Grâce à Dieu : François Ozon s’attaque à la pédophilie dans l’Eglise

Grâce à Dieu est le prochain film de François Ozon : il retrace l'affaire Preynat, du nom du prête lyonnais accusé d'avoir agressé 70 jeunes scouts pendant deux décennies.

Grâce à Dieu : François Ozon s’attaque à la pédophilie dans l’Eglise

« Grâce à Dieu, les faits sont prescrits »

Ce sont les mots du cardinal Barbarin, en mars 2016, à propos des accusations de pédophilie pesant sur le Père Preynat.

D’anciens scouts devenus adultes ont pris la parole pour dénoncer publiquement les agressions sexuelles dont ils ont été victimes dans leur enfance.

L’affaire Preynat adaptée au cinéma dans Grâce à Dieu

En mars 2016, le Père Preynat est mis en examen pour avoir agressé sexuellement 70 jeunes scouts, entre 1986 et 1991.

Soixante-dix victimes.

Le Père Preynat a été suspendu de ses fonctions pendant un an. Il est toujours prêtre, oui, mais il n’exerce plus. L’instruction est en cours, il attend son procès. Il n’est pas exclu de l’Eglise, pour le moment : son procès canonique est suspendu.

Le supérieur hiérarchique du Père Preynat, le cardinal Barbarin, avait été informé dès 2002 selon une journaliste, des agissements du prêtre.

Monseigneur Barbarin a été visé par une enquête préliminaire pour non-dénonciation d’agressions sexuelles : classée sans suite par le procureur de la République de Lyon.

Le Pape a pris sa défense :

« D’après les éléments dont je dispose, je crois qu’à Lyon, le cardinal Barbarin a pris les mesures qui s’imposaient, qu’il a bien pris les choses en main.

C’est un courageux, un créatif, un missionnaire. Nous devons maintenant attendre la suite de la procédure devant la justice civile. »

La suite de la procédure, c’est une citation directe à comparaître pour Barbarin et six autres ecclésiastiques. En effet, dix victimes présumées du Père Preynat se sont constituées parties civiles et ont décidé de saisir directement la justice.

« Grâce à Dieu, les faits sont prescrits » disait Barbarin. Et grâce à la justice des Hommes, le cardinal sera jugé pour non-dénonciation d’agressions sexuelles en janvier 2019.

Grâce à Dieu : l’affaire Preynat adaptée au cinéma

Grâce à Dieu, c’est le titre du prochain film de François Ozon, qui sortira en salles le 20 février 2019, et dont la première bande-annonce dévoilée aujourd’hui m’a filé la chair de poule.

Grâce à Dieu, le projet secret de François Ozon

François Ozon ne s’est pas embarrassé de changer les noms, les lieux. Barbarin s’appelle Barbarin, Preynat aussi, et celui qui s’est levé pour dénoncer l’homme qu’il accuse de l’avoir agressé lorsqu’il était enfant a aussi gardé son nom : Alexandre Hesez-Dussot, fondateur de l’association La Parole Libérée.

Sauf que « libérer la parole », c’est comme libérer un fauve : c’est un soulagement, un danger et une menace, selon les circonstances, le contexte, l’entourage.

C’est ce que raconte Grâce à Dieu, à travers les témoignages d’Alexandre et d’autres victimes.

François Ozon a tourné en secret de mars à mai 2018 selon Le Progrès.

Le film sortira le 20 février 2019 et il me tarde de pouvoir le découvrir : j’aime le cinéma témoignage, j’aime le cinéma politique, j’aime le cinéma engagé, et Grâce à Dieu promet d’exceller dans ces trois catégories.

À lire aussi : Non, la loi Schiappa n’a pas « légalisé la pédophilie » — Les Décodeurs

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Clemence Bodoc
    Clemence Bodoc, Le 11 décembre 2018 à 8h37

    grenouilleau
    C'est vrai qu'une partie de l’œuvre d'Ozon est problématique. Je n'ai pas vu toute sa filmographie, mais entre Jeune et Jolie et Huit femmes, ça fait quand même deux films misogynes, qui laissent penser que le reste est du même acabit. Tant mieux si ce réalisateur ne fait pas que cela, il ne reste plus qu'à attendre de voir si il traite mieux le sujet de la pédophilie que celui de la condition des femmes.
    Même sur la condition des femmes, je t'invite à regarder Potiche. Sous couvert d'un contexte très 70's, le film est une critique très actuelle du sexisme ! ;)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!