Grimper en haut du volcan Le Piton de la Fournaise

Durant ses vacances à la Réunion, votre boss bien-aimé a repoussé ses limites de trentenaire vieillissant en s'avalant un volcan pointant à 2600 m d'altitude. Récit.

Grimper en haut du volcan Le Piton de la Fournaise

Elle est comme ça, ma femme : alors que j’adorerais lézarder pendant une semaine sur la plage, histoire de récupérer d’une année mouvementée, elle veut crapahuter. Faut dire que c’est crétin de venir à la Réunion pour se faire bronzer le cuissot toute la journée, y’a tellement de trucs à voir. Je suis finalement toujours partant, parce que j’aime ça au fond (mais MERDE, tout de même : VIVE LA GLANDE EN VACANCES !)

Le Piton de la Fournaise, situé au sud-est de l’île de la Réunion, est l’un des volcans les plus en activité aujourd’hui. Il envoie une éruption tous les 3/4 mois depuis 2007, date de sa dernière colère vraiment balèze. Il est également l’un des lieux les plus prisés des touristes-écolos-nature-sportifs, dont je fais partie parce que ma femme le vaut bien.

Nous voilà donc partis en direction du Pas de Bellecombe, « démarrage » de l’expédition pour la plupart des motivés du volcan. Il faut partir tôt, très tôt même, parce que les nuages arrivent tôt et crois-moi, les nuages seront tes pires ennemis durant cette excursion. Partir après 9h du mat’ du Pas de Bellecombe, c’est prendre un risque de voir les nuages se pointer quand tu es encore en train de monter.

Pour arriver au pas de Bellecombe et à ses 2350 mètres, il faut se taper en bagnole un trajet de 23 bornes de chemins sympathiques. Une petite pause à la Plaine des Sables, sorte de Tatooïne volcanique, paysage grandiose, et direction le fameux Pas à bord de la fantastique Renault Symbole (une Logan commercialisée par Renault pour les marchés « émergents »).

La Plaine des Sables
La Plaine des Sables : qui c'est qui est rikiki ?

Le guide de ma femme annonçait 4h30 de randonnée. Sur le papier, c’est jouable. Ce que ce foutu « GéoGuide » ne précisait pas, c’est qu’une montée de volcan ne se fait pas sur un chemin tout bien arrangé / sculpté pour le randonneur moyen. Le Piton de la Fournaise, quand il érupte, envoie toutes sortes de roches : des bombes, des roches dites « Aa » (parce qu’elles coupent, les bâtardes), des plaques et des laves cordées (si ça t’intéresse, y’a une page bien fichue ici). Cette diversité modifie en permanence le chemin vers le sommet et rend son escalade foutrement… difficile.

Pas de Bellecombe
150 mètres plus haut, le Pas de Bellecombe. Et c'est que le début.

La montée dure 2h30 à partir du Pas de Bellecombe. Il faudra descendre environ 150 mètres dans des escaliers, avant d’arriver dans une magnifique plaine qui a dû bouffer de la lave depuis des siècles et un petit cratère appelé Formica Leo.


Le Formica Leo et le Piton de la Fournaise depuis le Pas de Bellecombe

Le premier truc qui scie, c’est l’immensité. J’ai pris cette photo ci-dessous, que je t’invite à aller voir sur Flickr en très haute déf. Tu verras sur la gauche du volcan des petits points blancs. Ce sont des gens qui descendent. La nature contre l’homme, tu peux pas test.


Clique pour voir la photo en haute déf et les gens en tout petits points blanc

Au prix d’un effort il faut le dire PLUTÔT BALÈZE, on a fini par arriver au bout. 2h30 de montée pour arriver au sommet, qui pointe à 2632 mètres. Une montée de presque 500 mètres, étalée sur 6,5 kilomètres.

Un cratère de fou

La dernière éruption de 2007 a « vidé » une réserve de magma du volcan, si bien que le cratère a dégringolé. De 60 mètres, il pointe aujourd’hui à plus de 360 mètres de profondeur. Impressionnant.


J'ai demandé à quelqu'un de descendre, pour qu'on puisse apprécier la profondeur, z'ont pas voulu.

Brice Hortefeux was there
Brice Hortefeux was there.

Tout ce qui monte doit redescendre

MON ROYAUME POUR UN FUNICULAIRE !… Et bah non. T’es monté ? Faut redescendre. La descente fut pour moi bien plus difficile que la montée, la faute à des genoux en plastoc. Les articulations sont mises à rude épreuve, parce que ça descend régulièrement et tu dois toujours « te retenir ».

En montant, on a croisé un mec qui descendait en courant. Oui, EN COURANT, il sautait de pierre en pierre, tel un Schtroumpf. Hop hop hop. Le soir, notre hôte nous a expliqué qu’il s’entraînait pour ce « raid » super populaire à la Réunion, qui s’appelle La Diagonale des Fous. En un week-end, les participants traversent l’île du sud vers le nord : plus de 150 kilomètres à pied, en passant par les plus grands sommets, 9000 mètres de dénivelé positif. Rien que de l’écrire, j’ai mal aux guiboles.

Ca fait du bien quand ça s’arrête

Après 5h30 de marche, je peux affirmer que cette randonnée a été l’effort le plus péniblement long de toute ma vie, pourtant pas dénuée d’efforts sportifs. Faut dire que j’avais des pompes de marche, certes, mais toutes niquées et qui laissaient passer les petits cailloux sous les semelles. Miam. Bilan de l’opération : quelques courbatures, les pieds défoncés, les genoux en compote et et et… DE FANTASTIQUES COUPS DE SOLEIL sur les mollets et l’arrière des genoux, la lave réfléchissant parfaitement les ultra-violets (j’avais oublié de me badigeonner à ces endroits très précis). Est-ce que je suis content de l’avoir fait ?… Huum, c’est trop tôt pour se prononcer objectivement, je souffre encore trop hahaha.Ca aura au moins permis d’en faire un article, n’est-ce pas :)


A 2200 mètres, tu fais coucou aux nuages

A faire si :

– Le temps est propice (il y a des jours où les nuages recouvrent toute la vallée et dans ce cas-là, c’est nul – tu peux checker le temps sur les webcams du volcan avant de faire la route sur www.fournaise.info)
– Tu kiffes les cailloux et la géologie, c’est ton dada
– Tu adores « te dépasser »
– Tu as une endurance physique au-dessus de la moyenne
– Tu aimes dire à tes potes en rentrant « regardez, j’suis une ouf » (moi, j’vais pas me gêner haha)

A déconseiller si :

– Tu as des problèmes aux genoux, aux chevilles, aux hanches
– Tu n’as pas fait de sport de l’année, voire pire
– Les randos pour toi, ça va bien une heure (je te conseille dans ce cas-là de descendre à mi-chemin)
– Tu aimes lézarder au bord de la piscine
– La montagne, ça te gagne pas
– Tu n’es pas correctement équipée (cf juste en dessous)

L’équipement :

– De bonnes chaussures de rando. Il faut donc obligatoirement avoir d’excellentes pompes de marche, tes chevilles et tes articulations vont être mises à rude épreuve (je me suis tordu 2-3 fois la cheville en descendant)
– Une voire deux paires de chaussettes
– Une bouteille d’eau / personne et du manger. Emporte un vrai repas, que tu pourras prendre le temps de manger au sommet.
– Un chapeau et de la crème solaire (la lave réfléchit parfaitement bien les UV, sa mère !)
– Un tshirt de rechange, histoire de mettre du sec arrivée en haut

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 26 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Noix-de-coco
    Noix-de-coco, Le 20 juillet 2014 à 12h00

    19 ans que j'habite ici et je l'ai jamais fait. Bon faut dire que moi et les rando avant c'étais pas mon dada.

    Maintenant que je commence enfin à aimer marcher j'avais décidé de le faire la semaine dernière mais je suis tomber malade ( Je ne vous explique pas comment j'étais dégoûter ) Mais bon ce n'est que partie remise :)

    Sinon ici niveau je m'en prends pleins la vue celles qui viennent ici ne seront pas dessus. ( Parole d'une fille qui se réveille enfin et qui décide seulement maintenant d'aller " visiter " son île haha )

Lire l'intégralité des 26 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)