Interview de Marie, militante UMP

Jusqu’au premier tour de la présidentielle, nous allons rencontrer des jeunes militantes engagées auprès d’un parti politique dans la course à l’Elysée. Aujourd’hui, c'est au tour de Marie, militante UMP, de nous parler de la campagne.

Interview de Marie, militante UMP

L’UMP et Nicolas Sarkozy

L’Union pour un Mouvement Populaire est le parti du Président de la République actuel, Nicolas Sarkozy. L’UMP est la résultante d’une fusion de plusieurs partis dont le RPR, Démocratie Libérale et une partie de l’UDF. Cette fusion a eu lieu en 2002 pour créer le parti de “l’Union pour la Majorité Présidentielle” (devenu par la suite “Union pour un Mouvement Populaire”) afin de soutenir la candidature de Jacques Chirac à sa propre réélection. Le clivage idéologique entre droite et gauche s’articule essentiellement autour de la priorité donnée aux valeurs d’Égalité ou de Liberté. La droite défend traditionnellement la Liberté, le respect des libertés individuelles. La gauche place l’Egalité en priorité, l’égalité des droits et des chances pour tous.

>> Pour plus d’informations

Interview de Marie, militante UMP

Samedi 31 mars, un grand rassemblement des jeunes pour Nicolas Sarkozy avait lieu Porte de Versailles, à Paris. J’y ai retrouvé Marie, 21 ans, originaire de Tours – Indre et Loire. J’annonce : ceux qui s’attendent au cliché “UMP = fille à Papa/coincée” vont être déçus du voyage ! Une pêche d’enfer, Marie casse les idées reçues : quand elle ne milite pas, elle travaille dans un MacDo en parallèle de ses études de médecine traditionnelle chinoise.

Nous nous sommes installées à l’écart de la salle du meeting, mais pas suffisamment pour échapper aux vociférations des baffles qui envoyaient du David Vendetta à plein régime. Qui dit “meeting jeunes” dit “ambiance jeune”, l’intervention de Nicolas Sarkozy a donc été suivie d’une “teuf” avec DJ et open bar (sans alcool). Ambiance !

Bonjour Marie ! Merci d’avoir accepté de nous répondre. Pourquoi et depuis quand t’intéresses-tu à la politique ?

Je m’y suis intéressée très tôt, mais mon investissement a véritablement commencé à 16 ans. C’est simple, je me posais des questions sur mon avenir ; pas seulement le mien mais l’avenir de la France. J’ai gardé l’esprit ouvert, je me suis documentée, mais c’est comme si ça avait toujours été clair. Pour moi, l’UMP est le seul parti qui s’adresse aux jeunes, qui vit avec son temps. La réforme des retraites en est le parfait exemple : bien sûr que cette réforme a été extrêmement contestée (parce qu’elle ne fait pas plaisir), mais elle était surtout nécessaire. C’est un fait, on vit plus longtemps, donc il faut adapter notre système de retraite à la réalité. L’UMP et Nicolas Sarkozy ont porté ces mesures, il fallait du courage et de la volonté politique pour maintenir le cap.

Comment es-tu investie dans cette campagne ?

Parler avec les gens qui m’entourent, assumer mes opinions et partager mes valeurs, c’est ma façon de vivre mon engagement politique au quotidien. Après, en campagne, on passe à la vitesse supérieure : pour moi c’est surtout du tractage sur les marchés et du collage d’affiches. On fera aussi du porte à porte, principalement entre les deux tours. On organise des cafés politiques, l’occasion de débattre  entre nous ou avec des jeunes d’autres partis. Lors de la précédente campagne présidentielle j’avais d’ailleurs débattu avec un jeune socialiste à la télévision !

Je suis également très présente sur Internet, sur les réseaux sociaux, c’est important pour réussir à toucher un maximum de jeunes.

Quel est ton sentiment sur cette campagne en général (pas uniquement sur Nicolas Sarkozy) ?

Je déplore les manoeuvres politico-politiciennes de certains, qui ternissent l’image de la politique en général. C’est vraiment dommage que des anecdotes (NDR : le yacht de Bolloré, le Fouquet’s…) soient exploitées aussi largement, qu’on ait eu droit à tout un fourmillement médiatique autour du drame de Toulouse… Je suis également choquée par la haine des Fronts, que ce soit à gauche ou à droite… Je trouve une certaine médiocrité à ces discours violents.

[rightquote]Je pense que Nicolas Sarkozy est le seul à être capable d’agir en Président.[/rightquote] Je ne suis pas du tout convaincue par François Hollande, il n’a aucune expérience du pouvoir. Je pense que Nicolas Sarkozy est le seul à être capable d’agir en Président. Il n’y a qu’à regarder ses interventions internationales, notamment en Lybie, en Egypte, en Géorgie, en Côte d’Ivoire…Vu des États-Unis, le bilan du quinquennat est très positif, loin du désastre que nous décrivent les commentateurs français !

Parlons du bilan, puisque tu abordes le sujet ; la presse française est très critique. Quelle est ton analyse ?

On a entendu toutes les critiques possibles sur Nicolas Sarkozy, or la France est le pays de l’Union Européenne qui s’est le mieux sorti de la crise (en dehors de l’Allemagne). Donc le bilan est plutôt positif – bien sûr que le chômage a augmenté, mais se focaliser sur cette hausse sans la mettre en relation avec ce qu’ont connu nos voisins européens, c’est biaiser l’analyse.

J’ajoute à cela que nous sommes le seul pays d’Europe où les salaires n’ont pas diminué pendant la crise (il y a même eu une récente augmentation du SMIC). Si tout n’a pas été parfait, il serait à mon sens indigne de dire que Nicolas Sarkozy n’a pas été un bon capitaine dans la tempête.

D’autre part, certaines réformes majeures entreprises durant ces cinq dernières années ont déjà porté leurs fruits. La création du statut d’auto-entrepreneur par Hervé Novelli a permis la création de dizaines de milliers d’emplois, on n’en entend pas beacoup parler…

Donc je conseillerais vivement aux lectrices de ne pas s’arrêter aux gros titres de la presse, mais à chercher l’information par elles-mêmes, à se rapprocher des partis et aller à la rencontre des militants.

Sur la stratégie de communication de Nicolas Sarkozy : le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a un style ! Qu’en penses-tu ?

[rightquote]Nicolas Sarkozy a remis le Président de la République à un niveau de dialogue avec les Français.[/rightquote] Nicolas Sarkozy a remis le Président de la République à un niveau de dialogue avec les Français, il leur parle directement. Il dit la vérité aux Français, il n’est pas dans la langue de bois. Moi, ça me touche d’avoir affaire à un homme politique sincère, honnête. Cette campagne me donne l’impression de voir une bataille des egos, on se bat pour exister… Gouverner, c’est autre chose que de “bien passer” à la télé ou de faire des beaux discours devant une foule !

Plus précisément sur la stratégie de communication : la “technique” de Nicolas Sarkozy, déjà utilisée en 2007, consiste à lancer une idée nouvelle chaque semaine pour marquer le rythme de la campagne, être celui qui donne le tempo. Du coup, le programme est présenté mesure par mesure. Est-ce qu’il ne court pas le risque de donner l’impression de manquer de cohérence, de présenter une liste de mesures plutôt qu’un véritable projet de société, ce qu’on attend précisément d’un candidat à la Présidentielle ?

Les autres candidats peuvent sans doute présenter l’intégralité de leur programme en un meeting ; le programme de Nicolas Sarkozy contient tellement de propositions, qu’au contraire, présenter le projet dans son ensemble ne permettrait pas de lui rendre justice. Il faut pouvoir en approfondir chaque point, détailler chaque mesure, c’est ce que s’attache à faire Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui par exemple, il s’adresse à la jeunesse, l’occasion de présenter dans le détail son projet pour les jeunes de France.

Et puis, il est normal que quelqu’un qui a l’expérience du pouvoir ait un projet complexe – qu’il ait énormément de propositions ne me surprend pas, mieux vaut proposer beaucoup que de manquer d’idées ! Quant à ceux qui l’accusent de “gesticuler”… Je répondrais que le mouvement amène la créativité…de la créativité naît l’innovation. Donc ça me va très bien !

Une autre critique souvent faite au Président de la République est de diviser la société en s’adressant à certains segments de la population, et en désignant d’autres segments – on l’accuse de stigmatiser des catégories. Dans le discours que nous venons d’écouter, il parle d’ailleurs “des assistés”. Quel est ton ressenti ?

Non, il ne s’agit pas de stigmatisation. Il s’agit d’exemples précis et concrets qui viennent illustrer les propos de Nicolas Sarkozy. Il s’adresse directement aux personnes concernées. C’est parfois maladroit, ou mal compris : “assistés” n’est pas un gros mot, “chômeurs” non plus, ce n’est pas stigmatisant, il y a des individus derrières ces mots, perdre son emploi est vécu comme une souffrance, un déshonneur, toute la famille est touchée. Il faut trouver des solutions, mais on ne peut pas y arriver si on ne commence pas par identifier les causes, identifier les personnes cibles de ces solutions. Ce n’est pas une stigmatisation !

Moi je suis fière du bilan de Nicolas Sarkozy, m’engager en politique est ma façon d’exprimer ma citoyenneté avec force et conviction.

Quelle est LA mesure de Nicolas Sarkozy qui te tient le plus à coeur ? Pourquoi ?

Je crois que c’est vraiment la proposition d’assurer une formation à tous les chômeurs pour qu’ils retrouvent un emploi adapté à leurs compétences. Pour moi, c’est la priorité. Le chômage touche tellement de familles, c’est la préoccupation principale des Français. Il y a 500 000 postes non pourvus en ce moment sur le marché du travail français, alors certes, on est loin des 10 millions de chômeurs, mais c’est déjà un début. C’est le signe qu’il y a des besoins à satisfaire, il manque la formation adéquate pour pouvoir y répondre.

A l’inverse, quelle serait la mesure qui t’a le moins convaincue ?

Il y a peut-être un point sur lequel ma conviction diffère du projet de Nicolas Sarkozy, cela concerne l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. Sans y être à 100% favorable, je me questionne toujours sur ce point. En effet, j’ai rencontré aux États-Unis des familles homoparentales, les enfants se portent très bien ! Nicolas Sarkozy veut protéger la conception traditionnelle de la famille, avec un couple mixte. Je comprends cette conception, sur la question du mariage, je la rejoins d’ailleurs totalement, mais sur l’adoption, je ne serais pas contre ouvrir ce droit aux couples homosexuels.

Voilà ! Mais adhérer à un parti politique, ce n’est pas nécessairement adhérer 100% à sa ligne politique, j’ai le droit à mes opinions, et heureusement ! Ce n’est pas une secte !

L’après Présidentielle : quels sont tes projets politiques au lendemain de l’élection ? Tu continues ?

Bien sûr !!! Mon engagement n’est pas simplement un activisme au moment des élections ! Nous sommes “en veille” permanente, nous avons des réunions de militants, nous organisons des réunions thématiques, par exemple en compagnie de Claude Greff, secrétaire d’État à la famille (et candidate aux législatives sur ma circonscription). Ce sont des moments d’échanges entre militants et citoyens, avec les responsables politiques. Ce que j’aime dans cet engagement, c’est aussi l’ambiance, les relations humaines. On s’implique pour des idées, mais grâce à des hommes et des femmes qui donnent de leur temps et de leur énergie pour convaincre d’autres de se mobiliser à leurs côtés : c’est le cas d’Édouard Gaurier, mon Responsable Départemental Jeune, un exemple pour les jeunes militants !

[rightquote]L’image que l’on a de la politique à travers les médias n’est vraiment pas celle du terrain.[/rightquote] L’image que l’on a de la politique à travers les médias n’est vraiment pas celle du terrain. Il ne faut surtout pas hésiter à aller dans les permanences, à la rencontre de ceux qui s’impliquent. Allez voir, rencontrez-les, il y a des gens formidables ! Comme ceux que je viens de citer, par exemple.

La dernière question : “Un dernier mot aux MadmoiZelles qui hésiteraient encore sur leur vote à la présidentielle ?”

Ne croyez pas que la politique est un cercle fermé, ne croyez surtout pas que les militants sont des gens “fermés” – on sait écouter ! Je leur conseillerais de ne pas se reposer sur les médias, mais d’aller sur le terrain, de pousser la porte des fédérations, de rencontrer et de discuter avec des militants, et surtout, de lire les différents programmes ; pour moi, il n’y a pas photo !

Merci Marie de nous avoir répondu !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 97 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Irina-
    Irina-, Le 13 avril 2012 à 14h43

    Antonia : Je ne suis pas du tout une pro FN. Mais certains post's d'ici me donnent l'impression que mon vote est pas légitime alors que pour moi, si. J'assume totalement de voter à droite et c'est par mes convictions. Personne ne pourra les changer quoiqu'il arrive et je te rassure. Je parlais en général. J'ai certes exagéré la chose mais je pense que beaucoup n'osent pas dire qu'elles vont voter à droite. J'ai lu le débat sur le forum actu et sur les présidentielles. Certes, la politique n'est pas un monde de bisounours. Loin de là.
    Je connais des gens qui veulent voter contre UMP en votant le PS mais au fond est-ce que ce candidat ressemble à leurs convictions?
    De toute manière, on aura la réponse du premier tour le 22 avril :) .

Lire l'intégralité des 97 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)