Je veux comprendre le « toutes les civilisations ne se valent pas »

C'est le petit buzz politique du week-end : Claude Guéant a affirmé que « toutes les civilisations ne se valent pas », crée le ramdam, et persiste et signe. Retour sur ce qui a tout l'air d'être une stratégie médiatique bien pensée, à la veille de la présidentielle. 

Je veux comprendre le « toutes les civilisations ne se valent pas »

Elles révèlent progressivement le positionnement du futur candidat à la présidentielle 2012 : les petites sorties de Claude Guéant sont annonciatrices de la stratégie politique à venir de Nicolas Sarkozy. Revenons sur ce qui a d’abord eu des allures de polémique, puis de tactique politique.

Une phrase choc au colloque de l’UNI samedi

Au commencement, un colloque « Vaincre pour la France » samedi. Le ministre de l’Intérieur vient y tenir un discours sur les « valeurs » autour de ses (désormais) thèmes de prédilection : l’immigration et la sécurité.  Devant le syndicat étudiant UNI (classé à la droite de l’UMP), Gérard Longuet et Laurent Wauquiez défileront aussi.

Comme chaque année, c’est la salle Victor Hugo de l’Assemblée qui a été réservée pour l’UNI par les députés de la majorité. La réunion est soumise à la discrétion, mais certains militants de l’UNI vont déroger à la règle du huit-clos en rapportant la petite phrase polémique sur Twitter.

Ainsi, Tristan Maupoil, étudiant en journalisme et ancien militant UMP, affirmera sur le réseau de micro-blogging :

(À lire de bas en haut)

Retweetée et commentée de toute part, l’information ne perdra pas de temps à faire le tour du web.

Louis de Raguenel, chargé de la veille Internet au cabinet du ministre, s’empresse alors de paraphraser la citation, précisant qu’elle n’avait d’autre but que celui de « condamner celles [les civilisations et les cultures] qui ne respectent pas la liberté de conscience, d’expression et l’égalité hommes/femmes » :

Trop tard. Nombreux sont déjà les sites à relayer l’information au conditionnel. Plus tard, elle sera même tout simplement confirmée par l’AFP.

Entre temps, tous les regards se sont tournés vers Claude Guéant : cette sortie polémique était-elle une bourde ou une phrase assumée ?

Claude Guéant persiste et signe sur RTL

Invité sur RTL le lendemain, le ministre de l’Intérieur confirme ses propos controversés.

Il répète :

« Toutes les civilisations, toutes les pratiques, toutes les cultures, au regard de nos principes républicains, ne se valent pas »

Bien que ne visant « aucune culture en particulier », Claude Guéant choisit deux interprétations de sa sortie se rapportant à l’Islam :

« Se pose la question de l’interdiction du voile intégral à l’Assemblée nationale. Eh bien, la majorité vote l’interdiction du voile intégral et le Parti socialiste ne participe pas au vote »

« Pour nous, tout ne se vaut pas », ponctue t-il enfin avant de s’exclamer :

« Est-ce que le parti socialiste trouve qu’une civilisation qui asservit la femme, qui bafoue les libertés individuelles et politiques, qui permet la tyrannie est une civilisation qui a la même valeur que la nôtre ? Qu’ils répondent ! »

Cette exhortation à réagir faisait notamment suite au tweet de Harlem Désir, numéro 2 du PS, dans la journée de samedi :

Un dérapage volontaire ?

Claude Guéant est un habitué des controverses. Le ministre de l’Intérieur fait souvent office de visage de la droitisation de l’UMP. En mars dernier, Marine Le Pen avait d’ailleurs « fait faire une carte d’adhérent de prestige » à Claude Guéant, une carte qu’il « mérite » après ses propos sur l’immigration.

« Comme il y a un début à tout, et que ça part d’une bonne intention (la déclaration du ministre, ndlr), j’ai fait faire à M. Guéant sa carte d’adhérent de prestige. Il mérite d’être adhérent d’honneur et de prestige du FN », avait ironisé la candidate FN.

Plus tard, en avril, Claude Guéant affirmait que l’augmentation du nombre de fidèles musulmans posait « problème ». Fin mai, que « les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés ».  

Aujourd’hui, cette nouvelle polémique à moins de 3 mois du premier tour de la Présidentielle intervient alors que tous les sondages donnent Nicolas Sarkozy perdant face à son rival PS François Hollande et que « le spectre du FN » est médiatiquement omniprésent. Dans ce contexte, quelle stratégie adopter à l’UMP ? Resserrer les rangs et aller piocher du côté de la rhétorique FN.

En effet, tout se passe comme si le discours de Claude Guéant s’était progressivement entiché du jargon FN : « les Français ont parfois l’impression de ne plus être chez eux » (15 mars 2011), la « croisade » en Libye, plus récemment, la circulaire Guéant (cf notre reportage), etc.

À 3 mois du premier tour, rien n’est laissé au hasard

« C’est un geste prémédité, volontaire, conscient (…) et qui a été sûrement couvert par l’Elysée. Il serait bon que M. Sarkozy s’en désolidarise (…) mais il ne le fera pas parce qu’il est en campagne » a déclaré sur LCI Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande.

Un point de vue que partage également Michel Sapin, chargé du projet présidentiel du candidat socialiste :

« On aurait pu penser que c’était le reflet d’un manque de culture. Mais c’est le reflet de la volonté de Nicolas Sarkozy de toujours opposer une catégorie de Français à une autre, de toujours stigmatiser une religion (…), de diviser la Nation quand il faudrait la rassembler », a-t-il déclaré sur Europe 1, évoquant « une forme de xénophobie ».

La stratégie

Elle est simple et passe par plusieurs étapes. Imaginez être Claude Guéant.

1. Vous lâchez des propos polémiques au premier abord. Ils sont une énormité idéologique et provoquent le débat.

2. Dans un premier temps, ces propos ont pour premier effet l’instinct grégaire : certains se rangeront dans votre camp, d’autres fulmineront contre vous. Résultat : vous bipolarisez le débat (pratique, à la veille de la présidentielle).

3. Pour calmer le jeu, vous rattrapez vos propos (qui de fait, sont « choquants » mais « rattrapables »). Ainsi, vous rétorquez d’abord que la citation a été sortie de son contexte (premier élément de défense).

4. Puis vous ajoutez que par « toutes les civilisations ne se valent pas », vous entendiez surtout que vous avez une préférence pour «  celle qui défend les droits de l’Homme, l’égalité des sexes, l’humanisme ». Soit exactement ce que défend la gauche.

5. Ahh, une partie de la foule se calme un peu. Dans le même temps, vous en profitez pour tâcler le PS et rappeler que la gauche n’a pas participé au vote de l’interdiction du voile intégral.

6. Vous avez reboosté vos troupes, braqué le faisceau médiatique sur vous, bipolarisé le débat à quelques mois de la présidentielle et rappelé que la gauche est molle.

Selon Thomas Legrand, journaliste politique sur France Inter, bourde ou sortie réfléchie, le plus important est de savoir que Claude Guéant persiste et signe. Une telle stratégie, vieille comme la démocratie, marche parce qu’elle est lourde.

Pour conclure, je citerai donc Monsieur Legrand…

« L’outrance nourrit l’outrance et chaque camp se regroupe. Le débat sur l’identité nationale est l’un des plus beaux ratages politiques du quinquennat. Le Président y a perdu les modérés sans retrouver la droite dure qui préfère Marine Le Pen. Nicolas Sarkozy en convient d’ailleurs puisqu’il regrette le discours de Grenoble. Et pourtant Claude Guéant réutilise cette méthode ! Accuser la gauche de « communautarisme » au moment où, justement elle est représentée par Jean-Luc Mélenchon, intraitable sur les religions et François Hollande qui développe un discours républicain strict et assumé, c’est aussi fin que de traiter Nicolas Sarkozy de Daladier après l’accord avec Angela Merkel. En fait, on utilise cette stratégie quand il faut réunir le cœur du cœur de son propre camp. Ça en dit long sur l’état de la droite à 80 jours du scrutin ! »

… et vous laisse avec Didier Porte :

Edit de fin d’après-midi :
Lors des questions au gouvernement, Serge Letchimy (député apparenté socialiste de Martinique) a interpellé vivement le ministre de l’Intérieur sur ses propos sur la « valeur des civilisation ». Il a évoqué les camps de concentration. Le gouvernement a quitté l’hémicycle. Voir la vidéo ici.

— Source : Le Monde, France Inter.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 33 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Irina-
    Irina-, Le 11 février 2012 à 2h44

    Personnellement, je pense que la phrase de Guérand est super mal tournée.
    A mon sens, il voulait dire que la démocratie est un régime où les hommes et les femmes sont égaux vis à vis de la loi et que c'était un régime "meilleur" par rapport à ceux qui briment la femme.
    J'ai vu les propos de Nicolas Sarkozy sur la 2 à la fin du journal et j'ai trouvé ses propos justes. Il a bien remis dans le contexte les paroles que son ministre avait dit. Je l'ai compris comme ça cette phrase.
    Après je n'en sais pas plus donc je ne peux pas porter un jugement propre.
    Moi, cette polémique me fait penser également à celle qui avait lieu lors de la reprise des fonctions de Rachida Dati deux jours après son accouchement.
    Les gens trouveront toujours une manière de polémiquer sur tout ...

Lire l'intégralité des 33 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)