Ce drôle de monde parallèle où il faut demander la permission d’éjaculer

Par  |  | 11 Commentaires

Imaginez un monde où les femmes pourraient affecter la vie sexuelle et reproductive des hommes d'un coup de stylo... Absurde, non ? Bingo.

Ce drôle de monde parallèle où il faut demander la permission d’éjaculer

Lundi 23 janvier, une photo a fait le tour du monde : celle de Donald Trump, en train de signer un décret visant à couper les subventions américaines aux ONG étrangères qui promeuvent l’accès à la contraception et à l’avortement dans le monde.

Symbole dans le symbole : le président américain est entouré… uniquement d’hommes.

Personne ne respecte autant les femmes que Donald Trump, qui a signé un décret anti-IVG entouré exclusivement d’hommes.

Peut-être qu’un tel cliché n’aurait pas suscité la moindre réaction il y a encore quelques années, mais nous sommes en janvier 2017, après tous les débats, toutes les manifestations, tous les efforts demandés et parfois obtenus pour faire progresser la parité en politique.

Alors ce cliché choque.

On en est encore là ? De vieux hommes peuvent, d’un coup de stylo, entraver un droit des femmes élémentaire, celui de disposer librement de leur corps, de pouvoir accéder à la contraception, à l’avortement, sans mettre leur vie en péril ?

À lire aussi : Si vous êtes contre l’IVG, soyez pour l’accès à la contraception

Une parodie féministe, pour mieux souligner l’absurdité

Mais peut-être que même en 2017, et malgré la prise de parole de plus en plus fréquente des féministes dans le débat public, certaines personnes ne voient toujours pas en quoi un tel cliché, et surtout ce qu’il symbolise, ont de choquant.

Alors un collectif féministe en a réalisé une parodie, en inversant la situation.

Les Nouvelles News ont retrouvé la photo d’origine, représentant Barack Obama à la place d’Hillary Clinton.

Imaginez que ce soit l’inverse

Supposons un seul instant que la situation soit inversée. Au lieu d’avoir un homme de pouvoir, entouré d’hommes de pouvoir, qui prennent une décision affectant directement la vie sexuelle et reproductive des femmes, imaginons le contraire.

C’est la situation que le collectif Nous sommes 52 a voulu illustrer, en représentant Hillary Clinton entourée de femmes, signant un décret affectant la vie sexuelle et reproductive… des hommes.

Ça vous paraît absurde ? C’est parce que ça l’est ! Comprenez-vous alors que la situation d’origine est tout aussi absurde ?

Pourquoi l’accepte-t-on pourtant comme si c’était « une politique publique » comme une autre ? Une décision budgétaire, de santé publique ?

À lire aussi : À ces députés anti-choix : faites un meilleur usage de la liberté d’expression, plutôt que d’entraver mon droit à l’IVG

big-taxe-tampon-europe

Pour aller encore plus loin dans l’absurde, le site d’info parodique nordpresse.be enfonce le clou, en imaginant une réponse politique similaire, en titrant Interdiction de la masturbation: la gouverneur de l’Oregon fait comme pour Trump et l’avortement.

« Il fallait y songer bien plus tôt. Pourquoi les hommes auraient le droit de décider à la place des femmes ce qu’elles font de leur foetus, alors que jamais on ne demande leur avis sur la moindre masturbation !? »

Nous sommes 52, alors pourquoi sommes-nous toujours « une minorité » ?

Le collectif à l’origine de la photo détournée s’est appelé « Nous sommes 52 », comme 52% de la population française : les femmes. Et 52%, comme elles le soulignent dans leur manifeste, ce n’est pas une minorité :

« Les femmes représentent 52% de la population française.

52%, c’est une majorité. Si nous avons cette puissance, pourquoi rester minoritaires dans la vie politique et économique de notre pays ?

Pourquoi rester sous-représentées dans les institutions qui nous gouvernent ? Nous sommes seulement 27% de femmes à l’Assemblée, 25% au Sénat, seulement 10% de femmes sont maires en France. Cela doit changer.

Mettons en œuvre la puissance de notre majorité. »

J’ajouterai même : qu’est-ce qu’on attend pour (re)prendre le pouvoir ?

À lire aussi : « Majorité opprimée », un court-métrage percutant

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (11) Facebook ()
  • Freehug
    Freehug, Le 26 janvier 2017 à 21h03

    Magnifique réponse d'un type avec qui je discutais de ça : mais si les femmes ont le contrôle de la fertilité des hommes, elles peuvent leur faire un enfant dans le dos et l'obliger à assumer....

    Je lui ai répondu que déjà c'est une situation super minoritaire (faut que les deux soient en couple et aient décidé en toute confiance de se passer de préservatif MAIS que la femme qui serait la seule censée avoir une contraception décide unilatéralement de briser cette confiance, ça arrive combien de fois par an sérieux ?). Ensuite c'est pas de ça que je te parle mec, mais de pays/états où les femmes n'ont PAS accès à l'avortement voire même pas à une forme de contraception ne serait-ce que le préservatif. Interdiction décrétées par des gouvernements très majoritairement ou exclusivement masculins.

    Cette décision de Trump est absurde, scandaleuse pour toutes les raisons que d'autres ont mieux expliqué que moi et ça me flait flipper pour l'avenir... Personne ne croyait à la victoire de Trump, personne ne croit vraiment à celle de Le Pen mais c'est possible. Les espagnoles ont déjà eu chaud pour leur droit à l'avortement et chez nous, entre les sites et assos anti-choix et leurs manifs, tout nous rappelle que les droits des femmes ne sont jamais acquis...

    J'ai vraiment de la peine pour toutes les femmes qui dépendaient de ces ONG. Prôner l'abstinence n'a jamais fonctionné. Et quid d'après le mariage ? Selon eux, une femme mariée doit enchaîner les grossesses qu'elle le veuille ou non ? Génial.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!