Les cerveaux hommes-femmes : différents ? Catherine Vidal répond pour Le Monde

La question des soi-disant différences entre le cerveau des hommes et ceux des femmes fait débat. La neurobiologiste Catherine Vidal a répondu clairement au Monde.

Peut-on deviner, en étudiant un cerveau, au représentant de quelle identité sexuelle il appartient ? Notre cerveau nous détermine-t-il ? Et plus largement, est-ce la nature seule ou la culture (et à quel point) qui nous donnent le sentiment d’appartenance à un genre ?

Pour Le Monde, Lucie Soullier a interviewé Catherine Vidal, neurobioligiste et directrice de Recherche à l’institut Pasteur. Elle a étudié la plasticité du cerveau et répond à toutes les questions de la journaliste à ce sujet, avec beaucoup de pédagogie. Développement cérébral, mais aussi existence ou pas de différences entre les cerveaux selon les sexes, existe-t-il une sorte de « déterminisme génétique et hormonal » et si oui, peut-on le contrer ou y sommes-nous complètement soumis-es ? Une interview des plus éclairantes sur un sujet qui passionne de nombreux chercheurs et chercheuses. Extrait :

« Des connexions s’établissent-elles de façon différente dans nos cerveaux en fonction de l’éducation plus ou moins « genrée » que l’on reçoit ? 

Tout influence nos cerveaux. Donc tout apprentissage va entraîner des modifications dans les connexions cérébrales. Mais attention, ce n’est pas parce que, petit, on a été élevé dans des normes sociales, avec des critères masculins et féminins, que l’on va adopter ces normes en grandissant. Le plus important à retenir dans cette plasticité cérébrale est que rien n’est jamais figé à tout jamais dans nos neurones. »

L’interview est à lire dans son intégralité sur Le Monde.fr !

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Sophie Riche

Eh, salut toi ! Avant, mon pseudo, c'était Sophie-Pierre Pernaut, mais comme c'était un peu long et que j'aime bien mon vrai nom, j'ai repris mon blaz. Mais bon, tu peux m'appeler Sophie-Pierre Pernaut ou Sophie-Pierre ou SPP ou même dauphin. C'est toi qui choisis. Sinon J'ai 25 ans jusqu'à ce que j'en ai 26, puis 27 et ainsi de suite jusqu'à ce que je meurs ; tu connais le principe.

Tous ses articles

Commentaires
  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 25 avril 2015 à 17h12

    C'est un vieux sujet mais quel plaisir de lire ça! Autant pour les théoristes du genre!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!