Ces choses futiles qui me paraissaient indispensables quand j’étais ado

Pendant son adolescence, Naya désirait des choses qui lui paraissaient vitales... Même si elle ne les a jamais obtenues, elle est encore vivante aujourd'hui et peut en rire !

Ces choses futiles qui me paraissaient indispensables quand j’étais ado

Quand j’étais adolescente, il y avait des choses que je voulais plus que tout au monde, qui me paraissaient être des besoins essentiels, vitaux. Je désirais parfois certains trucs tellement fort que je priais, je faisais des danses de la pluie, j’invoquais les esprits pour que mes rêves se réalisent !

À lire aussi : Vos rêves d’enfants VS votre vie « d’adulte » — Témoignages

Je n’aurais jamais imaginé qu’en y repensant dix ans plus tard, je finirais pas rire de l’adolescente naïve mais pleine d’espoir que j’étais…

Jouer dans une série Disney Channel

Disney Channel est une secte qui contrôle le cerveau des ados, c’est connu. C’est justement parce que mon esprit avait était souillé par ces suppôts de Satan cette chaîne tout à fait extraordinaire que je voulais absolument être l’héroïne de l’une des séries les plus en vogue du début des années 2000.

À lire aussi : Les stars des années 2000, que sont-elles devenues ?

Disney Channel a été un tremplin pour de nombreux jeunes chanteurs et comédiens. Lorsque j’étais adolescente, je regardais des séries comme Phénomène Raven ou Lizzie McGuire, qui me filaient la pêche pour la journée et me donnaient des envies de conquête de l’univers.

Raven-danse

Mon objectif, pas à pas :

  1. Jouer dans une série Disney Channel (non, je n’avais pas de plan pour arriver jusqu’à cette étape)
  2. Montrer l’étendue de mes talents d’actrice et de chanteuse (je n’en ai aucun)
  3. Épouser Justin Timberlake.

Je levais les yeux au ciel et laissais échapper mon rire diabolique le plus sournois lorsque je pensais à mon projet ambitieux. Qu’on est finaud•e à la puberté…

Avoir de plus gros seins

Lorsque j’étais adolescente, la télé débordait de rediffusions d’Alerte à Malibu. La mode était clairement aux gros seins.

Je me souviens que mes copines de collège avaient toutes de la poitrine, et moi non, que dalle… Même observés au microscope, mes seins restaient tristement plats. 

sourire-enfer

Moi, je rêvais d’avoir les seins qu’on voyait à la télévision. J’avais l’impression de ressembler à une gamine de 13 ans, alors que j’en avais quatorze ! Vous vous rendez compte ? Du coup, je l’avoue, je suis passée par la période rembourrage au papier toilette qui donnait des seins triangulaires.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… avoir de petits seins

Et puis un beau jour, j’ai appris à m’en foutre, et à aimer ma petite poitrine… Qui a finalement poussé d’un coup. J’ai même fini par la trouver trop grosse ! 

Que Brandon de 3ème B soit amoureux de moi

Brandon de 3ème B était brun aux yeux bleus et portait un baggy qui laissait entrevoir son caleçon Calvin Klein acheté au marché.

Brandon en avait marre de cette société capitaliste, et il le disait haut et fort. Il était toujours le premier arrivé aux blocus (ça doit bien faire dix ans que je n’ai pas pensé à ce mot) organisés devant le collège pour empêcher une loi à laquelle je ne comprenais rien d’entrer en vigueur.

Brandon, il était beau et intelligent. Je savais exactement ce qu’il aimait manger à la cantine et quand j’étais assise pas loin de lui, j’entendais les chansons qu’il écoutait dans son MP3 à travers son casque (non, je ne suis pas folle).

beau gosse

Mais Brandon ne savait absolument pas qui j’étais et n’en avait rien à faire (parce que je n’avais pas de gros seins, SI ÇA SE TROUVE). Alors parfois, je rêvais qu’il m’adressait la parole, que je restais assise, avec lui et sa bande de babas cool, par terre devant le collège…

À lire aussi : Le crush du lycée : chronique d’un échec annoncé

Aujourd’hui, je ne sais pas ce que Brandon est devenu. Peut-être qu’il est vendeur de planches de surf en Californie, mannequin pour lingerie ou ministre de l’écologie ? Brandon, contacte-moi, je t’en prie !

Être une fille populaire

Au collège, j’étais la fille sage qui avait de bons résultats — jusqu’à faire ma crise d’adolescence tardive au lycée, mais c’est une autre histoire. Personne ne me calculait vraiment, mais ça n’était pas grave au fond : les livres étaient mes meilleurs amis.

À lire aussi : Trois personnages féminins de la littérature qui pourraient être mes meilleures potes

hermione-livres

Lorsque je croisais les filles populaires dans le couloir, que je les voyais rire avec leur bande d’ami•e•s, je me posais alors une question :

« Valait-il mieux être seul et intelligent, ou beau et très entouré ? »

À lire aussi : Ces trucs que j’ai fait pour devenir cool et populaire

Je n’ai finalement jamais été cette fille populaire, pas parce que je ne le voulais pas, mais plutôt parce que je n’aurais jamais pu l’être. Me retrouver souvent seule m’a aussi appris à être très débrouillarde et à me battre pour ce que je veux dans la vie !

Cela n’empêche que même aujourd’hui, parfois, je m’imagine reine du collège, star de Disney Channel aux gros seins et fiancée à Brandon de 3ème B (devenu le sosie de Justin Timberlake, bien entendu)… Et vous, quels sont vos rêves d’adolescence que vous trouvez ridicules aujourd’hui ?

À lire aussi : Ces conseils que je donnerais à l’adolescente que j’étais

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lune Z.
    Lune Z., Le 21 octobre 2015 à 11h30

    Quetzalcoalt
    On en avait un au collège, on l'appelait "Le Mâle". Qu'est-ce qu'on a du le faire flipper à lui lancer des regards de merlan frit à chaque récréation. (Non mais il était vraiment pas mal quand même, malgré le recul)
    J'avais une pote, "amoureuse" d'un rhéto quand on avait 14 ans, la seule chose qu'elle savait sur lui c'est qu'il aimait le skate.... On a passé 6 mois à hurler ce mot chaque fois qu'on passait près de lui... le pauvre.

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)