« Manon + Julien = Bébé fraté », W9 lance un documentaire sur la famille très tchatcheuse

Par  |  | 50 Commentaires

Le fraté le plus tchatcheur de France et Manon Marsault ont désormais un petit fraté à leur charge. Comment s'est passée la grossesse ? Où en est leur projet de mariage ? Vous saurez tout grâce au documentaire indispensable Manon + Julien = Bébé fraté !

« Manon + Julien = Bébé fraté », W9 lance un documentaire sur la famille très tchatcheuse

Après avoir régalé la France de sa verve sans égale pendant des années, Julien Tanti, surnommé Fraté, s’apprête à être papa. 

Fini les filles par milliers, les baisers volés et les nuits de fête. Enfin, en théorie.

Manon et Julien des Marseillais, un couple au départ branlant

Il y a plusieurs mois, les internautes apprenaient la grande nouvelle sur Instagram.

Pour les fans de la première heure de l’émission Les Marseillais, cette nouvelle s’est apparentée à une énorme surprise.

C’est qu’au départ tout n’était pas gagné. Laisse-moi te raconter. 

Les deux tourtereaux se sont rencontrés il y a deux ans, lors du show Moundir et les apprentis aventuriers, diffusé sur W9.

Et personne ne donnait cher de leur couple. Ce ne sont pas les fins connaisseurs du Fraté qui me contrediront. C’est qu’il était d’ordinaire très fidèle et sérieux, l’animal.

Collectionneur de conquêtes de type mannequins, le Marseillais a fait porter des cornes à la moitié de la planète. Il a peut-être même déjà 4 ou 5 enfants sur Mars ou Jupiter (il est bien capable d’avoir niqué quelques extra-terrestres, pourvu qu’elles aient un bon boule). 

Mais qu’à cela ne tienne.

Sur l’île de Moundir, qui doit porter un nom mais qui pour moi reste l’île de Moundir, les deux amants se sont déchirés à coups de punchlines sur la fidélité, les courbes alléchantes d’autres meufs, et encore plein d’autres sujets croustillants que j’ai malheureusement oubliés entre temps.

Manon et Julien, un couple désormais solide

Et puis le temps a passé, et ils se sont aimés ailleurs que sur l’île de Moundir. Entre autres autour de grosses plâtrées de pâtes préparées avec amour par Jessica Thivenin (un des ex de Julien).

Car oui, après avoir fait sa première apparition dans L’île des véritésManon a ensuite intégré la famille des Marseillais, autre émission de télé-réalité diffusée sur W9.

Et tout n’a pas toujours été tout rose. Entre sa relation compliquée avec l’ex de Julien et les tromperies à répétition de ce dernier, la France a assisté à quelques beaux pétages de plomb.

Mais qu’importe, le couple s’en sort à chaque fois.

Julien aurait t-il vraiment cédé aux sirènes de l’amour ? Oui mes aïeux !

Tant et si bien que lors des Marseillais Australia (dernière émission des Marseillais à cette date), la belle Manon a débarqué avec un ventre tout rond.

C’est jour après jour que les Français ont alors pu découvrir l’évolution de sa grossesse, pendant plusieurs semaines.

Et force est de constater que cette grossesse a transcendé l’ancien cocufieur professionnel.

C’est à peine si on le reconnait.

Entre le regard de merlan frit qu’il adresse à sa belle, sa demande en mariage, et les soirées passées à chanter son amour, le fraté tchatcheur semble littéralement transit d’amour. 

COUSU MAIN.

C’est devant les caméras qu’ils ont appris le sexe du bébé. Ce serait donc un garçon. 

Mais quand on attend un enfant, il faut bien penser à des prénoms potentiels. Plusieurs ont alors été suggérés par le couple manifestement fan de la lettre « o », tels que Lisandro, Donatello, Tiago.

Après avoir fait une présélection, les amoureux ont proposé à leur famille des Marseillais, composée entre autres de Carla, Kevin, Jessica (avec qui Manon s’est réconciliée), et Paga de choisir le prénom final du bébé.

Ils ont naturellement opté pour Tiago. 

Et après des mois et des mois d’attente, l’enfant Fraté a enfin vu le jour.

Sur cette première photo, la famille est au grand complet.

Mais attends de voir la seconde, elle comporte une petite surprise, qui te fera chaud au cœur. La trouveras-tu ?

Ma Vie ❤️

A post shared by Manon Marsault (@manonmarsault) on

Eh oui, tu as bien vu, sur la manche du bébé, on devine le mot « fraté ».

C’est-y pas mignon ?

Julien, Manon et Tiago, au cœur d’un reportage

La chaine W9 n’en rate pas une, dès qu’il s’agit du couple phare.

Elle propose alors un reportage intitulé Manon + Julien = Bébé fraté.

Un titre inspiré pour une émission qui risque de l’être encore plus. Au programme :

« Les derniers jours d’attente avant l’accouchement, les derniers grands préparatifs, leur émotion et leur impatience avant l’arrivée de Tiago… »

Si tu es fan du couple, réjouis-toi, tu vas en souper matin, midi et soir. 

Eh oui, on peut souper sans soupe. On peut souper de n’importe quoi. Même d’un fraté tchatcheur, au corps cousu main.

Le très sérieux HuffPost s’est entretenu avec la chaîne, et voilà ce qu’il a appris :

« Le documentaire sera exclusivement publié sur 6play en plusieurs épisodes ».

Un bonheur !

En tout cas, je tiens à rassurer les esprits inquiets : Julien et Manon ne disparaîtront pas du paysage audiovisuel pour la simple raison qu’ils sont parents.

Les deux Marseillais ont confié sur le compte Snapchat de leur agent qu’ils pourraient même se marier devant les caméras.

Julien a souligné : « c’est moi qui gérerai et non la production. Je ferai comme j’ai envie. Si j’ai envie d’arriver en hélicoptère, ça se fera ! »

Les deux Marseillais seraient-ils en passe de former la relève des Kardashian ?  

Très tchatcheur !

À lire aussi : Cinq leçons de vie apprises grâce aux Marseillais

Commentaires
  • Skippy01
    Skippy01, Le 29 août 2018 à 7h37

    Nancy Drew
    1-Je ne dis évidemment pas que détourner le regard à CHAQUE FOIS règle la question. Évidemment que non! Simplement, cet article en particulier ne le mérite pas. Et le critiquer ne changera pas que les gens s'intéressent à la téléréalité, crois-moi!
    J'ai simplement dit que ça me blase qu'à chaque fois que je dis que tel ou tel truc est problématique, on caricature mon opinion en un «j'aime pas». Vu la récurrence de cet homme de paille, je trouve que c'est légitime.
    Nancy Drew
    2-Chacun a le droit d'aimer ce qu'il veut. On peut être conscient que c'est pas top et le regarder quand même. J'ai des collègues qui veulent être profs ou CPE qui regardent ça, ça ne les empêche absolument pas d'être de très bons professionnels en ce qui concerne les questions de respect, de féminisme, etc. On est en démocratie (à peu près, mais ça c'est un autre sujet), pas en démocratie éclairée.
    Ça dépend. Si un jour un pote me dit qu'il aime bien le porn revenge où des vidéos/photos où quelqu'un se fait humilier, légalité mise à part, j'arrêterais de le voir comme quelqu'un de bien. Les gens dont tu parles sont peu-être des gens biens (enfin, relativement, vu qu'ils soutiennent des programmes aussi immoraux), mais plus pour longtemps, je crois, l'influence de la télé sur le cerveau est bien documentée. Elle est imperceptible, progressive et inconsciente, mais elle est bien réelle. Perso, si j'apprends que le CPE de l'école de mon potentiel gosse cautionne des émissions où on perturbe potentiellement le développement d'un gosse pour faire de l'audience, je le change d'école direct.
    Nancy Drew
    3- Critiquer oui, ne pas être d'accord, ok, vouloir que ton magazine soit "meilleur" ou soit plus proche de ce en quoi tu crois, pourquoi pas. Deviens rédactrice. Si tu as un blog qui parle de ces questions, ou bosse pour un autre journal/magazine, ou connaît des sources sur ces questions, partagez-les avec moi, svp, ça me ferait plaisir de les lire/voir/écouter. Autant de matériel que je pourrais utiliser avec mes élèves pour mieux leur faire comprendre comment se faire leur propre idée sur les choses.
    Je le ferai le jour où on arrêtera de me sortir la carte «si t'aimes pas, regarde pas».
    Nancy Drew
    4- Je ne pense pas qu'aller voir ailleurs est une posture puérile. Je dis simplement que la vie est courte, que les infos vont de plus en plus vite et que s'arrêter à TOUT, je l'ai fait, j'étais épuisée, maintenant, je fais autrement. Par exemple, au début, il n'y avait que quelques articles par semaine sur madmoiZelle, je lisais tout. Maintenant, il y en a plusieurs par JOUR, je ne peux pas tout lire, physiquement, je ne lis pas tous les jours. Je lis ce qui me plaît, ce qui pourrait m'intéresser, ce qui me taquine. Je n'aime pas tout, mais clairement, quand je vois un truc sur quelque chose qui ne plaît pas/ne m'intéresse pas (c'est pas tout à fait la même chose), si je n'ai pas le temps, je ne le lis pas. Point. Et c'est valable pour les autres sources que je lis.
    Tiens, encore la carte du «si t'aimes pas regade pas». OSEF de mes goûts personnel, je me tue à dire que c'est pas le sujet.
    Nancy Drew
    5- Je lis également des choses qui ne me plaisent pas, j'essaie en tout cas pendant quelques numéros et quelques articles. (En ce moment, je teste America, c'est cool. Comme je disais au-dessus, je n'ai pas le temps pour tout donc je lis depuis quelques années les mêmes journaux/magazines, ça me prend déjà pas mal de temps et j'ai suffisamment d'expérience pour connaître les titres qui me conviennent. J'ai conscience d'être une intellectuelle de gauche d'un milieu aisé. Ça ne m'empêche pas d'aller voir ailleurs quand j'ai le temps mais pas toujours, certainement pas. Et en plus, aucun magazine/journal n'est jamais parfait dans son ensemble et à chaque parution. C'est humain.
    C'est très bien d'être ouverte d'esprit. D'ailleurs, tu le prendrais comment si on te sortait systématiquement «ben t'as qu'à pas lire» au cas où tu ferais une critique ? Pas bien, j'imagine. Je sais bien qu'aucun magazine n'est parfait, les critiques sont justement là pour ça, pour l'aider à s'en rapprocher un maximum. Je suis pour le droit à l'imperfection, c'est juste que s'en servir comme excuse pour tout cautionner sonne comme un aveu d'absence de justification ou de circonstances atténuantes. Si tu commets un délit, vaut mieux ne pas espérer que l'argument «personne n'est parfait» suffira au moment du procès.
    Nancy Drew
    6- C'est bien de dire les choses quand on n'est pas d'accord. Maintenant, c'est dit, voilà. J'étais outrée quand madmoiZelle a fait de la pub pour Amazon, je leur ai dit, on m'a expliqué, j'ai posé d'autres questions, on m'a répondu, j'ai dit merci, voilà. Et être désagréable envers les autres madz qui contribuent aux commentaires ne change rien, au contraire, ça dessert ton propos (je ne parle pas de moi, mais d'autres commentaires que j'ai lu.)
    Si j'ai été désagréable (chose tout à fait possible), je n'en excuse. Maintenant, si être désagréable est ne pas dire «amen» au premier contre argument qu'on me sort où avoir commis l'horrible faute de ne pas avoir laissé le dernier mot à mes contradicteurices, je décline toute responsabilité quant à l'interprétation personnelle que les gens se font du manque de respect.
    Nancy Drew
    7- Il faut choisir ses combats. La télé-réalité dans son ensemble n'est pas mon combat. Je préfère persuader les gens que l'UE, c'est bien, que les langues étrangères, c'est important, que respecter ses semblables et ne pas être irrespectueux envers ses camarades filles ou envers ceux qui ne collent pas à l'image du parfait adolescent, qu'il faut aller voir un gynéco quand on est sexuellement actives ou qu'on a des irrégularités dans son cycle. (Raccourcis, mais j'ai pas envie de plus développer. Je connais mon boulot et ça me prend déjà beaucoup d'énergie de réfléchir à comment leur dire les choses.) Donc la télé-réalité, je ne regarde pas, je ne m'y intéresse pas. Par contre, on peut parler des personnages de Scoobidoo et de leurs attitudes par rapport au féminisme (sans ironie, si des gens veulent en parler, ça m'intéresse.) Ou la place des femmes dans la BD. Ou les personnages féminins, ou masculins d'ailleurs, dans la littérature jeunesse.
    Eh bien moi, les dérives de la surexposition médiatiques font partie de mes combats. Je choisis les miens comme tu choisis les tiens.
    Nancy Drew
    8- D'ailleurs, un de mes combats, c'est aussi la lecture. Je préfère utiliser mon énergie à lire et parler de mes lectures à la radio et sur mon blog, je trouve ça plus sympa. (D'ailleurs, je suis avide de conseils lecture, je vais régulièrement sur le forum dédié, il est trop bien!)
    Idem.
    Nancy Drew
    9- Et enfin, je suis optimiste et positive par nature. Je m'efforce depuis quelques années de ne plus critiquer les autres, ce qu'ils font, ce qu'ils disent (mes proches en tous cas) (enfin, je me comprends). Tout simplement parce que ça me frustre et me touche autant qu'eux, surtout quand ils ne comprennent pas pourquoi je ne suis pas d'accord avec eux. C'est comme ça, parfois. La négativité que toi, tu émets, je pense qu'elle te touche autant (comme les commères au boulot, ou les jaloux, partout). Et si les gens continuent à ne pas être d'accord avec toi, ça peut rendre amer.
    C'est dommage d'avoir une aussi mauvaise opinion de la critique négative. Tant qu'elle n'est pas agressive ou insultante, elle n'est pas aussi mauvaise qu'on le prétend. Je trouverais vraiment dommage qu'on applique la politique du «flatte ou ferme ta gueule» sur le forum, parce qu'en faisant comme ça, plus personne ne s'améliore ni ne se remet en question.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!