GoldieBlox : la pub qui déboîte avec des petites filles

GoldieBlox, c'est le nom d'une entreprise qui fait des jouets en rapport avec l'ingénierie aux États-Unis. Pour promouvoir la marque qui pâtit d'un manque de visibilité, ils ont fait une super pub avec des petites filles un peu badass qui chantent du Queen.

GoldieBlox est une entreprise fondée en 2012 par l’ingénieure Debbie Sterling qui commercialise des jouets pour petites filles. Des jouets qui ont un rapport avec l’ingénierie, avec des petites constructions à faire et des réflexions sur l’espace, pour sensibiliser dès le plus jeune âge le sexe féminin à ce secteur où il n’y a que trop peu de femmes. Ce que la créatrice de la firme critique dans la description en home du site :

« Les ingénieurs résolvent des certains des plus gros challenges de la société. Ils sont critiques sur l’économie mondiale, gagnent des salaires plus hauts et bénéficient d’une plus grande sécurité de l’emploi. Et ils sont à 89% des hommes.

[…] Nous sommes en 2013. Il est temps d’amener l’esprit de nos filles plus loin que les allées roses des magasins de jouets. Il est temps de construire une nouvelle histoire pour que nos filles puissent aider à construire notre futur. »

Oui mais voilà : il est bien difficile pour Debbie de faire croire en son projet et GoldieBlox a bien du mal à se retrouver sur les étagères des magasins de jouets. Pourquoi ? Parce que les jouets relatifs à l’ingénierie pour les filles sont jugés trop « niche ».

Pour aller à l’encontre de cette dure réalité, Debbie et son équipe ont décidé de lancer une campagne virale en proposant à leurs clients de participer :

  • Aller au Toys’r’Us le plus proche et chercher GoldieBlox
  • Partager la vidéo ci-dessous sur Facebook
  • Tweeter ou mettre sur Instagram les photos que vous avez prises de GoldieBlox dans les rayons des magasins
  • Partager tout ça avec 10 de vos proches.

Cette campagne est annoncée avec une adorable publicité dans laquelle des petites filles, plus ou moins habillées en princesse, cassent les clichés en courant, en faisant du skate ou du vélo de manière complètement badass vers le Toys’R’Us le plus proche. Le tout en reprenant We are the champions de Queen, car des championnes, c’est ce qu’elles sont.

Que penses-tu de cette initiative ? Et tape m’en 5 si toi aussi, tu jouais aux Meccano quand tu étais petite, peu importe qu’ils aient l’air d’être faits pour des filles ou des garçons !

Tous les articles Actu dans le Monde , Culture , Insolite , Pubs , Société , Sur le web
Les autres papiers parlant de Enfant , Féminisme , GoldieBlox , Jouet , Publicité
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !

Identifie toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  • MlleNobody
    MlleNobody, Le jeudi 4 juillet 2013 à 19h05

    Quand j'étais petite, je jouais avec de petites voiture, j'adorais les Kaplas, je me déguisais en policier ou en cowboy, j'étais gardienne de but dans la récré. J'escaladais les arbres, j'avais plein de copains, et les filles ne m'aimaient pas, parce que j'étais un TomBoy avec des cheveux longs et emmêlés, un "garçon manqué". Je m’intéressais à la science et la politique, et pas aux derniers chanteurs de pop, donc j'étais la "plouc" pas au courant.

    J'adore cette démarche. Je plussoie.

  • DolceVita
    DolceVita, Le jeudi 4 juillet 2013 à 19h06

    Aaaah génial !! Le Girl Power des années 2020 est né !! :d

    Quand j'étais petite je construisait des cabanes voiliers dans le jardin avec ma pote, je jouait aux p'tites voitures avec ma sœur (on avait même un garage), et comme sport j'ai fait du kayak, du jujitsu et de la boxe.

    Moi féminine ? Mais oui monsieur !!

  • Tatsue
    Tatsue, Le jeudi 4 juillet 2013 à 19h25

    Sympa mais arrêtez de faire chanter les enfants quoi c'est plus possible XD

  • Bulbizarde
    Bulbizarde, Le jeudi 4 juillet 2013 à 19h32

    Le seul truc que je trouve dommage c'est d'insinuer que le problème vient du fait qu'il n'y ai pas de jeu de construction "pour filles".

    Le fait d’ailleurs de vouloir "féminiser" les jeux de construction (y ajouter du rose et des chiots) n'est pas forcement une bonne idée, comme on a pu le voir avec lego.

    Le problème est à la base : le fait de genrer les jeux. Les petites filles ont autant envie de construire et bricoler que les petits garçons, c'est juste qu'on leur donne moins l'occasion de le faire, et on leur laisse croire que leur seul moyen de s'amuser viendra d'une Barbie.

    Alors que jouer à la poupée, aux petites voitures et s'amuser à construire un vaisseau spatial en lego est tout a fait possible, que ce soit pour les petites filles ou les petits garçons :)

    Il faudrait peut être commencer par arrêter de séparer les jouet par genre dans les magasins et les magazines, mais plutôt par catégories.

  • MorganeGirly
    MorganeGirly, Le jeudi 4 juillet 2013 à 20h00

    bulbizarde;4227553
    Le seul truc que je trouve dommage c'est d'insinuer que le problème vient du fait qu'il n'y ai pas de jeu de construction "pour filles".

    Le fait d’ailleurs de vouloir "féminiser" les jeux de construction (y ajouter du rose et des chiots) n'est pas forcement une bonne idée, comme on a pu le voir avec lego.

    Le problème est à la base : le fait de genrer les jeux. Les petites filles ont autant envie de construire et bricoler que les petits garçons, c'est juste qu'on leur donne moins l'occasion de le faire, et on leur laisse croire que leur seul moyen de s'amuser viendra d'une Barbie.

    Alors que jouer à la poupée, aux petites voitures et s'amuser à construire un vaisseau spatial en lego est tout a fait possible, que ce soit pour les petites filles ou les petits garçons :)

    Il faudrait peut être commencer par arrêter de séparer les jouet par genre dans les magasins et les magazines, mais plutôt par catégories.
    Entièrement d'accord avec ton post!!

    Ceci dit, je pense que dans l'état actuel des choses c'est de cette manière qu'on peut agir à notre échelle, en créant des activités estampillées féminines mais identiques à celles des garçons. Parce que les jouets et les magazines dégenrés ne vont pas s'installer en masse demain dans nos rayons. Les consommateurs y sont tellement habitués qu'il faudrait une démarche spontanée des fabricants... autant dire qu'on peut rêver.
    Du côté des clients, ça ne va pas changer immédiatement parce qu'actuellement, les jouets genrés sont familiers et rassurants, et la négation de la théorie des genres a encore de beaux jours devant elle. Il y aura toujours une maman qui voudra offrir des poupées comme quand elle était petite. Il y aura toujours un grand-père perdu qui optera pour le rayon fille en ne sachant pas quoi offrir pour les six ans de sa petite-fille. Il y aura toujours des fillettes qui seront vexées en voyant un jouet neutre dans le paquet parce qu'elles ont appris à réclamer des trucs à paillettes. Il y aura toujours des parents persuadés que leur petite fille s'identifie mieux à des jouets aux couleurs féminines.
    Donc comme cette mentalité-là existe, infiltrer les rayons filles avec des jouets différents est à mon avis l'action la plus accessible et qui aura un plus grand taux de réussite à court terme quand on n'est pas le directeur d'une multinationale du jouet.

    Après, bien sûr, il y a un travail de fonds qui doit être fait en parallèle pour expliquer qu'il n'y a pas de différence entre les jeux des filles et ceux des garçons. Mais à court terme, je pense que c'est l'initiative la plus efficace et je pense aussi qu'elle va amener les gens à se demander pourquoi on devrait séparer les rayons si au fond les jouets sont... les mêmes!

  • Mazzie-Star
    Mazzie-Star, Le jeudi 4 juillet 2013 à 21h07

    Pourquoi on ne parle jamais de la situation des hommes ?

    Perso, j'ai connu pas mal de garçons qui en ont marre de se faire traiter comme des moins que rien parce qu'ils préféraient jouer à la poupée avec leurs soeurs ou alors parce qu'ils n'ont pas leur permis de conduire, ne se battent pas et sont plutôt calmes, pas dominant, nul en sport, sont sensibles et sensibles. J'ai un ami qui en a fait une dépression à cause de la pression que son père lui imposait.

    La pression sociale existe aussi sur les hommes, mais on n'en parle jamais, et ça me gave un peu ce nombrilisme autour des femmes. D'ailleurs je vous incite à vous renseigner sur Erin Pizzey, une des pionnières de la cause des femmes qui a quitté le mouvement à cause du mépris et de l'indifférence envers les hommes, pour promouvoir le mouvement "A voice for men", fin bref, je ne vous fait pas le topo, si ça vous intéresse vous irez voir vous même.

    Il y a des tas d'hommes qui auraient souhaité être père au foyer, avoir la garde de leurs enfants après leur divorce, faire de la danse classique, avoir une maison de poupée mais personne ou presque n'en parle, comme si ça n'était pas important, comme si la cause des femmes importait plus.

    Je ne suis pas pour la cause des femmes, je suis pour la cause de l'être humain, il ne faut pas condamner la violence faite aux femmes mais la violence tout court, il ne faut pas condamner le viol des femmes mais le viol tout court, il ne faut pas condamner la pression sociale faite aux femmes mais la pression sociale tout court. Il en est de même pour l'honneur, la dignité, la liberté et tous les autres droits fondamentaux.

    Pourquoi ?

    Parce qu'en mettant l'accent systématiquement sur le fait que les femmes sont plus victimes de certains de ces agissements que les hommes, on nous fragilise, on rappelle sans cesse au monde entier que nous sommes de petites choses fragiles qu'il faut sans cesse protéger.

    BREF j'ai fais du hors sujet, mais il fallait que ça sorte !

  • MorganeGirly
    MorganeGirly, Le jeudi 4 juillet 2013 à 23h31

    @Mazzie-Star
    En fait si, détrompe-toi, rien qu'à chaque article féministe ya des gens qui viennent parler des hommes en disant qu'on n'entend jamais parler d'eux, ce qui est bien entendu tellement faux.

    Une petite anecdote perso pour illustrer.
    Un jour, je faisais campagne pour une ONG des droits de l'homme. Tu vois, rien que le nom : ONG des droits de l'Homme au lieu de droits humains, ça veut tout dire, c'est pas comme si les hommes étaient ignorés... Enfin bref, je faisais campagne pour cette ONG et il se trouve que la campagne du jour était "La violence contre les femmes" dans une région spécifique du monde où elle s'élève à plus de 90% par endroits. C'est-à-dire que dans 90% des couples, le mari bat sa femme - et probablement la force à avoir des rapports sexuels.
    Il y allait avoir bientôt un sommet de chef d'Etat de la région et on était dans la rue pour faire signer une pétition leur demandant de prendre au sérieux cette violence et de mettre en place un processus contre tout ça.
    Au final, je tombe sur un Suisse. Le mec s'approche pour me poser des questions sur la pétition. Je lui explique le but et les raisons et il me dit "NON".
    Moi, surprise, je décide de ne pas insister mais c'est lui qui reste planté là et qui me répond "ET LES HOMMES? Pourquoi une pétition pour la violence contre les femmes? Vous vous en foutez des hommes?".
    Je lui explique qu'on travaille sur une campagne spécifique car la violence des hommes contre les femmes est un vrai fléau dans cette région, que la violence des femmes contre les hommes n'existe presque pas... Et il me répond : "SI!!!! Des hommes se font battre tous les jours et on n'en parle jamais!".
    Alors là ça commençait déjà à me saouler parce que sérieux, 90% des femmes qui se font frapper par leurs maris, je doute que l'inverse soit vrai ou ce serait Fight Club à la maison. Mais le mec insiste et insiste et il m'explique qu'on est sexiste tout ça.
    MAIS MINCE! Une ONG des droits de l'homme. Tous les jours on se lève pour se battre pour des hommes victimes de violence, des mecs tabassés par la Police, enfermés injustement, condamnés à mort dans des conditions douteuses, empêchés de s'exprimer, torturés, enlevés et j'en passe.
    La plupart des gens qu'on défend sont des hommes parce que dans le monde, ce sont eux qui ont le plus de pouvoir et de liberté pour se lever et parler contre l'oppression.
    Alors le jour où on fait une campagne sur un problème réel et endémique concernant surtout les femmes, on a des gens qui débarquent et viennent pleurer sur la cause des hommes occidentaux maltraités par les femmes. Parce que c'est ce que m'a dit le mec, que dans son pays la Suisse, les femmes avaient pris le pouvoir, que les hommes étaient humiliés et réduits au silence, qu'on se moquait d'eux... et que c'est donc par militantisme qu'il refuserait de signer ma pétition tant que je ne remplacerai pas "femmes" par "gens".
    Mais désolée, une campagne contre la violence contre les gens, ça n'a plus de sens. C'est une belle profession de foi "faut être gentil et pacifique avec tooooout le monde" mais ça ne reconnait pas le problème qui est que les hommes ont été formatés à croire que taper une femme est normal, que les dominer est normal etc. Et en étant trop général, on laisse les gens ne pas regarder en face un vrai problème.

    Bref, je comprends ta démarche mais il y a des problèmes spécifiques aux femmes, notamment le viol et la violence sexiste.
    C'est comme si je faisais campagne pour les homosexuels qui se font assassiner en Ouganda et que quelqu'un me disait "et les hétéros qui se font assassiner, tu y penses?". C'est-à-dire que je doute qu'il y ait beaucoup de gens qui se fassent massacrer pour la simple raison qu'ils sont hétéros en fait. Donc l'assassinat des hommes hétéros c'est un problème, certes, mais c'est hors-sujet par rapport à ce dont on parle.
    Il y a des hommes qui se font frapper par leurs femmes ou violer mais c'est minime en comparaison au même problème pour les femmes.

    Enfin, la question des genres a toujours été prise au sérieux par les féministes à la fois pour les hommes et les femmes car les deux notions se construisent ensemble et se déconstruisent donc ensemble. Tout le monde comprend bien que les hommes sont aliénés par le système aussi.
    Donc le cadre de cet article : les jouets genrés, ça concerne tout-à-fait les hommes aussi! On reconnait leur droit à vouloir s'occuper des enfants et tout ce que tu dis.
    Mais tu ne crois pas aussi que les femmes féministes ont le droit de vouloir s'occuper de ce qui les concerne en premier lieu (la place des femmes) et de laisser aux hommes qui le veulent le soin de défendre leur droit à faire des trucs dont ils se sentent privés? Après tout, ils sont plus en situation de pouvoir que nous et ont plus de moyens pour s'exprimer dans le monde.
    On n'est pas obligés de prendre la défense de tout le monde quand on se bat pour une cause, il faut bien commencer par quelque chose.

    Mais dans tous les cas, c'est un peu un procès injuste car ce sont en fait ceux qui refusent de parler des femmes si on ne parle pas des hommes qui noient le problème du sexisme et de la discrimination sexuelle dans une soupe de ni oui ni non et empêchent les hommes de prendre conscience des problèmes qui les minent eux aussi.
    Il y a des tas de bouquins qui parlent de l'aliénation du masculin, si ça t'intéresse.

  • Mazzie-Star
    Mazzie-Star, Le vendredi 5 juillet 2013 à 13h34

    morganegirly;4228053
    @Mazzie-Star
    En fait si, détrompe-toi, rien qu'à chaque article féministe ya des gens qui viennent parler des hommes en disant qu'on n'entend jamais parler d'eux, ce qui est bien entendu tellement faux.

    Une petite anecdote perso pour illustrer.
    Un jour, je faisais campagne pour une ONG des droits de l'homme. Tu vois, rien que le nom : ONG des droits de l'Homme au lieu de droits humains, ça veut tout dire, c'est pas comme si les hommes étaient ignorés... Enfin bref, je faisais campagne pour cette ONG et il se trouve que la campagne du jour était "La violence contre les femmes" dans une région spécifique du monde où elle s'élève à plus de 90% par endroits. C'est-à-dire que dans 90% des couples, le mari bat sa femme - et probablement la force à avoir des rapports sexuels.
    Il y allait avoir bientôt un sommet de chef d'Etat de la région et on était dans la rue pour faire signer une pétition leur demandant de prendre au sérieux cette violence et de mettre en place un processus contre tout ça.
    Au final, je tombe sur un Suisse. Le mec s'approche pour me poser des questions sur la pétition. Je lui explique le but et les raisons et il me dit "NON".
    Moi, surprise, je décide de ne pas insister mais c'est lui qui reste planté là et qui me répond "ET LES HOMMES? Pourquoi une pétition pour la violence contre les femmes? Vous vous en foutez des hommes?".
    Je lui explique qu'on travaille sur une campagne spécifique car la violence des hommes contre les femmes est un vrai fléau dans cette région, que la violence des femmes contre les hommes n'existe presque pas... Et il me répond : "SI!!!! Des hommes se font battre tous les jours et on n'en parle jamais!".
    Alors là ça commençait déjà à me saouler parce que sérieux, 90% des femmes qui se font frapper par leurs maris, je doute que l'inverse soit vrai ou ce serait Fight Club à la maison. Mais le mec insiste et insiste et il m'explique qu'on est sexiste tout ça.
    MAIS MINCE! Une ONG des droits de l'homme. Tous les jours on se lève pour se battre pour des hommes victimes de violence, des mecs tabassés par la Police, enfermés injustement, condamnés à mort dans des conditions douteuses, empêchés de s'exprimer, torturés, enlevés et j'en passe.
    La plupart des gens qu'on défend sont des hommes parce que dans le monde, ce sont eux qui ont le plus de pouvoir et de liberté pour se lever et parler contre l'oppression.
    Alors le jour où on fait une campagne sur un problème réel et endémique concernant surtout les femmes, on a des gens qui débarquent et viennent pleurer sur la cause des hommes occidentaux maltraités par les femmes. Parce que c'est ce que m'a dit le mec, que dans son pays la Suisse, les femmes avaient pris le pouvoir, que les hommes étaient humiliés et réduits au silence, qu'on se moquait d'eux... et que c'est donc par militantisme qu'il refuserait de signer ma pétition tant que je ne remplacerai pas "femmes" par "gens".
    Mais désolée, une campagne contre la violence contre les gens, ça n'a plus de sens. C'est une belle profession de foi "faut être gentil et pacifique avec tooooout le monde" mais ça ne reconnait pas le problème qui est que les hommes ont été formatés à croire que taper une femme est normal, que les dominer est normal etc. Et en étant trop général, on laisse les gens ne pas regarder en face un vrai problème.

    Bref, je comprends ta démarche mais il y a des problèmes spécifiques aux femmes, notamment le viol et la violence sexiste.
    C'est comme si je faisais campagne pour les homosexuels qui se font assassiner en Ouganda et que quelqu'un me disait "et les hétéros qui se font assassiner, tu y penses?". C'est-à-dire que je doute qu'il y ait beaucoup de gens qui se fassent massacrer pour la simple raison qu'ils sont hétéros en fait. Donc l'assassinat des hommes hétéros c'est un problème, certes, mais c'est hors-sujet par rapport à ce dont on parle.
    Il y a des hommes qui se font frapper par leurs femmes ou violer mais c'est minime en comparaison au même problème pour les femmes.

    Enfin, la question des genres a toujours été prise au sérieux par les féministes à la fois pour les hommes et les femmes car les deux notions se construisent ensemble et se déconstruisent donc ensemble. Tout le monde comprend bien que les hommes sont aliénés par le système aussi.
    Donc le cadre de cet article : les jouets genrés, ça concerne tout-à-fait les hommes aussi! On reconnait leur droit à vouloir s'occuper des enfants et tout ce que tu dis.
    Mais tu ne crois pas aussi que les femmes féministes ont le droit de vouloir s'occuper de ce qui les concerne en premier lieu (la place des femmes) et de laisser aux hommes qui le veulent le soin de défendre leur droit à faire des trucs dont ils se sentent privés? Après tout, ils sont plus en situation de pouvoir que nous et ont plus de moyens pour s'exprimer dans le monde.
    On n'est pas obligés de prendre la défense de tout le monde quand on se bat pour une cause, il faut bien commencer par quelque chose.


    Mais dans tous les cas, c'est un peu un procès injuste car ce sont en fait ceux qui refusent de parler des femmes si on ne parle pas des hommes qui noient le problème du sexisme et de la discrimination sexuelle dans une soupe de ni oui ni non et empêchent les hommes de prendre conscience des problèmes qui les minent eux aussi.
    Il y a des tas de bouquins qui parlent de l'aliénation du masculin, si ça t'intéresse.
    Je comprends ce que tu m'expliques. Je sais aussi que dans certaines régions du monde la situation des femmes est absolument catastrophique, et peut-être que dans ces cas-là, effectivement, la méthode employée doit être différente que celle dont j'ai parlé dans mon post car il y a énormément de chemin à faire pour la cause des femmes comparé aux pays occidentaux les plus avancés.

    Je parlais surtout de la cause des femmes en France, dans les pays les plus avancés sur cette cause en fait. Même s'il est vrai que les viols concernent surtout les femmes, je pense que les violences domestiques concernent presque autant les hommes que les femmes, seulement les femmes sont bien plus médiatisées et prises au sérieux sur ce sujet que les hommes.
    Je ne crois pas que tu, vous réagiriez pareil si je vous disais
    "Un homme a quitté sa femme parce qu'elle l'a trompé, lui a mis une baffe et s'est tiré avec ses enfants. Elle n'a pas revu ses enfants pendant deux mois."

    Plutôt que

    "Une femme a quitté son mari parce qu'il l'a trompé, lui a mis une baffe et s'est tiré avec ses enfants. Il n'a pas revu ses enfants pendant deux mois."

    De même, dans les films, les séries, les publicités, ça ne choque personne de voir une femme gifler un homme au cours d'une dispute conjugale ou autre. Quand c'est une femme qui le subit, c'est quasi exclusivement dans des films traitant sur le sujet de la violence faite aux femmes. Et pour moi, tout cela entretient la dictature machiste, selon laquelle la femme est un être faible sur qui l'on ne doit surtout pas lever la main quelque soit les circonstances et qui a besoin de la puissance masculine pour être protégée et l'homme un être forcément fort destiné à protéger les pauvres faibles que nous sommes, et passer tous nos caprices.

    Ensuite, moi qui regarde beaucoup la télé (j'entend aussi bien Arte, BFM TV que les films et séries), j'entend bien moins souvent parler du combat des hommes que celui des femmes. En fait, ça m'est arrivé deux fois : une fois pour une association qui militait pour le droit des hommes à voir leurs enfants, et une autre pour la cause des hommes afghans qui étaient détruits de voir leurs enfants mourir.

    Maintenant j'en viens à ce que j'ai surligné :

    Effectivement pour les Droits de l'Homme, je suis absolument d'accord, ils devraient s'appeler les Droits de l'Humanité, ou quelque chose du genre. ll n'y a rien à argumenter sur ce sujet tellement cela me paraît évident. Mais bon, que veux-tu, la Révolution de 1789 a beau être une superbe avancée dans les droits, il n'en est pas moins que les femmes étaient encore "sous-considérées" à cette époque. Les Droits de l'Homme ne se seraient jamais appelés ainsi en 2013.

    Pour les hétéros et les homos : Je n'ai jamais entendu des hétéros se faisant insulter/frapper par des homos en raison de leur sexualité ni-même des hétéros être lésés dans leurs droits par des homos. L'inverse est en revanche vrai. Peut être que des homos insultent les hétéros, mais je n'en ai jamais jamais entendu parler, ni même vu. Si le phénomène existe, il doit être sacrément isolé, contrairement au cas des hommes, comme tu sembles le penser.
    Alors que des nanas qui disent que les mecs sont cons, immatures et ne pensent qu'au sexe on l'entend tout le temps, que des mecs qui se font frapper par leur nanas parce qu'elles sont bourrées ou adeptes de la misandrie et de la domination c'est souvent. Moins que les femmes, c'est possible mais comment le savoir ? On n'a aucune statistiques sur le sujet, aucun mec n'en parlerait à cause de la pression sociale, et encore moins porter plainte.

    Un exemple que j'ai vécu : un jour, une de mes copines au collège qui passait son temps a mater ouvertement les garçons a pincé les fesses d'un 3ème dans les escaliers. Une heure, après, il repasse, et lui touche le cul. Cette petite demoiselle l'a traité de gros macho, s'est plainte, et le mec a été collé genre 6h. Tu trouves ça normal ? Je trouve cette histoire hyper révélatrice de la société en général.

    Sur le fait que les féministes doivent défendre seulement les femmes :

    Ben non, alors là je ne suis pas du tout d'accord. A l'heure actuelle dans des pays aussi avancés que le nôtre, il faudrait une union hommes/femmes très sérieuse et organisée qui défendent les droits des êtres humains, il faudrait que la justice punissent extrêmement sévèrement les violences conjugales, aussi bien des hommes sur les femmes que l'inverse, idem pour les viols que les agressions sexuelles. Il faudrait arrêter les magazines et jouets, voire même vêtements genrés, d'ailleurs le site sur lequel nous parlons "madmoizelle" est clairement genré alors qu'il lutte contre le sexisme.

    Aujourd'hui, j'estime que la cause des femmes est assez avancée pour pouvoir arrêter de se concentrer sur le féminisme, pour se concentrer sur l'humanisme. En effet, d'un point de vue juridique, nous sommes parfaitement égales aux hommes, le problème reste social, j'entend par là les mentalités. Et pour faire évoluer les mentalités, je ne vois pas d'autres solutions que de stopper le féminisme qui rappelle sans cesse sans le vouloir que la femme est un être fragile, trop longtemps discriminé, pour se concentrer sur l'humanisme.

    Tu vas me dire que ces associations existent déjà. C'est vrai, mais il n'y a pas d'associations aussi fortes, combattantes et médiatisées que le féminisme pour défendre la cause de l'être humain et l'égalité parfaite des deux sexes.

    J'ai fais un pavé désolée ! J'aurais pu continuer longtemps, mais j'espère que mon message a été correctement compris.

  • MorganeGirly
    MorganeGirly, Le vendredi 5 juillet 2013 à 19h02

    mazzie-star;4228720
    Je comprends ce que tu m'expliques. Je sais aussi que dans certaines régions du monde la situation des femmes est absolument catastrophique, et peut-être que dans ces cas-là, effectivement, la méthode employée doit être différente que celle dont j'ai parlé dans mon post car il y a énormément de chemin à faire pour la cause des femmes comparé aux pays occidentaux les plus avancés.

    (...)
    Aujourd'hui, j'estime que la cause des femmes est assez avancée pour pouvoir arrêter de se concentrer sur le féminisme, pour se concentrer sur l'humanisme. En effet, d'un point de vue juridique, nous sommes parfaitement égales aux hommes, le problème reste social, j'entend par là les mentalités. Et pour faire évoluer les mentalités, je ne vois pas d'autres solutions que de stopper le féminisme qui rappelle sans cesse sans le vouloir que la femme est un être fragile, trop longtemps discriminé, pour se concentrer sur l'humanisme.

    Tu vas me dire que ces associations existent déjà. C'est vrai, mais il n'y a pas d'associations aussi fortes, combattantes et médiatisées que le féminisme pour défendre la cause de l'être humain et l'égalité parfaite des deux sexes.

    J'ai fais un pavé désolée ! J'aurais pu continuer longtemps, mais j'espère que mon message a été correctement compris.
    Alors tout d'abord, je t'ai donné en exemple ce Suisse qui réagissait face aux violences dans un pays étranger en niant la spécificité de la violence sexiste parce que même s'il a l'air de parler d'un "ailleurs" lointain, ça fait en fait partie d'un discours en rapport avec "chez nous" que tu reprends sans t'en rendre compte : celui des masculinistes.
    Attention, être masculiniste c'est n'est pas être féministe version hommes - càd vouloir l'égalité et se battre pour ses droits : c'est parler d'oppression des femmes sur les hommes et affirmer que le féminisme, voire l'émancipation moderne des femmes, est un danger.
    C'est une grosse aberration car c'est la société patriarcale qui oppresse ces hommes, pas le féminisme ni les femmes.

    D'après les statistiques en effet, les violences contre les hommes sont majoritairement le fait d'autres hommes et si l'on se restreint aux violences conjugales, les femmes n'agressent pas leurs conjoints parce qu'il est un homme et qu'elles sont des femmes mais parce qu'il est leur conjoint.
    A l'inverse, beaucoup d'hommes agressent leurs conjointes parce que ça leur semble être un mécanisme acceptable des relations hommes/femmes.
    Bien sûr, il y a des femmes qui généralisent et tiennent des propos violents sur les hommes etc. Mais ces femmes-là n'ont pas un pouvoir social qui leur permet d'exercer une vraie oppression des hommes en général.
    Je ne vais pas évoquer les chiffres qui montrent que 4 à 5 fois plus de femmes que d'hommes meurent sous les coups de leur conjoint en France (et quand les hommes meurent sous les coups de leur femme, dans plus d'un tiers des cas ils la battaient aussi), ni que dans plusieurs pays occidentaux, la violence conjugale représente entre 40 à 70% des assassinats de femmes tandis que les hommes sont assassinés majoritairement par des gens qu'ils ne connaissent pas intimement, ni que 90% des victimes de viols en France sont des femmes etc. parce que je n'ai pas trop le temps de retrouver mes sources.
    A la place, je te suggère la lecture de cet article qui explique les dangers du masculinisme tout en reconnaissant la souffrance des victimes hommes :
    http://blog.francetvinfo.fr/ladies-and-gentlemen/2013/02/17/hommes-maltraites-peres-discrimines-ne-vous-trompez-pas-dennemi.html
    Et si tu jettes un coup d'oeil aux articles vers lesquelles elle renvoie, tu verras en quoi les affirmations masculinistes sont biaisées.
    Il y aussi ici : http://www.lexpress.fr/tendances/masculinisme-attention-danger_1242347.html

    Je voudrais aussi rebondir sur le fait que tu dis qu'on n'entend jamais parler des hommes contrairement aux femmes.
    Plusieurs études ont montrées que quand dans un débat on met en avant un nombre de femmes et d'hommes égaux sans le souligner spécifiquement, les gens ont tendance à croire qu'il y a une majorité de femmes, et quand on parle moins des femmes, les gens ont tendance à croire qu'on les met en avant de manière égale.
    Ceci pour dire que la structure de la société est faite pour parler de l'homme de manière neutre, par défaut et en permanence. Quand on évoque les femmes, les gens le remarquent parce qu'ils n'y sont pas autant habitués et ça leur donne l'impression que c'est démesuré... Ils ont aussi l'impression que les hommes sont négligés, parce que par rapport à d'habitude ça change!
    Le discours féministe parle donc de questions ignorées des grands débats qui sont structurés pour des hommes. Or comme on n'a pas l'habitude de cette percée des femmes sur la scène publique, ça irrite et ça donne l'impression qu'elle accapare la scène médiatique... Mais non, elle équilibre en fait!

    Je précise que je n'ai jamais dit que les féministes ne devaient défendre que les femmes. Au contraire, le féminisme est une pensée plus globale que la simple distinction homme/femme. Mais je crois que c'est à elles de choisir ce qu'elles ont envie de pointer du doigt à chacune de leurs campagnes, et si des hommes ont l'impression qu'elles les négligent, j'ai envie de leur dire qu'ils pourraient aussi se bouger pour réclamer leurs droits au lieu de reprocher à ceux qui ont une cause de ne pas défendre la leur.

    Je voudrais te citer aussi :
    A l'heure actuelle dans des pays aussi avancés que le nôtre, il faudrait une union hommes/femmes très sérieuse et organisée qui défendent les droits des êtres humain.
    J'ai envie de répondre :
    [ul]
    [li]Amnesty International : fondé en 1961, 3 millions de membres versant une cotisation + des millions d'autres supporters dans les monde, présent dans 52 pays dont la France.[/li]
    [li]Human Rights Watch : fondé en 1971, un budget de 80 millions de dollars, présent dans 12 pays dont la France.[/li]
    [li]La Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH) : fondée en 1922, présente dans plus de 100 pays dans le monde dont la France.[/li]
    [/ul]
    Et il y en a des taaas d'autres. Ce sont des ONG "très sérieuses et organisées", bien plus médiatisées que le féminisme et dont les militants femmes et hommes défendent les droits humains et combattent la violence et l'injustice contre les êtres humains quels que soient leur sexe.
    Les mouvements mixtes existent depuis bien longtemps, le monde n'est pas polarisé entre défense des femmes et défense des hommes, mais eux aussi vont pourtant régulièrement faire des campagnes spécifiques aux femmes parce que certains problèmes sont réellement liés au genre, même en Occident!
    Se préoccuper des femmes n'est pas refuser de défendre les hommes, c'est reconnaitre qu'il y a des questions qui ne peuvent pas être abordées en faisant comme si de rien n'était.
    Les mouvements de droits humains défendent des causes larges, les mouvements féministes les questions liées aux femmes et au genre, les mouvements anti-peine de mort les questions liées à la justice etc. ça ne veut pas dire qu'on est contre les autres causes, juste qu'on se spécialise sur celle-ci ou celle-là.

    Enfin, oui on est mieux lôties en France qu'en Afghanistan mais ce n'est pas parce que tu ne ressens aucune différence de traitement que d'autres ne le ressentent pas.
    Un jour avec des copines, on s'est amusées à poser ces questions à mes colocs garçons :
    [ul]
    [li]Est-ce que quand il avait 14 ans des femmes de 40 ans venaient l'aborder dans la rue en lui disant qu'il était charmant et qu'elles voudraient boire un verre avec lui puis l'emmener en balade? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce que le soir, quand il rentre de soirée, il se fait aborder par des filles qui veulent marcher avec lui "pour faire connaissance" et qui lui gueulent qu'il n'est qu'un travelo suceur de bites pas beau quand il dit non merci? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce qu'il se prend des mains au fesses par des femmes à l'air pervers dans le métro? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce que quand il met un short on le siffle dans la rue ou on lui dit qu'il est bon à baiser? Est-ce qu'on lui a déjà suggéré de couvrir son cou s'il ne voulait pas avoir d'ennuis parce que ça attirait trop le regard des femmes? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce que ses collègues ont déjà fait des blagues devant lui comme s'il n'était pas là en disant qu'elles aimeraient bien le voir à poil, qu'il avait un joli petit paquet et qu'on a envie de lui mettre la main aux fesses ou de lui caresser le torse? JAMAIS.[/li]
    [/ul]

    Bref, non nos situations ne sont pas encore égales et nier qu'il y a des expériences de vie différentes selon qu'on est un homme ou une femme empêchera de régler de nombreux problèmes.

  • Mazzie-Star
    Mazzie-Star, Le samedi 6 juillet 2013 à 00h53

    morganegirly;4229311
    mazzie-star;4228720
    Je comprends ce que tu m'expliques. Je sais aussi que dans certaines régions du monde la situation des femmes est absolument catastrophique, et peut-être que dans ces cas-là, effectivement, la méthode employée doit être différente que celle dont j'ai parlé dans mon post car il y a énormément de chemin à faire pour la cause des femmes comparé aux pays occidentaux les plus avancés.

    (...)
    Aujourd'hui, j'estime que la cause des femmes est assez avancée pour pouvoir arrêter de se concentrer sur le féminisme, pour se concentrer sur l'humanisme. En effet, d'un point de vue juridique, nous sommes parfaitement égales aux hommes, le problème reste social, j'entend par là les mentalités. Et pour faire évoluer les mentalités, je ne vois pas d'autres solutions que de stopper le féminisme qui rappelle sans cesse sans le vouloir que la femme est un être fragile, trop longtemps discriminé, pour se concentrer sur l'humanisme.

    Tu vas me dire que ces associations existent déjà. C'est vrai, mais il n'y a pas d'associations aussi fortes, combattantes et médiatisées que le féminisme pour défendre la cause de l'être humain et l'égalité parfaite des deux sexes.

    J'ai fais un pavé désolée ! J'aurais pu continuer longtemps, mais j'espère que mon message a été correctement compris.
    Alors tout d'abord, je t'ai donné en exemple ce Suisse qui réagissait face aux violences dans un pays étranger en niant la spécificité de la violence sexiste parce que même s'il a l'air de parler d'un "ailleurs" lointain, ça fait en fait partie d'un discours en rapport avec "chez nous" que tu reprends sans t'en rendre compte : celui des masculinistes.
    Attention, être masculiniste c'est n'est pas être féministe version hommes - càd vouloir l'égalité et se battre pour ses droits : c'est parler d'oppression des femmes sur les hommes et affirmer que le féminisme, voire l'émancipation moderne des femmes, est un danger.
    C'est une grosse aberration car c'est la société patriarcale qui oppresse ces hommes, pas le féminisme ni les femmes.

    D'après les statistiques en effet, les violences contre les hommes sont majoritairement le fait d'autres hommes et si l'on se restreint aux violences conjugales, les femmes n'agressent pas leurs conjoints parce qu'il est un homme et qu'elles sont des femmes mais parce qu'il est leur conjoint.
    A l'inverse, beaucoup d'hommes agressent leurs conjointes parce que ça leur semble être un mécanisme acceptable des relations hommes/femmes.

    Bien sûr, il y a des femmes qui généralisent et tiennent des propos violents sur les hommes etc. Mais ces femmes-là n'ont pas un pouvoir social qui leur permet d'exercer une vraie oppression des hommes en général.
    Je ne vais pas évoquer les chiffres qui montrent que 4 à 5 fois plus de femmes que d'hommes meurent sous les coups de leur conjoint en France (et quand les hommes meurent sous les coups de leur femme, dans plus d'un tiers des cas ils la battaient aussi), ni que dans plusieurs pays occidentaux, la violence conjugale représente entre 40 à 70% des assassinats de femmes tandis que les hommes sont assassinés majoritairement par des gens qu'ils ne connaissent pas intimement, ni que 90% des victimes de viols en France sont des femmes etc. parce que je n'ai pas trop le temps de retrouver mes sources.
    A la place, je te suggère la lecture de cet article qui explique les dangers du masculinisme tout en reconnaissant la souffrance des victimes hommes :
    http://blog.francetvinfo.fr/ladies-and-gentlemen/2013/02/17/hommes-maltraites-peres-discrimines-ne-vous-trompez-pas-dennemi.html
    Et si tu jettes un coup d'oeil aux articles vers lesquelles elle renvoie, tu verras en quoi les affirmations masculinistes sont biaisées.
    Il y aussi ici : http://www.lexpress.fr/tendances/masculinisme-attention-danger_1242347.html

    Je voudrais aussi rebondir sur le fait que tu dis qu'on n'entend jamais parler des hommes contrairement aux femmes.
    Plusieurs études ont montrées que quand dans un débat on met en avant un nombre de femmes et d'hommes égaux sans le souligner spécifiquement, les gens ont tendance à croire qu'il y a une majorité de femmes, et quand on parle moins des femmes, les gens ont tendance à croire qu'on les met en avant de manière égale.
    Ceci pour dire que la structure de la société est faite pour parler de l'homme de manière neutre, par défaut et en permanence. Quand on évoque les femmes, les gens le remarquent parce qu'ils n'y sont pas autant habitués et ça leur donne l'impression que c'est démesuré... Ils ont aussi l'impression que les hommes sont négligés, parce que par rapport à d'habitude ça change!
    Le discours féministe parle donc de questions ignorées des grands débats qui sont structurés pour des hommes. Or comme on n'a pas l'habitude de cette percée des femmes sur la scène publique, ça irrite et ça donne l'impression qu'elle accapare la scène médiatique... Mais non, elle équilibre en fait!

    Je précise que je n'ai jamais dit que les féministes ne devaient défendre que les femmes. Au contraire, le féminisme est une pensée plus globale que la simple distinction homme/femme. Mais je crois que c'est à elles de choisir ce qu'elles ont envie de pointer du doigt à chacune de leurs campagnes, et si des hommes ont l'impression qu'elles les négligent, j'ai envie de leur dire qu'ils pourraient aussi se bouger pour réclamer leurs droits au lieu de reprocher à ceux qui ont une cause de ne pas défendre la leur.

    Je voudrais te citer aussi :
    A l'heure actuelle dans des pays aussi avancés que le nôtre, il faudrait une union hommes/femmes très sérieuse et organisée qui défendent les droits des êtres humain.
    J'ai envie de répondre :
    [ul]
    [li]Amnesty International : fondé en 1961, 3 millions de membres versant une cotisation + des millions d'autres supporters dans les monde, présent dans 52 pays dont la France.[/li]
    [li]Human Rights Watch : fondé en 1971, un budget de 80 millions de dollars, présent dans 12 pays dont la France.[/li]
    [li]La Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH) : fondée en 1922, présente dans plus de 100 pays dans le monde dont la France.[/li]
    [/ul]
    Et il y en a des taaas d'autres. Ce sont des ONG "très sérieuses et organisées", bien plus médiatisées que le féminisme et dont les militants femmes et hommes défendent les droits humains et combattent la violence et l'injustice contre les êtres humains quels que soient leur sexe.
    Les mouvements mixtes existent depuis bien longtemps, le monde n'est pas polarisé entre défense des femmes et défense des hommes, mais eux aussi vont pourtant régulièrement faire des campagnes spécifiques aux femmes parce que certains problèmes sont réellement liés au genre, même en Occident!
    Se préoccuper des femmes n'est pas refuser de défendre les hommes, c'est reconnaitre qu'il y a des questions qui ne peuvent pas être abordées en faisant comme si de rien n'était.
    Les mouvements de droits humains défendent des causes larges, les mouvements féministes les questions liées aux femmes et au genre, les mouvements anti-peine de mort les questions liées à la justice etc. ça ne veut pas dire qu'on est contre les autres causes, juste qu'on se spécialise sur celle-ci ou celle-là.

    Enfin, oui on est mieux lôties en France qu'en Afghanistan mais ce n'est pas parce que tu ne ressens aucune différence de traitement que d'autres ne le ressentent pas.
    Un jour avec des copines, on s'est amusées à poser ces questions à mes colocs garçons :
    [ul]
    [li]Est-ce que quand il avait 14 ans des femmes de 40 ans venaient l'aborder dans la rue en lui disant qu'il était charmant et qu'elles voudraient boire un verre avec lui puis l'emmener en balade? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce que le soir, quand il rentre de soirée, il se fait aborder par des filles qui veulent marcher avec lui "pour faire connaissance" et qui lui gueulent qu'il n'est qu'un travelo suceur de bites pas beau quand il dit non merci? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce qu'il se prend des mains au fesses par des femmes à l'air pervers dans le métro? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce que quand il met un short on le siffle dans la rue ou on lui dit qu'il est bon à baiser? Est-ce qu'on lui a déjà suggéré de couvrir son cou s'il ne voulait pas avoir d'ennuis parce que ça attirait trop le regard des femmes? JAMAIS.[/li]
    [li]Est-ce que ses collègues ont déjà fait des blagues devant lui comme s'il n'était pas là en disant qu'elles aimeraient bien le voir à poil, qu'il avait un joli petit paquet et qu'on a envie de lui mettre la main aux fesses ou de lui caresser le torse? JAMAIS.[/li]
    [/ul]

    Bref, non nos situations ne sont pas encore égales et nier qu'il y a des expériences de vie différentes selon qu'on est un homme ou une femme empêchera de régler de nombreux problèmes.
    J'essaie de faire ça dans l'ordre :) :

    - Pour le masculinisme, (tiens, encore un terme qui m'énerve) je tiens à préciser que j'ai axé mon discours sur la cause des hommes, ce qui ne veut pas dire que je nie la cause des femmes et pense le féminisme dangereux.
    D'ailleurs, je ne connaissais pas le masculinisme, du moins, je n'en connaissais pas le terme, mais une fois de plus, on oppose les deux sexes au lieu de les rassembler, et je ne crois pas que cela arrange les choses.

    De toute façon, l'être humain a sans cesse besoin de se comparer pour se sentir meilleur, pour se rassurer. L'idée est d'améliorer/changer les choses d'un point de vue social, mais quoiqu'il arrive, il y aura toujours un con pour te siffler ou une conne pour dire qu'un garçon c'est naze. De même, même si on vivait dans un monde de femmes, (déjà ce serait une horreur tant les femmes sont mauvaises entre elles), il y aurait un groupe qui aurait l'ascendant sur l'autre d'une manière ou d'une autre.

    - Concernant les violences, je ne nie pas tes chiffres, seulement j'aimerais savoir combien d'hommes se sont déjà plaint suite à une violence féminine. Ce n'est pas pour me légitimer que je dis ça, mais bien que ma mère ait été victime de violence conjugale durant longtemps, , j'ai plus souvent vu des filles lever la main sur des garçons (alors bien sûr elle ne leur cassait pas la figure mais quand même) que l'inverse. Une de mes copines a cassé une bouteille sur la tête d'un mec tant elle était ivre. Quand des gens ont dit au mec d'aller porter plainte, il a refusé, évidemment. S'il y était allé, les policiers se seraient certainement foutus de lui.
    Et là ce qui me gêne, c'est que si ça avait été l'inverse, tu peux être à peu près certaine qu'au moins 5 associations féministes auraient accompagné mon amie au procès et que le type aurait été lynché.

    Erin Pizzey d'ailleurs, qui tenait une maison d'accueil pour les femmes battues a constaté que la majorité d'entre elles battaient non seulement leurs maris, mais aussi leurs enfants. Elles étaient autant coupable qu'eux pour la plupart d'entre elles (mais pas toutes évidemment).

    Alors pour conclure sur les statistiques, je veux bien admettre que les femmes sont plus victimes de violences que les hommes, elles sont physiquement plus faibles, mais j'aimerais bien aussi avoir de vraies chiffres sur les violences faite aux hommes.

    TOUT le monde mérite la justice, et tous les coupables de violence morale ou physique envers leur conjoint méritent de vraies peines sévères.
    Peu importe la raison de la violence, peu importe que ce soit un homme ou une femme l'auteur, ce qui compte c'est que ces actes soient systématiquement puni. En mettant en avant le fait que c'est mal de frapper une femme parce que c'est une femme, on en revient à ce que je disais : on discrimine les femmes en rappelant qu'elles sont fragiles et bénéficient d'un statut particulier.

    - Sur le fait d'entendre plus souvent parler du féminisme, oui effectivement j'entend plus souvent parler d'un énième affichage des femens ou autre comité féministe que d'Amnesty International en tant que tel, association dont je suis membre par ailleurs :d.  donc j'en connais les combats. Ce que je voulais dire, c'est qu'elle est moins médiatisée, on en entend moins parler que les divers groupements féministes alors qu'elle lutte en permanence pour les droits des êtres humains.

    Et ensuite, ne prend pas la peine de me faire un comparatif sur les discriminations faites aux femmes, je les connais et ne les nie pas. Je répète ce que je dis depuis le début, tant qu'on rappellera que les femmes sont de petits êtres chétifs et protégés, on sera vue comme faibles, et on se fera accoster par des gros lourds.

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !

Identifie toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !