Le Joueur du Grenier en interview à Japan Expo 2014

Le Joueur du Grenier, cultissime chaîne YouTube, est le fruit d'un talentueux duo : Fred et Seb. Ils ont répondu aux questions de LadyDandy lors de Japan Expo 2014 !

Le Joueur du Grenier en interview à Japan Expo 2014

Publié initialement le 17 juillet 2014.

Pendant mon périple à Japan Expo, je me suis rendue à la petite master class du Joueur du Grenier le samedi matin. Dans une ambiance conviviale (on était peu et tous assis par terre comme à la maternelle quand vient la dame qui raconte des histoires), Frédéric Molas et Sébastien Rassiat, les joyeux lurons à l’origine du Joueur du Grenier, ont répondu aux questions des visiteurs.

Derrière le Joueur du Grenier

Ils ont évoqué les loses de tournages qui leur prennent deux à quatre jours par émission, les difficultés qu’ils rencontrent pour le choix des jeux pourris ou pour se renouveler, et les compromis à faire dans l’écriture tiraillée entre un public avide de sketchs et un public avide de tests.

Pour mon plus grand plaisir, ils ont également annoncé le projet d’un deuxième numéro sur les jeux Disney, l’idée d’une émission qui ressemblerait plus à leurs hors-séries et qui serait nommée Club JDG, et même, révélation, que Seb, qui n’est pas présent dans les Papy Grenier, serait en réalité mort et réincarné dans un grille-pain de marque… Seb. Évidemment.

le joueur du grenier grille-pain sebSeb… t’es grillé ! 

Joueur du Grenier : l’interview

Comme ce sont des gens bien, après avoir accepté une centaine de photos avec les fans à la cool dans le couloir, ils ont consenti à répondre à quelques questions !

Chez madmoiZelle, on se tape une réputation de féministes hystériques, donc faisons-y honneur et abordons le sujet qui fâche. Le Joueur du Grenier est parfois accusé de sexisme. Après son dossier sur le sexisme chez les geeks, Mar_Lard avait notamment déclaré dans un podcast avec Usul qu’elle avait beau être fan du Joueur du Grenier, elle avait du mal à supporter son sexisme. Vous en pensez quoi ?

Seb : Non ! Ne le laissez pas répondre !

Fred : Arrêtez-le avant qu’il n’aille trop loin ! (rires) Bon, oui, je comprends, elle a raison : le Joueur du Grenier, c’est sexiste. On en joue.

Seb : Complètement. C’est pas un humour fin. Le truc c’est qu’il ne faut pas tout mélanger. Le Joueur du Grenier, c’est un personnage, un gros râleur un peu beauf sur les bords qui a des sandales et des chaussettes. C’est un peu le gros macho, quoi…

Fred : Le côté macho, on ne l’a pas mis en avant mais c’est vrai que parfois, il y a des vannes limite… Donc il faut prendre ça comme un personnage de beauf. C’est le genre de personnage qui est célibataire, qui crie fort, qui râle, qui est pas forcément agréable, qui est un peu barjo… Et oui, c’est vrai il y a des blagues sexistes, je le revendique. On a tout fait : les blagues sexistes, les blagues racistes, les blagues homophobes, sur le SIDA, sur le cancer… on allait pas être raciste sans être à un moment machiste ! T’imagines ? Ça aurait été dommage. (rires)

Seb : En plus, dans l’imaginaire collectif, personne n’imagine le Joueur du Grenier comme un mec galant, genre « Oui je vous en prie, je vous tire la chaise et tout ». C’est juste pas possible.

Certes, mais la galanterie, ce n’est pas nécessairement féministe non plus…

Seb : Oui… je suis en train de m’enfoncer en fait (rires). J’ai choisi un mauvais exemple. En tous cas on n’est pas comme ça, je vous rassure. Enfin, on travaille pour améliorer ça, que ce soit bien clair.

J’ai trouvé que l’émission sur Barbie, qui est la vidéo revendiquée comme la plus misogyne (vous y avez même mis un compteur de blagues misogynes) est au final celle qui pointe de la façon la plus juste les clichés envers les femmes. Ce serait pas un peu du féminisme ?

Fred : Mais tout le monde a le droit de faire du féminisme, y compris les hommes !

Seb : C’est vrai que bizarrement, la vidéo Barbie, c’est la préférée du public féminin, alors qu’on avait peur de l’effet inverse. Finalement, ça passe très bien. Pourtant on s’est retenus ! On avait beaucoup plus de blagues misogynes, mais bon…

Fred : Oui mais c’était tellement cliché ! C’était tellement exagéré ! Le but c’est aussi de faire des blagues qui sont tellement grosses que tu ne peux plus les prendre au sérieux à un moment. C’est sûr que si c’est la blague qui passe, et que tu ne sais pas trop si c’est une vanne ou si c’est réaliste, là, forcément, c’est un peu embarrassant. Mais quand tu dis « Weuh les nanas à la cuisine ! » tu ne peux pas le prendre au sérieux. C’est n’importe quoi. C’est de la connerie. Mais c’est vrai qu’effectivement Barbie et les jeux Barbie sont extrêmement machistes.

Seb : Ouais, le fait d’avoir une jolie poupée qui pense qu’à s’habiller, à changer de tenue et tout… Voilà quoi. Elle existe, la Barbie qui va à l’université et fait des études ?

Oui, et elle coûte plus cher ! Après, je veux pas non plus jeter complètement la pierre à Barbie, vu que Life in the Dreamhouse me fait quand même bien délirer : dans le genre WTF, on ne fait pas mieux.

http://youtu.be/aSjbOabJQsk

Fred : Ouais, mais bon, c’est des poupées… Je sais pas.

Seb : Après c’est ce que tu mets dans les mains de tes enfants aussi. C’est un peu le début de leur vision du monde. Ça m’a un peu choqué quand je cherchais un cadeau pour ma nièce pour Noël. Quand tu vas dans les rayons de jouets pour fille, c’est des fers à repasser, des cuisines… Y a pas de robots géants avec des fusées dans le dos, pourtant je vois beaucoup de filles qui aiment bien jouer avec des robots, des trucs fun et futuristes. Le fer à repasser, même s’il est rose, ça fait pas travailler l’imagination.

Fred : Le mieux, c’est encore d’acheter à tes gamins ce qu’ils veulent, tout simplement.

L’influence des jouets sur la perception qu’ont les enfants du monde n’est plus à prouver, et on fait régulièrement des expériences sur le sujet. Cela dit, il est dur de refuser la dernière Winx à son bambin et il faut parfois discuter un iota, comme Fab qui a vu sa fille se passionner pour la drama queen du Marketing pour petiotes, Violetta

Depuis peu, on a une touche féminine dans l’équipe du JDG avec les participations de Shun Geek et Sorina-Chan, qui s’occupent respectivement de costumes et d’illustrations en plus de jouer des rôles. J’avais lu quelque part qu’on avait interprété ça comme une réponse aux reproches concernant le sexisme de l’émission, mais il ne s’agit pas de ça ?

Fred : Ah non. Ca n’a rien à voir !

Seb : C’était un concours de circonstances !

Fred : C’est juste qu’on s’est mis en couple avec nos copines à peu près au même moment. Elles aident aussi parce qu’on s’était fixé une limite : ne pas se déguiser en femmes. C’est notre point Godwin à nous. Bon, certes, je me suis déguisé en Hatsune Miku. Mais c’était très court, et puis j’assume plus facilement le fait de mettre des robes maintenant que j’ai perdu du poids ! (rires) Ça affine ma silhouette et je suis plus joli, je trouve.

D’après Shun Geek, qui était présente, le JDG s’est en réalité travesti à trois reprises, dont une fois dans la deuxième émission sur les RPG avec une blague si machiste que même Fred a du mal à l’assumer :

C’est à 4min15 et personnellement, je trouve que ça va, puisqu’on se moque ici de l’incapacité d’un joueur masculin à interpréter un personnage féminin, si je ne m’abuse.

Dans le hors-série sur les dessins animés pour filles, on voit le personnage du JDG s’énerver sur tout ce qui est « girly » et fifille. Est-ce que vous, personnellement, vous aimez des œuvres destinées aux « filles » ?

Fred : Oui, moi j’adore Max et Compagnie et Ranma ½... Non attends Ranma ½ c’est un shonen ? En tous cas, Max et Compagnie j’ai vraiment adoré ça. Quand j’étais petit, j’étais amoureux de Pamela ! J’étais amoureux de deux personnages de dessins animés quand j’étais gosse : Sailor Mercury et Pamela. Tout le monde était amoureux de Sabrina, ça m’énervait ! Sabrina elle était genre : « ouais la vie c’est trop de la merde, j’ai les cheveux noirs et je suis déprimée », ça me soûlait. Alors que Pamela, elle était dynamique, elle partait dans tous les sens, elle bougeait… Elle était vraiment vivante quoi. Voilà, c’est l’exemple le plus parlant que j’ai.

En réalité, les deux anime cités sont des adaptations de shonen, mangas destinés aux jeunes garçons, mais appartiennent au genre des comédies sentimentales qu’on destine plus souvent aux filles en Occident, d’où la confusion… Et voilà d’ailleurs une énième preuve que classer le manga selon des cibles démographiques n’a aucun sens en France, surtout que nous n’avons pas les mêmes codes que les Japonais.

Seb : Moi, c’est plutôt Sailor Moon. Mais tu t’en vantais pas à la récré, tu disais « Ouais, t’as vu Dragon Ball Z hier ? Ouais ? C’était cool hein ? ». Pourtant, moi j’aimais bien, même si c’est du pur shojo.

Fred : C’est un peu shonen quand même. 

Sailor Moon est vraiment un shojo !

Seb : C’est vrai, il y avait des combats, des trucs comme ça. Mais bon, en tous cas, Sailor Moon c’était cool.

Le générique de « Maaaaaaagie, Max et Compagniii-heuu » pique quand même un peu : bizarre qu’on ne l’ait pas encore croisé dans un hors-série !

À la rédac, on est assez fan de Karim Debbache, créateur de Crossed. Quel est son apport dans l’écriture de vos vidéos ?

Seb : Avec Karim, on bosse surtout les mises en scènes, tout ce qu’il y a en parallèle du test (même s’il teste avec nous et prend la manette). Il a vraiment fait un cursus de cinéma, donc il apporte également sa vision sur comment enchaîner les plans, comment raconter une petite histoire en peu de temps.

Fred : J’ai jamais analysé sa position parce qu’on a le même humour. Karim, quand on s’est rencontrés, on a tout de suite accroché, on partait vraiment dans des délires. À chaque fois qu’on discutait avec lui, on se disait : « ça je le note, ça va trop bien dans un JDG ». Et peu de temps après, j’ai dit à Seb : « franchement, ce mec, faut le choper ! Ce gars il est trop bon ! Il fait vraiment des super blagues ! ».

Seb : Il n’a lancé Crossed qu’un mois ou deux après avoir commencé à bosser avec nous. Il avait du temps libre, et a dit : « Ouais, pourquoi pas ? Si c’est pour boire des bières, rigoler avec des potes et dire des conneries, je viens sans problème ! ». Et voilà, c’est comme ça que ça a commencé !

Fred : Maintenant, il travaille à mi-temps sur les JDG. Ça lui fait des sous (rires) en complément de Crossed, qui ne lui rapportait pas assez pour vivre, vu qu’ils sont plusieurs à bosser là-dessus. En tous cas, c’est génial de bosser avec Karim. Il a apporté énormément de sang neuf dans les blagues. Quand t’es tout seul, une blague ne rebondit pas : tu la vois venir, c’est pas drôle, c’est prévisible. Avec Seb, comme on travaille à deux, les blagues rebondissent et c’est un peu drôles (rires) mais plus une blague va rebondir, plus il y aura de personnes pour la faire aboutir à quelque chose de sympa, d’inattendu, plus elle sera drôle. C’est vraiment « plus on est de fous plus on rit » !

Du coup, comme on parle de Karim Debbache, je vais en profiter…

Fred : Vas-y ! Je le vois ce soir ! Tu veux que je te ramène une photo de lui tout nu, c’est ça ?

Seb : C’est le quart d’heure Karim Debbache ! (à dire en chantant)

Yay ! Quart d’heure Karim Debbache… et comme c’est MON interview, je cite mon Crossed préféré.

Mais non, enfin ! Juste… comme ça fait longtemps qu’il n’a pas donné d’infos sur ses projets personnels, vous pourriez nous en donner une idée ? Pour quand ce serait prévu ?

Fred : Il est en train de bosser un nouveau concept qui va sortir directement sur sa chaîne YouTube, puisqu’il ne bosse plus chez JeuxVideo.com maintenant. Il a un concept sur les slasher movies en ce moment…

Seb : Il va prendre une thématique, un genre du cinéma et développer là-dessus. Ca va beaucoup ressembler à Crossed d’après ce qu’il m’a dit. Enfin, je ne veux pas trop spoiler. Il est en cours de tournage et à mon avis, ce sera pour la fin de l’année !

Fred : Il prend son temps mais ça va venir. Il n’aime pas se précipiter.

Sinon, vous avez fait plusieurs fois de la pub à Alby’s Hobbies, que vous semblez apprécier et qu’on aime beaucoup.

Fred : Mais oui ! C’est trop cool Alby’s Hobbies ! C’est génial !

Seb : Franchement, on est trop fans ! Moi, ça faisait un moment que je regardais. Gilles Stella aussi regardait beaucoup, et puis Karim s’y est mis. On s’y est tous mis.

Fred : En fait, Mathieu Sommet avait fait un peu de pub pour lui il y a très longtemps, mais c’est quand Karim m’en a parlé que j’ai regardé. Avec Bob Lennon, d’ailleurs. J’ai dit : « C’est génial, c’est complètement barré, c’est excellent ! ». Ce mec faisait seulement mille cinq cent vues, alors je me suis dit qu’il fallait en parler, l’aider à atteindre les sommets de la gloire. Parfois, des gens méritent des coups de pouce comme ça. Dans le même genre, Antoine Daniel n’était pas très connu, alors on l’a un peu lancé, LinksTheSun et moi. Et je trouve qu’Alby’s Hobbies mérite d’aller beaucoup plus loin. Ce qu’il fait, c’est génial ! Après, c’est de l’humour au cinquième ou au sixième degré, du coup, ce n’est pas à la portée de tout le monde. Ça me blase un peu, d’ailleurs, surtout qu’on lui a fait de la pub sur la page Facebook du Joueur du Grenier

Seb : C’était dommage, on a partagé sa première vidéo, qui n’est pas la meilleure. Mais bon, c’était logique de commencer par la première. Les gens ont regardé et ils s’attendaient à autre chose, donc ils étaient déçus et ont un peu râlé.

Fred : Sa première vidéo doit avoir 50% de pouces rouges. Je ne comprends pas pourquoi ? Après, son humour requiert un certain niveau d’intelligence, que tout le monde n’a pas… (rires)

Seb : C’est un peu un truc de hipster ! Tous les créateurs de YouTube sont fans d’Alby. C’est un peu notre truc à nous, tu vois ? « Oh tu as vu la dernière vidéo d’Alby ? Hmm, délicieux ! N’est-il pas ? » (rires) C’est la haute société qui regarde Alby, mais c’est dommage : il faut que plus de gens s’y mettent, parce que c’est à la fois complètement barré et… très cohérent. Certains trucs planqués dans la première vidéo se retrouvent dans le cinquième opus, par exemple. C’est fantastique ! Du coup, Karim a rencontré le duo derrière Alby, Marc Cluchier et Pierre Grenier, et apparemment ils sont adorables… et totalement fous.

Fred : J’ai vraiment hâte de les rencontrer aussi. Quand même, des gens nous ont dit, très sérieusement : « Ah, Pierre Grenier, voilà le Joueur du Grenier qui fait du piston pour la famille ». Mec, je m’appelle PAS « joueur du » !

Seb : On en a eu plusieurs. C’est pas rassurant pour l’espèce humaine. En tous cas, Alby a teasé comme un malade sur Facebook avec le look de Matthew MacConaughey dans True Detective et je me demande ce qu’il va faire avec ça ! Ça fait très longtemps que j’avais pas autant attendu une vidéo YouTube, mais là je suis en position de fan et ça fait du bien !

Alby, roi du teasing !

Sur ces bonnes paroles, merci à Fred et Seb, et bonne continuation bien sûr ! Vous l’aurez compris, on conclut cette interview du Joueur du Grenier très paradoxalement, en vous recommandant chaudement de regarder Alby’s Hobbies, dont la dernière vidéo vient de sortir.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Elyon_64
    Elyon_64, Le 22 juillet 2014 à 20h57

    Haha moi je vais faire ma relou aussi mais dans l'autre sens :P

    Je trouve justement que ce genre d'article (pas celui de madmoizelle) "contre" le joueur du grenier décrédibilisent le combat féministe.

    J'ai jamais vu le joueur du grenier comme étant sexiste, on voit de suite que le parti pris est de l'humour noir pur. Comme il le dit y a des blagues sexistes, racistes etc. mais ça reste de l'humour.

    Pour le mot "viol" ça ne me choque pas du tout non plus, c'est juste une image. Je pense que le joueur du grenier est très conscient que ce n'est pas un viol, mais justement ça renvoie une image forte d'impuissance et de douleur.
    Il a bien aussi déjà employé les termes de "suicide" ou "torture" etc qui sont aussi des images fortes.

    Je me doute que celles qui ont subi ça n'ont pas toutes forcement la force et l'envie d'en rire, mais bon le joueur du grenier joue sur de l'humour très noir, c'est son credo. Personnellement je suis la première à rire et à faire des blagues racistes ou mêmes pédophiles même si je condamne très fermement ça dans la vraie vie.

    Du coup je trouve que de pointer de cette façon le sexisme dans ses vidéos, ça renvoie encore plus l'image de la féministe aigrie et sans humour :/

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)