Diplômés et sans papiers, le reportage de France Culture

Ils sortent de grandes écoles, ont étudié en France, mais se voient maintenant dans l'obligation de quitter notre pays. Ils sont diplômés et sans papiers.

« Karim, Icham, Anna et Victoria sont ingénieurs, pharmaciens, diplômés d’HEC ou de Sciences Po… Sans papiers français, ils sont tous menacés par la récente circulaire du 31 mai sur l’immigration professionnelle des étudiants étrangers. Témoignages. »

>> Cliquez ici pour écouter le reportage de France Culture <<

En mai dernier, Claude Guéant a proposé la circulaire dite du 31 mai. Celle-ci prévoit notamment de durcir les conditions de délivrance du visa aux diplômés étrangers. Aujourd’hui, près de 10 000 brillants jeunes diplômés se voient menacer par cette reconduite aux portes de sortie.

Quel avenir leur prédire quand ces jeunes risquent le départ forcé après avoir étudié ici ? Quelle conséquence cette décision peut-elle avoir, à long terme, sur le rayonnement culturel de la France et sa compétitivité internationale ?

Des voix s’élèvent déjà, dont celle du Collectif du 31 mai, qui milite en faveur du retrait de cette circulaire. Une circulaire qui n’est pas sans rappeler froidement le phénomène de fuite des cerveaux, ou encore, ailleurs dans l’histoire, la révocation de l’Édit de Nantes.

>> Pétition en ligne pour le retrait de la circulaire 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cassiopea
    Cassiopea, Le 11 décembre 2011 à 15h00

    Merci pour cet article. Je me trouve actuellement dans cette situation et je peux vous confirmer que c'est très dur à vivre.

    J'attends une réponse de la préfecture depuis plus de 3 mois et comme mon titre de séjour a expiré, je n'ai qu'un récépissé prouvant que j'ai une procédure en cours, ce qui m'empêche de vivre normalement (voyager pour voir mes parents...) et de faire des projets au delà d'un mois, je suis ainsi obligée de chercher du travail ailleurs en prévision d'un éventuel refus même si j'ai déjà commencé à travailler dans l'entreprise qui veut m'embaucher.

    Tout ça sans parler des heures de files à la préfecture pour la moindre petite information, des emails sans réponse et des téléphones où seule une voix répond pour dire qu'ils sont trop occupés...

    Il ne fait pas bon être étranger en France de nos jours...

    Pensez à la pétition.. Merci d'avance

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)