Le fuckboy, menace omniprésente de l’ère moderne

Le fuckboy est votre nouvel ennemi juré, et vous ne le savez peut-être pas encore. Mymy a essuyé les plâtres et vous aide à repérer cette menace du XXIe siècle.

Le fuckboy, menace omniprésente de l’ère moderne

Depuis la nuit des temps, l’humanité s’organise en clans. Il y a les gens à chat et les gens à chien, les fans de Game of Thrones et les autres, la #TeamTradi contre la #TeamTurfu. Mais depuis quelques années, un néologisme bruisse autour d’une tenace mauvaise herbe de la race humaine, j’ai nommé : le fuckboy.

Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Mais si. Simplement, vous ne le savez pas encore.

Le fuckboy, qui est-il, quels sont ses réseaux ?

Soyons pro, voulez-vous ? Voyons voir ce que l’Urban Dictionary nous dit du fuckboy.

fuckboy

« Une personne qui n’a pas de couilles et est faible. Exemple : regarde ce foutu fuckboy faiblard. »

C’est un peu redondant mais c’est important alors suivez bien, j’enfile ma veste de professeur avec les coudes en tweed comme si j’étais Ted Mosby de How I Met Your Mother (qui est un bien beau fuckboy si vous voulez tout savoir).

Le défaut principal du fuckboy est sa faiblesse, ou plutôt comme j’aime à le dire : sa lâcheté.

Le défaut principal du fuckboy est sa faiblesse, ou plutôt comme j’aime à le dire : sa lâcheté. Il ne se battra pas pour ce en quoi il croit, se défilera devant les obstacles et vous ne le trouverez jamais au pied du mur, puisqu’il est prêt à lancer une attaque Tunnel pour s’échapper plutôt que de faire face à ses responsabilités.

taupiqueur

Un fuckboy sauvage apparaît !

Du coup, contrairement à ce que plusieurs personnes de mon entourage semblaient penser, je rétablis la vérité : non, un fuckboy ne désigne pas l’équivalent masculin d’une « fille légère » à savoir un mec qui a pas mal d’aventures sexuelles. Le « fuck » dans ce terme irait plutôt dans le sens du « go fuck yourself » si vous voulez mon avis.

J’ajoute d’autres définitions Urban Dictionary mises en avant par Morpheme dans les commentaires de cet article :

« Un enfoiré manipulateur qui ne pense qu’à sa gueule quoi qu’il arrive, et peu importe sur qui il doit rouler pour son propre bénéfice. Il entubera n’importe qui pour arriver à ses fins. »

« Un fuckboy c’est le genre de mec qui agace l’humanité tout entière. Il va mener des filles en bateau alors que c’est juste pour pécho, dire qu’il t’aime vraiment mais qu’il ne veut pas gérer toutes les emmerdes qui vont avec les relations, alors qu’il veut uniquement te serrer. Il ne pense qu’à lui, en permanence, mais fait mine d’être vraiment sympa. Il fait aussi d’énormes conneries, et critique les gens qui font aussi des conneries. Fuckboy un jour, fuckboy toujours. »

 

Où trouver un fuckboy ?

Vous inquiétez pas, lui il vous trouvera.

Les fuckboys vous envoient des super-likes sur Tinder, traînent avec vos potes et sont sympa dans l’ensemble quand on ne les connaît pas très intimement.

Non je déconne. À moitié. Parce que les fuckboys sont partout. Ils sont ce pote qui dit toujours « Putain mais c’est de l’humour » quand vous lui rappelez pour la énième fois que les blagues sur le viol ne vous font pas rire, ce collègue qui n’a pas pipé mot quand c’est vous qu’on a engueulée pour sa connerie, ce plan cul qui ne vous répond plus depuis que vous avez un retard de règles.

Les fuckboys vous envoient des messages sur OkCupid et des super-likes sur Tinder, traînent avec vos potes et sont sympa dans l’ensemble quand on ne les connaît pas très intimement. La fuckboyerie (Josie Néologisme c’est moi) se comporte comme mon chat con quand je passe l’aspirateur : elle se planque bien loin pour venir vous bouffer les orteils au moment opportun, quand vous aurez baissé la garde.

ross-geller

Les fuckboys vivent aussi dans votre télé. Coucou Ross Geller.

Comment reconnaître un fuckboy ?

Tel un fourbe petit Kinder Surprise, le fuckboy cache son cœur lâche et dur sous une couche savoureuse de sympathie. Mais certains signes ne trompent pas. Voici quelques attitudes qui pourraient vous mettre la puce à l’oreille.

  • Il quitte une conversation dès qu’elle ne tourne pas à son avantage (soit physiquement, soit en arrêtant de répondre voire en boudant car grandir c’est pour les boloss)
  • Il se comporte très différemment selon les personnes qui l’entourent (typiquement : il est super ouvert d’esprit avec vous et se transforme en bon gros beauf quand il est avec d’autres gens), tel une girouette humaine

orange-is-the-new-black-larry

Y a pas une ressemblance physique dans les fuckboys de fiction, dites ?

  • Il fait tout pour éviter d’aborder le sujet qui peut le mettre mal à l’aise, y compris vous faire dire ce que vous n’avez pas dit, savoir mieux que vous ce que vous ressentez ou boire une bouteille entière de Tabasco pour faire son intéressant
  • Il vit à Déniland, c’est comme Disneyland sauf qu’au lieu de Mickey, y a juste un mec qui refuse d’admettre ses torts, sa rupture, son attitude chiante, son manque de respect, rayez la mention inutile.

Comment se débarrasser d’un fuckboy ?

Il n’est pas toujours facile d’éviter à 100% de fréquenter des fuckboys puisque c’est parfois impossible de les repérer au premier abord. Par contre il est possible, si on reconnaît les signes, de s’en débarrasser mais attention : à l’instar du Kinder Surprise auquel je le comparais ci-dessus, le fuckboy peut s’avérer collant.

ted-mosby-how-i-met-your-mother

She wants you gone is what she wants

Comme il est lâche, ça va être très difficile de vous débarrasser d’un fuckboy tant que vous resterez dans l’état d’esprit « il faut qu’il comprenne ses torts pour évoluer en tant que personne », voire pire : « il était pourtant cool je suis sûre qu’il peut le redevenir ». Là on est dans le piège classique et plus efficace qu’une attaque feu sur un Pokémon plante.

Mais vous pouvez le faire.

L’important pour arriver à se débarrasser d’un fuckboy est de fixer ses propres limites à soi et de ne pas le laisser les outrepasser.

L’important pour arriver à se débarrasser d’un fuckboy est de fixer ses propres limites à soi et de ne pas le laisser les outrepasser (si vous avez du mal à faire ça je vous renvoie à l’article Comment j’ai compris que je valais quelque chose). Ça veut dire que si vous estimez qu’on vous manque de respect et que le dialogue est impossible vous prenez la poudre d’escampette et c’est TOUT.

how-i-met-your-mother-ted-mosby

« Oui ok j’ai pas dit à mon ex qu’on sortait ensemble depuis six mois mais tu comprends ça lui aurait fait de la peine et elle est fragile » (toute ressemblance avec ma vie serait très réelle et pas du tout fortuite)

Alors ça ne vous empêche pas d’essayer une fois de raisonner avec un potentiel fuckboy, hein, vous pouvez vouloir être sûre de vous. C’est un peu le fuckboy de Schrödinger du coup, c’en est un et ce n’en est pas un tant qu’il n’a pas fait preuve (ou non) de lâcheté.

Mais si ça marche pas faut se barrer. Alors si c’est votre collègue ou un autre type de personne que vous ne pouvez pas arrêter de fréquenter, ça peut vouloir dire mettre des frontières mentales entre lui et vous. Genre en ne le voyant plus en-dehors du boulot, en ne vous confiant plus à lui, etc.

Les fuckboys sont-ils tous des hommes ?

Non bien sûr. Évidemment qu’il existe des fuckgirls et elles partagent les mêmes caractéristiques, parce qu’il n’y a rien qui génère la lâcheté au niveau chromosomique.

piper-orange-is-the-new-black

Figure 1.

Par contre il existe à mon sens une certaine saveur au fuckboy, pas liée directement à son genre mais plutôt à la façon dont la société le traite d’après son genre. Le fuckboy mâle a cette certitude sous-jacente que tout lui est dû, que tout doit se passer comme il le veut, et n’est pas habitué à interroger ce qu’il ressent.

Le fuckboy mâle a cette certitude sous-jacente que tout lui est dû.

Pourquoi est-il triste ? Pourquoi lui en veut-on ? Pourquoi sa relation ne lui convient-elle pas ? Pourquoi sa meuf semble-t-elle lui en réclamer davantage ? TANT DE QUESTIONS ! COURAGE, FUYONS !

À lire aussi : « Sois un homme ! », la dangereuse injonction sociale masculine décryptée dans « The Mask You Live In »

Le fuckboy en pratique

J’en ai connu, des fuckboys. Cet article est le fruit de mois passés à envoyer des SMS sans réponse, à tenter désespérément (et vainement) d’ouvrir des discussions et à me faire globalement bien bolosser.

Du coup voici quelques exemples de fuckboyeries estampillés 100% réels, AOP Mymy 1991-2016.

  • Le mec qui dit pas à son ex qu’on est ensemble depuis 6 mois (cf. ci-dessus)
  • Le pote qui voudrait que notre relation aille plus loin, ne supporte pas que je ne le désire pas et arrête de me parler pendant deux mois plutôt que de m’expliquer le problème

jake-peralta-brooklyn-99

  • Le pote qui voudrait que notre relation aille plus loin, ne supporte pas que je ne le désire pas, me dit qu’il préfère qu’on s’arrête là et… s’énerve quand je lui dis OK (ben oui vous comprenez j’aurais dû lui courir après) (???)
  • Le mec à qui notre relation ne convient plus, mais qui au lieu de me le dire arrête de me parler pendant une semaine jusqu’à ce que je le secoue pour le forcer à me dire qu’il veut me larguer (alias : Celui qui… n’était pas prêt)
  •  Le mec avec qui je sors qui me demande d’arrêter de parler sur mon blog du fait que je suis en couple, parce que ça rend triste son ex (que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam et qui n’a donc aucune raison de lire mon blog)
  • Le mec qui n’initie jamais le moindre contact mais me reproche régulièrement de ne pas lui faire assez de place dans ma vie

Je m’arrête là mais j’en ai encore. Ma vie est une fête.

En conclusion, je dirai : tant qu’on laisse les fuckboys être des fuckboys impunément, ils ne changeront pas. Il est temps de se faire entendre. Fuckboy, je te le dis comme si j’étais Gandalf, par moi tu ne passeras pas. Plus. J’espère. Merci de ne pas avoir de fossettes c’est ma kryptonite. Allez bye.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 120 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • LaMèreLoi
    LaMèreLoi, Le 9 septembre 2016 à 12h22

    Je vais regretter d'avoir relancé le débat mais
    1)Il y a vraiment des individus qui se comportent exclusivement et délibérément en fonction de leurs propres intérêts, et c'est pas la pression amoureuse qui les y pousse. L'égoïsme humain est compréhensible, ce degré de jemenfoutisme vis à vis des autres, non.
    Au risque de verser dans les explications de comptoir, je pense que la mise à distance des autres que permet une technologie telle que le texto peut expliquer une telle recrudescence. Enfin, j'ai pas les clés d'explication et je ne suis pas une luddite.
    Mais pour ceux qui douteraient de l'existence de connards (irrécupérables en l'état d'après moi/fuckboys/ce qu'il vous plaira de les appeler, moi, je les appelle Blancmanger, c'est dire), je veux bien fournir des récits circonstanciés de comportements problématiques.

    2) pour ceux qui douteraient de l'existence de telles personnes et accusent les gens d'être simplement faibles, je pense que vous avez la chance d'avoir le type de personnalité qui n'attire pas les connards de cet acabit. Le fait que vous ne les ayez pas vus ne veut pas dire qu'ils n'existent pas. (Je sais que cet argument marche sur des coquilles d'oeufs mais j'ai du droit des assurances sur le feu). Je m'explique: on est pas tous nés en sachant dire non, avec des boundaries. Moi, j'ai vécu avec ma mère, que j'adore et qui m'aime,mais qui n'a aucun sens des limites personnelles. Aucun. Et associe le refus avec "tu m'aimes pas". J'ai mis dix ans à comprendre qu'en fait, c'était pas normal. Et avant de dire que je suis une idiote et une faible, dites vous que vous avez eu la chance de ne pas vivre des relations abusives, pas que vous êtes Superman, ou de vous en sortir. Mais chacun va à son rythme.
    Et à l'extérieur, et ça m'est particulier,

    Spoiler

Lire l'intégralité des 120 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)