« Bad Moms » remet les idées reçues sur les mères à leur place

Bad Moms débarque sur les écrans ce mercredi 3 août et vous montre en quoi être mère n’est pas de tout repos, tout en faisant relativiser sur la notion de perfection dans ce rôle qui n'est pas le but à atteindre.

« Bad Moms » remet les idées reçues sur les mères à leur place

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Metropolitan.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

620-bad-moms

Attention, vos préjugés risquent d’en perdre un coup : ne vous fiez pas aux apparences, derrière ses airs de comédie potache, Bad Moms est LA comédie centrée sur des femmes à aller voir cet été (teasing : la fin de la séance m’a fait pleurer).

Les héroïnes de Bad Moms sont irrévérencieuses à souhait et vont vous donner envie d’oublier les conventions sociales un moment pour respirer un bon coup. madmoiZelle en est la fière partenaire, foncez le voir le 3 août au cinéma. Mais avant de vous en dire plus, bande-annonce :

Une solidarité maternelle qui fait plaisir

 

Marre d’essayer d’être la mère parfaite, la femme parfaite, l’employée parfaite, bref, d’être parfaite.

Dans le camp des mères modernes, on a Amy (Mila Kunis) qui bosse à temps partiel en théorie mais fait un temps plein en réalité, prépare tous les petits déjeuners de ses enfants et, en plus, doit s’occuper de son mari, un grand enfant.

Le jour où elle découvre que ce dernier la trompe avec une actrice de porncam, elle en a marre. Marre d’essayer d’être la mère parfaite, la femme parfaite, l’employée parfaite, bref, d’être parfaite. Elle décide de reprendre sa vie en main selon ses propres désirs.

bad-moms-critique2

Trouver un équilibre n’est pas évident, et le but du film n’est pas de déresponsabiliser les mamans, mais plutôt d’apporter une solution moins stressante. Vous n’avez pas à être parfaite comme vous l’impose la société.

À lire aussi : Ces conventions sociales qui me brisent les ovaires

Deux trios d’actrices qui ont la gnaque

Amy sympathise avec Kiki (Kristen Bell) et Carla (Kathryn Hahn) qui, elles aussi, ne remplissent pas tous les critères de la mère parfaite. Ça m’a un peu fait penser au trio des héroïnes de 9 to 5, une comédie classique avec Lily Tomlin, Jane Fonda (qui jouent ensemble dans Grace & Frankie en ce moment) et Dolly Parton qui campaient trois femmes de milieux différents devenant amies grâce à un point commun qu’elles partageaient.

Elles en ont marre du regard des autres aussi, et particulièrement des mères modèles à la tête de l’association parents-profs de McKinley (le trio Christina Applegate, Jada Pinkett-Smith et Annie Mumolo — et oui, j’ai pensé à Glee).

bad-moms-critique3

Les dynamiques entre les trios fonctionnement particulièrement bien. Entre les protagonistes qui balancent punchlines sur punchlines et leurs répliques hilarantes, les spectateur•trices s’esclafferont plus d’une fois, comme ça a été le cas dans la salle où j’étais. Le gros atout de Bad Moms consiste à accorder à ses personnages secondaires un temps de parole, il n’y en a pas que pour Amy.

En plus — et je le dis rarement —, les enfants sont géniaux dans Bad Moms. Entre l’actrice qui a le rôle de la fille d’Amy (Oona Laurence, vue dans Peter et Elliott le dragon) qui joue parfaitement la stressée de la vie et l’acteur qui incarne son fils (Emjay Anthony, vu dans Chef) — car oui, je ne vais pas retenir leurs noms non plus — qui est très naturel dans son jeu, la famille d’Amy est tout ce qu’il y a de plus dysfonctionnel.

À lire aussi : 3 idées de playlists pour gérer le stress

Un humour qui y va franco dans Bad Moms

Pour être honnête, je me suis toujours insurgée contre les comédies lourdes, ultra-vulgaires qui sont censées représenter la vraie vie. Désolée, mais je connais plein de gens qui ne jurent pas comme des charretiers (et encore, ce serait insulter les charretiers) !

big-meres-rebelles-redac

Est-ce que ça met mal à l’aise ? Est-ce que les personnages en font trop ? Est-ce que ça vire au vulgaire ? Eh bien, franchement, non.

Alors dans la bande-annonce, lors de la scène de branlette, j’ai vraiment été attentive : est-ce que ça met mal à l’aise ? Est-ce que les personnages en font trop ? Est-ce que ça vire au vulgaire ? Eh bien, franchement, non, j’ai pas trouvé. Okay, j’étais mal à l’aise pour Kiki et, comme elle, je n’aurais jamais remis ce sweat, mais la scène en elle-même était tout simplement drôle et très bien tournée.

Merci aux actrices et à leurs performances nickel.

À lire aussi : Les femmes, l’humour, la drague… et moi

Je craignais aussi qu’une autre scène soit too much, celle dont on voit quelques secondes également dans la bande-annonce, et qui se déroule dans un supermarché. Et grands dieux, elle est merveilleuse !

Scénaristiquement, ça tient la route, on s’amuse avec les trois héroïnes ! Certes, le long-métrage flirte parfois avec l’absurdité et utilise des ficelles faciles, mais c’est exactement ce qu’on attend d’une comédie estivale : rire sans se faire juger.

Bad Moms sort aujourd’hui, le mercredi 3 août, dans nos salles !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Katastroph
    Katastroph, Le 5 août 2016 à 18h06

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)