Voici la FAMEUSE circulaire Schiappa (et non les enfants ne vont toujours pas se branler en CE2)

Par  |  | 19 Commentaires

La « circulaire Schiappa » précise en quoi consisteront les cours d'éducation à la sexualité dispensés du CP à la terminale. Et non, y aura pas de vibromasseur dans les mains des bambins, vous inquiétez pas.

Voici la FAMEUSE circulaire Schiappa (et non les enfants ne vont toujours pas se branler en CE2)

– Mise à jour du 14 septembre 2018 par Esther

Tout l’été, les débats sur l’éducation sexuelle ont animé les réseaux sociaux et un nombre incalculable de fake news se sont répandues à ce sujet.

La raison : l’annonce de Marlène Schiappa concernant la circulaire qu’elle comptait publier pour faire appliquer la loi déjà existante en la matière (voir ci-dessous).

Ce 12 septembre, la dite circulaire est enfin parue.

Que contient la circulaire sur l’éducation sexuelle ?

La circulaire fait d’abord état de ce que dit la loi de 2001 :

« Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âge homogène. […] »

Il est ensuite précisé que l’éducation sexuelle doit être mise en place à travers trois séances dédiées par an, ainsi qu’au travers des enseignements existants.

Dans le cadre de l’école élémentaire, qui concerne donc les classes du CP au CM2, la circulaire indique :

« À ce niveau d’âge, il ne s’agit pas d’une éducation explicite à la sexualité. Au regard des programmes d’enseignement, plusieurs thématiques peuvent constituer un objet d’étude, en prenant en compte l’âge des élèves :

  • l’étude et le respect du corps
  • le respect de soi et des autres
  • la notion d’intimité et de respect de la vie privée
  • le droit à la sécurité et à la protection
  • les différences morphologiques (homme, femme, garçon, fille)
  • la description et l’identification des changements du corps, particulièrement au moment de la puberté
  • la reproduction des êtres vivants
  • l’égalité entre les filles et les garçons
  • la prévention des violences sexistes et sexuelles. »

On peut donc noter qu’il n’est nulle part fait mention de l’apprentissage de la masturbation dès le plus jeune âge. On ne parle pas d’éducation explicite à la sexualité.

Quant à l’enseignement au collège et au lycée, la circulaire liste les thèmes susceptibles d’être abordés :

« Liberté, responsabilité et respect face aux choix personnels (réseaux sociaux, Internet, cyberharcèlement, pornographie, etc.), valeurs et normes, impact des stéréotypes et rôles sexués, prévention des violences sexistes et sexuelles, égalité filles-garçons, contraception, prévention des grossesses précoces non désirées, IST et VIH-sida, orientations sexuelles, respect de son corps et de celui de l’autre, etc. »

De plus, la circulaire précise l’importance d’informer les parents sur ce qui est mis en place dans chaque école.

Il est crucial en effet que cette politique soit expliquée, pour éviter les mouvements de protestation comme ceux qui ont commencé à voir le jour ici ou là, incitant les parents à retirer leurs enfants de l’école.

La circulaire sur l’éducation sexuelle ne concerne pas l’école maternelle

Je précise ici que la circulaire ne fait nulle mention de l’école maternelle. Si la loi cite bien « l’école primaire », qui regroupe maternelle et élémentaire, le texte publié par Marlène Schiappa se concentre sur cette dernière.

Voilà de quoi rassurer nombre de personnes inquiètes qu’on parle de sexe à leurs bambins de 4 ans.

Cependant, je dois admettre que c’est pour moi une déception. J’ai suffisamment travaillé sur les agressions sexuelles entre enfants, à travers une enquête parue il y a bientôt un an, pour savoir que cela démarre parfois dès le plus jeune âge.

Le premier témoignage de cette enquête faisait état d’une agression entre des enfants âgés de 3 ans. Et les suivants concernaient parfois aussi des histoires s’étant produites à la maternelle.

Je peux comprendre, politiquement et après toutes les polémiques stériles de l’été, que le gouvernement soit frileux à faire appliquer la loi dès le plus jeune âge…

Mais je considère pourtant que c’est un manque, un recul concernant la prévention contre les violences sexuelles.

Néanmoins, j’espère de tout cœur que ce que contient ce texte sera appliqué, car c’est le service minimum à rendre aux enfants et à la société en général.

À lire aussi : Non, l’école ne va pas apprendre aux enfants à se masturber

L’éducation sexuelle à l’école, au collège et au lycée

– Article paru le 19 juillet 2018

Les agressions sexuelles qui ont eu lieu à Paris le soir de la finale de la Coupe du Monde ont rappelé l’urgence française d’une éducation sexuelle de qualité.

Invitée des Grandes Gueules de RMC hier, Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, a confirmé que la loi sur l’éducation sexuelle serait enfin pleinement appliquée dès la rentrée. 

Trois séances d’éducation sexuelle dès la rentrée

Interrogée sur les mesures à prendre pour lutter contre le harcèlement de rue et la culture du viol, Marlène Schiappa a rappelé l’importance de l’éducation et de la prévention :

« Je pense que l’éducation, c’est primordial. À partir de la rentrée avec Jean-Michel Blanquer (Ministre de l’Éducation Nationale, ndlr), nous allons envoyer une circulaire à tous les recteurs de France pour qu’ils mettent en œuvre une loi qui existe déjà et qui n’est pas mise en œuvre, qui demande qu’il y ait trois séances par an d’éducation à la vie sexuelle et affective. »

Cette circulaire de 2003 prévoyait déjà de dispenser trois séances d’éducation sexuelle par an dans les collèges et les lycées pour atteindre une série d’objectifs ambitieux :

  • Comprendre comment l’image de soi se construit à travers la relation aux autres
  • Analyser les enjeux, les contraintes, les limites, les interdits et comprendre l’importance du respect mutuel ; se situer dans la différence des sexes et des générations
  • Apprendre à identifier et à intégrer les différentes dimensions de la sexualité humaine, biologique affective, psychologique, juridique, sociale, culturelle et éthique
  • Développer l’exercice de l’esprit critique notamment par l’analyse des modèles et des rôles sociaux véhiculés par les médias, en matière de sexualité
  • Favoriser des attitudes de responsabilité individuelle et collective notamment des comportements de prévention et de protection de soi et de l’autre
  • Apprendre à connaître et utiliser les ressources spécifiques d’information, d’aide et de soutien dans et à l’extérieur de l’établissement.

Marlène Schiappa a précisé que ces séances seront « dispensées par des associations ayant des agréments ‘IMS’ d’intervention en milieu scolaire » et a détaillé leur contenu :

« On y parlerait du consentement, du respect d’autrui, des rapports entre les femmes et les hommes et de la manière dont effectivement ce n’est pas faire la fête que d’aller mettre une main aux fesses à une femme ou l’embrasser de force. Le corps des femmes n’est pas un bien public, il leur appartient à elles seules. »

Affaire à suivre !

À lire aussi : Coupe du monde 2018 : pourquoi #MeToo est plus que jamais d’actualité

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Sophie L
    Sophie L, Le 15 septembre 2018 à 11h34

    En tant que prof en lycée pro, la matière que j'enseigne est pleinement concernée par le sujet.
    Dans le programme officiel, je dois me contenter de leur parler d'ist et de contraception. Mais je compte bien leur parler également de consentement, de respect, de plaisir et d'estime de soi. Je ne sais pas si les supports utilisés seront optimaux, et j'avoue également naviguer à vue sans savoir exactement où ça va mener ... Mais si je peux apporter ma pierre à l'édifice pour deconstruire certains stéréotypes, ce sera déjà ça. Et il est évident que les adolescent.e.s ont besoin de s'exprimer sur le sujet.
    Je suis également ravie que le respect de son corps et du corps de l'autre soient abordés dès la maternelle.
    Apprendre aux gamins à se masturber... mais punaise qui a imaginé une énormité pareille ...
    Et pourtant j'ai des collègues qui relaient ces rumeurs à demi-mot dans la salle des profs ...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!