Quand l’amitié devient ambiguë… — Conseils & exemples

Les relations amicales mais pas uniquement amicales, c'est un peu l'exercice de funambulisme ultime. Chloé P. te dresse une liste de ces situations souvent gênantes et des conseils pour mieux les gérer.

Quand l’amitié devient ambiguë… — Conseils & exemples

— Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Pocket Jeunesse.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Ashlin, Hunter et Chance sont amis depuis l’âge de cinq ans et s’aiment tous profondément. Un peu comme les trois mousquetaires, ils partagent les jeux, les bêtises et les mauvaises idées. Seulement voilà, maintenant qu’ils ont grandi, ce n’est pas l’ambiguïté qui manque. Et pendant que les sentiments continuent d’éclore, une situation bien plus dramatique se profile pour Chance.

sous-meme-etoile-pocket-couv-3d

Au sein de ce trio inséparable, chacun a sa place, et la personnalité des uns vient compléter celle des autres. Ashlin est très intuitive et plutôt prudente, même si elle sait se retrousser les manches quand c’est nécessaire, Hunter est assez calme et réservé mais avec un caractère bien trempé, et Chance est l’audacieux du groupe, celui qui initie toujours les jeux et qui ne sait ni comment, ni quand il faut s’arrêter…

Avec une belle délicatesse, le roman Sous la même étoile, de Kelley York, aborde la thématique des relations amicales et de cette frontière floue entre amitié et amour, peut-être parce que, finalement, il ne s’agit que de formes d’amour différentes. Ce qui ne veut pas dire que ce type de situation est facile à gérer dans la vraie vie.

Le béguin non partagé

Voilà, ce n’est pas la catastrophe, mais ce n’est pas trop l’éclate non plus quand tu as un crush pour l’un•e de tes potes. Outre la possible fin de votre amitié en cas de pépin, la situation peut être passablement pénible voire carrément insupportable.

À partir de là, il y a deux teams : celle qui pense qu’il vaut mieux préserver l’amitié et essayer d’étouffer les petites palpitations de ton cardio, et celle qui préfère tenter sa chance ou, à défaut, simplement s’exprimer.

« Pour une raison obscure, le sourire paresseux dont me gratifie Chance me donne un peu chaud. » Sous la même étoile – Kelley York 

J’aimerais beaucoup te dire que l’une de ces solutions est meilleure que l’autre mais ça va surtout dépendre des situations. Si tu as l’impression que ce n’est qu’un petit coup de cœur passager et diffus, tu peux effectivement penser que ça ne sert à rien de compliquer les choses entre ton/ta pote et toi.

Sans compter que faire remarquer quelque chose d’a priori anodin (à condition que ça le soit) va avoir tendance à lui donner du volume et à grossir son importance. Bonjour l’effet boule de neige !

En revanche, si tu sens que tu en as gros sur la patate, inutile de chercher à étriper tes émotions : cette solution a vraiment très peu de chances de fonctionner. Dans ces cas-là, mieux vaut crever l’abcès en abordant la question sans mettre la pression à l’autre, pour évacuer la tension — souvent présente dans l’air, comme pour les personnages de Kelley York :

« La tension, palpable, vient chasser tous les instants de plaisir et de joie que nous venons de vivre. » Sous la même étoile – Kelley York

big-friendzone-temoignages-recap

Passé le petit moment de malaise, tu te sentiras probablement mieux, et surtout, tu seras fixé•e sur les sentiments de ton ami•e à ton égard. Même si tu es persuadé•e que ton crush n’est pas réciproque, mieux vaut en parler quand même, et ce pour deux raisons.

« Mais tout n’est peut-être que le produit de mon imagination. À moins qu’il s’agisse de ma façon de ne pas avoir le cœur brisé par le garçon avec qui j’ai envie d’être, mais qui n’a ressenti à aucun moment la même chose pour moi. » Sous la même étoile – Kelley York

D’abord, ça permettra d’éviter que l’autre personne n’ait un comportement ambigu par ignorance, ce qui peut parfois être déstabilisant. Une fois prévenu•e, ton/ta pote sera sûrement plus prudent•e quant à son attitude envers toi.

Ensuite, savoir quelque chose et te l’entendre dire, ce n’est pas tout à fait la même chose. C’est peut-être ce dont tu as besoin pour pouvoir tourner cette page et passer à autre chose pour de bon. C’est effectivement un traitement un peu brutal, mais qui est souvent plus efficace que de choisir le déni à durée illimitée.

Et si jamais tu as besoin de prendre un peu le large, ce sera plus facile si ton ami•e est au courant des raisons pour lesquelles tu agis de cette manière : il/elle le prendra moins mal voire pas mal du tout, et t’accueillera à bras ouverts à ton retour.

Dans tous les cas, inutile de passer tes nerfs sur la moitié de ton crush, qui n’a rien fait pour mériter ça, et ce n’est pas sa faute si vous bavez devant la même personne ! Ça peut même être un signe que vous pourriez bien vous entendre : vous avez les mêmes goûts en matière d’êtres humains.

Le crush inopportun de ton/ta pote

Le malaise, partie 2. Quand l’un•e de tes potes te propose pour la dixième fois de t’étaler de la crème solaire sur le dos, peut-être que ça signifie que tu as la peau très pâle, qu’il/elle est dermato… ou qu’il/elle en pince sévère pour toi.

La première des règles, c’est de ne pas être une enflure. La tentation peut être grande de flirter avec lui/elle, parce que c’est une sensation agréable, ou de simplement abuser (même un peu) de sa gentillesse, parce que quand quelqu’un se met en quatre pour t’aider, encore une fois, c’est difficile de dire non. Mais… dis non quand même.

Si les rôles étaient inversés, tu aurais sûrement l’impression de recevoir des signaux positifs et un gros feu vert pour tenter ta chance, et pas sûr que la vérité te plaise beaucoup. Bref, sois un•e pote pour ton/ta pote et prends soin de lui/elle.

relation-amicale-ambigue-ami

Encore une fois, même si c’est un peu étrange pour toi, mieux vaut en parler. Si tu ne te sens pas de le faire en direct, ou que tu ne veux pas mettre la personne dans l’embarras, passe par un message virtuel. Et n’hésite pas à employer des formules ouvertes, comme des questions du style « Hé, il y aurait pas un peu d’ambiguïté dans notre relation ? ».

Ah, et n’oublie pas de te préparer psychologiquement à la réponse, hein. Au cas où ce ne serait pas exactement ce que tu espérais. Parce que c’est une chose de penser que ton ami•e a peut-être un béguin pour toi, et c’en est une autre de découvrir qu’il s’agit plutôt d’un véritable amour.

L’un des personnages de Sous la même étoile en fait d’ailleurs les frais :

« Je voulais de la franchise, je suis servi•e. Mais je ne suis pas bien sûr•e de ce que je peux encore encaisser. » Sous la même étoile – Kelley York

Sans compter que tu ne t’y attends possiblement pas, mais dans tous les cas, ce n’est pas toujours très facile de découvrir que l’un•e de tes ami•es essaie de « sortir de la friendzone ».

La culpabilité peut tranquilou bilou se faire une petite place dans ta tête, alors que tu te demandes si tu n’as pas envoyé les mauvais signaux, si ce n’est pas ton attitude qui a encouragé ça…

« Les choses n’allaient pas aussi mal, avant. On se marrait. On ne parlait de rien d’important. Cette amitié-là me manque. Et surtout, la légèreté me manque, quand tout était fluide, ne demandait pas tant d’efforts. » Sous la même étoile – Kelley York

Tu peux aussi te sentir trahi•e. Après tout, l’autre a rompu un pacte implicite en demandant plus, en mettant en péril votre amitié, ce qui n’est pas cool pour toi, j’en conviens.

En dernier recours, tu peux aussi déplorer la situation et te sentir triste pour ton ami•e puisque tu n’es potentiellement pas en mesure de l’aider, pour une fois.  Mais quels que soient tes sentiments, ils sont tout à fait légitimes et tu n’as pas à en avoir honte, même si finalement ça t’en touche une sans faire bouger l’autre…

Enfin, clarifier la situation est souvent la meilleure idée, parce que… eh bien au bout d’un moment, l’autre peut réellement tenter sa chance. Et là, vive le malaise puissance mille.

En effet, il ne faut pas oublier une chose : le consentement. Un•e pote qui essaie de mettre sa langue dans ta bouche sans te demander ton avis, c’est clairement un grand non. Rien de plus efficace pour péter une amitié en petits morceaux :

« J’ignore ce que X voit dans mon expression — peur, nervosité, ou l’incertitude que je cherche à maîtriser — mais quoi que ce soit, j’ai le sentiment que cette conversation va mal finir… » Sous la même étoile – Kelley York

big-rupture-amicale

(Ça y est, t’as pigé que j’avais rendu toutes les interventions des personnages anonymes, pour te préserver le plaisir de la lecture. Je suis sympa, hein, avoue !) (Même pas un peu ?) (Un peu quand même…)

L’ambiguïté n’est pas forcément un mal

On considère assez facilement que l’ambiguïté, c’est bof. Mais en fait, pas toujours. Naturellement, si l’ambiguïté est réciproque, je n’ai pas grand chose d’autre à te dire que : qu’attendez-vous pour vous sauter dessus, boudiou ?

À lire aussi : J’ai testé pour vous… coucher avec mon meilleur ami

« Je voulais quelque chose à partager, rien que nous deux. De temps à autre, il m’arrive de me dire que c’est peut-être le cas. » Sous la même étoile – Kelley York

Mais pour certain•es, l’ambiguïté est juste une sorte de bonus à la relation, à partir du moment où c’est plus pour le principe de flirter et d’échanger que pour l’envie réelle de se choper.

Elle peut aussi être nécessaire pour passer à autre chose. Se choper, pour voir, et puis finalement se dire que non, c’est très bien tel quel, avec une amitié franche et simple. L’ambiguïté ne vient donc pas forcément signer la fin de toute relation amicale, et heureusement j’ai envie de dire !

En réalité, encore une fois, l’essentiel est le consentement : si cette situation vous va bien à tous les deux, pourquoi se faire chier à essayer d’en changer pour rentrer dans des cases ? Alors, oui, peut-être que vous avez une relation « étrange », « atypique » aux yeux des autres, mais OSEF en vrai…

Si vous avez tous les deux envie de faire des trucs d’ordinaire connotés « choses que font les gens en couple », comme vous câliner férocement, rien ne vous en empêche, sans pour autant être en couple ni être amoureux.

Dans notre société, on pose souvent l’amour romantique en valeur suprême, mais au nom de quoi l’amitié serait-elle moins importante, moins valable ? Et si les lignes ne sont pas aussi bien tracées et paraissent floues, tant que personne n’est blessé, quel est le problème ? D’autant que les relations amicales peuvent être aussi enrichissantes et réconfortantes que les relations de couple :

« C’est incroyable, je me dis. Moins de vingt minutes après nous être retrouvés, les choses sont comme elles l’ont toujours été. Comme elles devraient toujours l’être. Nous retrouvons cette complicité qui n’appartient qu’à nous, entre taquineries et rire, et ça me plaît. Comme cela m’a manqué, de me sentir chez moi. » Sous la même étoile – Kelley York

Et toi, as-tu vécu une relation amicale ambiguë ? Comment l’as-tu appréhendée ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 28 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Younicorn
    Younicorn, Le 3 août 2016 à 21h27

    Je connais ça aussi :) il y a quatre ans j'aivais un très bon ami et on était très attiré l'un par l'autre et malgré des complications, on a finit par sortir ensemble.Au final on s'est séparés mais on est resté de très bon ami.Au début c'était assez bizarre mais maintenant je suis très heureuse qu'il soit mon ami car tout il compte beaucoup pour moi car il été une personne très importante à un moment de ma vie ^^

Lire l'intégralité des 28 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)