les jeux vidéos s’y sont mis.

Ce qui n’a pas plus au gouvernement des Philippines, qui a fait passer une loi anti-planking, parce que ça va bien deux minutes les conneries mais y a un moment où faut savoir arrêter hein. Il faut dire que le planking s’était invité dans les manifestations entre temps, et était donc un peu vu comme un mode de protestation. Et ça c’est pas bien. Non non non. Alors stop.

Planking et dérivés

Dans le cas du planking, pierre qui roule amasse masse de mousse, parce que le phénomène a roulé à travers toute la planète et on s’est retrouvés avec quelques dérivés pas piqués des hannetons.

Parmi eux, le Owling – qui vient donc de « owl », qui signifie chouette en anglais – et qui consiste donc à faire la chouette sur un rebord.

Mais il y avait aussi le Deading, qui consiste à faire le mort.

Puis le Koalaing, où l’on tente d’imiter le koala accroché à son arbre.

Mon préféré restant néanmoins le Leisure Diving, qui consiste à se faire prendre en photo en plongeant de façon totalement détendue, comme si on était posé pépère et non à quelques secondes d’un plat magistral.

Pour l’avoir pratiqué tout l’été, je peux vous assurer que c’est le meilleur des dérivés.

The End… ?

Depuis cet été, on n’entend plus vraiment parler du planking. Cette pratique aurait-elle totalement disparu ? La page Facebook est toujours actualisée (à l’heure où j’écris, la dernière photo de planking a été postée il y a 56 minutes), sauf qu’en dehors de ça, plus personne n’en parle vraiment.

Mais ne vous réjouissez pas trop vite, c’est pas parce qu’on en parle plus que c’est fini, bien au contraire. Le 8 décembre dernier, deux adolescents américains ont été arrêtés après que des photos d’eux en train de s’adonner à une petite séance de planking sur le capot d’une voiture de police aient été retrouvées sur Internet. (moralité : faites gaffe à ce que vous postez sur Internet bordel de zut, j’vous jure, ON EST EN SÉCURITÉ NULLE PART ! ON NOUS SURVEILLE ! LE GOUVERNEMENT VOUS MENT ! IL VOUSIDSFNQ AAAHAF LACHEZ-MOI AHFHH MAIS LACHEZ-MOFOSDJCKSNDVJDF…

*fin de transmission*

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Irma Bud
    Irma Bud, Le 2 janvier 2012 à 2h58

    non mais serieusement des gens qui MEURENT pour du planking ?
    une LOI contre ça ?
    Farnsworth s'impose.
    [​IMG]

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)