Pourquoi parle-t-on de « cliffhanger » dans les séries ?

Par  |  | Aucun Commentaire

Le cliffhanger, comme le spoil ou le suspense, fait partie des termes entrés dans le vocabulaire des cinéphiles et sériephiles. Mais d'où ça vient au juste ?

Pourquoi parle-t-on de « cliffhanger » dans les séries ?

« Tu verras y a un cliffhanger de malade dans le season finale de Game of Thrones… »

Si toi aussi t’as déjà dit ça, tape dans tes mains ! Et si on en profitait pour expliquer d’où vient le fameux cliffhanger ?

Pour les moins anglophones d’entre nous, ce mot signifie littéralement « un type accroché à une falaise », mais surtout il veut dire qu’on termine un épisode ou une scène avec un suspense de malade qui donne envie de t’injecter la suite de l’histoire directement dans le cerveau

orange-is-the-new-black-crazy-eyes

Eh bien figurez-vous, mes petits écureuils curieux, que ce mot a une origine qui remonte à loin, et qui pète plutôt la classe si j’ose dire.

Le cliffhanger, un terme qui a de la bouteille

S’il existe un long-métrage du même nom avec ce bon Sylvester et qui date de 1993, l’utilisation du terme cliffhanger pour les films et séries remonte à bien plus longtemps et a fait son apparition vers les années 1930, pour parler des serials.

Les serials, comme nous l’apprend l’ami Wikipédia, sont des sortes de films à petit budget de l’époque, destinés à paraître au cinéma sous forme de feuilleton. Autrement dit, un épisode chaque semaine mais au cinoche… Mon rêve pour Game of Thrones (mais en moins cher que le prix d’un billet de ciné, merci d’avance) !

Sauf qu’en réalité, ces épisodes n’étaient qu’une sorte de première partie au film à gros budget que les spectateurs venaient voir, un peu comme les courts-métrages Pixar !

Or, pour inciter les spectateurs à revenir au cinéma d’une semaine sur l’autre, ces épisodes de feuilleton se terminaient très souvent sur… roulement de tambours… suspense insoutenable… un cliffhanger, oui.

Fort bien, mais tout ceci ne nous dit pas qui a eu l’idée le preum’s d’utiliser ce terme. Eh bien, pour tout dire, on attribue son origine à un auteur britannique, Thomas Hardy.

Le nom du bougre ne te dit peut-être rien, mais il s’agit d’un auteur classique connu outre-Manche, et qui a notamment écrit Tess D’Urbervilles (adapté plusieurs fois à l’écran). Dans son roman A pair of blue eyes, un personnage se retrouve dangereusement suspendu à une falaise, mais est finalement sauvé in-extremis. Voilà pourquoi !

D’autres questions — comme pourquoi les universités françaises proposent si peu de cursus en langue étrangère ? D’autres réponses avec la rubrique Pourquoi la vie d’adulte.

Pourquoi ?

Dans la vie d’adulte, il y a des trucs où tu te dis fuck la logique ou qui sont juste vraiment pas clairs… Avec ce nouveau format d’article, le but c’est d’y répondre. Une question, un article.

Si tu as un pourquoi qui te trotte dans la tête, n’hésite pas à poser ta question en commentaire ou dans le topic Vie d’Adulte dédié.

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Chloé P.


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!