Anita Sarkeesian, le féminisme et la pop culture

Pondu par Tilda Elisabeth le 27 septembre 2011     

Anita Sarkeesian est une féministe qui décrypte sur Youtube des séries, films, comics et jeux vidéo d’un point de vue féministe. Didactique, pas chiant et bigrement intéressant.

Un récent article dans lequel est évoquée l’image globalement péjorative que l’on se fait de la féministe archétypale m’a donné envie de vous faire découvrir une jeune américaine ni moche, ni grosse, ni enragée, qui poste des vidéos féministes accessibles à tous sur YouTube : Anita Sarkeesian.

(sous-titres en français accessibles sur la plupart de ses vidéos !)

Diplômée en communication, sociologie et sciences politiques, Anita Sarkeesian s’intéresse principalement aux questions de genres et de races.

En effet, les études sur la condition et la représentation de la femme tendent souvent à des parallélismes avec la condition et la représentation des gens de couleurs. Les vidéos d’Anita analysent, de façon très claire, la représentation féminine dans la pop culture ; ses supports privilégiés sont les séries télévisées, les films, les comics, les jeux vidéos et la musique actuels. On peut donc tous se retrouver dans ses références. Comme elle le dit, la pop culture est un miroir de notre société ; sa critique permet alors d’évaluer le stade d’évolution de celle-ci.

Commençons tout de suite par une mise en condition de deux minutes, avec une introduction au monde du cinéma et son écrasante sur-représentation masculine (ou sous-représentation féminine) :

Continuons (si vous n’êtes pas déjà assez révoltées pour la journée) avec sa dernière vidéo qui fait partie d’une série sur les « tropes » récurrents du personnage féminin. Il s’agit ici de la caricature de la féministe et du mouvement féministe, constantes dans les séries télé :

De plus, c’est une jeune femme bien d’aujourd’hui, fan de plusieurs séries télé à la fois (elle a fait une très bonne vidéo sur feu la série Veronica Mars), mais qui se voit souvent forcée (comme beaucoup d’entre nous) de grincer des dents face aux stéréotypes récurants dont sont victimes les personnages de sexe féminin. Ici une de mes vidéos préférées, sur le principe de la Schtroumpfette (le fait de n’avoir qu’UN seul personnage féminin au milieu de plusieurs personnages masculins) :

Son langage est clair mais scientifique, tout mot barbare nous est expliqué, ses propos sont construits et reflètent plus l’exaspération que la colère, bref, elle est mon Dieu (oups – ma Déesse ?).

Je vous recommande plus que vivement d’aller découvrir toutes ses autres vidéos, qui ne sont jamais ennuyantes. Perso, j’ai un faible pour celle dans laquelle elle explique pourquoi Matti Ross dans le film True Grit ne doit pas être confondue avec une féministe, celle sur les femmes et les Oscars (le prix récompensant les films, pas les garçons qui s’appellent Oscar), celle sur les femmes super-héros, toujours inférieures aux hommes super-héros et leur faire-valoir.

Vous pouvez retrouver (et faire tourner) Anita Sarkeesian :

fminisme

Ça vous a plu ? Partagez !

99 BIG UP
 

Cet article a été pondu par Tilda Elisabeth - Tous ses articles

Plus de Tilda Elisabeth sur le web :

Tous les articles Cinéma, Culture, Jeux Vidéo, Musique et aussi Revues BD/Mangas
Les autres papiers parlant de , , , , , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. RebeccoRebecco

    Le 28 septembre 2011 à 19:43

    Ces videos sont tout simplement supers !
    En plus, elles sont agréable à écouter et regarder parce qu'Anita parle clairement sans aucune hésitation ( je sais qu'elle a appris son texte par coeur mais bon…)et que les sujets sont vraiment interressant…maintenant, je préfère toujours Norman :vex:
  2. deadpooldeadpool

    Le 28 septembre 2011 à 20:07

    Posted by Sanovitz
    A la portée de qui possède un minimum d'esprit d'analyse et d'audace. Elle n'a rien inventé.


    … and then ?
    L'important c'est l'audace, justement. Si 1000 personnes ont la même idée, mais qu'une seule la réalise, ça reste ça.

    Je trouve que c'est une belle démarche. C'est bien fait, elle est claire dans ses propos et pas du tout ennuyante. Même, elle donne envie d'en savoir plus et de nous-mêmes faire des déductions. Objectif atteint ;)

    (par contre, quand j'ai vu le poster de Fight Club, j'ai faillit gueuler toute seule. Parce que bon, c'est une adaptation du roman du même nom, de Palahniuk, et il est même très fidèle, donc… peu importe xD)
  3. Stalowa WolaStalowa Wola

    Le 28 septembre 2011 à 20:16

    C'est génial, merci vraiment pour ces vidéos.
    :worthy:


    Et j'ai partagé sur FB!
  4. Tilda ElisabethTilda Elisabeth

    Le 28 septembre 2011 à 21:24

    Posted by October Rain
    J'étais sûre qu'avec son Bechdel test on verrait le Seigneur des Anneaux, ce qui me prouve l'inutilité et l'aspect réducteur flagrant du test avec ses trois questions… Ce qu'il sous entend est particulièrement pernicieux.


    Peux-tu argumenter s'il te plaît ?

    On ne fait que constater un état de la société (manque de représentations valables des femmes dans les univers de fiction), et non pas discréditer des oeuvres autrement superbes. J'adore les livres ainsi que les films du Seigneur des Anneaux. Il n'empêche pas moins qu'ils reflètent une société conduite par les hommes. La présence d'Eowyn, aussi cool soit-elle, est presque anecdotique ; et Arwen, elle, a beau être une elfe forte et puissance, elle embrasse tout de même les qualités propres au mythe d'Iseult (l'amoureuse archétypale).
    Ca ne veut pas dire que les émotions ne sont pas réelles, ni qu'il faut discréditer tous les films qui ne passent pas le test de Bechdel.

    J'aimerais conclure par une citation de Pierre Bruno à propos de la série Harry Potter (dont je suis une grande fan). Il doit répondre à la question de savoir si Harry Potter est sexiste :
    Si l'on considère que le sexisme ne se limite pas aux discours discriminants ou aux comportements violents contre les femmes : oui. Ne serait-ce que parce que l'oeuvre véhicule des représentations sexuées traditionnelles et hiérarchisées des "genres".

    Ainsi, ce n'est pas parce qu'une oeuvre ne propage pas explicitement le message "les femmes à la cuisine" qu'elle ne peut pas être sexiste. Ce n'est pas parce qu'on y inclue un personnage féminin intelligent, indépendant et fort (Eowyn, Arwen, Hermione, Tonks), que l'oeuvre ne véhicule pas des clichés sexistes en second plan.

    Et encore une fois, il s'agit uniquement de pouvoir avoir une consommation culturelle avisée et analytique, surtout pas de boycotter les salles de cinéma.
  5. October RainOctober Rain

    Le 28 septembre 2011 à 23:04

    Posted by Tilda Elisabeth
    Peux-tu argumenter s'il te plaît ?

    On ne fait que constater un état de la société (manque de représentations valables des femmes dans les univers de fiction), et non pas discréditer des oeuvres autrement superbes. J'adore les livres ainsi que les films du Seigneur des Anneaux. Il n'empêche pas moins qu'ils reflètent une société conduite par les hommes. La présence d'Eowyn, aussi cool soit-elle, est presque anecdotique ; et Arwen, elle, a beau être une elfe forte et puissance, elle embrasse tout de même les qualités propres au mythe d'Iseult (l'amoureuse archétypale).
    Ca ne veut pas dire que les émotions ne sont pas réelles, ni qu'il faut discréditer tous les films qui ne passent pas le test de Bechdel.


    Tout simplement parce que dans l'oeuvre de Tolkien, certes les personnages féminins ne sont pas énormément représentés. Mais on oublie d'une qu'il s'agit en grande partie de récits inspirés des sagas épiques nordiques (qui ont une construction particulière comme tous les récits légendaires). De deux, il suffit de regarder les rôles qu'elles ont. Eowyn, seule femme qui arrive à vaincre le roi-sorcier d'Angmar après des millénaires de terreur. Luthien qui affronte Sauron en personne qui survit et qui libère Beren (elle arrive même à contrecarrer son patron, Morgoth). Idril qui pressent la chute de Gondolin et qui fait en sorte de sauver le maximum de monde. Galadriel qui possède Nenya et j'en passe. Honnêtement, ces personnages ne sont pas du tout sur le même pied d'égalité que les personnages masculins en matière de puissance ou d'actes héroïques.

    Je ne vois pas l'intérêt d'épiloguer sur le nombre de femmes dans un oeuvre. Il s'agit de choix personnels d'un auteur (voire d'évidences qui s'imposent, Pierre Bottero en parlait dans les "bonus" d'Ewilan). Certaines personnes conçoivent plus de personnages masculins que de personnages féminins et la belle affaire… Les gens voient le mal (racisme, sexisme) partout et ça m'énerve profondément. La moindre oeuvre littéraire/cinématographique/graphique est démembrée (écorchée et autopsiée vivante) avec un esprit clinique que je trouve très peu appropriée et carrément insultante la majorité du temps. On cherche des sens cachés où il n'y a souvent rien. Oui il y a des gens qui écrivent des histoires de gros bourrin en pagne de fourrure. Et il y en a d'autres qui vont pondre des choses nettement plus riches et plus complexes comme Robin Hobb. Il y a des gens qui vont faire une oeuvre pour faire s'interroger leur lecteur et d'autres juste pour le distraire. Finalement, les gens font dire aux œuvres ce qu'ils ont envie de leur faire dire pour justifier leur argumentaire du moment.

    EDIT : En conclusion (et je ne pense pas que je reviendrai répondre) je pense que, plutôt que de tenir des inventaires comptables de qui a un pénis et qui n'en a pas, on devrait s'intéresser à de bons personnages et de bonnes histoires.
  6. Tilda ElisabethTilda Elisabeth

    Le 29 septembre 2011 à 01:22

    October Rain : encore une fois, analyser des oeuvres, ce n'est pas les discréditer. Si on suit ton raisonnement, les critiques littéraires, cinématographiques, musicaux, de l'image, etc, n'ont pas lieu d'exister. Ca me chagrine tout de même un peu, mais je ne peux pas m'exprimer plus clairement que je ne l'ai déjà fait.

    Posted by Anourocéphale
    Je reviens poster :
    Je ne suis pas du tout d'accord avec l'analyse qu'elle fait de True Grit. Elle oppose 3 arguments au fait que ce soit un film féministe :

    - Il n'y a pas d'évolution psychologique du personnage : euh, so what ? C'est une constatation intéressante du point de vue cinématographique et scénaristique, mais je ne vois pas l'oppression du patriarcat là-dedans. Peut-être que je n'ai pas saisi quelque chose ?

    -Mattie ne réfléchit pas à une autre solution que la vengeance et la mort de celui qui a tué son père : une fois de plus, quel est le rapport avec le féminisme ? En plus, on est dans un western qui se passe au XIX/XXème siècle

    Mattie ne possède pas les traits caractéristiques à une femme, c'est en quelque sorte un personnage féminin en apparence, avec les traits de caractère d'un personnage masculin. C'est donc "une fausse femme" et il n'y a pas de célébration de la femme mais la célébration d'une femme qui se comporte comme un homme : pour moi, donner les traits de caractères d'un homme à une femme, même si c'est un peu grossier, cela montre que ces traits de caractères n'ont pas de genre, c'est donc anti-sexiste (un trait de caractère = un genre).

    Elle voudrait qu'on célèbre les traits de caractères traditionnellement attribués aux femmes (émotivité, tendresse, réflexion, calme) dans des personnages féminins mais sans être sexiste. C'est totalement tiré par les cheveux et incompréhensible pour moi. Il faudrait faire une sorte de Barbie super-héros ? Je ne comprends plus rien.


    Sois je ne suis pas assez intelligente, sois elle va un peu trop loin.


    Je précise tout de suite que je n'ai pas vu True Grit. C'est vrai que cette vidéo est un peu ambiguë. J'interprète son idée comme suit :
    D'un côté, on a les caractéristiques dites féminines, qui sont dévaluées par notre société. De l'autre côté, on a les caractéristiques dites masculines, qui ont plus de valeur. Ainsi, pour créer de temps en temps un personnage féminin qui sorte du lot, on lui colle des valeurs connotées masculines (Matti Ross, Hit Girl, Black Mamba).
    Anita Sarkeesian ne critique pas ces personnages. Elle dit juste qu'ils ne sont pas féministes. Par exemple, Matti Ross se fait une place dans la société pour elle, mais ne se dit pas que la société devrait changer pour donner une place à toutes les femmes.
    Je ne sais pas si je suis claire ? En gros, ça me fait penser, dans la vraie vie, à ces "filles qui n'aiment pas les filles" : ce sont souvent des filles indépendantes et fortes, prétendument féministes, qui disent préférer les amis garçons aux amies filles. Et la plupart du temps, elles discréditent complètement les filles et leurs défauts. Au lieu de discréditer la société qui rend les filles comme ça. Elles ne sont pas dans une attitude solidaire, et ne sont féministes qu'à leur échelle propre. Elles adoptent les valeurs des garçons pour se détacher de l'univers stupide des filles.
    Jusque là, pas de problème avec ces filles-là. Tant mieux si elles obtiennent une meilleure vie pour elles-mêmes. Mais elles n'ont pas l'attitude d'une militante féministe.

    PS : A propos de la non évolution psychologique du personnage de Matti Ross, j'imagine qu'Anita Sarkeesian souhaiterait un personnage féminin entièrement développé, c'est-à-dire avec un passé, un présent et un futur, ce qui ferait d'elle un vrai être humain et pas un "type" de caractère (Bruce Willis, quand il sauve le monde, est le même à la fin qu'au début ; mais Frodon, à la fin de chaque tome/film, a vécu une nouvelle expérience qui a fait évoluer son moi).

    Posted by Shield
    Je pense que certaines oeuvres un peu populaires réussissent néanmoins à passer ses tests et que ça serait de la mauvaise foi de leur refuser (par exemple A la croisée des mondes de Pullman dans la littérature enfantine, Six feet under dans les séries), même si au cinéma ça reste difficile, et même dans les gros best sellers. Peut-être qu'on aime avoir des schémas traditionnels, que ça nous rassure, et ça comprend les schémas genrés. Au niveau de la culture populaire, on est toujours attachés affectivement, parce que c'est une culture qui est liée pour nous à notre enfance.


    J'ai lu A la Croisée des Monde il y a un petit paquet d'années, mais d'après mon souvenir, c'est une trilogie réellement mixte. On a Lyra qui évolue dans un univers patriarcal qui est déjà rejeté lorsqu'elle joue avec les enfants de la rue, et qui va être remis en question par la suite des aventures. On a un pôle opposant masculin (l'oncle qui est fait le père si je me souviens bien) ainsi qu'un pôle opposant féminin (la mère). Dans les alliés de Lyra, outre l'ours superbe, on a un pilote de montgolfière (?) positif ainsi que son homologue féminin, une sorcière gentille ; tous deux sont des adjuvants. Le miroir de Lyra, c'est son meilleur ami qui est un garçon.
    Il est extrêmement intéressant de voir comment Pullman (un homme !) a réussi à écrire une trilogie pour enfants, destinée aussi bien aux garçons qu'aux filles (peut-être même plus aux garçons ?) avec une petite fille comme personnage principal. Perso, j'adore ! C'est un coup de maître que J.K. Rowling n'a pas fait. Faire d'Hermione la meilleure amie du héros mâle est un choix éditorial plus sûr. Et pourtant la trilogie de Pullman a été un succès.
  7. Lady Von DuckLady Von Duck

    Le 29 septembre 2011 à 03:06

    Très intéressant, très vrai et même parfois très drôle, je vais m'abonner à sa chaine youtube

    Cela dit je trouve qu'elle abuse un peu pour True Grit

    édit: après plus de visionnage je trouve qu'elle abuse quand même plus qu'un chouilla. Notamment sur cette vidéo . Pas forcément parce qu'elle dit "faux", mais surtout parce qu'elle n'explique pas les origines de ces mythes et de ces représentations. Elle parle comme si Hollywood avait tout créé de toute pièce alors qu'il s'agit de concept qui ont des siècles et des siècles, et qui sont souvent d'origine religieuse (la peur de la sexualité, la diabolisation de la femme, si ça intéresse certaines lisez Mâle Moyen Age de Georges Duby). De plus les monstres qu'elle cite sont souvent accompagnés de nombreux autres monstres, masculins ou féminins, avec des personnalités très différentes.
    Si l'analyse peut être juste, je trouve son échantillonnage assez malhonnête

    Edit 2: autre vidéo, autre coup de gueule. Celle -ci sur les grossesses . Je trouve ça dingue qu'elle explique que les scénaristes dégradent l'image de la maternité à travers ces grossesses monstrueuses alors qu'au contraire elles sont une allégorie des grossesses mal vécues par les femmes qui considèrent que la chose à l'intérieur de leur ventre est un étranger, voir une agression. Traduire l'horreur qu'on peut ressentir en tombant enceinte sans le désirer, l'horreur de ne pas contrôler son corps est anti féministe ? Je trouve qu'au contraire cela permet de remettre à sa place le mythe de la grossesse toujours heureuse et épanouissante. Et contrairement à ce qu'elle dit, si effectivement ces grossesses peuvent avoir un rapport avec Marie et Jésus, le parallèle s'arrête là car ces grossesses tombées du ciel ne sont pas bien vécues, et donnent souvent naissances à des monstres

    Posted by October Rain
    Ensuite, passons à son analyse de Dollhouse que je trouve complètement idiote. Il n'y a pas de question du viol dans Dollhouse? Et l'agent du FBI qui essaie de retrouver Caroline? Et l'intrigue autour de Sierra? Les séries de Whedon ne sont jamais ce qu'elles semblent être au premier abord. La Dollhouse ne cache jamais le fait qu'elle traite des gens (a priori volontaires mais on s'aperçoit rapidement que ce n'est pas le cas) comme des objets. Dollhouse traite des questions de l'immortalité, de l'utilisation d'une partie de la population par une autre (problématique développée dans le film de Firefly), de la moralité de la science et des avancées technologiques. La réalisation des fantasmes des clients ne sert qu'à amener ses questions en prenant des situations que je juge relativement réalistes, l'être humain étant ce qu'il est, quel que soit son sexe. (Les interviews de passants sont là pour rappeler le fait que le principe de la Dollhouse est moralement ignoble) . Même si c'est loin d'être la meilleure série de Whedon (Firefly la dépasse et de loin), j'ai trouvé qu'il était dommage que là encore la FOX ne l'ait pas laissé aller au bout de son propos.

    Enfin, bref. Tout ça me rappelle douloureusement un article à propos du contenu machiste de Game of Thrones d'une blogueuse féministe…


    Je n'ai pas vu la vidéo sur dollhouse mais si effectivement elle dit qu'il n'est pas question de viol dans dollhouse (série que j'ai vu de A à Z, et qui est assez dérangeante d'ailleurs) c'est qu'elle fait preuve d'une certaine mauvaise foi

    Posted by Tilda Elisabeth
    J'aimerais conclure par une citation de Pierre Bruno à propos de la série Harry Potter (dont je suis une grande fan). Il doit répondre à la question de savoir si Harry Potter est sexiste :
    Si l'on considère que le sexisme ne se limite pas aux discours discriminants ou aux comportements violents contre les femmes : oui. Ne serait-ce que parce que l'oeuvre véhicule des représentations sexuées traditionnelles et hiérarchisées des "genres".
    .

    Si il parle des livres je suis à 100% en désaccord avec lui, je pourrais citer une dizaine de personnages féminins d'Harry Potter, tous avec une personnalité différente et pas moins bien servi que les personnages masculins

    Pour ce qui est du seigneur des anneaux, certes il y a peu ou pas de personnages féminins, mais peut-on juger aujourd'hui d'un texte écrit il y a plus d'un demi siècle ? Pour ma part je suis toujours partisane des adaptations au plus près du texte original et donc je pense que rajouter artificiellement des personnages féminins est une erreur (et c'est d'ailleurs le cas dans le retour du roi ou les deux tours je sais plus)
  8. Le 29 septembre 2011 à 09:24

    Posted by So ?
    … and then ?


    On pourrait ajouter ça après n'importe quel post.
  9. Irma BudIrma Bud

    Le 18 février 2012 à 01:04

    elle est coooooool !
    la vidéo sur le trope de la féministe reloue est super intéressante !
    bon en revanche, pour la vidéo sur le nombre de femmes, leur caractère, etc, dans les films/BD, merci @October Rain ! non mais sérieusement ? des quotas en politique, dans les entreprises, et maintenant dans l'art ??? c'est … ça me dépasse tellement.
    autant instituer une règle : maintenant tout les films/BD doivent avoir pour personnages principaux un groupe de quatre avec deux filles deux mecs, avec au moins un(e) homo/bi, un(e) renoi, un(e) asiatique, un(e) handicapé(e), un des deux mecs cuisinier et une des deux filles à la tête d'une entreprise. et tous féministes, sinon c'est sexiste et raciste.
    non mais vraiment. c'est aussi possible de faire une liste de films avec + de femmes que d'hommes. si c'est ça qui marche …
  10. NagoyaNagoya

    Le 17 juillet 2012 à 11:46

    Aaaah comment dire … J ADORE !
    Elle est claire, précise et loin de correspondre au soit-disant clichés de féministes dont on nous rabâche l'existence. Puis surtout jeune !
    Ayant fait une licence de Sociologie je n'ai pas échappé aux cours de féminisme et c'est fou d'être prise entre deux feux. D'un côté la prof cool qui va expliquer clairement le problème, la cause du féminisme … De l'autre, une prof qui va être un dégât ambulant en étant justement un cliché (la femme aigrie qui gueule sans arrêt, qui critique les hommes … ). Heureusement que les autres versions de prof existent celles qui luttent pour la disparition du genre et non pas pour la critique de l'homme ! Je pense sérieusement que la diabolisation d'un sexe contribue à une guérilla et un débat stérile … Vive Monique Wittig et sa vision du monde sans Genre et d'inégalités mais seulement avec deux sexes biologiquement différents. Ils seraient temps que le monde se rende compte que les féministes luttent pour la fin des clichés et du genre et non pas pour la domination de la femme …

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !