Cinq conseils pour organiser un enterrement de vie de jeune fille de folie !

Que ce soit pour ta sœur, ta pote ou ta mère, tu vas peut-être bientôt avoir à organiser ton premier enterrement de vie de jeune fille ! Voici quelques conseils pour que tout marche comme sur des roulettes.

Cinq conseils pour organiser un enterrement de vie de jeune fille de folie !

620-pot-commun-2

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Le Pot Commun.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Ça y est, c’est officiel : dans quelques mois, ta meilleure pote/ta sœur/ta mère se fera passer la corde au cou la bague au doigt !

Si tu lui laisses bien volontiers le plaisir d’organiser « le plus beau jour de sa vie », la belle personne que tu es est sûrement toute excitée à l’idée de lui concocter un enterrement de vie de jeune fille (EVJF pour les intimes) de folie ! Bravo, tu prends ton rôle de témoin très à cœur, et c’est tout à ton honneur !

love

Avant de contacter les danseurs et danseuses de pole dance de ta région, voici quelques conseils pas que cons pour que tout marche comme sur des roulettes, du choix des activités jusqu’aux comptes post-EVJF.

Un conseil : mettez-vous-y à plusieurs, tu ne pourras pas tout gérer toute seule et les autres témoins seront probablement ravi•es de mettre la main à la pâte.

Créer une cagnotte pour les dépenses communes

Toi ou une de tes copines avez calculé combien allait coûter la petite sauterie ? Super ! Maintenant, il ne reste plus qu’à créer une cagnotte en ligne, afin de centraliser tout l’argent.

potcommun

Le Pot commun, c’est une tirelire dématérialisée qui évite bien des désagréments ! Ça se fait en quatre étapes simples :

  1. Créez (votre cagnotte)
  2. Invitez (les participant•es)
  3. Collectez (l’argent de façon 100% sécurisée)
  4. Utilisez (en vous virant l’argent ou en le dépensant en ligne) !

Comme ça, on dirait une étape supplémentaire inutile, mais c’est vraiment important : au lieu que chacune paye 10€ par-ci et 20€ par-là (ce qui est une galère sans nom pour faire les comptes !), une seule personne est en charge de la banque et règle toutes les dépenses communes sur place.

Une fois l’EVJF terminé (ou même avant !), elle pourra virer directement le solde de la cagnotte sur son compte, et même redistribuer aux participantes s’il reste quelques euros.

Vraiment, après un EVJF, personne n’a envie de s’énerver sur « qui a remboursé qui ? », et une cagnotte en ligne permet d’éviter ce type de désagrément qui peut faire des ravages !

S’organiser bien à l’avance

Même si une super ambiance peut faire des miracles, la réussite de l’EVJF de l’année (oui oui !) dépend quand même essentiellement de tout le travail qui aura été effectué en amont. Eh oui, un EVJF, c’est toute une organisation, et ça se prépare plusieurs mois à l’avance.

Dès le début des préparatifs, de nombreux points de logistique (c’est pas le plus fun, c’est vrai) sont à définir. C’est la base d’un enterrement de vie de jeune fille de maboule, alors ne bâclez surtout pas cette étape !

  • La liste des participant•es

Ton groupe de potes et toi, commencez par établir une liste de toutes les personnes que la reine du jour serait susceptible d’apprécier avoir autour d’elle pour ce moment si particulier. Cousin•es, collègues de travail, belle-sœur en devenir… N’hésitez pas à demander directement à la future mariée quelques noms et numéros de téléphone afin de n’oublier personne !

giphy

  • Le choix de la date

Une fois que la liste des invité•es est finalisée et que tout le monde a été prévenu, décidez ensemble d’une date. Que vous souhaitiez consacrer un après-midi ou un week-end prolongé à l’EVJF, mettez en commun vos agendas de ministres en créant un document de planification en ligne (Doodle, Moreganize…) : chacun•e rentre les dates où elle est disponible et le site vous indique les jours où le maximum de monde est disponible. Simple comme bonjour !

Malheureusement, si la liste d’invité•es est longue, il est possible que vous ne trouviez pas de date qui convienne à tou•tes les participant•es. Dans ce cas-là, le mieux c’est de privilégier la présence des témoins et des proches de la mariée.

  • Le budget

Pour éviter les mauvaises surprises et décider du programme de l’EVJF de façon réaliste (non, Vegas, ça va pas forcément être possible), l’élaboration d’un budget très tôt dans l’organisation de l’événement est hyper importante.

À lire aussi : Comment mettre en place (et tenir !) un budget

Évidemment, si vous partez sur un après-midi dans la ville de la future mariée, ça vous coûtera moins cher qu’un week-end à Ibiza avec show privé de David Guetta ! À vous de voir combien vous pouvez/avez envie de dépenser pour célébrer les derniers instants « de célibataire » de l’heureuse élue.

Le mieux, c’est toujours de se baser sur le budget le moins élevé de tou•tes les participant•es. Parce qu’un rooftop à Milan ne remplacera jamais la présence de la cousine Tartempionne dans le cœur de la future mariée.

Déplacement, logement, activités, repas… Créez un tableau (il peut se faire à la main, pour les phobiques d’Excel) afin de lister toutes les dépenses prévisibles à l’avance et de budgétiser à la dizaine d’euros près. La plupart du temps, la part de la fiancée est prise en charge par les témoins, mais vous pouvez tout à fait décider toutes ensemble de diviser par le nombre d’invité•es. Ça évitera que les témoins ne mangent des pâtes au sel pendant un mois…

200_s

Une fois le budget déterminé, réservez rapidement toutes les activités et, au cas où, les billets de train ou d’avion (c’est fou le nombre d’euros qu’ils peuvent prendre en quelques jours !) ainsi que le logement.

Se mettre à la place de la future mariée

Un EVJF, c’est toujours l’occasion de passer un super moment entre potes, à rire et à faire des trucs auxquels on n’aurait jamais pensé avant, comme traire une vache (oui oui, je l’ai fait !). Malgré tout, il ne faut pas que vous oubliez que vous êtes là pour entourer votre amie, et non pour vous faire kiffer tou•tes seul•es.

Du coup, pour le choix des activités, mettez-vous vraiment à la place de la future mariée : le parcours d’accro-branche alors qu’elle a le vertige, c’est clairement pas une bonne idée. Tout comme les jeux d’alcool si elle ne supporte pas la vinasse ou les spiritueux. C’est son EVJF, alors il faut qu’il lui ressemble, même si toi tu n’aimes pas trop les massages et que ta pote Machine n’est pas une grande fan de karting.

Tant pis : la future mariée, elle, va trop kiffer, et c’est le plus important.

801-Bachelorette-quotes

Autre chose : déguiser la future mariée en vache laitière et lui demander d’aller vendre des préservatifs dans la rue, ça peut faire beaucoup rire les invité•es, mais c’est souvent pas hyper agréable pour la fiancée. Vraiment, ce serait dommage de gâcher son plaisir !

Si vous voulez absolument la déguiser, déguisez-vous aussi. Si vous voulez qu’elle improvise une reprise de Céline Dion avec l’accent suisse, accompagnez-la. L’humiliation pour l’humiliation n’a aucun intérêt, et elle risque de s’en souvenir si un jour elle organise l’EVJF de l’une d’entre vous.

bridesmaid3_0

Bref, bon esprit is key !

Allier activités rigolotes et moments d’émotion

En plus (au choix) du paintball, de la soirée en boîte et du spa du lendemain, vous pouvez ponctuer l’enterrement de vie de jeune fille de petits moments sympas où vous serez tou•tes tourné•es vers votre amie.

Pour la faire rire, vous pouvez lui poser plein de questions sur son couple, questions auxquelles son fiancé aura répondu en amont, et lui donner un gentil gage lorsqu’elle ne donne pas la bonne réponse. Le « Je n’ai jamais » est aussi un petit jeu rigolo qui fonctionne à tous les coups.

Pour la faire pleurer (de joie, bien sûr !), chacun•e des participant•es peut lui écrire un petit mot plein d’amour et le glisser dans une enveloppe qui sera ensuite placée dans une jolie boîte (HEMA, ton ami pour la vie). La future mariée pourra ensuite piocher dedans à tout moment de l’EVJF et prendre à chaque fois un bon shoot d’amour dans la gueule. Bien fait !

tumblr_no5jpb9qLH1u27r3ro1_500

Immortaliser le kif

Une fois rentrée chez elle, rien ne fera plus plaisir à la future mariée que de revivre certains moments de son EVJF de folie. Album photo, playlist, vidéo et même vlog, vous avez l’embarras du choix et vous pouvez êtres sûres qu’elle gardera ces jolis souvenirs précieusement.

fd4ae850-bbcd-0132-46bd-0e9062a7590a

À lire aussi : Comment bien choisir ton appareil photo numérique ?

Et toi, tu as déjà organisé un EVJF ? Quels sont les conseils que tu rajouterais pour compléter cet article ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Fleur d'oranger*
    Fleur d'oranger*, Le 22 avril 2016 à 23h30

    trop bien cet article !! ça m'aurait aidé !
    j'en ai organisé un en août.
    effectivement, se mettre à la place de la mariée est primordial. le but, c'est qu'elle s'amuse !

    on était 5, suite à qq désistements. on ne partait pas en week end parce que ce n'était pas possible pour la mariée et aussi trop cher.
    on a passé la journée ensemble : resto de cyril Lignac le midi, pour ne pas faire un resto lambda, et jeu de piste dans Paris pour faire un truc ensemble. On s'est bien amusé, on a pris un verre ensuite on était crevée !
    je voulais qu'on fasse une activité ensemble, que ça plaise à la mariée, et qu'on s'en souvienne plus tard.

    voila un exemple si qqun cherche des idées :)

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)