Et si on foutait la paix à la pizza hawaïenne ?

Par  |  | 28 Commentaires

La pizza hawaïenne, Margaux kiffe pas particulièrement ça. Mais ce qu'elle aime encore moins, c'est le snobisme culinaire.

Et si on foutait la paix à la pizza hawaïenne ?

On parle des pizzas ? Du délire de ces derniers temps sur l’hawaïenne ? De la rigidité culinaire ?

Il y a quelques mois, le président islandais indiquait qu’il interdirait bien les pizzas hawaïennes. Pourquoi ? Eh bien parce qu’il y a de l’ananas. Et comme c’est différent et sucré/salé, c’est pas forcément le goût le plus prisé du menu.

Depuis, sur Internet, c’est la folie, c’est devenu un mème encore plus usé que « rend l’argent », bref : c’est le nouveau carbonara gate.

La pizza hawaïenne, un débat stérile

Autant pour la carbonara, je pouvais un peu comprendre (sauf le degré de violence du débat) : toute la culture, le vrai nom attaché à un plat, etc. Mais là… Les pizzas les gars.

Pour être franche, ça fait un moment que je pense à tout ça.

Ce qui m’a fait tiquer c’est cet article publié le 6 avril sur Refinery29. Le premier ministre de la Nouvelle-Zélande a en effet posté une photo de sa dernière « prouesse » culinaire, une pizza aux spaghettis en conserve.

ET aux ananas.

Cooked dinner for the family last night – like if you agree with tinned spaghetti on pizza!

Publié par Bill English sur lundi 3 avril 2017

Alors perso, ça me donne autant envie de dégobiller qu’un shot de Jet27 après une raclette. Je suis même pas fan de la pizza hawaïenne et, pire, j’aime pas les ananas.

Et vous savez ce que ça me fait dire aux gens qui en mangent ? Rien. Parce qu’en fait, qu’est-ce qu’on s’en branle que José mange ses pizzas avec de l’ananas ou des crottes de nez ?

Qu’est-ce que ça apporte à quelqu’un qui kiffe quelque chose de lui dire « cool pour toi mais moi je pense que t’es une énorme merde et que tu manges de la merde, c’est juste mon opinion, LIBERTÉ D’EXPRESSION » ?

Bref ça m’a fait pas mal réfléchir et je pense qu’il faut qu’on discute.

Gordon Ramsay notamment, qui a entretenu un rôle de mec insultant dans ses émissions, avant de redevenir plus chill voire carrément sympa (lui-même en fait !), a récemment incarné ce snobisme culinaire.

Oui stp

Mais dernièrement, il est revenu au personnage qui l’a fait connaître en faisant des commentaires nuls à propos des plats des gens sur Twitter et en donnant il y a peu son opinion sur la pizza hawaïenne.

Les ananas ne vont pas sur les pizzas…

Vraiment top Gordon, merci pour cet apport au monde, cet exemple et pour ce cadeau social qu’est ton jugement de l’assiette de tout le monde et de la pizza.

Tout le monde ne possède pas un restaurant, tout le monde ne participe pas à Topchef !

Chier sur les petites joies des autres, c’est un des trucs les plus odieux et puérils qui soient. Pour moi, avoir du plaisir à prendre de haut n’importe quel péquin c’est un vrai signe de vulgarité… et de stupidité.

Et si la seule façon de mal manger, c’était de le faire en jugeant ce que bouffent les autres ?

Ce qui me dépasse dans ces débats et ce lynchage permanent, c’est que tout le monde se croit vraiment dans un concours culinaire en permanence.

Est-ce qu’on vient vous emmerder quand vous achetez vos entrecôtes dégueu noyées de sauce à la brasserie hyper chère du coin ? Non et encore heureux parce que c’est votre goût, votre manière de faire plaisir.

Le snobisme culinaire c’est ça la vraie vulgarité gastronomique.

La bouffe, et à fortiori la pizza, c’est censé rassembler, faire plaisir. C’est la tablée qu’on est supposé•es partager, pas notre opinion de vieux snobinard péteux.

Depuis quand commander ou cuisiner une pizza est un moment hyper sérieux ? Dites-moi la dernière fois que vous avez entendu quelqu’un dire :

« J’invite ma belle famille alors je vais l’épater avec une pizza commandée. »

Jamais parce que ce plat, c’est le truc qu’on cuisine ou qu’on commande pour des occasions sociales, pour soi, ou pour faire plaisir.

Moi en soirée

Ce qui est cool avec la pizza, c’est qu’on a le droit de choisir sa garniture, qu’on la cuisine ou qu’on la commande. Ou faire un consensus quoi, on n’est pas des bêtes.

Un amateur d’anchois pourra déjeuner en paix (comme Stephan Eicher)(laissez mes réf’ de vieille) avec un fan de fromages… et c’est ça qui est beau !

La vraie vulgarité : le snobisme

Ce débat, ces remarques, cette manière de systématiquement noter et snober ce qu’il y a dans l’assiette de l’autre, c’est ça la vraie vulgarité gastronomique.

Tout comme le snobisme musical ou littéraire, ces débats sont aussi stériles et infinis que celui sur la coriandre car le fait est que chacun a ses propres goûts.

Du moment qu’on ne m’oblige pas à manger les spaghettis moyennement appétissants, je me tamponne le cuir chevelu de savoir ce qui sera dans l’estomac de quelqu’un d’autre.

Alors oui, il y aura toujours du snobisme, il y aura toujours une autre habitude alimentaire à mépriser (ou pas !)

J’imagine qu’il y aura toujours le manque d’assurance, l’envie de rabaisser l’autre pour s’élever comme on peut (ouais même à travers une pizza) et tout un tas d’inélégances inhérentes aux humains, avec ou sans Internet.

Ma ligne édito

En échange, j’ai choisi de toujours être saoulée par le snobisme culinaire.

De toujours le pointer du doigt, de suivre ma propre idée de la bouffe à savoir kiffer et foutre la paix aux autres. Et ne plus inviter à ma table les wannabe candidats de Topchef.

C’est aussi ma ligne édito pour cette rubrique dont je suis responsable depuis plus de deux ans et demi. Alors dans mes bras les healthy life, les passionné•es du gras, les sucré/salé et les goûts simples.

Parler de bouffe comme j’en parlerais à mes potes, désacraliser les recettes de grand-mère et vous apprendre à kiffer aussi : c’est le but de la rubrique food de madmoiZelle.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur mes recettes de pizzas de Tortues Ninja, les deux tomes. Sauf si vous êtes offusqué•es par de l’ananas sur du jambon parce que vous risquez de faire une crise cardiaque et ça m’emmerderait pour vous !

Sur ce je vous laisse, je vais mettre des mangues dans mes spaghettis et du vin dans mon brownie. Bon appétit !

À lire aussi : Le sucré-salé en 5 recettes chères à mon coeur

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Margaux Palace

Prêtresse de la cuisine : comme dans les cités d’or mais avec du fromage. Ses cheveux sentent le chocolat et ses doigts l’échalote, mais elle mélange pas les deux ça va on est pas des bêtes.


Tous ses articles

Commentaires
  • Sa_ku_rah
    Sa_ku_rah, Le 26 septembre 2017 à 14h23

    Freehug
    En vrai c'est sucré-sucré ou...? Parce que j'aime bien le "sucré"-salé mais justement le goût final est salé, le miel dans la sauce, les pruneaux en accompagnement ça relève juste le goût je trouve.
    Je trouve pas que l'ananas apporte un côté réellement sucré mais plutôt un peu de fraicheur à la pizza. Ca relève un peu le gout comme pour les autres exemple que tu cites. C'est juteux et fruitée comme dit @Ruban. Moi je savais que j'aimerais d'avance parce que j'adore déjà le jambon à l'os au barbecue avec des tranches d'ananas grillés, mais alors sur une pizzas c'est encore meilleur.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!