julia buchner librairie
Féminisme

Victoire pour les autrices qui ont témoigné : le président des éditions Bragelonne a été remercié

Plusieurs mois après les révélations de Mediapart sur les agissements de Stéphane Marsan envers une vingtaine d’autrices, la maison d’éditions Bragelonne a pris des mesures et écarté son historique président.

Il s’était produit un long silence après les révélations de Mediapart sur les agissements de l’éditeur Stéphane Marsan envers de nombreuses autrices. Mi-avril, elles étaient pourtant une vingtaine à témoigner de leur mauvaise expérience avec le président et administrateur des éditions Bragelonne : propos à connotation sexuelle, gestes qui n’avaient rien à faire dans un contexte professionnel… Il avait nié en bloc les accusations portées contre lui.

Était-ce la marque d’un essoufflement de la libération de la parole sur les violences sexistes ? Pourquoi une telle indifférence ? On s’était sincèrement posé la question.

Ce mardi 6 juillet, l’annonce a par conséquent retenti d’autant plus fort Stéphane Marsan a été remercié des éditions Bragelonne, et remplacé par une direction à deux têtes — Bernard Chaussegros et Claire Renault Deslandes.

Une mise à la porte accueillie avec enthousiasme par Catherine Dufour qui avait témoigné en son nom dans l’enquête de Mediapart. Elle confie à Madmoizelle :

« C’est vraiment vraiment satisfaisant. Stéphane Marsan n’est plus en état de nuire dans le cadre professionnel, et c’était vraiment le but. Après des années à bouillir sans pouvoir l’ouvrir, je suis passée d’un trait à “je peux en parler et prévenir les jeunes femmes”, puis à “il n’est plus nécessaire d’alerter.”

Gloire à Ellen Salvi [la journaliste de “Mediapart” qui a mené l’enquête, ndlr] et à toutes les témouines. »

Un séisme au sein de Bragelonne

Que s’est-il passé au sein de la maison d’édition spécialisée dans les littératures de l’imaginaire?

Dix jours après les premières révélations de Mediapart, Bragelonne avait tenu une réunion extraordinaire du comité social et économique (CSE) au cours de laquelle les salariés ont pu faire part de leur « désarroi profond » et de leur « mal-être ».

Les salariés ont été mis sous pression, notamment en recevant des consignes de la part de la directrice de communication, des « éléments de langage » et ces quelques mots qui montrent le positionnement adopté par la direction de Bragelonne, le déni, la tête dans le sable, et la suffisance :

« Cet article de “Mediapart” est une tentative de déstabilisation de Bragelonne, à travers la figure publique que Stéphane Marsan représente en tant que président et éditeur historique de la maison, dont la réussite spectaculaire et durable a pu agacer. »

En signe de protestation, un salarié au poste de community manager a même carrément démissionné.

Bragelonne n’est que le sommet de l’iceberg

« L’édition est-elle sexiste ? »

C’est pour tenter de répondre à cette question que Livres Hebdo a lancé une grande consultation sur les violences sexistes dans le milieu de l’édition, un mois après les révélations sur Stéphane Marsan.

Les résultats, récoltés auprès de 1221 personnes et publiés le 1er juillet, sont édifiants :

« 76% ont été témoins de remarques déplacées, 57% de discrimination sexiste, 51% de gestes déplacés et 39% de harcèlement sexuel. 61% des professionnels de l’édition ont déjà été victimes d’agissements sexistes et sexuels dans le cadre de leur travail. Six personnes sur dix ! La moitié d’entre eux ont été victimes de remarques déplacées (dont 23% le sont encore actuellement), 36% de discrimination sexiste (dont 32% actuellement), 21% de gestes déplacés (dont 11% actuellement) et 10% de harcèlement sexuel (dont 14% actuellement). »

Pour l’autrice Samantha Bailly, qui a elle aussi témoigné et s’est beaucoup mobilisée sur cet enjeu, il s’agit d’un « signal fort envoyé à toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles, dans l’édition ou ailleurs ». Elle poursuit, pour Madmoizelle :

« Mais cela doit vraiment nous interroger sur comment et pourquoi ce climat d’impunité a pu exister durant si longtemps : compte tenu des résultats de l’enquête Livres Hebdo / Ipsos, choquants mais pas surprenants, on sait combien l’omerta reste encore puissante. Il faut que cela change. »

Après Bragelonne, on peut donc s’attendre à d’autres prises de parole pour lever l’impunité qui reste dans le milieu de l’édition.

À lire aussi : Violences sexuelles dans le milieu de la musique classique : une enquête brise le silence

Les Commentaires
7

Avatar de Nastasja
7 juillet 2021 à 14h21
Nastasja
Encore une victoire de canard des féministes
4
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
middlefinger

Salut les mascus : Reddit bannit MGTOW, l’un de ses plus gros forums misogynes

Mymy Haegel

04 août 2021

Féminisme
police-francaise

Déjà 23.000 signatures en faveur du recensement des policiers et gendarmes mis en cause pour violences

Maëlle Benisty

04 août 2021

2
Actu en France
prison

Le Genepi, c’est fini : l’association anticarcérale se dissout

Maëlle Benisty

03 août 2021

12
Féminisme
Raven Saunders bras en X sur son podium aux JO

Pourquoi le geste politique de l’athlète Raven Saunders fait paniquer le CIO

Aïda Djoupa

03 août 2021

Actu en France
Emmanuel-Macron-mène-une-FAQ-sur-Insta-et-TikTok

Emmanuel Macron met un t-shirt pour mieux parler aux djeunz sur Insta et TikTok

Anthony Vincent

03 août 2021

5
Société
matt-damon-small

Bon, écoutez, Matt Damon jure qu’il n’a jamais dit « p*dé » au final

Mymy Haegel

03 août 2021

3
Actu sexe
porn

Les saucisses, c’est nein : l’Allemagne veut bannir des géants du porno

Maëlle Benisty

02 août 2021

9
Cinéma
femmes-cinephiles-small

Sur YouTube, en podcasts, à l’écrit, les meufs cinéphiles viennent renouveler le game

Pauline Le Gall

02 août 2021

2
Féminisme
festival_safer

C’est tristement indispensable : contre les violences sexuelles en festival, Marsatac lance Safer

Aïda Djoupa

02 août 2021

Féminisme
unplanned-vertical

Unplanned : C8 va diffuser un film anti-IVG dans le plus grand des calmes

Maëlle Benisty

02 août 2021

10

La société s'écrit au féminin