Trois astuces qui m’ont aidée à apprivoiser mon visage

Par  |  | 6 Commentaires

Sophie a longtemps eu du mal à accepter son apparence. Aujourd'hui, elle partage trois petites astuces qui lui permettent d'apprivoiser ce à quoi elle ressemble.

Trois astuces qui m’ont aidée à apprivoiser mon visage

J’ai pas toujours été très à l’aise avec mon apparence. Au-delà des complexes, j’ai vraiment mis beaucoup de temps à accepter l’idée que je ressemblais à ça.

J’ai aucune idée de pourquoi, mais c’est comme si je trouvais que le dehors était pas assorti à mon dedans.

C’est complètement con mais je crois que ça a vachement contribué à me faire à ce point complexer pendant des années sur ma gueule. Mais j’ai fini par apprendre à m’habituer. Mieux : j’ai réussi à apprivoiser mon visage.

Et voilà comment j’ai fait (j’me dis, ça peut servir que je te le dise).

À lire aussi : Comment avoir confiance en soi quand on est une femme ?

Apprivoiser son visage grâce aux selfies

Y a plein de gens qui trouvent que les selfies c’est nul à chier. Que c’est hyper superficiel et que les personnes qui en font le sont encore plus.

Mais moi ça m’a vachement aidée. J’y peux rien ! Et en lisant et écoutant des témoignages, j’ai réalisé que j’étais loin d’être la preum’s sur l’astuce.

Ça m’a appris à voir quel était mon meilleur profil, ou du moins celui avec lequel j’étais la plus à l’aise, et de constater qu’il suffit parfois de changer la position du menton pour se trouver un peu moins laide, voire plus jolie.

À lire aussi : Comment être jolie sur les photos

J’ai vu à quoi je ressemblais, à 4h au moment d’aller me coucher, à 8h en me réveillant, à 13h en rentrant du sport, ou à 14h quand je suis super agressive parce que j’ai faim.

Pour certain•es, ça sert à rien, c’est complètement futile. Je suis pas de cet avis, mais eh, les goûts et les couleurs, qu’est-ce qu’on y peut.

Même si, évidemment, ça fait plaisir de recevoir des compliments et autres likes en postant des selfies sur les réseaux sociaux ou à chaque changement de photo de profil, mais c’est même pas forcément là que le plus gros du travail se fait.

La plupart du temps, je prends des selfies et je les garde pour moi. Souvent même, je les supprime, parce que j’y reviens jamais plus tard alors à quoi bon les garder ?

Je m’observe et je me dis, bah ok. C’est à ça que je ressemble. C’est ni super ni nul, c’est juste comme ça.

À lire aussi : Les selfies et moi, du rejet à l’amour

Se filmer pour apprivoiser son visage

Ça, c’est le niveau au-dessus. Mais clairement, depuis que j’ai commencé à faire des vidéos et à jouer dans des trucs en tout genre, ça a tout changé.

Au début, ça a été super douloureux.

Je détestais mes cheveux, mes manières, mes ridules sur le front quand je hausse les sourcils, mes sourcils, ma bouche, mon chuintement sur certains mots, la façon dont j’ai mis mon eye liner ou mon rouge à lèvres, mon fond de teint ou ma bretelle de soutien-gorge apparente.

Et le fait, plusieurs fois par mois, de me voir m’exprimer, rigoler et faire plein de trucs, ça m’a piqué hyper fort. Puis cette sensation s’est estompée, jusqu’à en arriver à un point où, maintenant, je m’en fous.

Je tique toujours un peu quand je suis moins en forme physiquement et que ça se voit, ou que l’éclairage n’est pas bon, mais la vie aussi, c’est ça.

Bah oui, en ce moment, j’ai pas l’air de grand chose.

La faute à une alimentation anarchique, à trop de soirées, à des nuits trop courtes et des journées à écrire, faire du montage ou regarder des films, le tout les yeux rivés sur un écran d’ordinateur.

FORCÉMENT, je suis un peu moins cernée et un peu moins grise les semaines où je suis sereine, où je mange des légumes bio, où je consomme un maximum d’eau et d’infusions et dors 8h par nuit si paisiblement que je souris béatement dans mon sommeil (ça m’est arrivé au moins 4 fois).

Mais c’est chouette de s’habituer à ne pas être toujours au top. À se dire que oui, il y a des jours où j’ai l’air aussi fraîche qu’un bout de saucisson tombé sous le canapé lors d’un apéro un soir de juillet et retrouvé après le nouvel an.

C’est comme ça, c’est juste normal, c’est la vie, sans filtre.

Moi quand je dis oui à la vie sans filtre.

Changer sa façon de se maquiller pour apprivoiser son visage

Autre moyen de finir d’apprivoiser sa face : me forcer à changer ma façon de me maquiller.

Je fais le combo eye liner/fond de teint/mascara/khôl sur la waterline depuis pas loin de dix ans. Tellement longtemps qu’il m’est devenu difficile de me supporter sans. Carrément.

Sauf que dans la vie, à part si on se fout du maquillage permanent (et j’ai aucune envie d’en arriver là), bah y a peu de chances qu’on en ait tout le temps. Et me torturer l’esprit à me trouver si laide quand je n’en portais pas, bah c’était plus possible.

Du coup, pour me réhabituer à ma tête, j’avais soit l’option « arrêter de me maquiller », mais c’était un peu trop hardcore pour moi, soit celle de changer un peu.

D’en mettre parfois moins, parfois pas, parfois différemment, pour ne plus sursauter comme un lapin dans les phares d’une voiture quand je suis pas maquillée comme d’habitude.

Ça doit vraiment paraître super con vu de l’extérieur par des gens qui n’ont pas ce genre de soucis d’acceptation de soi, mais pour moi ça change tout.

Modifier mon apparence pour accepter qu’elle ne soit pas toujours la même, pour un peu mieux gérer les moments où je me trouve cheum comme un cale-porte (en même temps, on a jamais demandé à un cale-porte d’être joli donc bon, pourquoi je devrais m’emmerder ?).

Je fais ça depuis quelques semaines et je sens que petit à petit, ça porte ses fruits.

Probablement que le problème est autre. C’est même sûr, en vrai. Qu’il faudrait savoir moins se mettre la pression, savoir lâcher prise sur son apparence et tout ça.

Mais j’ai envie de dire, une chose à la fois. C’est pas très grave d’y aller par étape quand il s’agit de s’accepter.

Et c’est pas très grave de faire les choses dans un sens plutôt que dans un autre. Parce qu’en termes de confiance en soi comme dans tous les autres domaines, la vie, c’est vraiment chacun sa route.

À lire aussi : Faire la paix avec soi-même grâce à la psychologie


Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l'humour un peu gras.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Greeen
    Greeen, Le 4 août 2017 à 9h06

    Ahah c'est vraiment cool cet article !
    J'aimerai faire pareil. Mais moi mon visage et mon corps, je ne peux plus le voir en peinture. C'en est au point où j'ai peur de me dévoiler nue devant quelqu'un, surtout si ce quelqu'un est beau à mes yeux. Là, j'ai une bouffée de stress, j'arrive pas a concevoir mon visage comme attirant. Je le trouve trop empâté, pas assez fin. J'ai meme une description de moi que j'avais faite pour un projet : je ressemble à une motte de beurre sur laquelle sont placés des petits yeux rubis. Ce n'est pas vrai. Je le sais. Mais en moi, c'est comme ça que je le vois.
    J'ai perdu beaucoup de poids dernièrement. Mais pareil, je me vois toujours grosse. La chair qui entoure mes hanches et mon ventre, je peux pas. Je sais que je ne pourrais sans doute jamais la perdre et ca me rend mais tellement malade.
    Dernièrement j'ai rencontré quelqu'un avec qui j'ai couché. Et Ca m'a marquée parce que je le trouvais beau, vraiment. Mais lui, je me suis dite que je devais être laide pour lui. Je sais pas. J'ai pas eu de compliments de sa part mais en même temps, hey, c'est pas lui qui doit payer pour mes propres insécurités.
    Mais je sais que malgré ce que je peux dire, je ne m'aime pas. J'ai plein de problèmes, plein de choses qui s'expliquent par un passé assez violent, ou en tout cas suffisamment pour me laisser des traces et je sais pas j'arrive pas. J'arrive pas à me dire que je peux être belle, désirable. La meilleure facon qu'a un mec de me garder c'est de me dire combien il me trouve belle. C'est assez affreux.
    Couplez Ca avec un gros probleme de dépendance affective, une violente envie de plaire, une insécurité mentale et physique et vous m'avez. Et croyez moi, ce n'est vraiment pas facile tous les jours.
    Mais si il y a un point positif c'est que tout ca, je le traîne pas depuis trois jours. Ce sont juste des problèmes sur lesquels il a fallu que je mette les mots. Mais maintenant, le savoir me permet de travailler dessus et peut être que lorsque je m'aimerai suffisamment, ma vie sera plus facile.
    Et un autre point positif c'est que j'ai coupé mes cheveux très courts pour commencer à m'apprivoiser dans ma forme la plus pure. C'est pas encore Ca mais j'y arrive doucement.
    Mais putain ce que j'en ai marre d'être moi...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!