« #Chef », de et avec Jon Favreau, un feel-good movie qui donne faim

« Chef », un film signé Jon Favreau, qui tient également le rôle principal, sort aujourd'hui au cinéma. C'est un long-métrage plein de bonne humeur et de succulents sandwiches !

« #Chef », de et avec Jon Favreau, un feel-good movie qui donne faim

Jon Favreau, vous connaissez probablement son nom et son visage : il a réalisé, entre autres, les deux premiers Iron Man dans lesquels il incarne le chauffeur de Tony Stark, Hogan, et a joué dans de nombreuses séries télé aussi connues que Friends ou Les Soprano.

En salles aujourd’hui, des mois après sa sortie aux États-Unis, son nouveau long-métrage, #Chef est un film assez peu médiatisé en France qui vaut pourtant le détour : c’est un vrai petit feel-good movie à base de bouffe, la meilleure chose du monde, rappelons-le.

À lire aussi : Chroniques d’une fille qui aime (un peu) trop manger

Retrouvez dans l’article l’avis d’un blogueur culinaire sur #Chef !

http://youtu.be/JWJvbi6J7XE

Un seul tweet est posté et tout est bouleversé

Dans #Chef, Jon Favreau incarne donc un chef (mon Dieu quelle surprise), Carl Casper, quelque peu à l’étroit dans le menu immuable du restaurant huppé où il travaille. Le jour où il insulte sur Twitter un critique renommé qui n’a pas vraiment été subjugué par son dernier dîner, sa carrière se pète quelque peu la margoulette… et sa réputation aussi.

Carl décide de ne pas se laisser abattre et suit les conseils de son ex-femme, qui lui recommande depuis des années de tenter l’aventure food-truck pour être libre de cuisiner ce qu’il veut, où il veut. C’est l’occasion d’un road-trip d’une côte à l’autre des États-Unis… et celle, peut-être, de renouer avec son fils pré-adolescent, pour qui il a été un père aimant, mais trop souvent absent.

chef-jon-favreau

Gigot fondant, grilled cheese et Cubanos

Accompagné de son assistant Martin (incarné par John Leguizamo, qui jouait Tybalt dans Romeo + Juliet — je vous le dis comme ça vous ne passerez pas, comme moi, 45 minutes à vous demander où vous l’avez déjà vu) et de son fils, Carl se lance donc dans l’aventure food-truck en proposant des Cubanos, des sandwiches cubains (comme leur nom l’indique) toastés très populaires à Miami. Au fil des villes et des kilomètres, il enseigne à son fils l’importance d’une cuisine généreuse, du respect de la clientèle et de l’amour des produits frais, de qualité, à transformer comme on le veut.

Bon, ok… la morale de #Chef, c’est un peu celle de Gordon Ramsay, j’avoue.

À lire aussi : Cauchemar en Cuisine avec Gordon Ramsay, c’est fini

Il ne faut surtout pas aller voir ce film le ventre vide : il regorge de gros plans qui font saliver, sur un gigot fondant à souhait, sur du fromage qui fait des bulles et des fils, sur du pain qui grille tranquillement sous son épaisse couche de beurre, sur un plat fumant de spaghettis à l’huile d’olive… Prévoyez un bon restau juste après, parce que sortir de #Chef et manger des nouilles à l’eau, c’est vraiment triste.

chef-miom-miom

Décès instantané par auto-digestion

L’avis d’un blogueur culinaire :

Sur le papier, j’étais pas vraiment emballé pour voir ce film : après Cowboys et Envahisseurs, Jon Favreau a perdu toute mon estime, mais étant ouvert d’esprit (enfin je crois) je me suis dit : « Tant pis, au pire ce sera un gros navet et je serai plus pauvre de 9€ ».

Eh bien grosse surprise ! J’ai découvert un acteur/réalisateur qui aime vraiment la bouffe et qui sait le faire ressentir. C’est simple : j’avais mangé avant d’aller au ciné, et j’avais encore plus la dalle en sortant ! Mes yeux et mes oreilles ont acquis une liaison directe vers mon estomac, provoquant en moi une indéniable envie de manger (que j’ai finalement comblée en m’enfilant une bouteille de vin : attention, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé). Tout y est, du « take away » traditionnel aux États-Unis à la cuisine française, en passant par la cuisine sud-américaine ! Ça crépite, ça dore et ça croustille, tout cela sur des airs endiablés de musique cubaine et de rock qui tache.

Les trois grosses têtes d’affiches sont cantonnées à des deuxièmes voire troisièmes rôles, ce qui permet de donner une dimension moins commerciale à ce road movie qui aborde des sujets parlant à la fois à tous les blogueurs, comme la réputation et la communication sur le Web (et leurs impacts sur la vie réelle), et aux personnes qui se questionnent sur le choix de changer de carrière professionnelle pour se lancer pleinement dans l’aventure culinaire, avec les bons et les mauvais côtés du métier.

Bref , #Chef est un vrai bon moment pour tout amateur de cuisine, de musique cubaine et de jolis panoramas…

S’il ne fallait retenir qu’une phrase de ce film, je choisirais celle-ci : « J’arrive à toucher la vie des gens en cuisinant, c’est ce qui me fait avancer et j’adore ça ! ».

Retrouvez Robin sur son blog, Saveurs Gustatives, ainsi que sur sa page Facebook !

Un feel-good movie sans prétention pour passer un bon moment

#Chef n’est pas le film de l’année, probablement même pas celui du mois (dur de lutter face à Gone Girl) : c’est la promesse d’un moment agréable, de deux petites heures de légèreté et d’hommage à la bonne chère.

Dommage tout de même que le casting soit si masculin… On n’y trouve que deux femmes : l’ex-épouse de Carl, Inez, incarnée par Sofia Vergara, et la manager du restaurant qu’il quitte, Molly, incarnée par Scarlett Johansson, qui disparaît assez rapidement de l’intrigue. Même si j’aime Tybalt John Leguizamo de tout mon coeur, on peut aisément imaginer une femme dans son rôle, au volant du food-truck !

sofia-vergara-chef

À lire aussi : Comment le féminisme a changé mon rapport à la pop culture

En conclusion, si vous aimez bien manger, rire un peu, et passer un bon moment au cinéma sans trop vous torturer les méninges, allez voir #Chef : seul•e, entre ami•e•s ou en famille, il convient à tout le monde !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mymy
    Mymy, Le 30 octobre 2014 à 11h07

    Zute
    Je ne voudrais pas être négative, mais la première chose que j'ai pensé en regardant la bande-annonce c'est que ce film ne passait probablement pas le Bechdel, On n'y voit comme personnage féminin que Scarlett Johanson, qui n'a droit qu'à deux mots et quelques plans où elle est jolie et ne dit rien. ça a tendance à beaucoup m'énerver et ne pas du tout me donner envie de voir le film que de la voir si seule et mal traitée... désolée, parce que sinon ça a l'air marrant (ce qui ne suffit pas) et que j'aime bien Bobby Cannavale et Scarlett Johanson. Alors j’ose vraiment espérer que la bande-annonce n'est pas représentative du film sur ce point de vue, même si la fin de ton article a tendance à m'en faire douter.
    En effet il ne passe pas du tout le Bechdel puisque les deux personnages féminins (Scarlett Johansson qui est un genre de « maître d'hôtel » dans le restau que quitte le héros, et Sofia Vergara qui joue son ex-femme) ne sont jamais en contact. Le personnage de l'ex-femme est un peu plus développé mais c'est clairement un film « de mecs », les personnages principaux sont tous des hommes malheureusement (comme je le dis en fin d'article on aurait pu imaginer que le personnage secondaire qui accompagne le héros dans le food truck soit une femme, ça n'aurait rien changé au scénario)...

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)