Wu Zetian, impératrice de Chine déterminée — Les Culottées, par Pénélope Bagieu

Chaque semaine, Pénélope Bagieu présente l'histoire d'une femme remarquable, sur son parcours, ses obstacles, ses échecs et ses réussites.

Wu Zetian, impératrice de Chine déterminée — Les Culottées, par Pénélope Bagieu

Ça y est, j’en suis arrivée à ce point de la série de Pénélope Bagieu, Les Culottées, qui présente chaque semaine le parcours d’une femme exceptionnelle ayant marqué l’Histoire, ou justement : n’ayant pas marqué l’Histoire, en dépit du rôle parfois déterminant qu’elle aura joué, en dépit de son héritage ou des progrès qu’elle aura engendrés.

J’en suis donc arrivée à ce point où la lecture de ces portraits fascinants… me met en colère. Mais pourquoi n’ai-je JAMAIS entendu parler de Lozen, de Leymah Gbowee, de Josephina von Gurkum ou d’Annette Kellerman avant que Pénélope ne dessine leur héritage ?

big-interview-california-dreamin-penelope-bagieu

Même les sœurs Mariposas, dont le destin tragique nous a donné la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, chaque année le 25 novembre, une date dont j’ignorais l’origine : jamais entendu parler.

Ne me dites pas que ces histoires sont triviales à côté de l’Histoire, celle que l’on écrit prétendument avec une majuscule. La véritable différence de cette « Histoire », c’est qu’elle a été écrite par des hommes. Et pourtant, la détermination, l’ambition et l’intransigeance de Wu Zetian valent bien les Richelieu et autres Machiavel.

Quand j’étais petite, je croyais que Mulan était le top de ce qu’une femme pouvait espérer être dans la Chine de ces temps reculés. Mais Wu Zetian n’a rien à envier à la plus badass des héroïnes.

À lire aussi : Christine Jorgensen, célébrité… malgré elle — Les Culottées, par Pénélope Bagieu

wu-zetian-penelophe-bagieu-les-culottees

les-culottees-penelope-bagieu

Je me demande ce qu’aurait été ma vie si j’avais été bercée par les récits de vie des véritables héroïnes que l’Histoire de mes manuels avait oubliées… plutôt que par les rêves de mariage et d’amour des princesses Disney.

catherine-dufour-guide-metiers-princesses

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nerprun
    Nerprun, Le 20 avril 2016 à 14h22

    Wouhou je suis contente de voir un article sur Wu Ze Tian, qui m'a toujours beaucoup fascinée. :puppyeyes:

    Evidemment qu'elle n'est pas que belle, intelligente. Mais c'est les premières choses qui lui ont permis d'attirer l'attention de Tang Tai Zong et de son fils.
    La manière dont elle est parvenue au pouvoir...il y a beaucoup de versions, mais il ne faut pas être dupe, pour qu'une femme puisse arriver à devenir Empereur de Chine, rien qu'à penser le rôle de la femme à cette époque, c'est impossible qu'elle y est arrivée sans rien faire de "mal". Rien qu'en parlant de la rivalité des femmes pour monter en grade... Un minimum manipulatrice... Après pour convaincre la Cour...
    C'est l'environnement aussi, plus elle était appréciée du roi (ou de son fils) plus elle attirait des ennemis (et beaucoup d'ennemiEs non négligeables). Donc à un moment donné, soit elle se faisait manger, soit elle devait manger. Et plus elle avait de pouvoir et d'attention, et plus elle devait rester sur ses gardes (et puis, de toute façon les hommes pour devenir Empereur, en plus d'être le fils, y avait ça aussi de la rivalité, et les filles pour que leur fils deviennent roi aussi, etc etc.)

    Après le résultat est là, j'ai entendu beaucoup de bien aussi de l'époque où elle a régné mais bon.

    Et puis aujourd'hui, dans de nombreux métiers (oui je me mouille pas), c'est pareil. Enfin, on empoisonne pas les gens, mais pour monter les échelons, c'est pas en restant tout gentil tout niais qu'on y arrive.

    Par contre je tiens à rectifier un petit truc "selon l'usage, les concubines sont envoyés dans un monastère, pour y finir leurs jours, cloîtrées." C'est pour les concubines qui n'ont pas eu d'enfants de l’Empereur il me semble. Même si elles sont vierges.

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)