De la télé-réalité à la littérature : les autobiographies du néant

Comme le Conseil de Classe qui a lieu tous les trois mois, j’ai la tendance avérée à développer une nouvelle marotte à chaque trimestre. A la fin de mes études, alors que j’étais en plein questionnement existentiel (qui suis-je ? quel est mon destin ? l’être humain a-t-il réellement besoin d’une douche par jour ? […]

De la télé-réalité à la littérature : les autobiographies du néant

Comme le Conseil de Classe qui a lieu tous les trois mois, j’ai la tendance avérée à développer une nouvelle marotte à chaque trimestre. A la fin de mes études, alors que j’étais en plein questionnement existentiel (qui suis-je ? quel est mon destin ? l’être humain a-t-il réellement besoin d’une douche par jour ? bla bla bla), je passais mon temps à lire des biographies et des autobiographies, des plus glorieuses aux plus crasses, de Nathalie Sarraute à Loana, en passant par Marie-Antoinette et Johnny Cash.

C’est ainsi qu’un jour – probablement un de ces jours où le taux de mélatonine est bien trop élevé – je décidai de lire The Truth About Diamonds de Nicole Richie. Sainte Mère de Dieu, que n’avais-je pas fait là.

Depuis, je ne suis plus tout-à-fait la même, et permettez-moi de l’affirmer : ce roman à clés a été écrit par les fesses de Nicole Richie. Alors que je m’en remettais à peine, voilà qu’un deuxième roman signé Nicole « New-York Times Bestselling Author » Richie vient d’être publié. Selon ses dires, elle y aurait mis « tout son cœur et toute son âme dedans ».

Priceless, sortie prévue aux Etats-Unis le 28 septembre 2010

Qu’il s’agisse de Elle M’Appelait… Miette de Loana Petrucciani ou d’Au Jour Le Jour d’Emma Daumas, sans parler de la trilogie L.A. Candy de Lauren Conrad (héroïne de l’émission The Hills sur MTV) ou du futur roman de Laurent (curé de Secret Story saison 2), un nouveau genre voit le jour : l’autobiographie du néant. Plus insignifiant qu’un roman de plage, et fichtrement plus mauvais qu’un roman de gare, l’autobiographie du néant se repère très aisément :

  • Le nom de l’auteur de l’autobiographie du néant ne vous dit rien ? Ouf, le bandeau rouge est là pour nous rappeler son existence (« Chantale, demi-finaliste de Graine de Stars 1998 ») ! A noter que si le livre est directement présenté comme étant une biographie, vous avez plus de chances que ce soit bien écrit (tandis qu’il vous faudra feuilleter l’autobiographie pour en déduire, à la vue du style, si un nègre se cache oui ou non là-dessous).
  • La couverture au goût douteux montre l’auteur du néant l’air grave (s’il a eu une enfance difficile) / l’air sexy et mutin (s’il est sexy et mutin) / l’air heureux (s’il a des enfants, car peu importe le succès et l’argent quand on a des marmots)
  • Vendu à 17 euros au rayon livres du centre commercial Leclerc, vous le retrouvez, six mois plus tard, au fond d’une caisse « Méga Promo » à 1.99 euros.

Merci qui ? Vous l’avez échappé belle. Ce qui ne veut pas dire que je n’attends pas les mémoires de Shannen Doherty (Bad-Ass sort en novembre).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • EmmaBovary
    EmmaBovary, Le 13 août 2010 à 22h49

    Beez;1591594
    La vraie question c'est pas vraiment "pourquoi ces crétins écrivent leur autobiographies pensant naïvement que ça va intéresser quelqu'un ?" mais plutôt "comment ils font pour trouver des gens encore plus crétins qui acceptent de les publier ???" :eh:

    Totalement d'accord ! Comme quoi, les éditeurs essaient aussi de surfer sur le succès de la télé-réalité. Et ca m'énerve, d'autant plus que de jeunes écrivains, vraiment talentueux, galèrent à se faire publier parce qu'ils n'ont aucune relation.

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)