8 phrases que j’ai trop entendues pendant mon chômage (et idées de répartie)

Quand elle était au chômage, Anouk a reçu plein de remarques. Des fois, elle les trouvait insupportables. Les voici, accompagnées d'idées de réparties pour y répondre sereinement.

8 phrases que j’ai trop entendues pendant mon chômage (et idées de répartie)

Publié initialement le 12 mars 2016

Attention, je dénonce : le chômage, c’est nul. Au-delà de l’absence d’activité et de ce sentiment pas super sympa de ne servir à rien à la société, le plus lourd à porter reste les remarques quasi-quotidiennes de proches et de moins proches.

Souvent bienveillantes, ces petites phrases entendues des dizaines de fois m’ont pourtant donné l’impression de déverser du sel sur la plaie de mon chômage. En 22 ans d’existence sur Terre, j’ai déjà connu six mois cumulés sans emploi et je me doute bien que j’y retournerai un jour.

big-kiffer-chomage

Alors voici un article hommage à ces phrases insupportables pour la chômeuse que j’étais… Et quelques idées de répartie.

Les phrases qui remuent le couteau dans la plaie

« Tu fais quoi dans la vie ? »

Après « comment tu t’appelles ? », c’est la deuxième question quand tu rencontres quelqu’un. Cette phrase presque inévitable est petit à petit devenue ma plus grosse angoisse. Au fond, j’ai toujours su qu’être au chômage n’est pas grave en soi, mais ce qui m’a beaucoup plus embêtée, c’est les questions et réflexions qui suivaient presque automatiquement cette annonce.

Idées de répartie :

« T’es un peu en vacances quoi ! »

Cette phrase sort automatiquement de la bouche de quelqu’un qui n’a jamais connu le chômage et qui voit ça comme un week-end prolongé. Alors non, parce qu’il a quand même duré 4 mois mon dernier week-end prolongé.

Always-Sunny-The-Gang-Broke-DeeUn kif sans fin

Idées de répartie :

  • Le second degré pédagogique : « Oui, si l’on considère qu’être sans argent, chez moi et passer plusieurs heures par jour à la recherche d’un emploi sans trop savoir quand je le trouverai, c’est des vacances. »
  • Le « pas de temps à perdre frére » : « Et toi, t’es un peu con, quoi ! »

« T’as trouvé un emploi depuis la dernière fois ? »

Souvent énoncée par ta mère, ton voisin ou quelqu’un d’autre qui te veut du bien, cette question fait un peu mal. Même après leur avoir expliqué approximativement trente milliards de fois que le jour où tu trouveras un travail, ils seront les premiers mis au courant… Ils continuent.

Idées de répartie :

  • L’absurde : « Ah oui, je t’ai pas dit, je suis devenu astronaute. »
  • Le sourd (prétendre ne pas avoir entendu la question, répondre de travers et questionner sur autre chose) :  « Oui oui le chat de ma coloc va bien et toi tes jonquilles ? »

« Moi j’ai retrouvé un emploi facilement. »

Il va sans dire que cette phrase est souvent lâchée sans que l’on ait questionné l’autre sur son vécu du chômage. Cette personne a sans doute alors été poussée par l’envie irrépressible de nous dire que ELLE a réussi en comparaison à nous. Merci pour ce moment.

Idées de répartie :

  • Le j’en-ai-rien-à-faire (hausser les épaules et dire) : « Ok. »
  • L’enfant (prendre une petite voix et répéter) : « Moi j’ai retrouvé un emploi facilement. »

À lire aussi : C’est la crise, ils disent… – Lettre ouverte d’une chômeuse fatiguée

Les phrases qui infantilisent

Parce qu’être au chômage semble être gage d’avoir perdu pas mal d’années de maturité aux yeux de beaucoup, les phrases qui infantilisent sont légions dans les remarques que je ne supportais plus quand j’étais au chomdu.

« T’as bien fait relire ta LM / Ton CV ? Tu sais les employeurs n’aiment pas les fautes d’orthographe. »

Ce qui m’a toujours fait sourire chez les gens qui me faisaient cette remarque, c’est le ton très sérieux ambiance « je te révèle le secret de comment trouver un travail ». C’est vrai que ce n’est absolument pas le tout premier conseil que le monde entier nous donne. (si)

Idées de répartie :

  • Le snob : « T’en as d’autres comme ça des conseils novateurs ? »
  • Le faux ingénu : « Ah bon ? Oh zut, c’est vrai que j’ai demandé à mon neveu de 4 ans de faire mon CV. Je pensais que le dessin senteur fraise donnerait du cachet à ma candidature. »

À lire aussi : Les six erreurs & leçons de ma recherche d’emploi

« Et t’as pensé à postuler chez [la boite la plus connue de ton secteur] ? »

chomdu1

Ce conseil se veut très bienveillant et la bienveillance c’est bien. Sauf que conseiller à quelqu’un de postuler dans l’entreprise que tout le monde connait de son secteur alors qu’il est en recherche d’emploi ça peut laisser penser croire qu’il n’aurait pas eût l’idée sinon.

Idées de répartie :

  • L’absurde : « Comment tu dis ? Non je suis électricien mais je n’ai jamais entendu parler d’EDF. Attends, je vais le noter sur un papier. »
  • Kamoulox : « Chaise verte mouton. »

« Et tu pouvais pas rester chez [ta dernière boite] ? »

Il faut réaliser que si l’interlocuteur est au chômage, c’est soit parce que sa précédente boite ne voulait pas le garder, soit parce qu’il ne voulait pas y rester. Dans tous les cas, la question s’est posée avant que ce quidam te la repose.

Idées de répartie :

  • YOLO : « Si, en plus ça s’y passait bien, mais je me suis dit que ça serait plus drôle de connaître l’expérience du chômage. »
  • La personne qui plombe l’ambiance : « Mon collègue binôme est mort et depuis je ne me sens pas d’y retourner. »

« Attends, t’es au chômage et tu te prends des vacances ? »

Il faudrait savoir, les chômeurs sont des vacanciers ou n’en sont pas ? Chacun vit sa vie et je rappelle que la loi autorise aux chômeurs cinq semaines de congés par an.

Idées de répartie :

  • Le « t’as l’seum avoue » : « Ouais tranquille j’vais dans le sud. Je serai dans le jacuzzi, toi dans la jalousie. »
  • Le « ton jugement vole tellement haut au dessus de ma tête qu’il va se faire cramer par le soleil » : « Yep. »

Ton ami•e est au chômage, comment appréhender la question ?

Elles sont bien belles, ces phrases que je ne supportais plus en temps que chômeuses, mais quelles sont celles qui me faisaient du bien ?

Chaque personne a son propre rapport au chômage. Certaines sont très affectées par ce sujet quand d’autres s’en fichent d’en parler. Alors le plus simple c’est tout simplement de commencer par questionner sur ce ressenti là :

Comment te sens-tu à propos de ton chômage ? As-tu envie d’en parler ?

On peut également demander à la personne si on peut l’aider sur un point. Des amis graphistes peuvent aider sur un CV, d’autres doué•e•s dans les relations humaines seront probablement de bons conseillers pour passer des entretiens ou ne pas trop stresser. Enfin, les amis peuvent simplement offrir un peu de présence quand le moral ne va pas.

chomdu3

Ce que j’ai trouvé le plus insupportable au chômage, c’est que des dizaines de personnes ne connaissant pas ma situation et ne me demandant pas mon avis viennent me conseiller sur des points qu’ils ne maîtrisaient pas eux-mêmes. Le chômage peut s’aborder dans une conversation… Mais comme de nombreux sujets qui ont un potentiel sensible, il peut être perçu comme bien indélicat de l’aborder avec des gros sabots sans se soucier du principal intéressé. 

Il nous est tou•te•s arrivé d’agir maladroitement dans la vie, ce n’est pas grave tant qu’on en prend conscience et qu’on essaye de s’améliorer. 

Et toi, quelles sont-les phrases insupportables que tu as entendues au chômage ? Comment réagis-tu quand tes proches sont au chômage ? Viens en discuter dans les commentaires !

À lire aussi : Chômage, mon amour

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 93 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nastja
    Nastja, Le 6 décembre 2016 à 11h09

    Y'a pire que "tu fais quoi dans la vie?"

    Y'a: "t'as fait quelle école?"


    Encore le chômage c'est provisoire, tu peux meubler en racontant autre chose. Mais l'école c'est le sceau à vie sur ton CV, ta carte de visite.
    Et c'est encore plus chelou quand on te demande quelles études t'as faites et ton travail actuel qui n'a strictement aucun rapport. Je sens les regards étonnés/amusés du style: "mais t'as du grave gruger en entretien toi!"

    *facepalm*

Lire l'intégralité des 93 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)