La prochaine couv’ de Charlie Hebdo : L’amour plus fort que la haine

Après la polémique Charia Hebdo, le journal dit satirique revient cette semaine avec une autre couv' qui risque de faire parler d'elle : un musulman et un journaliste s'y embrassent goulûment.

La semaine dernière, les bureaux de Charlie Hebdo avaient été victimes d’un incendie criminel. Les cocktails molotov lancés sur la façade de la rédaction sont vraisemblablement consécutifs à l’annonce de la Une Charia Hebdo (elle avait été mise en ligne sur Internet avant la sortie papier), puisque « sur Twitter, sur Facebook, [Charlie Hebdo] avait [déjà] reçu pas mal de lettres de protestation, de menaces, d’insultes« , confiait Patrick Pelloux, médecin urgentiste qui tient aussi une chronique dans le canard.

L’événement a valu à la rédaction un certain lot de soutiens de la part de nombreuses personnalités politiques. Mais dans les colonnes du quotidien belge Le Soir, Luz (ndlr, le dessinateur de Charlie Hebdo) avait relativisé :

« La première impression, c’est de se dire que, puisque le site a été hacké au même moment, c’est forcément l’œuvre des islamophobes. Après, il faut aussi se demander à qui profite le crime ! »

Charb, le directeur de la publication de Charlie Hebdo, sa couv' et les décombres

Depuis, Charlie Hebdo a répété se méfier de la récupération politique, notamment celle d’extrême-droite. En effet, l’équipe de campagne de Marine Le Pen avait imméditament déclaré qu’il était temps que « les pouvoirs publics régissent fermement à cette nouvelle forme de ‘terrorisme' ».

Entre temps, la couv’ du prochain Charlie Hebdo (ndlr, dont la rédaction travaille dans les locaux de Libération, venu en soutien à ses collègues mis à la rue) a été rendue publique.

Cette fois, un musulman y est représenté, embrassant avec appétit un journaliste de Charlie Hebdo, sur fond de décombres.

Dimanche, en arrivant sur le parvis de l’Hotel de Ville à l’occasion d’un rassemblement de soutien à Charlie Hebdo, le directeur de la publication Charb avait embrassé un homme après avoir lancé : « puisqu’on me traite d’homosexuel ! ». La dernière couv’, en plus de « répondre à la haine par l’amour »(cf. la titraille), cherche aussi à briser le tabou de l’homosexualité.

En savoir plus :

Un intéressant billet sur l’expression « droit au blasphème » utilisé à mauvais escient dans l’affaire Charia Hebdo
Shoah Hebdo, un « détournement inspiré de Dieudonné », par Joe LeCorbeau
– « Charlie Hebdo » incendié : gare au procès général des musulmans français, un billet de Fadila Méhal publié sur Le Plus, présidente de l’association Les Mariannes de la diversité

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 31 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Rocky ducky
    Rocky ducky, Le 11 novembre 2011 à 15h07

    Apollinouchka;2688670
    Ce qui me choque personnellement dans cette affaire c'est que même s'ils sont dans leur droit grâce à la liberté d'expression, Charlie Hebdo sais très bien qu'il choque la communauté musulmane. L'attentat dont ils sont la cible est bien sur regrettable mais ils devraient en tirer les conclusions évidentes qu'ils sont allés trop loin. Qu'ils ne s'excusent même pas, ok on connait leur délicatesse, on allait pas espérer ca. Mais qu'ils récidivent et redoublent, c'est carrément de la provocation envers les musulmans qui, rappelons le, ne sont déjà pas épargnés par les médias et l'intolérance ambiante dans la société et le monde politique.

    C'est quoi cette caricature ? On affiche le prophète, personnage sacré, d'une religion qui compte 5 à 6 millions de fidèles en France, dans une posture dégradante (bavant), contraire aux principes de la religion (homosexualité) et embrassant à pleine bouche une personne qui n'hésite pas à le tourner en ridicule. C'est une provocation directe particulièrement violente à la communauté musulmane et moi ca me scandalise.
    Sans compter que les décombres en arrière plan les accuse bien sur de l'attaque.
    Et alors on fait quoi? On ferme sa gueule et on classe l'affaire? Depuis quand les actes terroristes servent a "tirer des lecons" ? Autant sur ta premiere partie (qu'on ne peut pas tout mettre sur le meme pied par ex) je suis bien d'accord avec toi, mais pas sur tes dernieres lignes par contre. Ca a deja ete dit plus haut mais je suis choquee par le bafouement de la liberte de la presse, et par l'utilisation d'actes terroristes pour faire entendre une voix quelle qu'elle soit!

Lire l'intégralité des 31 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)