Les 5 livres préférés… d’Andrea !

« Les 5 livres préférés de… », c’est une rubrique qui vous présente cinq ouvrages phares d’une madmoiZelle : qu’ils aient changé sa vie, marqué son enfance ou l’aient sauvée d’un trajet ennuyeux, voici les bouquins qu’elle ne pourra jamais oublier !

Les 5 livres préférés… d’Andrea !

12 years a slave, de Solomon Northup

12-years-a-slave

Je suis une vrai boulimique livresque. Je lis tout ce qui me tombe sous la main et quand un auteur parle d’un autre livre, j’essaie de me le procurer. Je lis de tout, mais ce que je préfère, ce sont les histoires vraies, les biographies, les livres dont on sait que rien, ou presque n’est inventé. Je ne sais plus comment j’ai découvert 12 years a slave, mais je me souviens avoir galéré pour le trouver. Je le voulais en anglais, alors j’ai filé à la libraire WH Smith rue de Rivoli, mais rien. Il a fallu attendre que le film sorte pour que je mette la main sur ce livre ! Et il m’a profondément marquée.

Je suis né libre et j’ai vécu avec ma famille jusqu’au jour où deux hommes m’ont drogué, séquestré et vendu comme esclave. Pendant douze ans, j’ai connu la servitude et l’humiliation. Dormant à même le sol, affamé, fouetté, j’ai failli sombrer dans la folie… mais je n’ai jamais laissé la cruauté me briser.

Des moments parfois durs à lire, encore plus durs à imaginer. J’ai été profondément touchée par l’histoire de Solomon, qui ne baisse jamais les bras et protège les autres esclaves, en les fouettant exprès « à côté » pour ne pas les blesser. L’espoir de revoir sa famille le fait vivre, et les retrouvailles sont très touchantes, notamment lorsqu’il se rend compte à quel point ses enfants ont changé et ont continué leurs vies. On se rend également compte à quel point l’Homme peut être cruel (même si je doute qu’on ait besoin d’un livre pour le savoir…), indigne de confiance !

Enfin bref, ce livre donne à réfléchir et restera dans mon top 5.

Nos étoiles contraires, de John Green

nos-etoiles-contraires

Le truc avec la souffrance, c’est qu’elle exige d’être ressentie.

Comment lire Nos étoiles contraires sans pleurer ? Je suis une grande fan de John Green, je lis tous ses livres. Avec celui-ci, on passe du rire aux larmes dans la même phrase. On s’attache rapidement aux deux personnages et, même si on imagine une fin dès les premiers chapitres, celle-ci nous étonne et on se sent démunis. Deux adolescents, Hazel Grace Lancaster, atteinte d’un cancer, et Augustus Waters, tombent amoureux et, en tant que jeune femme de 18 ans, je suis obligée de m’identifier aux personnages.

À lire aussi : The Fault In Our Stars : les coulisses du tournage dévoilées

Je n’aime pas les romans trop fleur bleue, dans lesquels tout est bien qui finit bien. La vie se finit-elle toujours bien ? Non. Alors les livres doivent représenter la vraie vie, être un miroir de ce que l’on traverse réellement et non pas une histoire dans laquelle l’amour dure toujours et tout le monde triomphe des épreuves.

On se pose des questions sur la vie après le roman. Que se passe-t-il ? Comme dans Une Impériale Affliction (ne cherchez pas, ce livre n’existe pas ! J’ai pourtant été le demander dans les librairies), on ne sait pas ce que les personnages deviennent. Nos étoiles contraires est un livre touchant, où tout ne se passe pas comme prévu… mais quand on le commence, on ne peut que vouloir le finir.

Mange, prie, aime, d’Elizabeth Gilbert

mange-prie-aime

N’oublie jamais qu’un jour, dans un instant d’inattention, tu as reconnu en toi une amie.

Je ne sais pas pourquoi la plupart des livres que je lis on été adaptés au cinéma. Je les découvre tous avant qu’ils ne sortent en salles, mais je regarde toujours les films (et je suis déçue à chaque fois) !

Mange, prie, aime est un peu un compagnon de voyage, et mon remède quand je me sens moins bien. À 31 ans, la vie d’Elizabeth ne lui plait plus et elle décide de tout changer. Elle plaque tout pendant un an pour vivre dans trois pays : l’Italie (pour manger), l’Inde (pour prier) et l’Indonésie (où elle tombe amoureuse). Elle a osé changer de vie et son livre est magnifique. Elle met à nu ses sentiments, ses doutes, ses rêves, ses pensées…

J’ai un carnet dans lequel je note les citations que je trouve belles et la plupart viennent de ce livre. Beaucoup de réflexions, avec des mots justes, correspondent à ce que je ressens. Elle parle de son voyage initiatique à travers le bouddhisme, des deux personnes qui la suivent dans son voyage (à vous de les découvrir !), de sa première prière. Mange, prie, aime est drôle mais donne aussi envie de réfléchir sur ce que nous voulons vraiment. On a tous déjà rêvé de changer de vie, non ? Elle a osé et nous donne l’envie de faire de même !

À lire aussi : Transformer le risque en chance, un TED Talk qui chatouille

Quand la conscience s’éveille, d’Anthony de Mello

quand-la-conscience-s-eveille

Spiritualité signifie l’éveil. La plupart des êtres sont assoupis et l’ignorent.

J’ai lu ce livre lors de mon premier voyage au Cambodge. Existe-t-il un meilleur moment pour partir à la recherche de soi que lorsqu’on est à plus 13 000km de sa terre natale, « seule » ?

Quand la conscience s’éveille est une perle de philosophie sur la condition humaine. Ayant passé un bac littéraire, j’avais droit à huit heures de philo par semaine : l’occasion pour moi de faire une petite sieste, ou de profiter des moments d’inattention de la prof pour…

  • envoyer des messages à maman (oui, je sais c’est mal !)
  • battre enfin le niveau 250 de Candy Crush (encore pire !)
  • discuter des ragots avec les copines.

Enfin bref, la philo était le pire des cours pour moi. Mais on le sait, c’est quand on n’a plus une chose qu’on se rend compte qu’elle nous manque…

À lire aussi : Comment avoir 20/20 à la dissertation du bac philo 2016 ?

Donc je suis partie au Cambodge pour me retrouver, et j’avais besoin d’un livre pour me poser les bonnes questions et trouver des réponses à celles que je ne me posais pas. Après des heures sur Internet à chercher THE bouquin, j’ai jeté un coup d’œil dans celui-là. Des mots simples, une véritable analyse, voilà ce que je voulais !

Ce livre m’a ouvert une voie, il fait réfléchir sans faire culpabiliser. Il essaie de nous éveiller pour voir réellement autour de nous et ne plus penser à notre petit nombril. Il nous présente des histoires courtes pour illustrer les situations. Je l’ai donc acheté (j’aurais bien gardé celui emprunté à la bibliothèque, mais je ne pense pas que les gens auraient apprécié…). C’est mon petit trésor : je le relis souvent, parfois juste un petit paragraphe pour me redonner de la force et j’ai surligné beaucoup de passages.

À lire quand on est détendu et que l’on cherche qui l’on est. Peu importe son âge !

On ne badine pas avec l’amour, d’Alfred de Musset

on-ne-badine-pas-avec-lamour

Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux ou lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informent rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux.

Ce livre est mon préféré entre tous, depuis la première lecture. Quand, en seconde, ma prof de français annonce « Nous allons étudier une pièce de théâtre », je soupire en mon for intérieur. Je ne suis pas fan des pièces de théâtre, surtout celles du XIXème siècle, et pourtant…

On a là une histoire d’amour compliquée : Perdican devait épouser Camille, sa cousine, qui finalement devient bonne sœur, mais tombe amoureux de Rosette. C’est une pièce très courte, mais avec des mots choisis qui ne laissent pas indifférents et des citations on ne peut plus magnifiques. La vision de l’amour que nous offre cette oeuvre est dramatique. La jalousie, la passion, l’égoïsme, la religion… tout est analysé sous la plume de Musset qui sait où attirer l’attention. La fin brutale est totalement imprévue.

Le passage que je garde le plus en mémoire est la Scène 5 de l’acte II, dans laquelle les deux cousins se confrontent et dans laquelle les plus belles phrases sont prononcées. Je ne pourrais jamais oublier le travail effectué sur cette scène, ni la beauté des mots !

Tu veux aussi partager tes livres préférés ? Envoie la liste de tes cinq bouquins favoris, avec des photos si tu le souhaites, à mymy(at)madmoizelle.com !
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • EllieM
    EllieM, Le 30 octobre 2014 à 9h49

    Himeshann
    Est-ce que "Mange, Prie, Aime" en livre est mieux qu'en film ? Car le film, je me suis profondément ennuyée ^^
    Oui le livre est beaucoup (BEAUCOUP) mieux que le film que je n'ai jamais réussi à finir. Le livre est vraiment chouette, c'est une invitation au voyage, à la découverte et à l'estime de soi, si tu as envie de le lire mais que tu hésites à cause du film, fonce, il ne rend pas du tout justice au roman qui est super :top:

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)