Le féminisme intersectionnel expliqué via… des pizzas !

L'intersectionnalité est un concept complexe qu'il n'est pas facile d'expliquer. Comprenez les tenants et aboutissants du féminisme intersectionnel grâce à cette vidéo à base de... pizza !

Dans une vidéo postée sur sa chaîne SmoothieFreak, Akilah nous parle, avec humour, de l’intersectionnalité dans le féminisme. Terme popularisé par la féministe américaine Kimberlé Williams Crenshow, l’intersectionnalité peut être définie comme la situation d’individus exposés à plusieurs formes de domination ou de discrimination.

Dans sa vidéo, Akilah réagit aux récentes polémiques provoquées par la journaliste Nellie Andreva qui écrivait dans un article que l’augmentation d’acteurs noirs à Hollywood réduisait les opportunités de travail pour les acteurs blancs.

C’est en se servant de pizzas qu’Akilah réussit avec brio à nous expliquer les discriminations qu’on peut trouver au sein même du féminisme et les privilèges dues à la couleur de peau. La youtubeuse définit les pizzas comme les femmes et les burgers comme les hommes. Elle peint ainsi le portait d’une société où le burger est privilégié et surexposé, à l’image des hommes dans les médias. Elle explique la notion de féminisme par ces pizzas qui réclament les mêmes avantages que les burgers, à juste titre.

À lire aussi : Nostalgia Chick : humour, féminisme et contradictions sur Internet

Là où les choses se compliquent, c’est lorsqu’on comprend qu’il y a plusieurs sortes de pizzas et que certaines sont décrédibilisées au profit d’autres. La pizza la plus aimée, représentée et présente médiatiquement est la femme blanche (la pizza au fromage). Elle explique ensuite la difficulté que représente le fait d’être une femme noire (la pizza deluxe) dans un monde où on voit exclusivement des burgers et des pizzas au fromage.

« Hey pizza deluxe ! Nous allons nous battre pour tes droits… mais juste après nous être occupées des nôtres. »

Akilah parle ici des femmes blanches féministes qui se battent d’abord pour le droit des femmes… en excluant les femmes noires de ce combat. La vidéo traite ensuite de la manière dont on différencie les discours féministes venant d’une femme noire et d’une femme blanche. Elle prend l’exemple du discours féministe d’Emma Watson qui avait été fortement encensé et relayé dans les média contrairement aux discours de célébrités comme Beyoncé qui ne sont pas toujours pris au sérieux.

Elle termine par le fait que le féminisme ne devrait pas avoir de couleur et que les femmes devraient se battre ensemble pour leurs droits… puisqu’au final, nous vivons toutes dans un monde où le burger est roi.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 96 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Solstice
    Solstice, Le 17 avril 2015 à 1h33

    @Ghost wind Nous divergeons sur ce point. :fleur: On va dire que lorsque je parle du féminisme aux gens.tes non-informé.es, je tiens à être la plus franche et claire possible. Je me suis prise des sales insultes de la part de certaines féministes lorsque j'ai commencé mon éducation sur le sujet, c'est pourquoi je tiens à en parler si la personne se montre un tant soit peu intéressée -bon évidemment si la personne commence à dire "toutes des hystériques" j'ai d'autres choses à déconstruire avant haha-. Pour la prostitution, j'avoue ne pas arriver à me faire d'avis là dessus, tant les prostituées qui ont la parole ne sont elles-même pas d'accord entre elles et là dessus je préfère ne pas m’immiscer, je ne suis clairement pas assez informée là dessus et les arguments des deux côtés me font beaucoup réfléchir -bref comme d'habitude, j'ai le cul entre deux chaises-.
    Moi aussi, des fois. Je ne vise aucun groupe en particulier, mais c'est pour ça que je n'ai pas hyper envie de m'investir dans un collectif, aucun ne me convient vraiment (et c'est aussi valable pour les collectifs anars ou que je sais je, j'en avais déjà un peu parlé avant sur un autre sujet, comme quoi les groupes/collectifs me font toujours flipper, je sais pas hyper fan du circle jerking qui y est très souvent présent. Après c'est pas "condamnable" en soi, c'est l'effet de groupe qui fait ça, mais ça me rebute quand même. Et on rajoute mes sales expériences passées et ça suffit à me décourager. :cretin:).

Lire l'intégralité des 96 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)