Mes petits seins, j’espère qu’un jour je vous trouverai beaux

Dans le Corps à cœur Cœur à corps de cette semaine, Julie confie qu'elle n'aime pas ses petits seins. Mais elle raconte comment le regard de la personne qu'elle aime lui apprend doucement à les accepter et à les aimer.

Coucou toi !

Corps à coeur Coeur à corps revient cette semaine avec le témoignage de Julie. Elle parle de ses seins et à quel point il a été difficile pour elle de les montrer à son copain notamment.

Corps à cœur, cœur à corps

Si tu n’as pas suivi, il s’agit d’une série de témoignages illustrés, mettant en avant des personnes qui ont décidé d’avoir un regard plus positif vis-à-vis de leurs complexes physiques.

Il ne s’agit pas de se sentir bien À TOUT PRIX (ça suffit les injonctions, oh !) ou de dire qu’il y a des complexes plus importants que d’autres, mais d’observer les chemins que prennent différentes personnes pour se sentir plus en paix avec elles-mêmes.

Tous les corps sont différents, ça te dit de les célébrer avec moi chaque semaine ?

Les illustrations sont faites par mes petites mains et à partir de photos envoyées en même temps que le texte. J’en reçois plusieurs et je choisis celle qui m’inspire le plus.

Donc, sans plus attendre, le témoignage de cette semaine.

Julie, 26 ans, vous parle de son rapport à ses seins

Je déteste mes seins…
brutal comme début mais c’est vrai
je les déteste.

Déjà que mes seins sont arrivés tard,
mais en plus ces enfoirés sont arrivés
tout déformés et petits…

Dans ma famille, mes soeurs ont toutes des seins
magnifiques, ma mère également.
Bien rond, les tétons bien fermes qui pointent
vers le ciel. Des seins, une fois pris en main,
tu les sens quoi…

Et moi je me tape ces petits machins
en forme de cône de route, avec l’auréole
énorme et le téton invisible.
Rien que d’avoir dû les prendre photos
m’a fait du mal, j’en ai pleuré…

Quand je les regardais dans le miroir je me disais
allez un petit effort, après tout les seins
chez une fille, ça pousse jusqu’à l’âge de 26 ans.
Théorie de ma mère, aucune idée si c’est vrai
ou si c’est scientifiquement prouvée.

J’ai 26 ans… et des seins d’une enfant de 14 ans.

Alors je camoufle avec du double push up,
histoire que même si la taille reste plutôt petite,
j’ai au moins une joli forme de décolleté.

Je me disais que je les ferais refaire.
C’est pas grave changeons un peu la nature.

Relax, à l’heure d’aujourd’hui ils sont là,
mais je m’en occupe moins.

Quelqu’un d’autre le fait pour moi.
Tu sais, la personne qui, quand elle te voit nue,
te dévore des yeux de haut en bas.

Mon chéri est le seul qui ait vu mes seins…
Oui, après 3 ans de vie commune,
le coït avec le soutien-gorge, c’est louche.
Ce fut pour moi la pire des épreuves.

Je m’attendais à ce qu’il bloque dessus,
limite me jette au sol, me balance
mon soutien-gorge à la figure et me dise de partir.
Mais il les a attrapés, les a portés à ses lèvres
et nous avons continué plusieurs fois.

Je voulais les cacher avec mes mains, draps,
n’importe quoi du moment qu’une fois l’acte fini,
pouf ils disparaissent.

Mais il me l’interdisait. Il ne comprenait pas :
« je les trouve beaux, moi, tes seins… »

Waouh.
Petit choc quand même.

Toute mon adolescence j’ai entendu mes soeurs
me dire : « t’inquiète pas ils vont grossir
et au pire, c’est pas grave,
tu peux les faire refaire ».

Et là, le mec, il me sort qu’ils sont beaux…
comme ça, sans changement, sans artifice.
Maintenant je les aime peut-être un peu
plus qu’avant. J’essaie de les mettre en valeur
avec de la lingerie à la bonne taille.

Je peux enfin me promener totalement nue
devant mon homme.
Un jour, j’arriverai à me faire
bronzer topless sur la plage…

Un jour, pas maintenant.
En tout cas j’y crois.

J’ai également demandé à Julie de faire un retour sur cette expérience : témoigner et voir son corps illustré, ça fait quoi, qu’a-t-elle ressenti ?

Tout d’abord ton illustration
est magnifique. J’ai vraiment eu
du mal à reconnaître mes seins. Waouh.

Qu’est ce qui m’a fait participer
à cette expérience ? Ce sont les premiers
témoignages et notamment celui de Mymy
dont je suis une fan girl absolue.

« Connaissant » Mymy
(je veux dire dans ses vidéo, Vlog et autres articles)
je ne pensais pas qu’une personne comme elle,
avec autant de force, de caractère,
pouvait avoir eu un complexe comme le mien.
Ça m’a énormément touchée de lire
son ressenti, j’avoue m’être un peu
identifiée à elle.

(MERCI MYMY JE T’AIME D’AMOUR CONTINUE POUR TOUJOURS TES ARTICLE QUI FONT DU BIEN À MON PETIT COEUR ET QUI ME DONNENT CHAQUE JOUR LE COURAGE DE DONNER MON AVIS.)

Comment je l’ai ressenti ?
Je t’avoue que j’ai passé 2 jours
à réfléchir, à cogiter.
J’ai eu le même complexe qu’une autre
personne, je m’étais identifiée à elle…

Ce projet je le trouve beau et j’aime la diversité
des images que l’on voit. Il nous redonne
le sourire parce que HELLO ! on est tous différents
putain. Ces témoignages nous bouleversent,
j’ai été chamboulée par ce projet, j’ai ressenti
une foule d’émotions, d’abord la peur de me lancer.
« Et si ce que j’avait à dire n’intéressait pas ? »
« Et tu te rends compte, prendre tes seins
en photo et les envoyer pour qu’ils soient publiés
mais WHAT ? »

Ensuite de la fierté, j’ai fait quelque chose
de bien pour moi et peut être pour
une autre personne. Et enfin de l’admiration
quand je me suis découverte
sous les traits de tes dessins.

Depuis que j’ai vu ton dessin,
je suis fière de moi, de ce que j’ai réussi
à faire, moi qui étais incapable
d’enlever mon soutien-gorge sous mon pull
il y a encore 2 mois…

Bien sûr, que ton illustration me fait voir
mon corps différemment.
J’ai juste l’impression que ce n’est pas
mon corps, comme si c’était le dessin
d’une BD et vraiment je peux dire que
je trouve ce corps beau.

J’ai encore du mal à me dire que
ça m’appartient, que c’est mon corps.
Ça reste compliqué de s’accepter.
Mais petits pas par petits pas, on y arrive.

Après tout, j’ai acheté pour la première fois
deux soutien-gorges sans armature sans push-up.
C’est quand même une grosse avancée
pour moi. J’ai hâte de les porter car
quand je les mets,
je trouve mes seins très beaux.

J’espère un jour pouvoir me regarder
dans le miroir et voir mes seins
de la même façon que j’ai regardé
cette illustration.

À lire aussi : Pourquoi mes amitiés féminines sont précieuses, alors que je les ai longtemps rejetées

Comment participer ?

Toi, oui, toi qui as lu avec attention. Toi qui as envie de dire à ton corps que tu veux enterrer la hache de guerre. Que même s’il y a des jours avec et des jours sans, ça serait déjà un premier pas de partager ton expérience.

Bienvenue dans Corps à cœur Cœur à corps !

Concrètement, si tu veux participer, qu’est ce que je te demande ?

Le témoignage sera en 2 parties : un texte et une illustration.

  • Le texte, c’est toi qui l’écris : tu m’expliques ton rapport à ce(s) complexe(s), pourquoi tu as envie de changer de regard dessus, comment tu t’y prends…
  • Pour l’illustration, j’ai besoin de 5 photos de cette partie de ton corps et/ou de ton corps en entier.

Tu peux les prendre seul·e ou avec un·e proche; l’essentiel est que ça soit ton regard avant de devenir le mien. Ça peut être un exercice difficile, j’en ai conscience, donc je laisse le plus de liberté possible ! Mise en scène, spontanéité… c’est toi qui vois.

Je choisis la photo qui m’inspire le plus et j’en fais une illustration.

Envoie-moi ça à lea.castor[at]madmoizelle.com avec « Corps à cœur Cœur à corps » en objet du mail !

Pour suivre Léa Castor, rendez vous sur Instagram et Facebook !

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Léa Castor

Graphiste et illustratrice Castor voyageuse, j'ai décidé de poser mon sac-à-dos et ma palette d'aquarelle dans la madmoiZelle family pour un moment.

Tous ses articles

Commentaires
  • Kmarlou
    Kmarlou, Le 25 avril 2018 à 1h37

    Spoiler: Je ne suis pas la seule!?
    En dehors de ça j'ai de la chance d'apprécier mes seins et je n'accepte pas qu'on en parle mal. Petits n'est pas péjoratif (je reprends toujours mon mec s'il osé me dire "C'est pas grave si t'as des petits seins", le fait de dire ce n'est pas grave implique que c'est négatif "Mais pas grave", donc non il n'a pas le droit de le dire.
    Et y a que moi qui ait le droit de rire de mes petits bouts de corps ... !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!