« Fermez-la ! », un cri de colère et d’impuissance

Les attentats du 13 novembre ont bouleversé les Français•es : c'est un traumatisme que chacun•e d’entre nous vit différemment, à sa façon. Pour certain•es, c’est la colère.

« Fermez-la ! », un cri de colère et d’impuissance

J’arrive pas à être triste, parce que je suis trop en colère. Je vois passer tant de messages, de statuts Facebook et de tweets qui me mettent en colère. Je n’en veux pas à leurs auteurs, parce que je sais au fond de moi que chacun exprime et expie le traumatisme de ces attentats à sa façon à lui.

À lire aussi : Les attentats du 13 novembre et l’après, vus par Internet

Je suis en colère, et ce n’est pas contre eux. C’est contre ceux qui entraînent des jeunes à tuer, à se tuer en tuant d’autres jeunes. C’est contre ceux qui tuent. Mais ceux-là, ils sont loin de moi. Je ne les ai pas sous les yeux, au quotidien.

À lire aussi : La stratégie de Daech décryptée — Je veux comprendre (màj)

Sous les yeux, j’ai les tentatives de rationalisation, d’explication, de dédramatisation, de récupération, mais aussi toutes les marques d’insouciance, d’inconscience, d’indécence, d’inconséquence. J’entends et je lis trop d’essais ratés d’humour, et pas assez de partage et d’amour. Pas assez pour dissoudre ma colère, en tout cas.

À lire aussi : madmoiZelle reste debout, avec vous, face à la peur

Fermez-la !, la colère cathartique de Mouloud et Faïza

Alors, quand j’ai lu Fermez-la !, ce texte vénère et cathartique co-signé Mouloud Achour et Faïza Zerouala, ça m’a fait du bien. C’est la première lecture qui m’a vraiment fait du bien depuis vendredi soir.

« Fermez-la les complotistes, fermez-la les déclinistes, les réacs, les identitaires, fermez-la les racistes, fermez-la les pourfendeurs de la banlieue, fermez-la les éditorialistes qui cachetonnent de plateaux télé en plateaux télé. […]

Fermez-la les pseudos-experts, fermez-la les « je vous l’avais bien dit », on ne doute pas de votre bonne foi, mais vous êtes des charognards. Fermez-la les humoristes ringards, on n’a pas le cœur à rire à vos blagues, parce qu’elles ne sont pas drôles. Vous êtes vieux. Fermez-la aussi les malins sur Twitter et Facebook.

Fermez-la avec vos statuts vengeurs, vos prophéties, vos brillantes analyses géopolitiques basées sur du vent et votre appétence pour le morbide qui vous pousse à poster des photos de cadavres ou des vidéos de terreur. »

clique-fermez-la

À lire aussi : Jamel Debbouze, français, musulman, patriote et croyant, réagit aux attentats contre Charlie Hebdo

Merci. Et j’ajouterais…

Fermez-la, les « oui, mais »

Fermez-la les « oui, mais », dont je vomissais déjà le relativisme venimeux en janvier, ceux qui trouvaient des explications en forme d’excuse, à l’inexplicable, l’inexcusable. Au meurtre aveugle et barbare.

Fermez-la les #JeNeSuisPasCharlie, comme si le lendemain d’un attentat était le moment opportun pour partager votre appréciation pour la caricature ou votre (in)compréhension de la satire politique. Fermez-la, sinon pour dire quoi ? #JeNeSuisPasEagleOfDeathMetal ? T’es pas représenté par le rock métal américain ? On n’avait « qu’à pas provoquer les fous furieux en les insultant », par notre vie de débauche, « d’abomination et de perversion » ?

17 morts en janvier. 132 morts en novembre. Plus de 300 blessé•es graves. Il vous en faut combien pour que la mesure de l’inacceptable fasse enfin plier ce « mais » ? À partir de combien de morts, la dimension du drame et de l’horreur dépasse votre besoin de rationalisation indécent et hors sujet ?

À lire aussi : Je suis Charlie Hebdo, le choc des images et la colère des mots

J’ai trop de colère pour supporter ça

Fermez-la, ceux qui dissertez sur la pertinence de brandir un drapeau français — peu ou prou les mêmes qui dissertiez sur la pertinence de brandir #JeSuisCharlie comme symbole de ralliement.

Fermez-la avec vos grands discours sur la politique étrangère française, et vos leçons de morales sur les vents que l’on sème.

À lire aussi : Cette photo de réfugié syrien mort restera dans l’Histoire, et l’indignité de la France aussi

Ça n’apporte rien. Ma colère non plus, elle n’apporte rien. Je sais. Mais il fallait qu’elle sorte. Ce n’est pas contre vous, c’est contre mon impuissance, et notre inertie collective.

À lire aussi : L’aide aux réfugiés, cible d’infos erronées et d’images truquées sur les réseaux sociaux

J’aurais pu l’écrire ce Fermez-la !, avec des mots plus durs encore. Si je vais pas faire la fête en terrasse, c’est parce que j’ai peur, moi aussi : j’ai peur de hurler « ferme-la » au prochain qui m’explique que « c’est tragique, mais ».

Mais j’ai trop de colère pour supporter tout ça.

À lire sur Clique
Fermez-la !, par Mouloud Achour et Faïza Zerouala

À lire aussi : Les attentats du 13 novembre, quand le quotidien vole en éclats

attentats-banner

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 39 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Elisabellissima
    Elisabellissima, Le 23 novembre 2015 à 17h51

    Moi je suis en colère contre plein de trucs. Dans le désordre:

    - les #PrayforParis: on a pas besoin de prières là les gars, donc laissez la religion ou elle est
    - ces quelques statuts FB à la con sur "l'ââââme française" et sur la prétendue "chrétienté" de la France: encore une fois ça n'a rien à voire avec la choucroute. Allez hop, avec les prieurs pour Paris!
    - Les tentatives de récupération politique à la noix ou ce connard de Sarko et son "oui mais y'a pas assez de policiers blablabla": qui c'est qui a coupé dans le budget?!
    - Ces relents islamophobes/antisémites/xénophobes dignes d'un régime de Vichy
    - Ces connards qui acclament Poutine et son action sans penser UNE SEULE SECONDE qu'il y a peut être un peu de manipulation dans tout ça
    - mon voisin qui m'explique que bah, "ils se sont arrêté à Poitiers maintenant ils veulent reprendre la France" (et avant j'aimais beaucoup mon voisin, mais là, je suis en mode Facepalm)
    - certaines personnes de mon entourrage qui me disent "ouais LA c'est triste, mais pour Charlie, ils l'avaient bien cherché"
    Et enfin je suis SURTOUT en colère contre ces enflures de connards de merde qui ont tué 129 personnes innocentes au nom de leur incommensurable lâcheté et obscurantisme...

    Bisous et amour fleuri

Lire l'intégralité des 39 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)