J’ai testé pour vous… adopter des rats

Octopouce a adopté des rats il y a quelques mois, et elle n'imagine plus vivre sans eux.

J’ai testé pour vous… adopter des rats

J’entends déjà quelques glapissements dégoûtés au fond, mais n’ayez crainte : je suis ici pour changer l’image que beaucoup ont de ces monstres réputés pestiférés et mordeurs !

Commençons par l’essentiel : les rats ne transmettent pas de maladies (moins que votre chat ou votre chien qui va dehors), se lavent plus qu’un chat, et un rat éduqué ne mord pas, tout comme un chien bien élevé.

À lire aussi : Adopter un chien, l’élever correctement et en prendre soin : conseils

Mais pourquoi adopter des rats ?

À la base, je suis une amoureuse des chats. Mais j’ai un petit appartement, je ne me suis toujours pas remise de la mort de mon chat, et les rats m’intriguaient férocement. Je voulais un animal aussi interactif et intelligent qu’un chien, et c’est à peu près comme ça qu’on peut résumer le caractère d’un rat : c’est une sorte de chien miniature, capable d’apprendre beaucoup de tours, affectueux et TRÈS câlin.

Et plutôt très doué.

Armée de toute ma volonté, je me suis jetée sur des forums et sites de passionné•e•s afin d’en apprendre le plus possible sur ces petites bêtes. Une fois majeure et dans mon appartement, j’ai sauté le pas en réservant deux petites femelles dans une ratterie.

L’heure venue, j’ai fait six heures de train pour aller chercher mes petites boules de poil tant désirées. Pendant de longues heures j’ai été confrontée pour la première fois à toutes les anecdotes que j’avais pu lire sur mon forum à propos des passants et leurs réactions en voyant des rats.

D’abord intrigués par ma boîte de transport (un chaton peut-être ?), ils sont devenus tout attendris en croyant comprendre :

« Oh, des souris ! »

« Non, des rates ! »

« Ah mais c’est ignoble ! »

Alors qu’ils les trouvaient mignonnes deux secondes avant…

Pourtant, tout mon entourage est tombé sous le charme, y compris mes parents qui étaient au début franchement réticents à les approcher ! Même ma mère veut toujours leur faire des câlins quand elle passe à la maison.

rats1

 Charlie et Sophie qui dorment.

Des animaux de compagnie formidables

Mes chéries ont maintenant six mois et je ne pense pas que je pourrais vivre sans rats à nouveau. J’ai tissé un lien très particulier avec Sophie. Elle est joueuse, aimante, vive d’esprit, elle a un caractère en or ! Charlie, quant à elle, est beaucoup plus calme. Elle aime beaucoup plus la nourriture que son humaine, mais est toujours là pour faire des câlins, toujours lovée dans mon cou ou mon décolleté, bien au chaud !

Elles « craquottent » (grincent des dents, c’est l’équivalent d’un ronronnement de chat), m’utilisent comme perchoir ou terrain de jeu, se chamaillent, se toilettent, se chipent la nourriture, résolvent les petits jeux que je leur fabrique… Je crois que je pourrais passer des heures à les regarder interagir (quand elles ne dorment pas !).

Je sais d’avance que je serai dans un état horrible le jour où elles me quitteront, mais je ne regrette pour rien au monde et je fais tout pour que leur vie soit la plus heureuse possible. D’ailleurs, j’ai hâte que les beaux jours reviennent pour les voir gambader dans l’herbe (vermifugées et dans un harnais, bien sûr).

Avoir des rats, c’est avoir de la joie de vivre à la maison. Ce sont des animaux très proches de l’humain, et qui nous ressemblent vraiment dans leurs rapports sociaux. Et vous seriez surpris de savoir qu’un rat rigole quand on le chatouille ! Voici même un petit aperçu de la vie avec des rats dans cette vidéo ULTRA MIGNONNE.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… être famille d’accueil pour chats

Bien s’occuper de ses rats

Si vous avez envie de tenter l’expérience, voici plusieurs choses à savoir avant d’adopter :

  • Le rat est un animal grégaire : il doit vivre en groupe. Si vous voulez adopter, c’est deux rats minimum, et évidemment du même sexe vu la vitesse vertigineuse à laquelle ces bestioles se reproduisent. Ne pas posséder de rat seul est d’ailleurs une obligation en Suisse.
  • Tout comme l’humain, qui peut techniquement vivre dans des toilettes, le rat a néanmoins besoin d’un espace beaucoup plus large que ça pour s’épanouir. Une cage doit impérativement faire 0.06m3 d’espace vital pour chaque rat, avoir des barreaux de maximum deux centimètres d’espace et comprendre des étages. Une cage neuve coûte entre 80 et 200€, mais on peut en trouver d’occasion à des prix très bas.
  • Le sujet qui fâche : l’adoption. Si vous voulez des rats en bonne santé, bien socialisés (donc qui n’aurons pas peur de vous et ne vous mordront pas), qui ne seront pas déjà enceintes et qui ne vous mourront pas entre les doigts en quelques mois d’une tumeur fulgurante, je vous conseille d’éviter à tous prix les animaleries, surtout en sachant quelles conditions de vies les animaux connaissent avant d’arriver en magasin. La solution, c’est d’aller dans les ratteries. Ce sont des passionnés qui reproduisent leurs rats dans de bonnes conditions, les habituent à l’humain, attendent leur sevrage psychologique (soit sept semaines) et reproduisent les rats qui ont une santé en béton depuis plusieurs générations. C’est un peu plus cher, mais ça vaut carrément le coup.
  • Comme pour tout animal, il faut prévoir une cagnotte véto ! Surtout en sachant qu’un rat vieillit vite.
  • Il faut également avoir le temps de les sortir de leurs cages, minimum une heure par jour. Vous pouvez leur réserver le canapé et une table, le lit ou le sol s’il n’y a pas de risques.
  • Il ne faut pas les mettre dans des copeaux de bois, c’est très mauvais pour leurs poumons fragiles. On peut utiliser de la litière de chanvre trouvable partout, ou de la litière de lin, de maïs, du drybed…
  • Pour l’alimentation, la plupart des mélanges tout prêts ne sont pas adaptés à leurs besoins nutritionnels. Faire des mélanges maison est conseillé, et revient moins cher : vous pouvez utiliser un calculateur de mélange pour vous guider.

Voilà, je crois bien vous avoir tout dit ! Si vous désirez adopter des rats, je vous conseille ce forum qui est une vraie mine d’or d’informations et de passionnés. Tout y est, vous pouvez même demander à rencontrer des gens près de chez vous pour avoir un aperçu !

Mais vraiment, n’adoptez que si vous êtes sûr•e de pouvoir leur offrir une vie décente, on voit trop de rats délaissés ou abandonnés… Et si vous ne désirez pas adopter de ces merveilleuses petites bêtes, j’espère au moins vous avoir fait changer d’avis sur leur mauvaise réputation !

À lire aussi : J’ai testé pour vous… adopter un chaton

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 64 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Pommvert
    Pommvert, Le 18 mars 2015 à 12h07

    J'adore les rats. Ce sont des bestioles que je trouve incroyablement attachante.
    J'ai eu mes deux premiers rats, Meeko et Dragibus (portée kinder de la rate d'une amie...) en 2007, puis il y a eu Kitsune, Kaeru et Koneko (sauvetage par une assoc'), puis Morphée (sauvetage aussi, un rat imbuvable pendant 2 ans, puis doux comme un agneau la dernière année, après un passage chez le véto pour cause de plaies de grattage... Je ne sais pas s'il a compris que je l'avais soigné ou quoi, mais le changement a été radical !), puis Lancelot et Méléagant (adopté chez un particulier), puis Bohort (frère des deux autres, récupéré chez le même particulier qui a du se séparer de ses rats), puis Geinah (particulier) et enfin Scampie (rate récupérée à 2 ans chez une fille qui ne pouvait plus s'en occuper), sans compter ceux que j'ai eu en FA...
    J'ai arrêté après la mort de Lancelo et Bohort en 2013, je pouvais plus supporter de les perdre...

    Ca me manque beaucoup, j'aimerais en reprendre, mais avec mes chiens et mes chats, j'ai pas le temps... J'espère pouvoir adopter deux nouveaux rats quand j'aurais plus de temps, d'ici quelques années... En attendant, j'ai un pincement au coeur quand je regarde l'ancienne cage faite maison que j'ai remixé en bibliothèque (en même temps, c'était une bibliothèque avant que je la grillage et que je fasse des trous pour en faire une cage).

Lire l'intégralité des 64 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)