Les femmes SDF risquent d’être agressées quotidiennement… Et tout le monde s’en fout

Par  |  | 1 Commentaire

Dans la rue, 1/4 des SDF sont des femmes, et leur survie est souvent encore plus compliquée pour elles que pour leurs homologues masculins...

Les femmes SDF risquent d’être agressées quotidiennement… Et tout le monde s’en fout

Ce n’est pas la première fois que madmoiZelle relaie une vidéo de la chaîne YouTube Et tout le monde s’en fout, mais celle-là est un peu particulière !

Le vidéaste s’est associé avec le SAMU Social pour parler des femmes SDF, et des risques qu’elles encourent.

Les femmes SDF, les grandes oubliées de la rue

Cette vidéo est là pour rappeler que les femmes représentent 1/4 des personnes à la rue.

Elles sont pourtant peu présentes dans l’espace publique. En fait, beaucoup choisissent de se cacher ou de se faire passer pour des hommes afin d’éviter d’être agressées.

Car au-delà de tous les problèmes de santé et de survie que leurs homologues masculins peuvent rencontrer, les femmes SDF risquent au quotidien d’être violées. Et comme elles sont en minorité, les aides ne sont pas forcément calibrées pour elle.

La bonne nouvelle, comme le rappelle le youtubeur en fin de vidéo, c’est que comme elles sont moins nombreuses que les hommes, il est également plus simple de les aider. Si la moitié des communes françaises acceptaient de prendre en charge une seule femme SDF, elles pourraient toutes retrouver un logement !

Alors si vous voulez vous renseigner plus sur cette cause ou donner de l’argent, rendez-vous sur la page de La Rue avec Elles, une campagne d’appel aux dons du SAMU social de Paris qui vient en aide aux femmes en difficulté dans la rue.

À lire aussi : Léa Camilleri sort une vidéo solidaire avec le SAMU Social

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (1) Facebook ()
  • Algernon
    Algernon, Le 6 décembre 2017 à 15h35

    Pour celles et ceux que ça intéresse :
    un mémoire de sociologie sur les femmes sans-abri (par Audrey Marcillat), lauréat d'un prix CNAF. Intéressant et accessible au niveau de l'écriture, je trouve :happy:. Elle traite de l'impensé du genre en sciences sociales dans les études sur le sans-abrisme, et elle se base sur son expérience des maraudes et en tant qu'écoutante du Samusocial.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!