Lily Allen est de retour avec « Hard Out Here », une chanson anti-sexisme !

Lily Allen est de retour après quatre ans loin de l'industrie musicale. Dans Hard Out Here, elle pousse un coup de gueule contre le sexisme en général, au sein de la pop culture en particulier.

Lily Allen est de retour avec « Hard Out Here », une chanson anti-sexisme !

Quatre ans après son dernier album It’s not me, it’s you, Lily Allen est de retour avec un nouveau clip, Hard Out Here ! La chanson n’est pas forcément sa plus marquante musicalement, mais les paroles sont très parlantes.

La vidéo commence avec Lily se faisant faire une liposuccion tandis que son producteur lui apprend qu’on lui a refusé d’apparaître dans les émissions de David Letterman et Jimmy Kimmel. Après quoi elle se retrouve immergée dans un clip de r’n’b lambda, à grands coups de bootyshake, de twerk et d’arrosage de raie au champagne.

Les paroles, dans un premier temps, peuvent passer pour du pur slutshaming avec des phrases comme « Moi, je n’ai pas besoin de bouger mon cul, j’ai un cerveau ». En réalité, c’est une véritable critique (à la sauce Lily Allen, donc, avec beaucoup d’ironie et de sarcasme) de l’industrie musicale d’aujourd’hui. Ce n’est pas « aux bitches qui font de la pop » qu’elle s’en prend, mais bel et bien à l’industrie musicale qui crée notre besoin pour « la pop de bitches », au besoin créé et marketé par l’industrie musicale de voir des culs et des mamelons. Mais elle s’en prend aussi, de manière générale, au sexisme :

« Si je te parle de ma vie sexuelle, tu me traiteras de salope,
Quand les garçons parlent de leurs bitches tout le monde s’en fout,
Il y a un plafond de verre à casser,
Il y a de l’argent à se faire,
Et maintenant, il est temps d’accélérer parce que ce rythme ne me convient pas. »

Elle fout également un taquet à l’objectification des corps féminins, ainsi qu’à la pression qui est mise sur la gent féminine pour être toujours plus mince, plus tonique. À noter que ce n’est pas une nouveauté, contrairement à ce que certains médias semblent sous-entendre : Lily s’est toujours soulevée contre ça. Ce n’est pas seulement parce qu’elle a eu deux enfants et pris du poids qu’elle a décidé de sortir les crocs sur le sujet. Par exemple, dans The Fear, son gros succès de 2009, elle se mettait dans le personnage d’une jeune star et chantait « Maintenant tout est cool tant que je deviens plus mince ». Rien d’étonnant à ce qu’on l’entende aujourd’hui chanter :

« Si tu ne fais pas un 36, tu n’es pas séduisante,
Tu ferais mieux d’être riche ou vraiment bonne en cuisine,
Tu devrais probablement perdre du poids parce qu’on voit pas tes os,
Tu devrais probablement te faire refaire le visage ou tu finiras toute seule,
Tu ne veux pas que quelqu’un t’objectifie ?
As-tu pensé à ton cul, qui viendra le déchirer en deux ?
La vie n’a jamais été aussi belle, on est sorties de l’auberge,
Et si tu ne détectes pas le sarcasme, tu as mal compris. »

Le meilleur moment de la vidéo, c’est probablement quand, pour clôturer le passage qui se moque de Blurred Lines, Lily danse devant la phrase « Lily has a baggy pussy », qu’on traduira subtilement par « Lily a une grosse chatte », parodiant la vantardise humoristique de Robin Thicke.

Depuis la sortie de la vidéo, un début de polémique a commencé à se faire ressentir : certains ont jugé que le clip de Hard Out Here était raciste, à l’image du blogueur Blackinesia :

« La vidéo est censée être une critique et une satire de la pop culture […] mais finalement, ça se résume à élever le corps féminin blanc de Lily Allen et à objectifier et complètement dénigrer ceux des danseuses noires dont elle s’entoure du début à la fin de manière délibérée. »

Selon moi, ce n’est que pour mieux critiquer l’objectification des corps féminins que Lily s’est entourée de danseuses aux poses suggestives. Dans le clip, j’ai plus l’impression qu’elle se pose elle-même dans le rôle de la figure « patriarcale », dans le rôle de l’oppresseur et pas comme le modèle féminin à suivre. Cependant, il faut bien avouer que la plupart des femmes autour d’elles dans le clip sont noires. Interpellée sur Twitter, Lily a répondu de la façon la plus simple du monde.

J’aime la nouvelle chanson, mais je dois demander… Pourquoi toutes les danseuses en petite tenue sont des femmes noires ?

On a auditionné beaucoup de filles et les meilleures danseuses apparaissent dans la vidéo.

Ça aurait semblé injuste et hypocrite de ne pas embaucher quelqu’un à cause de sa couleur de peau.

Cette justification te suffit-t-elle ou la trouves-tu un peu légère ? Et surtout : que penses-tu de cette nouvelle chanson de Lily Allen ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 43 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Farfeluue
    Farfeluue, Le 29 novembre 2013 à 0h44

    stalowa-wola;4465445
    @Farfeluue

    d'accord avec toi....

    Autant j'ime beaucoup les paroles et l'attitue de Lily Allen, puis la musique est sympa, autant y a un peu d'hypocrisie. Elle critique les chanteuses qui bougent leurs fesses et la mode du twerk, mais elle se retrouve à faire un clip avec des gros plans sur le sillon inter fessier :cretin: et l'entrejambe de danceuses... Elle fait un peu pareil quoi.

    Elle se cache derrière la parodie parce qu'elle a du mal à assumer, m'enfin elle fait comme les autres. Elle utilise des filles faisant des mouvements vulgaires pour  faire le buzz et faire parler d'elle. C'est pas terrible je trouve.
    On est d'accord oui!!

Lire l'intégralité des 43 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)