Trois films à voir cette semaine, entre nonne maléfique et complicité père/fille

Comme chaque mercredi, Kalindi te propose sa sélection des films de la semaine. Pour que tu te repères dans le dédale infernal des salles obscures. Et cette semaine, il y en a VRAIMENT pour tous les goûts.

Trois films à voir cette semaine, entre nonne maléfique et complicité père/fille

C’est l’heure de la sélection ciné !

La Nonne, le blockbuster horrifique de la fin d’année

Dans une abbaye roumaine, une nonne se suicide. L’Église catholique est stupéfaite. Qu’est-ce qui a bien pu mener cette femme si pieuse à commettre un tel pêché ?

Hop, ni une ni deux, le Vatican missionne un prêtre au passé trouble et une novice pour mener l’enquête. Mais les forces du Mal en la personne de la f***g nonne vont vite s’acharner sur eux.

Ce film réalisé par Corin Hardy reprend, tu l’auras compris, l’horrible personnage de Conjuring 2 : Le Cas Enfield et en fait le protagoniste central de son film.

Un projet diabolique qui participe à étendre l’univers initié par James Wan en 2013. 

Une idée brillante à laquelle j’ai adhéré tout de suite. Je me suis donc ruée en salles.

Tu veux connaître mon avis en détails ? N’hésite pas à regarder la vidéo Kalindi à chaud qui lui est consacré !

Les Frères Sisters, le nouveau chef-d’œuvre d’Audiard

Jacques Audiard est mon IDOLE. L’un de mes réalisateurs préférés, et ce depuis la toute première fois que je suis tombée sur Sur mes lèvres.

Depuis, j’ai avalé d’une traite toute sa filmo et y retourne régulièrement m’en refaire des tartines.

Alors un Audiard avec un casting américain… imagine mon était d’extase.

De quoi parle cette toute nouvelle merveille ? 

Charlie et Elie Sisters ont du sang sur les mains. Celui de malfrats mais aussi des innocents…

Les états d’âmes, ils n’en ont pas, et pour cause, tuer est leur profession.

Pour Charlie, c’est une vocation. Elie quant à lui, ne rêve que d’une vie normale. Tous les deux, ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme…

Je ne t’en dis pas plus, je te laisse découvrir le produit entier dans une salle obscure, éclairée par le seul génie créatif d’Audiard, et le talent de Joaquin Phoenix, John C. Reilly et Jake Gyllenhaal.

Leave no Trace, l’adaptation d’un joli livre

Leave no trace est le coup de cœur auquel je ne m’attendais pas.

Je suis allée au ciné sans grande conviction, quasi-effrayée à l’idée de me retrouver devant un copier/coller de Captain Fantastic ou Le Château de Verre.

Et là, la claque.

Très loin d’être une vulgaire redite d’une intrigue déjà exploitée par le cinéma, Leave no trace propose une plongée puissante au cœur d’une histoire de famille qui ne ressemble à aucune autre.

Adapté du film My Abandonment de Peter Rock, Leave no trace suit Tom, une jeune fille de 15 ans élevée par son ancien militaire de père.

Un homme mutique, qui tient absolument à éduquer sa fille loin de la civilisation, en plein cœur d’un parc national.

Tous les deux mènent une vie marginale, loin des préoccupations consuméristes des gens de le grande ville. 

Un jour pourtant, les autorités les trouvent, et leur proposent un toit, un travail, et une éducation dispensée par l’école.

En voudront-ils ?

Une pépite qui m’a touchée en plein cœur, et qui explore savamment les relations père/fille. 

Peut-être mon plus grand conseil de la semaine !

Voilà ma belle truite en sucre glace, c’est tout pour aujourd’hui.

On se retrouve la semaine prochaine pour de nouvelles découvertes ciné.

À lire aussi : Trois films à voir cette semaine, entre fac de médecine et paternité contrariée

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!