Goupil ou face, une BD touchante pour comprendre la maladie mentale

Par  |  | 13 Commentaires

Lou Lubie raconte ses troubles de l'humeur dans Goupil ou face, une bande dessinée à la fois touchante et pédagogique !

Goupil ou face, une BD touchante pour comprendre la maladie mentale

Goupil ou face est une bande dessinée de Lou Lubie parue aux éditions Vraoum !

goupil-ou-face-couv

Cette bande dessinée est autobiographique. Lou y raconte son combat contre un mal, indistinct dans un premier temps, qui la ronge intérieurement.

Si elle peine à mettre un nom dessus, son parcours du combattant contre ses tourments va la mener à enfin réussir à nommer sa bête intérieure : la cyclothymie.

La cyclothymie est un trouble de l’humeur que l’on assimile à la bipolarité. Il se caractérise par des périodes au cours desquelles l’individu concerné alterne des moments d’euphorie à d’autres moments de lourde dépression.

goupil-ou-face-visuel5La BD est une vulgarisation de cette maladie méconnue, par tous, et même pour les malades eux-mêmes. On peut naturellement penser au travail de Marion Montaigne en lisant cet ouvrage !

Non seulement Lou Lubie explique ce qu’il se trame dans son cerveau, mais elle raconte aussi son quotidien complexe.

Par exemple, tous les médecins consultés ne parviennent pas à s’accorder sur un diagnostic, ou refusent d’envisager qu’elle puisse être en dépression compte tenu de son âge.

Lou symbolise ces maux par le biais de représentations d’animaux, plus ou moins féroces. Sa cyclothymie à elle est un petit renard, qui comme chez Saint-Exupéry, doit être apprivoisé.

À lire aussi : Une renarde apprivoisée, Juniper, fait couiner tout l’Internet

Cette représentation, finalement fantaisiste et mignonne, permet à l’auteure de dédramatiser la maladie, de se montrer pédagogique et accessible, mais aussi d’ouvrir à des représentations artistiques plutôt intéressantes et éloquentes, notamment quand la bête devient plus carnassière.

goupil-ou-face-visuel6

L’auteure raconte aussi le poids que sa maladie peut avoir pour ses proches, et les violences psychologique qu’il faut parfois s’imposer pour réussir à s’en sortir, même quand la situation peut paraître paralysée.

Malgré la gravité du sujet, Goupil ou face n’a rien d’anxiogène. L’auteure se veut très factuelle et directe dans sa manière de présenter la situation : elle livre les faits bruts, tels qu’ils sont, mais avec tout de même de l’humour et un art de raconter admirable.

goupil-ou-face-visuel-3Bien entendu, il est précisé à la fin de la bande dessinée qu’il ne faut pas chercher à établir de diagnostic soi-même, mais toujours consulter un professionnel pour cela.

C’est au final un livre plein d’optimisme et de courage que l’on referme, enrichi•e d’en avoir un peu plus appris sur une maladie pas forcément évidente à comprendre de l’extérieur.

Goupil ou Face aidera les malades à voir l’avenir d’un meilleur œil, et celles et ceux qui les entourent à être présent•es de la meilleure façon possible !

À lire aussi : Celui qui… était dépressif

Tu peux te procurer ce livre sur Place des libraires, et sur Amazon !


Lucie Kosmala

Lucie a commencé en 2015 par vous parler de littérature jeunesse, et depuis janvier 2016, elle vous cause plus généralement de livres, sous toutes ses formes et pour tous les goûts. Elle s'est illustrée à de nombreuses reprises dans la réalisation de petits pingouins en olives, et connaît d'un point de vue exhaustif tous les gifs de raton laveur existants.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Kaus Australis
    Kaus Australis, Le 15 février 2017 à 0h16

    @Nyxi Merci

    A défaut d'avoir un autre point de vue je crois que tu dis quelque chose de sensé.
    Le non-jugement ça devrait pourtant être fondamental au sein d'une thérapie :eh: Je trouve pas ça très pro de juger mais je ne suis pas à la place des professionnels et je surestime un peu mes capacités.
    C'est ce qui m'a permis de me barrer de chez la psy je crois, je faisais toujours en sorte de me poser en victime (et encore maintenant) et de dire en gros que rien n'était jamais de ma faute c'est pas moi qui dois aller voir le psy.

    Je suis contente pour toi que tu réussisses à faire ce genre de démarche et que tu aies fini par tomber sur une bonne équipe :fleur: Courage, même si c'est pas une question de courage (je crois?)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!