Je ne peux pas avoir la confiance des autres, si j’ai pas la mienne #62jours

Par  |  | 174 Commentaires

Vivre dans le doute, c’est épuisant. C’est comme vivre sur un bateau qui tangue en permanence. Et si l’accalmie pouvait venir de soi-même, et pas des éléments extérieurs ?

Je ne peux pas avoir la confiance des autres, si j’ai pas la mienne #62jours
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Arrête de t’excuser quand tu n’as rien à te reprocher

Je suis embêtée.

Je sais quelle est la prochaine étape de mon raisonnement, mais j’ai peur de l’écrire. Ça m’obligerait à sortir du déni.

Mais bon. Je ne me suis pas lancé ce défi pour me dégonfler à la moitié du chemin.

Donc allons-y.

La confiance en soi, vs « la confiance en moi »

Pour interagir sereinement avec les autres, je dois délimiter ma zone de respect. J’ai commencé, depuis quelques jours. Apprendre à dire non. Arrêter de m’excuser quand j’ai rien à me reprocher…

Je pourrais continuer cette liste très longtemps, énumérer toutes les petites phrases, les petites pensées, les petits bâtons que je glisse dans mes propres roues.

Ça me prendrait bien 62 jours, de retirer tous ces cure-dents plantés dans le pied.

Mais ça irait beaucoup plus vite si je prenais de la hauteur, pour régler tous ces petits problèmes grâce à une seule et même solution.

Y a pas de suspense, je l’ai donnée dans le titre : je ne peux pas avoir la confiance des autres si je n’ai pas la mienne, pour commencer.

Pour définir ma zone de respect, je dois me faire confiance

Je ne parle pas de confiance en soi comme du pouvoir de tenter des trucs, de sortir de sa zone de confort. Ça, j’en parlais comme d’un muscle qui se travaille.

Là, je parle d’une confiance que j’ai en moi-même, en mes propres intuitions, en mes propres jugements. C’est paradoxal, vous me direz. Comment je peux me mettre à travailler un muscle… si j’ai pas le coeur ?! Car c’est un peu ça.

La confiance en moi que je muscle, c’est celle que je fais reposer sur mon travail, sur mon expérience, sur mes acquis. Bref, sur des éléments factuels, concrets.

C’est pour ça que je peux réussir des projets, et arriver quand même à dire «non mais c’était rien ça, et puis j’ai eu de l’aide», et puis trouver mille excuses pour me retirer tout mérite, grosse merde que je suis, forcément…

La confiance envers moi-même, c’est celle qui est toute proche de moi, contre moi. C’est celle qui me protège du jugement des autres, celle qui appuie mes bonnes intuitions, celle qui nourrit mes convictions.

C’est celle que j’étouffe quand une critique fait mouche, quand une remarque me touche, quand le regard ou le jugement des autres exerce une pression supérieure à ce qu’elle peut encaisser.

Et forcément, vu combien je la néglige… elle n’encaisse pas grand chose.

Mais c’est pas grave, parce que je capitalise beaucoup sur mes acquis, mes accomplissements, mes réalisations… Ça compte, bien sûr ! Mais c’est aussi pour ça que tant de blessures passent au travers : il me manque une protection plus proche de moi.

Il me manque les frontières de ma zone de respect. Mais je ne peux pas les définir si je ne commence pas par me faire confiance. Je ne peux pas demander aux autres de respecter une frontière que moi-même, je ne respecte pas.

Alors oui, je peux apprendre à dire « non », arrêter de m’excuser, me demander si « ça va », et plein d’autres exercices à transformer en habitudes. Je peux.

Ce que je dois faire, surtout, c’est ne plus perdre de vue pourquoi je cherche à changer tout ça chez moi : pour me faire confiance, pour faire preuve envers moi-même, du respect que je mérite, et que j’aimerais que les autres m’accordent aussi.

Charité bien ordonnée commence par soi-même, il paraît. Alors allons-y. Me faire confiance, c’est le premier pas à faire dans ma nouvelle vie.

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.


Tous ses articles

Commentaires
  • Agathe_5doigts
    Agathe_5doigts, Le 7 septembre 2017 à 14h45

    Bonjour, ton article "Te repose pas sur tes acquis, cours après les progrès " est très inspirant ! Si le minimaliste t'intéresse davantage n'hésite pas à aller faire un tour sur notre boutique https://5doigts.fr/ ! Tu trouveras une multitude de chaussures minimalistes pour débuter ta transition ! Si tu as des questions tu peux nous contacter via les réseaux sociaux (pseudonyme : 5doigts) ! En espérant suivre tes prochaines aventures minimalistes !
    Le Team 5doigts :taquin:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!