L’égalité des sexes au pays des Poneys

Pondu par LadyDandy le 9 juin 2013     

Dans « My Little Poney Friendship Is Magic », on peut devenir à peu près n’importe quoi et faire ce qu’on veut, peu importe son sexe et son genre. Et ça c’est COOL.

MLP FIM : si ces sigles mystérieux ne vous sont pas familiers, la simple évocation de Mon Petit Poney doit déjà être plus éloquente.

My Little Pony Friendship is Magic (l’amitié c’est magique, tu les sens tes paillettes et tes petits cœurs ?) est une série d’exception. À la base créée pour vendre une nouvelle ligne de jouets (comme ces bonnes vieilles séries d’une si incroyable qualité, vous savez… Transformers Jem et les hologrammes…), elle a été développée par LA bonne personne : Lauren Faust, qui a travaillé sur les Super Nanas et Foster la maison des amis imaginaires (elle est d’ailleurs mariée avec Craig McCracken, un autre animateur qui a bossé, entre autres, sur Le laboratoire de Dexter).

Résultat, MLP FIM est, sans surprise, une excellente série. Elle est drôle, dispose d’un univers cohérent, de personnages sympathiques et attachants et d’un graphisme séduisant, moderne et dynamique. En plus d’attirer un public adulte tout en étant d’abord destinée aux enfants, elle est également l’objet de culte de milliers de garçons, les bronies, alors qu’elle est clairement destinée aux filles.

Rien qu’avec ça, on peut le dire : merci MLP FIM ! Cette série contribue à faire rentrer dans le chou de certains qu’une bonne série reste une bonne série, peu importe sa dose de « girly ».

La parité des Petits Poneys

Et pourtant, il y a mieux car si on se penche de plus près sur ces Petits Poneys, on se rend compte que cette série est probablement l’une des seules destinée à un jeune public (qui plus est féminin) à mettre une scène une société où règne l’égalité des sexes.

Bon d’accord, c’est aussi une société où des poneys volants sont responsables de la météo et où un tatouage sur le croupion, apparu à la préadolescence, détermine ta fonction dans la société. N’empêche !

Des femmes de pouvoir qui n’ont pas besoin des hommes

Légalité des sexes au pays des Poneys celestia

Tout d’abord, il n’est absolument pas gênant de voir des femmes occuper des hautes fonctions : on a une maire à Ponyville et la princesse Célestia est un genre de reine/déesse universelle/mentor ultime.

À côté de ça, les « Mane 6 », les six héroïnes ponettes dont on suit les aventures, ne semblent absolument pas intéressé par la romance. Ce n’est pas nécessairement mal de s’intéresser au sexe et/ou aux relations de couples mais, hélas, les héroïnes de programmes et films destinés à la jeunesse sont souvent limitées au seul but de trouver un géniteur potentiel (merci Walt Disney), malgré certaines exceptions marquantes ces dernières années (Mérida, pour n’en citer qu’une). Et puis, ne pas verser dans le romantisme, c’est quand même plus cohérent vu le public ciblé à la base, à savoir : les gosses.

Alors que des séries comme Totally Spies mettent en scène des héroïnes qui nous arrachent férocement les tympans à coup de criaillement bestiaux supposés ponctuer leurs chasses aux « garçoooooons », MLP FIM nous montre qu’on peut très bien remplir ses journées sans chercher l’âme sœur et c’est très bien comme ça. Et puis, entre 5 et 8 ans, beaucoup de mômes se tamponnent le coquillard de tout ça… Non ? Jusqu’à mes douze ans, personnellement, je disais « beurk » quand les gens se « bisouillaient ».

Légalité des sexes au pays des Poneys totallyspies

Pas sûr que les enfants se reconnaissent dans cette scène.

Des personnages féminins forts, diversifiés et complexes

Parmi les Mane 6, on a donc Twilight Sparkle, l’intellectuelle curieuse de tout, Pinkie Pie la déjantée survoltée, mais on peut aussi distinguer Rainbow Dash, l’athlète, et Applejack, la fermière, qui sont physiquement très fortes et bien éloignées de la douceur et de la féminité qu’on s’attendrait à trouver chez des Poneys aux longs cils.

Même si Applejack reste assez maternelle, elle a une entreprise à gérer et des responsabilités. Quant à Rainbow Dash, elle bat absolument tout le monde à la course (mâles musclés compris) et n’est intéressée que par ses performances (et ses amies) sans qu’on la présente pour autant comme une jument « masculine ».

Légalité des sexes au pays des Poneys rainbow dash applejack

Aimer les trucs « girly », ce n’est pas une tare

Mais il faut noter également que deux autres Mane 6, Fluttershy et Rarity, associées toutes deux à des notions très féminines (prendre soin des autres et se faire belle), tirent leurs forces de ces talents.

Fluttershy dompte dragons et esprits du chaos à force de douceur et de compréhension et Rarity se défend toute seule d’une horde de chiens troglodytes accros aux diamants en jouant la princesse.

La plus féminine des ponettes, Rarity, est également la seule parmi ses amies à réellement apprécier les falbalas (oui, les poneys portent des robes de temps à autre dans cet univers). Mais sa passion est loin d’être dénigrée : elle est styliste et consacre sa vie aux vêtements, et est surtout présentée comme une working-woman et une artiste tout à fait capable malgré tout de laisser tomber ses rêves de diamants, de gloire et de haute société pour aider ses amies.

Légalité des sexes au pays des Poneys rarity

Bref, dans MLP FIM, ce n’est pas un mal d’avoir de l’ambition et d’être carriériste quand on est une fille. Et ce n’est pas non plus mal ou dévalorisant de dévouer sa vie aux autres.

Un poney dans un corps de dragon

Je voudrais aussi m’attarder sur le personnage de Spike, le bébé dragon qui revendique son côté poney dans l’épisode Dragon Quest. Élevé par les poneys, il se demande qui il est et part dans une quête existentielle en suivant une migration de dragons. Après un périlleux voyage, il se retrouve au beau milieu d’une bande de gros lourds atrocement limités du bulbe qui le maltraitent et l’invitent à des concours viriles de rototo et des batailles de queues.

On ne pourrait être plus clair.

Légalité des sexes au pays des Poneys spike

Mais malgré les efforts qu’il fait d’abord pour s’intégrer, Spike finit par refuser son côté dragon et assumer qu’il est un poney et aime prendre son thé avec des napperons de dentelle.

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas un mâle : il y a des poneys mâles (dont le très séduisant Big MacIntosh — vous avez dit animaux sexy ?). Et ce qui ne veut pas non plus dire qu’il est gay puisqu’il est clairement attiré par Rarity. Non, Spike refuse simplement de se plier à une caricature de virilité : les dragons grossiers et violents.

En bref, MLP FIM est une des meilleures séries animées que j’ai pu voir ces dernières années et probablement une des meilleures séries tout court. En plus de toutes les qualités citées — humour, cohérence, personnages, graphismes — elle transmet également des valeurs véritablement enthousiasmantes et ouvre d’autres perspectives. Dans cet univers, qu’importe son identité, on peut exercer n’importe quelle fonction, qu’elle soit traditionnellement masculine ou féminine et ça, c’est un chouette concept. Si vous n’y avez pas encore jeté un œil, vous ne savez pas ce que vous perdez !

fminisme

Ça vous a plu ? Partagez !

149 BIG UP
 

Cet article a été pondu par LadyDandy - Tous ses articles

LadyDandy milite activement pour la sauvegarde des licornes et des leprechauns. A ce jour, hélas, une infime partie d'elle est toujours amoureuse de Patrick Bruel... (get over it!)

Plus de LadyDandy sur le web :

Tous les articles Culture, Je Veux Comprendre et aussi Télé
Les autres papiers parlant de , , , , , , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. Galactic OctopusGalactic Octopus

    Le 09 juin 2013 à 21:00

    Je suis bronie, et j'approuve cette article (même si j'approuve aussi que MLP:FIM manque de poneys mâle, mais bon, c'est un dessin animées orientée pour fille, et je suppose qu'on ne change pas l'industrie en un jour…)!
    Alors au risque de m'éloigner un peu du sujet, j'aimerais bien aussi parler d'une autre licence d'Hasbro qui a connue un reboot dans le même genre: Transformers. La nouvelles série en question, Transformers prime, a tendance à souffrir du même défaut citer ci-dessus (mais à l'inverse, c'est-à-dire à dessin animées pour garçon, peu de personnages féminins), mais le peu de perso féminins qu'elle comporte est dans l'ensemble, pas trop cliché (en vrac: Une maman ultra-protectrice qui est aussi femme et qui n'hésite pas à dragouiller un agent du FBI, une japonaise en échange survolter qui finit par se battre aux cotés des autobots avec sa propre amure, une fembot qui est le parfait exemple de la strong and independant woman…Ect). De plus, chez les méchants il y a un parfait contre exemple du méchant grand, fort et écervelée (Vous savez, celui qui crie "Moi avoir puissance moi dominer le monde!!"). Starscream, il veut prendre le contrôle de sa faction de façon intelligente et machiavélique en louboutin. Voilà, ça c'est dit. Cependant il a tendance à passé pour un idiot parce que ses plans pour poutrer Megatron foirent toujours au nom du comic relief, mais je maintient qu'il est extrêmement intelligent.
    Si on fouille dans les comics, il y en a un, More than meet the eye,où on trouve même un couple "gay" (on parle de robots mâles alors je sais pas si techniquement le terme s'applique m'voyez) dont la relation est basée sur la confiance et la complicité, sans montrer même pas un bisous, et sachant que les deux personnages sont absolument pas d'horripilantes caricatures de l'homosexuels type (ils sont même terriblement attachants).
    Transformers est peut-être pas complètement au niveau de my little pony niveau égalités des sexes, mais honnêtement, c'est un autre show auquel on peut s'adonner sans trop grincer des dents. En plus l'histoire , que ça soit prime ou le comics dont je parlais (voir les autres comics de chez IDW, qui sont à s'en taper le fessier sur le parquet), est vraiment bien, donc tentez le coup si vous voulez patienter en attendant le film et la saison 3 de MLP, vous avez de quoi faire! :D
  2. DenderahDenderah

    Le 09 juin 2013 à 22:04

    Posté par lililapi
    Je suis déçue que Madmoizelle.com fasse l'apologie d'une série qui véhicule une image aussi piteuse de l'égalité des sexes…
    L'égalité des sexes dans MLP parlons en ! Combien d'homme pour une femme à un poste important dans cette série ? Les femmes ont tout simplement le monopole de la vie politique et culturelle à poneyville.
    Cette disparité flagrante se retrouve dans la composition du groupe de 6 avec aucun personne masculin !

    Pour se rendre compte de la pauvreté de ce "programme" il n'y a qu'a faire un test de Bechdel :
    Une œuvre passe le test si deux hommes y parlent entre eux d'un sujet autre que le sport.

    Les rares personnages masculins ayant des lignes de dialogue dans cette série sont Spike, le frère d'Applejack (et encore, il véhicule le cliché des hommes incapables de communiqué autrement que par monosyllabe) et celui de de Twilight Sparkle dans quelques épisodes.
    L'échec est cuisant, la plupart des épisodes comptent rarement plus d'un personnage masculin (et encore généralement dans le rôle d'un simple faire valoir), quand ils sont plus de deux ils ne discutent jamais, on peut passé la question du sujet de discussion…


    Je proteste, en plus de ceux cités par d'autres madz, on a quand même foule de personnages masculins marquants, comme les Flim Flam brothers !



    Le "Karl pony" Hoity Toity



    Et les princes Blueblood et Shining armor, Fancypants, les deux licornes Snip et Snail, etc.

    Et globalement, je trouve qu'ils font attention à toujours représenter des parts équivalentes des deux sexes dans les foules et les poneys qui entourent les héroines, dans tous les domaines, que ce soit une cuisine ou une académie militaire, on voit toujours autant des uns que des autres ! :)



    D'ailleurs, ils font vraiment attention à la diversité, on y voit des petits, des grands, des fins, des ronds, des carrés, des beaux, des moches…



    Illustration frappante dans le sauvetage à l'académie wonderbolt, 6 sauveteurs : trois juments, trois étalons.  :D



    La série est basée sur l'amitié entre les Mane 6, donc oui, on voit surtout ces filles là, mais non, ça n'en fait pas une série misandre pour autant.
  3. LovelyLexyLovelyLexy

    Le 09 juin 2013 à 22:14

    Posté par vanities
    Par contre ça reste un dessin animé institutionnel, mais grand public, est ce que ça existe ? :)

    Une autre Mademoizelle l'a mentionné avant moi: dans le film Paranorman, tu as un personnage gay et ce n'est pas un problème, il n'est pas un cliché ( c'est un joueur de football américain viril et pas très malin) et il le présente de manière normale. D'ailleurs, le film a été salué par la communauté LGBT
  4. LouiselleLouiselle

    Le 09 juin 2013 à 22:23

    Posté par galactic-octopus
    Je suis bronie


    Bronie n'est pas un terme "réservé" aux hommes ?  :ninja:
  5. lililapilililapi

    Le 09 juin 2013 à 22:29

    Posté par ladydandy
    Je me demande si la force de MLP ne réside pas aussi là… parce que ce qui est génial c'est que du coup les bronies s'identifient à des FILLES…

    La force de MLP c'est d'avoir des histoires peu "genrées" et assez bien mise en oeuvre (animation, dialogue, humour, scénario, toussa). A partir de là n'importe quel public peut accrocher. Ça aurait pu être sur une éponge et son ami étoile de mer que ça pouvait prendre.

    Les bronies sont un phénomène internet constitués à la base d'internautes discutant de la série sur 4chan. Et vu que c'est un dessin animé mignon et que 4chan est ce qu'il est, pas mal d'images de la série étaient partagées. D'autres sur 4chan intervenaient pour dire que MLP c'était un truc de gamines et que les hentais auraient plus leur place sur le site et pas super modérément. "L'identité" bronies c'est faite en réaction car quand même tout n'est pas à jeté. Et en est sorti des débats fleuris entre ceux qui se disent à l'aise avec leur virilité et ceux qui prétendent en avoir une, car nous somme sur internet. Les attaques et les défenses étaient un mélange de premier degré et de second degré, mais l'important c'était de se défouler sur son clavier.
    Ca a donné des images comme ça :


    Ça veut dire qu'il veut klat' la yeul à son interlocuteur


    Ca a duré, ça a attisé la curiosité, ça c'est propagé toujours en provoquant des débats stupides pour le lulz en attirant de plus en plus de trolls. Aussi bien du cotés des "antis" que des "pros".

    Ca a attisé la curiosité de certains qui se sont mis à regarder pour se faire une opinion. Vu la nature de l'ambiance des discussions sur cette série, soit on est super fan soit on déteste. Etant donné que ce n'est pas trop mal foutu comme série les bronies on grandit avec ces débats entre individus mâles cis-hétéro.

    Les bronies ne s'identifient pas à des FILLES, mais à des poneys légèrement anthropomorphiques qui pour la plupart pourraient être des jeunes garçons qui n'ont pas mués tellement leur genre est ambiguë. La série n'a en soi rien d'extraordinaire à part être réconfortante et adaptée au bringe watching. Les bronies sont un accidents.
  6. GringoGringo

    Le 09 juin 2013 à 23:18

    Posté par vanities
    Par contre ça reste un dessin animé institutionnel, mais grand public, est ce que ça existe ? :)

    Il y a bien les zinzins de l'espace, ce n'est pas vraiment de l'homosexualité plutôt de la transexualité.
  7. greyAgreyA

    Le 10 juin 2013 à 10:33

    Pas certaine, Candy est officiellement mâle et homosexuel, il me semble, mais aime se travestir. Après, possible que ce soit une trans (hétéro) qui n'a pas encore fait de transition sociale, mais aux yeux des enfants ça ne sera pas un bon exemple de transidentité.

    Pour ce qui est de MLP, je ne suis pas d'accord que les mâles soient mal traités / sous traités par la série, ils ne correspondent pas plus à des stéréotypes que les femelles et sont plutôt variés (Big Mac n'est pas "le mec qui a deux mots de vocabulaire", c'est avant tout un grand timide travailleur et c'est montré positivement, d'autres rôles masculins représentent d'autres modèles comme le grand frère protecteur (mais pas trop) et "professeur", des commerciaux énergiques, le petit garçon intelligent qui a encore besoin d'être encadré et de se découvrir (Spike), le garçon pas hyper fort/athlétique, mais doué en photo et bon reporter (Featherweight), etc.

    A part Snip et Snail qui correspondent à un vieux proverbes sur les garçons (comme les Supernana pour les filles, étonnant venant de Lauren Faust, non ?), qui on un peu leur miroir féminin (en terme de comportement) dans le cliché des petites pestes, je ne vois pas où les mâles seraient si mal traités que cela.

    Evidemment, on ne peut pas parler d'égalité des sexe tant qu'il n'est pas bien clair si Equestria est un matriarcat ou non. De mon point de vue, la série met en avant ses rôles féminins parce que, comme Lauren Faust l'a expliqué, c'est une chose rare et ça permet de montrer plusieurs modèles aux petites filles qui n'ont habituellement que les modèles de type Rarity (souvent, en moins forte et moins ambitieuse car l'ambition est presque toujours un trait négatif) et Fluttershy, il ne faut pas oublier cette démarche et son importance juste parce que les garçons sont moins représentés (ils sont statistiquement plus représentés un peu partout), mais il n'a jamais été montré que les mâles ne pouvaient pas accéder aux mêmes métiers que les femelles en dehors de celui de monarche (et, en ce moment, l'Angleterre a une reine, mais je doute que tout le monde voit l'Angleterre comme un patriarcat).

    On voit que, dans les familles, ce sont parfois les membres féminins qui sont les plus importants/chefs de famille, parfois les membres masculins par exemple. Je pense que s'il n'y a vait pas le soucis de développer un univers qui propose aux petites filles de dépasser leurs modèles habituels, on pourrait voir que Equestria est un monde bien plus égalitaire que certaines et certains ne le pensent. :-)

    EDIT : Au passage, il y a une reprise des chansons par les fans qui s'appelle "colt version" où, miraculeusement, les mane 6 transformés en mâle gardent exactement le même comportement. Je trouve ça génial de voir tant d'hommes et de garçons s'opposer activement aux stéréotypes classiques même si j'ai quand même rencontré quelques problèmes de sexisme au sein du fandom (j'ose espérer qu'il s'agit d'une minorité qui assume encore mal la mixité d'un "truc pour fille"). :-(


    Posté par gringo
    Il y a bien les zinzins de l'espace, ce n'est pas vraiment de l'homosexualité plutôt de la transexualité.
  8. Geek-iGeek-i

    Le 10 juin 2013 à 11:15

    J'appelle pas ça "l'égalité des sexe", mais plutôt "la revendication de la femme forte(et diversifié)", que l'on peut être intellectuel, athlète, gérer une entreprise, être styliste, aimé les animaux, être mère ou déesse(reine ou se que tu veux), ou même dragon(je sais pas dans quel case le mettre ^^') sans forcément être donc différente,… ah en y réfléchissant, si c'est l'égalité en fin de compte(oui, je répond à mes propre interrogation!)

    Mais ça serais bien de comprendre la vision de bronies, car je bloque encore un peu là dessus. Surtout qu'il demande le respect là dessus, mais est ce que ça les a rendu plus compréhensif vis à vis des femmes? (même si j'ai lu plusieurs document là dessus, je bloque encore un peu…)

    Après, tout ceci n'est que mon avis personnelle :)
  9. greyAgreyA

    Le 10 juin 2013 à 12:24

    De mon expérience, le fandom brony n'est pas au-dessus des autres ni de la société en terme d'égalité et de respect des femmes.

    On y retrouve beaucoup de clichés sur le féminisme d'ailleurs (hystérique, extrémiste, inutile, misandre, voulant la suprémacie des femmes), l'égalité (déjà acquise, plus un débat), etc. et un phénomème d'occultation du fandom féminin (en fait, j'ai longtemps hésité à rejoindre des forums bronies car je pensais qu'il ne s'agissait que des hommes à cause des memes et tout), mais ce phénomène reste minoritaire et rarement agressif. Il y a même eu des messages postés pour rappeler que rejeter les femmes et petites filles du fandom pour leur sexe était stupide et indigne de la mentalité prônée par les bronies. :-)

    Voici un exemple du phénomène critiqué par un spectateur.

    Certaines critiques des bronies sont légitimes a priori (pas assez de personnages masculins), mais moins quand on se réfère aux ambitions de Lauren Faust dont j'ai parlé et au paysage télévisuel actuel. Il y a un phénomène d'appropriation de l'univers pour imposer une certaine masculinité qui peut déranger, mais est, une fois encore, souvent critiquée dans la mesure où de nombreux fans sont conscients qu'en affirmant "c'est pas pour les filles" ou autre, les bronies ne font que renforcer les stéréotypes qu'ils prétendent combattre (et font preuve d'une certaine forme de misogynie).

    En général, le sexisme du fandom est lié à un phénomène d'homophobie. Il y a une certaine partie du fandom qui souhaite à tout prix s'affirmer en mâle viril et hétérosexuel et qui finit par rejeter indirectement les homosexuels, bisexuels, efféminés et les femmes parce qu'ils "renforcent les stéréotypes".

    C'est malheureux, mais c'est une réaction à une société qui rejette assez vivement les bronies (qui sont parfois même associés à des pédophiles). Beaucoup se sont prononcés contre l'homophobie et la misogynie latente du fandom.

    Autre phénomène minoritaire : les personnages "garçons manqués" comme Rainbow Dash sont parfois considérés comme extrêmes ou pas crédibles pour des femelles, voire dangereuses pour les petites filles parce qu'elles brouilleraient les différences entre les genres et les sexes.

    Parce qu'au final, chez les bronies, il y a aussi beaucoup de personnes qui sont tout simplement issus de notre société et n'ont pas dépassé certains clichés.

    Mais je pense que le fandom se consolide, s'affirme et peut dépasser les stéréotypes pour devenir plus ouvert. :-)
    Après, très honnêtement, j'ai choisi de ne plus trop trainer avec le fandom (français notamment) car je ne me sentais pas vraiment bienvenue en tant que femme. Il y a aussi eu des affaires assez dérangeantes lors de conventions.
  10. Galactic OctopusGalactic Octopus

    Le 10 juin 2013 à 18:26

    Posté par billboard
    Je me demande si @Galactic Octopus  n'est pas un garçon infiltré :ninja:

    HAHA VOUS AVEZ DECOUVERT MON SECRET.
    En faite non.
    "Bronie" n'est pas un terme exclusivement réservé aux messieurs, une fille peut aussi être bronie, même si le terme utilisé pour une fille sera plutôt "Pegasis". Le premier étant apparu avant le second (et j'ai aussi appris plus tard le surnom féminin), j'ai plutôt tendance spontanément à me dire "Bronie", mais les deux me vont :)

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !