John Oliver s’associe à des stars demandant aux politiciens de ne plus utiliser leurs chansons

John Oliver a constaté que beaucoup de chansons sont utilisées sans la permission des artistes dans les meetings politiques. Alors il s'est allié à une dizaine de stars qui prennent le parti de dire non !

Aux États-Unis, la fin des primaires approche et la campagne présidentielle officielle ne va pas tarder à se lancer. Avec elle, ce sont des dizaines de meetings qui vont se succéder pour ambiancer les militants et supporters en musique… sans que les artistes n’aient forcément donné leur accord !

John Oliver a donc décider de se saisir du sujet, et il ne l’a pas fait à moitié. Entouré d’une dizaine d’artistes parmi lesquels Usher, Cindy Lauper, Sheryl Crow et Michael Bolton, il a réalisé un clip à l’intention des politicien•nes, intitulé Don’t use our songs (N’utilisez pas nos chansons).

It’s that time of the year / Campaign season is here
You wave and point make your speeches / While balloons fall everywhere
But we know that something’s wrong / And it’s kinda a way too long
So we’re asking you right now / Stop using our songs

[…]

Stop using our music / That’s our one and only rule
We didn’t write these songs / To make your campaign stops seem cool
Don’t use our song / Because it used it wrong
It might seem appealing / But you’re just stealing /

Don’t just use our song / It just seems wrong
By the time this tune is through / You’ll be lucky if we don’t sue
Don’t use our song / That’s licencing

You gotta call my publisher, ok ?
You always take our song out of context anyway
Why would Reagan be playing born in the USA ? / It’s about Vietnam !

[…]

And just to be clearer you can’t use this song either.

Comme John Oliver l’explique, cela se produit très régulièrement. Dernièrement Donald Trump a par exemple utilisé This is the end of the world, de R.E.M à la fin d’un de ses meetings… Il donne également l’exemple de titres de Cindy Lauper ou John Mellencamp qui ont été utilisés sans permission, que ce soit chez les démocrates ou les républicains.

Chacun y va de sa punchline pour rappeler qu’« [ils n’ont] pas écrit ces chansons pour améliorer des meetings ». Usher rappelle notamment qu’« il y a des droits, [ils doivent] appeler [son] label ».

Faisant référence à un cas emblématique de ce phénomène, ils expliquent que ces chansons sont souvent sorties de leur contexte : « Pourquoi Reagan utiliserait-il Born in the USA ? C’est à propos du Vietnam ! »

Et Dan Reynolds enfonce le clou : « Pour être plus clair, vous ne pouvez pas utiliser cette chanson-ci non plus ». En revanche, les titres gratuits tel ce chat se promenant sur un orgue, c’est d’accord, encourage la brochette de star.

Comme à son habitude, John Oliver en met plein les yeux (et les oreilles aussi) pour faire passer son message… Et c’est plutôt réussi !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Guerredesmiroirs
    Guerredesmiroirs, Le 26 juillet 2016 à 23h26

    Juste, je trouve délicieusement ironique que Trump le républicain conservateur-make America great again utilise la chanson d'un homme britannique Bisexuel :d

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)