Manif pro-IVG du 1er février : appel aux madmoiZelles

Une manifestation aura lieu à Paris, le 1er février, pour défendre le droit à l'avortement en Europe et dans le monde,  alors que l'Espagne s'apprête à adopter une restriction drastique du droit à l'IVG.

Mise à jour du 31 janvier 2014 : à demain !

Léa et moi-même (Marie.Charlotte) donnons rendez-vous aux madZ Parisien•ne•s à partir de 13 heures devant le Mur pour la Paix samedi 1er février. On y sera pour filmer la manif’ et vous interviewer.

Pour toutes les provinciales : Léa a besoin de vous !

Si vous allez à un rassemblement en province, vous pouvez filmer quelques images avec votre smartphone et envoyer le résultat à Léa ! Attention, il faut filmer en format PAYSAGE absolument (horizontalement, donc). Et ne nous faites pas un long métrage, deux minutes seront déjà géniales !

Envoyez-lui vos vidéos samedi soir, car le reportage sera diffusé lundi : lea[@]madmoizelle.com

Mise à jour du 27 janvier 2014 : 

Des mobilisations sont organisées dans plusieurs villes de France, samedi 1er février. Retrouvez la liste des manifestations et rassemblements sur le site d’Osez Le Féminisme !

Pour la manifestation parisienne, rendez-vous sur l’événement Facebook pour retrouver toutes les informations.

ELLE Belgique lance également un rassemblement en Belgique : RDV à Bruxelles, devant l’ambassade d’Espagne à 17 heures.

Fort joli dessin par Cy.

Article initialement publié le 23 janvier 2014 : 

Le droit à l’avortement est en recul en Espagne. En décembre, le gouvernement Rajoy a annoncé la mise en oeuvre d’une des promesses de campagne du parti conservateur. Le projet de loi en cours d’élaboration prévoit de restreindre l’accès à l’IVG à deux cas :

  • Le viol : mais il faut que la femme ait déposé plainte.
  • Un danger imminent pour la santé physique et/ou psychique de la mère : mais il faudra que cet état soit attesté par deux médecins différents.

Dit autrement, les femmes espagnoles vont certainement perdre le droit d’accès à l’IVG. Les plus aisées viendront très probablement en France pour avoir recours à cette intervention.

Et pour toutes les autres… ? On espère que le gouvernement Rajoy pensera aussi à augmenter les aides aux mères isolées et aux couples à faibles revenus… Comme ça, de tête, je dirais que mettre au monde et élever un enfant coûte plus cher qu’une IVG en France.

On notera au passage que les malformations de l’embryon ne constituent pas en elles-mêmes une condition d’accès à une IVG : elles sont comprises dans le motif des troubles psychiques infligés à la mère.

En France, le droit à l’avortement réaffirmé

Les députés ont voté dans la nuit de mardi la suppression de la référence à une « situation de détresse » dans la Loi Veil autorisant l’IVG. Il s’agissait de supprimer une mention qui n’a aucun effet juridique, et d’empêcher qu’à l’avenir, cette mention puisse servir de prétexte à un recul du droit, ainsi que l’exprimait la députée co-auteur de l’amendement, Axelle Lemaire, députée SRC de la 3ème circonscription des Français de l’étranger :

« Il était temps que notre droit intègre cette […] évolution sociétale […]. Qu’importe si cette disposition relative à la détresse n’emporte pas d’effet juridique ou pratique dans les faits.

Les mots ont un sens, ils s’inscrivent dans une histoire qu’ils font vivre. La notion de détresse pourrait trouver une nouvelle force demain si des législateurs zélés étaient tentés par un grand bond en arrière. »

En effet, quelques « législateurs zélés » ont clairement fait entendre leur désaccord profond au sein de l’hémicycle, comme vous pouvez le voir via l’article L’IVG en débat : l’état de détresse des irréductibles opposants.

Plusieurs député•e•s se sont exprimé•e•s au cours du même débat, pour apporter le soutien de la France aux femmes espagnoles, à l’instar de Mme Colette Capdevielle, députée SRC de la 5ème circonscription des Pyrénées Atlantiques :

« Je suis élue dans une circonscription proche de l’Espagne et je vous félicite, madame la ministre, pour le pas très important fait par notre pays en faveur du droit. Citoyennes européennes, nous sommes nombreuses et nombreux ici à dénoncer ce projet de loi constitutionnel espagnol qui vise à empêcher désormais nos voisines et amies à avorter. »

Sophie Errante, députée SRC de la 10ème circonscription de Loire-Atlantique, a salué l’importance du renforcement du délit d’entrave, garantissant l’accès à l’information :

« Je voudrais témoigner de l’utilité de cet article, en particulier s’agissant des conditions d’information. Cela a son intérêt car certaines femmes aujourd’hui n’ont pas accès à une information objective, c’est-à-dire non partisane. Chaque cas est unique, comme l’est chaque femme.

À chacune de prendre sa décision en fonction de l’analyse qu’elle fait de la situation qu’elle vit : personne ne peut se mettre à sa place. J’ai reçu les témoignages de femmes qui se demandaient si elles allaient ou non recourir à l’IVG : elles ont été confrontées à des informations biaisées, à des discours culpabilisants, y compris de la part de personnels médicaux, comme certains de leurs collègues me l’ont rapporté. C’est inadmissible.

Il n’y a pas qu’en Espagne que le droit des femmes est en danger. En France aussi, nous devons être vigilants. Ce texte va dans le bon sens.

Collègues de l’opposition, vos discours réducteurs et insultants me vrillent les tympans. »

– déclarations extraites du compte rendu de séance, mardi 21 janvier 2014.

Les opposants au droit à l’avortement dans la rue

Si le droit à l’avortement ne semble pas menacé en France à l’heure actuelle, il ne fait pas non plus l’unanimité.

Ils étaient 16 000 selon la police, 40 000 selon eux-même : le 19 janvier dernier, un cortège de manifestants anti-IVG a défilé dans les rues de Paris. Ils se revendiquent ouvertement opposés à l’avortement. Le Petit Journal y était, et vous présente également la chanson des « pro-vie » :

Week-end de mobilisation pro et anti : 1er et 2 février

Une nouvelle mobilisation de La Manif Pour Tous est prévue pour le dimanche 2 février.

De son côté, l’association féministe Osez Le Féminisme appelle à manifester le samedi 1er février, pour défendre le droit à l’avortement en France, en Europe et dans le monde.

Car ce droit n’est pas acquis au niveau européen. En décembre, une proposition a été rejetée par le parlement européen : elle visait à faire du droit à l’avortement une compétence européenne, et éviter ainsi que des États-membres puissent revenir en arrière, en restreignant ce droit.

Cette simple proposition non contraignante (ce n’était pas le vote d’un texte à portée législative) a été rejetée. Un problème de traduction a été avancé pour expliquer ce vote négatif, mais on peut regretter que les députés européens n’aient pas été plus rigoureux au moment de voter une proposition d’une telle portée pour les droits des femmes.

Osez le Féminisme regrette ce rejet dans le communiqué de l’appel à manifester :

« Cette attaque du gouvernement espagnol s’inscrit dans l’offensive européenne des opposants aux droits des femmes comme l’a illustré en décembre 2013 le rejet du rapport Estrela par le Parlement européen (rapport sur la santé et les droits reproductifs traitant de l’accès aux contraceptifs et à l’avortement, de la procréation médicalement assistée, de l’éducation sexuelle et de la liberté de conscience).

Ce rapport proposait que l’avortement soit de la compétence de l’Union européenne, encourageant ainsi tous les états membres à l’autoriser. »

Dans son « teaser » de mobilisation, La Manif Pour Tous se félicite d’ailleurs de l’échec de cette proposition, le rejet du rapport Estrela :

Extrait de la vidéo « teaser » de La Manif Pour Tous

Pour Osez le Féminisme, c’est un signe supplémentaire que le droit de la femme à disposer de son corps est loin d’être acquis en Europe. Le collectif appelle à « Lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse, et qui intègre ces droits à la Charte européenne des droits fondamentaux. »

Le 1er février : Madrid et Paris mobilisées

Samedi 1er février, une manifestation pour les droits des femmes aura lieu à Madrid, ce n’est pas un hasard si OLF a choisi cette date pour appeler à une mobilisation à Paris :

« Cette date du 1er février coïncide avec une manifestation de très grande envergure qui aura lieu à Madrid. Des « trains de la liberté » achemineront des féministes de toute l’Espagne vers la capitale espagnole. Osez le féminisme ! sera présente à la fois dans la manifestation parisienne et à Madrid. »

Pour la manifestation parisienne, rendez-vous :

  • Samedi 1er février à 14h
  • Place Joffre (métro École Militaire), puis Trocadéro direction l’Ambassade d’Espagne
  • L’événement Facebook

Pour celles et ceux qui ne pourraient pas faire le déplacement, vous pouvez également participer au mouvement via les réseaux sociaux. Le magazine Elle a lancé le hashtag #MonCorpsMonDroit : vous pouvez y prendre part en partageant vous aussi votre engagement en faveur du droit à l’avortement, comme le chat de Lady Dylan (que vous avez peut-être reconnue sur la Une de cet article) !

Pour aller plus loin :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 82 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 10 mai 2014 à 6h55

    Mais...Ces Mortecouille, là, ils sont géniaux! C'est juste un énorme troll! (oui je SAIS que c'est une blague du petit journal mais moi, rigoler, ça me fait rire, je trouve ça marrant)

Lire l'intégralité des 82 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)